Après les régionales, la présidentielle...

-- Politique --


Publié le 24/12/15 12:19 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En Bretagne, ce n'est pas le Parti socialiste qui l'a emporté lors de ces dernières régionales, mais Le Drian, qui bénéficie d'une cote, à bien des égards justifiée, quoique à notre point de vue, il n'en fit pas assez, en matière de régionalisation et de réunification, en se contentant trop souvent de dire, « la balle est dans le camp du gouvernement » (1), au lieu de s'en saisir et de dribbler. Vous aurez peut être remarqué que dans sa profession de foi (Régionales), le souhait de réunification n'apparaissait qu'au verso et tout à la fin de son programme, autant dire que ce ne sera pas sa priorité !

Avec 6,71%, le score de Troadec a déçu, quoique ayant bien progressé par rapport à 2010 (4,29). Mais un score supérieur à 8% était peu probable, pour plusieurs raisons. Le FN et Olb (Oui la Bretagne) captent une part importante du vote protestataire. Mais par son audience nationale et en raison de l'actualité, chômage, émigration, etc, le FN prend des voix à Olb qui, en d'autres circonstances, pourraient lui rester. Ensuite, Olb réussit beaucoup mieux en milieu rural qu'en ville et dans la sphère d'influence de Carhaix. Or, les villes pèsent d'un poids plus important. Par exemple, au Tréhou (29), Olb dépasse le FN (16,53/15,25) mais à Brest c'est l'inverse (6,17/16,11) et cependant, 6,17 contre 2,87 en 2010 (4) à Brest, c'est très honorable et prometteur ! Olb surpasse souvent le FN dans la zone d'influence de Carhaix (50 km).

Le risque est que ce danger que représente le FN pour Olb perdure, car, habilement, Mme Le Pen continuera à rendre son parti de plus en plus respectable et modulera certainement son discours anti-euro et anti-européen dans les mois qui viennent. Les partisans de Mr Troadec sont sans doute assez indifférents à son positionnement idéologique, ils font confiance à l'homme, tout comme autrefois les paysans trégorrois faisaient confiance à Tanguy Prigent, sans lui faire grief de son militantisme parfois exacerbé (Sfio puis Psu …) et de son opposition radicale au Gaullisme. Cette base de confiance rassure mais elle peut endormir … et ne garantit pas la conquête de nouveaux électeurs.

Avec un score de 18,17% en Bretagne, le FN continue sa percée. L'incapacité des socialistes et de Hollande à réformer la France, les discours béats sur l’Europe, un mode de scrutin, parfois antidémocratique, car sans la moindre dose de proportionnelle (2), aux départementales notamment, la diabolisation inepte d'un parti autorisé, ni plus ni moins dangereux que le PC ou le Front de gauche, tout cela étant pain béni pour Marine le Pen.

Pour contrer le FN, la voie est étroite mais praticable. Cesser les procès en sorcellerie mais parler des problèmes concrets, ne pas exacerber les clivages partisans, bien faire comprendre aux Bretons que l'autonomie est la réponse face au centralisme et doit l'être face au chômage. N'éviter aucun sujet sur le prétexte lâche et futile que d'autres s'en sont emparés … et avec la promotion de notre identité, voilà de quoi révéler les faiblesses du FN.

Imaginons maintenant les chances d'une candidature régionaliste aux Présidentielles de 2017. Le risque principal est de jouer d'emblée « petit braquet » et d'apparaître, face à des poids lourds politiques et devant les grandes préoccupations des Français (chômage, émigration, etc), comme le syndicat de défense des régions périphériques à forte identité ; si nous épiçons la prestation d'une magnifique floraison de drapeaux assortis des belles vocalises de nos chants nationaux, avec quelques pincées de revendications indépendantistes, poings tendus, le résultat sera, je le crains tout en le comprenant, un échec lamentable. Être inhabile en politique, n'est pas une qualité. Notre horizon à nous, Bretons, n'est ni la Corse ni Andorre mais les attributions d'un Land allemand ou du pays de Galles … Il est déjà difficile de convaincre nos compatriotes bretons, alors…

D'emblée, l'idée régionaliste doit prendre de la hauteur et s’intégrer dans un projet ambitieux et global de réforme des institutions en vue de créer une France fédérale dans une Europe fédérale. Par ailleurs, confondre projets d'autonomie et projets d'indépendance aura des conséquences dramatiques sur l'audience du projet autonomiste et pourrait en ruiner la crédibilité. Car l'autonomie n'est pas une étape vers l'indépendance, mais un projet profondément différent.

Quels sont les scénarios possibles :

1. Candidature axée uniquement sur les problématiques régionales avec le concours des régions à forte identité (Bretagne, Corse, Alsace, etc), des représentants du monde artistique, et de quelques figures emblématiques de peuples minoritaires, résultat 3% !

2. Candidature proposant une réforme des institutions basée sur le fédéralisme, avec des réponses concernant les autres enjeux importants de la présidentielle, résultat 6%

3. Projet identique mais porté par une personnalité d'envergure nationale sensible à ces problématiques régionalistes, Bayrou par exemple (3). Certes Bayrou ne serait pas crédible comme président réformateur mais il l'est comme candidat et pourrait obtenir un score honorable, plus de 10%, et ainsi faire valoir nos revendications pour le second tour.

