Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
A propos des récents attentats de Paris
Si nous avons une pensée, voire une prière, pour toutes les victimes des attentats parisiens du vendredi 13 novembre dernier (y compris les terroristes kamikazes), il nous faut aussi “réfléchir”
Simon Alain pour Université Populaire de Philosophie Bretonne (UPPB) le 17/11/15 14:03

Si nous avons une pensée, voire une prière, pour toutes les victimes des attentats parisiens du vendredi 13 novembre dernier (y compris les terroristes kamikazes), il nous faut aussi “réfléchir” aux attentats eux-mêmes, c'est-à-dire à leur "signification". Ce qu'aucun média parisien ne semble prendre la peine de faire, flattant au contraire, et à outrance, la pure “réaction” (nationaliste à souhait).

Le plus choquant dans ces attentats du 13 novembre 2015 est le manque total de compréhension de l'événement, et donc de réflexion de la part des médias (pour la plupart parisiens) censés en rendre compte. Ou plutôt : le manque total de réflexion et donc de compréhension, si “réfléchir” c'est "comprendre" (du latin "prendre avec"), c'est-à-dire “embrasser le plus large spectre possible de significations”. Ce que les Grecs entendaient dans l'Antiquité avec leur terme de “legein”. Un verbe signifiant “recueillir” ou “ cueillir”, et qui a donné “Logos” (traduit en français par “logique”, et qui a donné “raison”). Fameuse “raison” dont on affuble le pauvre René Descartes, et qui caractériserait sa fameuse “méthode”.

Or, comme nous ne cessons de le dire depuis 2012, la "méthode" de Descartes consiste moins à “raisonner à la française” qu'à "réfléchir" (et on osera dire : en un sens breton..., puisque Descartes "viendrait de Bretagne", ainsi que nous l'ont appris les parisiens eux-mêmes au 19ème siècle). En effet, le mot “méthode” provient du grec “méta-hodos” (“l'au-delà du chemin”, entendant par “chemin” celui de la réflexion, soit “le retour en arrière”, pour mieux comprendre les événements, et non “le bond en avant de la raison”).

Revenons donc sur ce terme : réfléchir consiste à “faire retour sur un événement”. Non pour "l'analyser de l'extérieur" (à partir de la réaction ou du réflexe que cet événement provoque - en l'occurrence, dans le cas des attentats parisiens, la légitime révolte -), mais pour en extraire "toute la signification de l'intérieur" (de quoi l'événement témoigne-t-il, c'est-à-dire de quelle réalité non perçue “a priori” et que la réaction primaire ne prend justement pas en compte?).

Nous devrions tous, et plus encore en tant qu'occidentaux, profondément nous remettre en question, et donc réfléchir, à l'occasion de ces attentats (inédits par leur ampleur et leur signification, au point que la planète entière se sente concernée). Or, les médias sont au contraire dans la pure réaction, flattant un populisme et un simplisme absolument pas à la hauteur de la véritable horreur : petites caricatures, petits dessins, petits slogans ou petits logos (“l'amour contre la haine”, “aimons-nous les uns les autres”, “nous sommes tous Paris”…). Comme si nous étions incapables de comprendre que ces actes terroristes témoignent de toute cette horreur qui se joue ailleurs (notamment en Syrie). Horreur dont nous ne savons au fond strictement rien, et dont nos gouvernants sont, en partie et depuis des années, responsables.

La philosophie nous apprend donc que vivre véritablement “ce qui se passe” (l'événement) ne revient pas à y réagir de l'extérieur, mais à le comprendre de l'intérieur. En l'occurrence, personne ne semble vouloir comprendre à Paris que, dans cette tragédie, le premier ennemi, c'est soi-même, c'est-à-dire celui qui, précisément, réagit (et dont il faut en premier lieu se méfier). L'attentat n'est en ce sens que le symbole de notre incapacité foncière à nous remettre en question et à réfléchir. Pour le formuler autrement, l'Etat Islamique ou Daesh, n'est qu'une conséquence indirecte de notre comportement d'occidental depuis des années ! Les parisiens ne semblent pas vouloir le percevoir, embrigadés qu'ils sont dans leur “bulle médiatique et idéologique”, si confortable et à l'air, hélas, artificiel...

