Un modèle politique breton ? Une enquête parue chez Coop Breizh

-- Politique --

Presentation de livre
Par Christian Rogel

Publié le 16/01/14 20:31 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Valérie Le Nigen, Christian Gouérou, Erwan Chartier-Le Floc'h signent un livre d'enquête et d'analyse sur la Bretagne politique dans tous les sens du terme. Il est dans la lignée de ceux qu'Erwan Chartier a publiés, avec d'autres, ces dernières années.

Il va plus loin car, si les entretiens avec des personnalités politiques de poids occupent une part un peu moindre, c'est pour faire de la place à des analyses signées par des experts ou rédigées par les auteurs et qui , éclairent le passé et les concepts politiques en jeu, parfois particuliers à la Bretagne (autonomisme, France fédérale...). Grâce à cela, il devient une sorte de petit manuel de la politique en Bretagne, sans oublier de s'adresser à un large public.

Vingt-cinq personnalités ont été interrogées et leurs actions et propos sont mis en perspective, et parfois suivis d'une interview, parfois non.

Elles sont réparties en trois catégories  : la gauche parlementaire (hors le Parti de Gauche), la droite parlementaire et les régionalistes.

Ce qui est ici rassemblé est très intéressant, car, il résume et éclaire la vie politique en Bretagne depuis 40 et même 70 ans, qui a été marquée par le basculement à gauche.

Des grands artisans de celui-ci sont interrogés : Louis Le Pensec, Edmond Hervé, Jean-Yves Le Drian, Pierre Maille, mais, pas Charles Josselin qui fréquentait, dans les années 70, le Club des Bonnets rouges.

On peut regretter que l'analyse se contente du niveau où le placent souvent les intéressés : celui des individus.

Poignant et Le Pensec, comme Guellec et Cozan n'étaient pas en désaccord pour des raisons personnelles, mais, ils étaient très opposés sur un clivage centraliste/régionaliste.

Les rocardiens régionalistes du PS ont été prépondérants dans leur parti au début des années 80 et ont été ensuite refoulés par des centralistes, qui peuvent accepter, par réalisme électoral, des politiques économiques et culturelles locales.

Autre petite réserve : un panorama politique qui ne concerne que les 6 plus grandes villes n'en est pas vraiment un.

En endossant le sarkozisme bonapartiste contre ses convictions de centraliste modérée, Bernadette Malgorn, tête de file aux Régionales de 2008, se mettait un boulet au pied.

La jeune génération de droite marque sa différence avec l'ancien président trop influencé par la droite dure du Sud-Est, qui agite des thèmes (sécurité et immigration) qui ne sont pas prégnants en Bretagne où on préfère parler d'emploi et de transports.

Chaque rubrique peut faire se poser encore plus de questions, tellement, l'analyse politique manque de concurrence en Bretagne.

On n'en apprécie que mieux les stimulantes contribution de Romain Pasquier, Jacques Baguenard et Yann Le Meur qui rassurent sur la capacité des universités de Bretagne à apporter des éléments utiles.

Tous les sujets qui agitent la scène locale sont évoqués : agriculture, désenclavement, langue bretonne, réunification de la Bretagne, métropolisation, fracture Est-Ouest.

Actualité oblige : le récent mouvement des Bonnets rouges apparaît, mais, il ne prend en compte que les événements d'octobre-novembre 2013 et ne peut traiter de la nouvelle forme qu'il a prise (comités locaux partout en Bretagne (voir notre article)).

L'interview de Christian Troadec est intéressante par ses remarques sur le changement dans l'origine des militants socialistes et des élus.

Et le dessinateur Nono, comme à l'habitude, apporte ses petites respirations un peu goguenardes et décalées.

Christian Rogel

Un modèle politique breton ? Enquêtes, analyses, entretiens, portraits, Coop Breizh, 2014. 15 ¤. ISBN978-2-84346-642-7

Voir aussi :
mailbox imprimer