Yves Laîné, nouveau chancelier de l?Ordre de l?Hermine
Communiqué de presse de Institut Culturel de Bretagne
Communiqué de presse de Patrick Malrieu

Publié le 25/06/13 19:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'Institut culturel de Bretagne annonce qu'Yves Laîné a accepté la charge de chancelier de l'Ordre de l'Hermine, une distinction accordée par ses sections pour honorer les personnalités qui ont œuvré pour la Bretagne, dans quelque domaine que ce soit.

Yves Laîné, né le 7 mars 1937, à Nantes, est à la fois, un Nantais, dont la foi en l'avenir de la Bretagne avec la Loire-Atlantique est une boussole, un homme ayant eu une vie professionnelle tournée vers le développement économique par la mer et un homme toujours engagé dans différentes facettes de la vie de son pays. Le livre-culte de Morvan Lebesque, autre Nantais à la bretonnité sensible, «Comment peut-on être breton?», lui donné des repères, alors que directeur commercial du port de Saint-Nazaire, il intègre le Comité de liaison des intérêts bretons (CELIB) en 1971. De manière logique, il succède à Yann Poupinot à la présidence de B5, qui préfigure le Comité pour l'unité administrative de la Bretagne (CUAB), devenu aujourd'hui Bretagne réunie. Pour lui, comme le dit le titre d'un de ses livres, la Bretagne peut être un objet d'ambition pour un Nantais. Il est de l'aventure de la création de la ligne maritime Montoir-de-Bretagne-Vigo, qui veut redonner à la Bretagne son rôle de porte vers une autoroute de la mer en direction de la péninsule ibérique. Il avait exposé cette idée dans son premier livre : «Europe, rends-nous la mer !». En 1976, il entre dans la jeune compagnie de ferrys, Brittany Ferries, basée à Roscoff, et y fait carrière, jusqu'à en être le directeur du développement. Cela ne l'empêche pas de toujours vouloir souligner que Nantes est en Bretagne, puisqu'il est de ceux qui font arriver, en 2010, le Tro Breizh, un pèlerinage d'autrefois, dans sa ville où il ne passait d'ailleurs pas. Après des essais économiques, il écrit des romans, en partie inspirés de son histoire familiale, et devient président de l'"Association des écrivains bretons-Unvaniez Skrivagnerien"Vreizh" en 2007 et lui donne un nouvel élan. A l'Institut culturel de Bretagne, c'est à la Section Droits et Institutions qu'il apporte ses compétences et il la préside quelque temps. En 2006, il montre qu'un sondage de TMO sur le sentiment breton en Loire-Atlantique n'est pas fiable, principalement, parce que l'échantillon interrogé était trop faible. Pour Nantes, l'un de ses désirs et d'en faire une ville portuaire qui se place dans le prestigieux sillage de son grand homme, Jules Verne, connu dans le monde entier. Le Projet Jules Verne comporte plusieurs éléments, dont le plus original est de reconstruire le pont transbordeur, tandis que le Vernoscope pourrait être un parc d'aventures scientifico-ludique. Il voudrait aussi qu'on crée une immense serre froide qui accueillerait certaines plantes tropicales qui n'ont pas besoin de températures élevées, comme on en trouve à Lisbonne et en Espagne. Dans toute sa vie publique, il a voulu apporter des idées, faire bouger les Bretons, dont il déplore le manque d'impertinence.

Livres publiés par Yves Laîné :-

Europe, rends nous la mer ! , 1976, Éditions CELIB

- L'ambition de Bretagne d'un Nantais 2002, Éditions du Petit Véhicule

- De la pertinence de sociétés duales 2004, Forum des Droits Humains.

- Les ailes et le sang 2006, Éditions Cheminements - Alfred K., zouave et communard 2008, Éditions Cheminements - Jean-Marie, chouan de Bretagne 2012, Éditions Écrituriales (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Institut Culturel de Bretagne / Skol-Uhel ar Vro. Développement et diffusion de la culture bretonne à l'ensemble de la Bretagne. Colloques, conférences, journées de travail, publications.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.