Daesh en 2015, c'est aussi et d'abord l'expression de la misère, de la désespérance et de la souffrance de toute cette “périphérie occidentale ” comme le formulait en 2004 Jean-Christophe Rufin dans son roman intitulé “Globalia” (cf infra). “Périphérie”, ou “province”, qui ne comprend pas que l'on puisse vivre en 2015 à Paris dans de si beaux et si grands appartements, aller régulièrement à des concerts ou à des matchs de foot, et prendre des verres en terrasse “comme si de rien n'était”. Alors que le reste du monde souffre tant la misère, au point de se faire littéralement exploser sous nos fenêtres, à l'instar de ces moines vietnamiens qui se faisaient enflammés vivants devant les forces américaines dans les années 1960...

Il s'est peut-être moins agi vendredi dernier d'“un attentat contre la France” que d'un attentat contre Paris (et contre son insolente “joie de vivre” dans une année noire comme 2015). Mais après tout, la France (ou l'idée que l'on se fait de la France) n'existe aussi qu'à Paris… Paris d'argent, d'inconscience et d'arrogance (que tout le monde confond à l'étranger avec “l'ensemble du territoire”). Personne n'est donc plus “à l'abri” nulle part : à Paris et sur “le reste du territoire” (que les parisiens osent encore appeler “province”, comme si celle-ci n'était pas française comme eux...). Nulle part à l'abri, et surtout pas derrière nos écrans de télévision, nos smartphones et autres "journaux nationaux" qui ne nous disent plus rien de ce qui se passe en réalité, ni de nous-mêmes. Allant même jusqu'à trahir ce qu'il faudrait ressentir face à l'événement (l'urgent besoin de "réfléchir", et non de "réagir") !

Ainsi que le formulait l'intellectuel récemment disparu (le 4 novembre dernier), René Girard (qui n'avait rien d'un “illuminé”), nous sommes définitivement entrés dans une phase apocalyptique de nos sociétés, soit "l'engendrement de la violence par la violence". Comme Girard l'expliquait fort à propos, nous désirons tous la même chose et, dans le même temps, nous refusons de prendre en compte nos différences réelles (croyant ainsi être tous les mêmes). Soit la définition de "l'Enfer sur Terre" : l'incapacité à reconnaître l'autre dans sa réelle différence. Ainsi qu'en témoigne l'idéologie française (ou parisienne) depuis des siècles, notamment en ce qui concerne la spécificité bretonne. Une spécificité qui est d'âme ou d'esprit, avant d'être “culturelle” ou “sociologique”. Paris préférera donc disserter à foison, en ce mois de novembre 2015, sur ces notions “philosophiquement abstraites ” que seraient celles de “Mal, de Néant ou d'Injustice” plutôt que de remettre en question son manque total de connexion à ce qui s'appelle en philosophie "la réalité" (qui est avant tout, comme le rappelle de manière géniale René Descartes, "une exigence de notre esprit").

Pour l'UPPB-BI,

Simon Alain.

a) Le cycle de l'automne 2015 de l'UPPB est toujours en cours : (voir le site)

b) "Globalia" (un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre) est un roman d'anticipation développant une dystopie (ou contre-utopie) écrit par Jean-Christophe Rufin et publié en 2004.

Une sorte d'État mondial, Globalia, assure à ses citoyens la sécurité, la prospérité et une certaine forme de liberté à partir du moment où ils ne remettent pas en cause le système. Les zones sécurisées sont principalement situées dans l'hémisphère nord, tandis que les non-zones, essentiellement dans l'hémisphère sud, sont réputées inhabitées et servent de refuge à des populations que le pouvoir central qualifie de « terroristes ». Baïkal, un jeune Globalien, cherche à fuir cette société qui lui pèse. Ce jeune homme se fait enrôler dans une machination que Ron Altman a inventée. Celle-ci consiste à créer un ennemi public numéro un pour allier les globaliens contre cette menace extérieure des "non-zones".