4. Enfin, plutôt que d'obtenir un score dérisoire et contre productif dans le cas 1, faible dans le cas 2, et en cas d' impossibilité du scénario 3, mieux vaudrait faire du lobbying auprès d'un candidat « régio-compatible » en position d'être élu. Sauf incident de parcours, Juppé (5) sera au second tour face à Marine Le Pen et l'emportera sans doute ; il faudrait donc approcher Juppé qui, la sagesse venant, peut être sensible à l’argumentaire fédéraliste et l’intégrer à son programme. Résultat 53% !

Faites vos jeux !

Notes

1. Déclaration de Le Drian (voir le site)

2. Cantonales 2011 (Oise) : (voir le site)

3. Déclaration de Bayrou : (voir le site)

4. Régionales à Brest : (voir le site)

5. Déclaration de Juppé à Châteaulin : "Je proposerai aux élus de la stabilité, de la mutualisation. Cette réforme territoriale a amputé la Bretagne d'un de ses cinq départements", (voir le site)


mailbox
imprimer
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 8 commentaires
Juppé serait régionaliste voire fédéraliste !!! Cela m'étonnerait beaucoup!
2015-12-24 17:46:27
(0) 
Youenn Penhador
2015-12-24 17:48:07
Juppé serait sensible aux idées régionalistes voire fédéralistes!!! Cela m'étonnerait beaucoup! D'où sortez-vous ces idées
(0) 
Christophe Le Gall
2015-12-24 21:18:14
Les trois quarts de l article sont cohérents. Bon pas toujours OK avec tout mais cohérent. Après on part sur de la politique fiction à deux balles....quand est ce qu on va enfin comprendre qu on n à rien à attendre de la classe politique française ?? rien !!! Netra !!!! Je crois, et ça me fait mal de le dire que notre peuple n est pas prêt, pas mur politiquement, voir le vote de l autre dimanche.... Nos compatriotes aux bonnets rouges, tous ceux qui défilent pour B 5, pour la défense du Brezonnheg, mais ils votent pour qui sans déconner ???? Tout ça pour ça????? Entendre encore VALLS hier parler de la langue Corse avec un tel mépris et avoir à supporter un Le Drain élu si facilement..Ouais ben on a ce qu on mérite mes chers amis. C est tout.
(0) 
J-J PAGE
2015-12-25 12:36:46
Analyse que Breizh Europa et En-Avant-Bretagne/En-Awen-Breizh ont mis en application lors des dernières élections régionales en Bretagne, associés au Parti Fédéraliste Européen. Une France fédérale dans une Europe fédérale est sans aucun doute le seul projet d'envergure et d'avenir. Nous continuerons !
(0) 
Reun Allain
2015-12-25 17:21:20
@ Christophe Le Gal. Les Bretons n'ont pas voté socialistes. Il ont par contre voté JYLD mais imaginez quel aurait été le score aux régionales si c'était L Lebranchu qui s'était présentée !
(0) 
Paul Chérel
2015-12-25 19:14:47
En lisant cet article, j'ai l'impression de lire Ouest-France, Libé ou l'Obs, voire Le Monde. Les Bretons, la Bretagne , n'ont absolument rien à faire de cette "présidentielle". Et les mots autonomie, région et régionalisme sont à bannir du vocabulaire. Bien sûr les Bretons, ils viennent de le prouver, sont bien loin d'être mûrs pour entendre cela. A nous de leur démontrer que c 'est le seul qui convient à La France et à ses dirigeants. Christophe Le Gall a parfaitement raison. Paul Chérel
(0) 
MikD
2015-12-26 11:29:33
Cet article est symptomatique de la tendance politique qui a conduit la Bretagne au danger imminent de la destruction. "Les Bretons ne peuvent rien faire politiquement pas eux-mêmes", "il faut s'allier avec les grands partis hexagonaux pour obtenir quelques chose". Sauf que cette logique, qui pourrait être compréhensible si l'on avait pas devant les yeux 70 ans d'échec politique, n'a apporté chez nous que la division, la déception et la marginalisation du mouvement breton. A force de servir de "caution régionaliste" à tous les jacobins, les gentils breizhous sont devenus ridicules et inaudibles, se contentant de mendier des subventions pour faire vivauter la culture (toujours autant méprisée par nos élites parisiennes) et sans jamais obtenir quoi que ce soit en termes de compétences réelles (j'entends, politique, économique). Alors s'allier avec Juppé ?? Oh, il présente certainement bien mieux que les valls et les sarkozy de ce monde, il a le discours plus lisse, plus consensuel. Mais comme eux, il est un pur jacobin, tenant de cette secte criminelle de l'unité et de l'indivisibilité ; il nous méprise avec le même dédain que tous les autres (en preuve, sa réaction lapidaire au discours Corse sur Twitter, rappelant la sacro-sainte règle : il n'y a pas d'autres langues, cultures, peuples, ethnies, nations que la France et le français). S'allier avec Juppé, ce serait prostituer la Bretagne pour n'acquérir en retour que le grand ouest ou autre manifestation inique et cynique de l'état unitariste.
J'ose espérer que nos politiques ont plus de discernement que cela !
(0) 
Pôtr ar skluj
2016-01-05 20:51:20
Le problème de Valls, c'est sont abscence d'enracinement qui l'empêche d'avoir une conception saine de la France. Il est facile aux jacobins de manipuler des déraciner comme lui qui ont besoin de se retrouver dans une patrie de substitution totalement réinventée. Cela explique également la présence massive de Pieds-Noirs au FN et au Front de Gauche.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.