Grands points de réflexion :

•Le besoin d'un ennemi pour la cohésion d'une société et la dérive totalitaire au nom de la lutte contre celui-ci.

•La faiblesse du pouvoir politique face au pouvoir économique

•La difficulté de concilier liberté et sécurité (bulles/Protection Sociale).

•Les risques de l'étude historique et de la mémoire historique pour la paix en société.

•La société a-t-elle le droit d'exclure des individus au nom de son bien-être (non-zones).

•L'infantilisation des masses au nom de leur bien-être (Fête de la pluie).

•Les risques de la jeunesse pour la société (Contrôle des naissances et crainte des déviances).

•Le rôle des médias dans la perception de la société et sa cohésion (Mise en scène des attentats/moniteur).

Voir aussi :
Simon Alain est l'auteur de huit ouvrages publiés aux Editions Yoran Embanner. Il a créé dans le cadre de "Breizh-ImPacte" en 2012 une « Université Populaire de Philosophie Bretonne ».
Voir tous les articles de Université Populaire de Philosophie Bretonne (UPPB)
Vos 7 commentaires
ar hole briz Le Mardi 17 novembre 2015 20:44
Et puisque vous citiez le sublime Rene Girard, on constate deja que les mecanismes de la violence mimetique ont commences en Bretagne, a Pontivy, a se manifester. Sans parler des boucs emissaires, peut-etre est-ce le bon moment pour relire la Violence et le Sacre.
(0) 

Simon Alain Le Mardi 17 novembre 2015 22:35
D'accord avec vous. Et la violence est toujours d'abord symbolique avant d'être physique. Attention donc aux amalgames. Parlant de violence symbolique, l'attitude parisienne envers la Bretagne demeure éloquente. D'ailleurs, que peut véritablement comprendre "un bobo parisien" au monde de 2015 ? Il continue de s’'extasier devant New York sans savoir que les Américains considèrent cette ville comme une pure aberration. Il parle de “culture anglo-saxonne” lorsqu’il se rend en “Grande-Bretagne”, sans savoir que le coeur culturel de cette île est le Pays de Galles (la Britain), et non les traces des envahisseurs saxons (Prusse) ou angles (Danemark). Il juge les autochtones “sympathiques” lorsqu’il se rend à Lille et les provinciaux “attendrissants” lorsqu’ils se rend à Tours ou à Angoulême... Il vous rit au nez lorsque vous lui expliquez "que le Mont Saint-Michel est breton", et il s’énerve tout court quand vous lui expliquez "que l’on a donné la Normandie aux Vikings au 10ème siècle pour qu’ils n’envahissent pas Paris et qu’ils matent au passage les Bretons" (eux-mêmes rendus aux portes de Paris...). Pour ne pas lui rappeler que “le débarquement de Normandie” (Overlord) en 1944 était initialement nommé “Bataille de Bretagne” par Roosevelt et par Churchill eux-mêmes. Il suffit aujourd’hui de se rendre au cimetière américain de Saint-James (ne pas prononcer le ”s” en français...) pour apprendre qu’il est connu comme “cimetière breton”. Ce qui explique que la petite commune de Saint-Hilaire-du-Harcouët située à côté soit renommée sur les panneaux indicateurs “ Saint-Hilaire-du-H.” (ce qui est absurde et qui sert à valoriser le caractère normand de la région au détriment de son origine bretonne) Quant à apprendre à notre bobo parisien que son philosophe de référence, René Descartes, a été empoisonné par un prêtre catholique français en 1650, et non “mort d’une pneumonie”, c’est là peine perdue... Et le monde entier, qui le sait pourtant, ne saura le froisser sur cette délicate question... tant c’est presque toute une partie de la culture française qui en dépend…
(0) 

yann ar born Le Mardi 17 novembre 2015 23:45
Globalement d'accord avec vous, notamment sur l'analyse que vous faites de la réaction des médias parisiens.
Cependant en indiquant aussi que "l'Etat Islamique ou Daesh, n'est qu'une conséquence indirecte de notre comportement d'occidental depuis des années", ne faites-vous pas la part belle à ce ramassis mafieux et apatride, qui ne connaît que la violence, et non la conviction, et qui fait fuir les populations précédemment établies là où il entend s'implanter. Je veux bien comprendre ce tragique évènement, au sens où vous le souhaitez, mais j'aurai toutes les difficultés du monde, à comprendre les personnes qui se réclament de ce pseudo état dit islamique. Il me semble que leur état d'esprit -s'ils en possèdent- est bien éloigné de toute raison et de tout sentiment.
(0) 

Simon Alain Le Mercredi 18 novembre 2015 08:22
D'accord également. L'article réagissait bien au traitement médiatique parisien de l'événement, et non à la nécessaire action policière veillant à la sécurité de l'ensemble du territoire. En un sens, les jeunes kamikazes sont aussi des victimes d'un certain endoctrinement de la part de cette organisation mafieuse qu'est Daesh. Il demeure qu'au point de vue culturel beaucoup reste à faire... Comment comprendre ces réactions parisiennes traitant ces jeunes kamikazes de (je cite) "fumiers ne sachant pas ce qu'est un bon concert de rock" (?) ou "d'ordures ne sachant pas profiter de la vie" (le peuvent-ils seulement ?). Il semble que ni le vocabulaire, ni l'analyse, ne sont appropriés. Quant aux légendaires "insouciance et légèreté culturelle parisienne" (que, paraît-il, les Américains nous envient), il y aurait aussi beaucoup à dire... Il est d'ailleurs intéressant de remarquer combien les médias américains ressortent des clichés concernant la culture française à l'occasion de ces attentats. Comme si nous allions "résister (je cite HBO) à coup de Jean-Paul Sartre, d'Edith Piaf et de Gauloises". Comme si les Américains en étaient restés à 1944... Voir le site :
(0) 

konan Lasceau Le Vendredi 20 novembre 2015 10:47
"Comme si nous étions incapables de comprendre que ces actes terroristes témoignent de toute cette horreur qui se joue ailleurs (notamment en Syrie). Horreur dont nous ne savons au fond strictement rien, et dont nos gouvernants sont, en partie et depuis des années, responsables."
En effet, le secteur Syrie/Irak est un joli pactole Pétrolier, ainsi qu' au niveau du gaz, phosphate et autres richesses très convoitées (expliqué par un des intervenant sur France 5 il y a trois jours)
Les hommes politiques de ces Pays ne sont que des pions des "superpuissances" néo-coloniales. Un jour on les met au pouvoir et le lendemain on les fait exfiltrer ou décapiter.
(0) 

Simon Alain Le Vendredi 20 novembre 2015 12:41
D'accord aussi, et ce que nous entendions signifier par le fait que "le parisien type", tel que véhiculé par les médias en ce mois de novembre, n'entend pas grand chose au monde de 2015... Il n'est qu'à en juger à son sourire condescendant lorsqu'on lui parle de Maroc ou de Tunisie tant ces lieux dits "enchanteurs" évoquent pour lui " les vacances "...
(0) 

konan Lasceau Le Mardi 1 décembre 2015 23:26
Nous ne sommes pas une terre d'Islam. Dans la France qui travaille dur, qui éduque et transmet, on ne brûle pas les voitures. Dans ce cadre, si des Français peuvent être de confession musulmane, c'est à la condition seulement de se plier aux moeurs et au mode de vie que l'influence grecque, romaine, et seize siècles de chrétienté ont façonné. Chez nous, on ne vit pas en djellaba, on ne vit pas en voile intégral et on n'impose pas des mosquées cathédrales.
Qui n'a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n'est pas vraiment Français.
Oui! Oui! et Oui!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons