-- Politique --

Trois raisons pour revenir aux anciennes provinces du royaume de France

Bien sûr le nom même de province est contestable et contesté puisqu'il signifie en latin «le pays des vaincus». Il est toutefois à noter que si ces peuples initiaux ont été vaincus par les Romains à des moments et des endroits différents c'est qu'ils formaient déjà des identités et des territoires distincts. Revenir à ces régions est inévitable pour trois raisons de taille : ce sont des entités bien plus anciennes que les départements ; ce sont des territoires à forte identité et finalement ce sont les unités de base de la future république européenne.

46769_2.jpgDes territoires dont certains sont des entités distinctes depuis 2500 ans.

Des territoires plus anciens que les États

Alors que les départements n'existent que depuis 230 ans, la pluspart des provinces de l'ancien régime ont plus de 1000 ans. Certaines même ont 2500 ans et remontent directement à une peuplade celtique arrivée au 5e siècle av. J.-C. comme la Saintonge-Aunis qui correspond au territoire qu'occupait la tribu gauloise des Santons, comme d'ailleurs le Poitou, ancien territoire des Pictons, ou l'Auvergne, ancien territoire des Arvernes. On peut faire remonter d'autres territoires à leur constitution en tant que royaume indépendant comme la Bretagne en 849 ou la Provence en 855, ou en duché comme la Normandie en 911 ou l'Orléanais, voire en comté comme Nice ou le comté de Foix. Beaucoup de ces territoires ont été indépendants à un moment ou à un autre de leur histoire. Certains ont appartenu à certains moments à différents états ou royaumes comme l'Alsace, la Lorraine, la Corse, la Savoie, l'Aquitaine, la Normandie ou le comté de Nice.

Des territoires à forte identité pour une économie forte

Il est maintenant reconnu par toutes sortes d'études au niveau international que les économies les plus dynamiques sont intrinsèquement liées à une identité forte. L’identité a fait son entrée dans l’analyse économique depuis une dizaine d’années. Des travaux pionniers tels que ceux d’Alesina, Baqir et Easterly (1999) ont ainsi mis en avant le rôle de l’identité ethnique dans la fourniture de biens publics aux Etats-Unis, et ont depuis été suivis par de nombreuses études. L' étude théorique majeure qui analyse les conséquences de l’introduction de l’identité dans le mode de raisonnement économique est une collaboration de plus de dix ans entre les économistes américains George Akerlof (prix Nobel en économie) et Rachel Kranton (PhD), résumée dans leur livre Identity Economics (2011). En Bretagne, le professeur d'économie Joseph Le Bihan a organise depuis 25 ans des conférences sur le sujet de la nécessité d'enraciner l'économie dans l'identité. Ces réflexions ont débouché sur la création de Produit en Bretagne.

En France, et en général en Europe, les identités les plus fortes se retrouvent dans les anciennes provinces. Même si elles sont souvent ancrées dans des parlers, composantes de ces identités, comme le breton et le gallo en Bretagne, le poitevin en Poitou, l'alemanique en Alsace, ces identités dépassent le plus souvent les aires linguistiques. D'ailleurs des régions comme la Provence , le Languedoc et l'Aquitaine partagent l'occitan. Le poids d'une histoire et d'une identité communes semble l'emporter sur les différences linguistiques bien que la langue reste dans certains cas une arme politique contre l'uniformisation et l'assimilation hep brezhoneg, Breizh ebet. disent les Bretons (sans le breton, pas de Bretagne).

L'identité de ces anciennes provinces est constituée non seulement de personnes partageant un héritage culturel, d'une faune et d'une flore, et de paysages spécifiques, mais aussi d'un savoir faire unique. On dit un «baudet du Poitou», une «vache normande», un boeuf limousin, une «choucroute alsacienne», une «salade niçoise», un «bleu d'Auvergne», du «boeuf bourguignon», une «carbonade flamande», une fondue savoyarde, ou un «homard breton» ou encore un «Épagneul breton» et non pas un «baudet des deux-sèvres», une «choucroute du bas-Rhin», un épagneul coastarmoricain ou un «homard finistérien» ! Il n'y a pas «de vin de la Marne» mais du «Champagne», pas de «Maine-et-Loire» mais des «vins d'Anjou» comme des «rosés de Provence» ou des «vins d'Alsace». A part une ou deux exceptions comme la Vendée, les départements ne sont ni des terroirs, ni des pays, encore moins des appellations contrôlées connues mondialement.

Le projet de diviser la France en départements commença avant la révolution. Il s'agissait au début de simplifier la fiscalité, mais la révolution reprit le concept et pensa par la même occasion faire table rase du passé et d'identités millénaires en quadrillant le territoire comme un jeu de dames. C'est un échec comme le sera le nouveau découpage régional arbitraire issu de la réforme territoriale de 2014.

Des territoires à l'échelle européenne

Comme l'affirment la politologue Ulrike Guérot (voir notre article) et le philosophe et politologue suisse Jean-François Billeter, la république européenne ne pourra se construire sur les états-nations trop peu désireux de partager leur pouvoir avec un gouvernement fédéral mais devra se construire à partir des régions, les anciennes divisions territoriales qui ont existé depuis la nuit des temps avant les États-nations. «le retour des régions en Europe est désormais irréversible» a déclaré Ulrike Guérot dans une tribune du Monde du 22/12/17. «L’Histoire politique de l’Europe butte sur l’idée de nations qui ne peuvent pas déléguer leur souveraineté car c'est dans leur essence d'être des États souverains» écrit Jean-François Billeter dans Demain l’Europe chez Allia éditions.

Ce qu'a parfaitement compris Ulrike Guérot c'est que construire une République européenne n'est pas plus difficile que de construire la République française en 1790 : une république où 90% des habitants ne parlaient pas le français ! Plus facile même, car il n'y aura, ni génocide vendéen, ni de Robespierre, ni de Bonaparte, juste la volonté des citoyens européens d'instaurer un droit européen universel et supra-national et une égalité devant ce droit. De Cervantes à Mozart, de Marco Polo à Jules Verne, de Copernic à Galilée, des mégalithes aux cathédrales, il s'agit d'abord d'assumer un héritage et une culture commune à tous les Européens. Ensuite, il s'agit d'entrevoir un futur commun dans un monde dominé par les États-Unis, la Fédération de Russie et la Chine.

Sans ce projet politique, l'Europe économique ne survivra pas. Pour créer une Europe politique, une république européenne confédérale, il faudra donc abandonner les États nationaux et helvétiser tout le continent. Les régions seront les cantons suisses avec les même droits. Ils seront représentés par un sénat comme les landers allemands ou les états américains.

Le seul fait que les états nationaux soient à l'origine de deux guerres mondiales ayant causé la mort de 40 millions de personnes uniquement sur ce continent est suffisant aux yeux de beaucoup, pour les discréditer à tout jamais.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 2824 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. Voir le site et Voir le site

Vos commentaires :

kris braz
Jeudi 31 janvier 2019

à voir, article fort intéressant trouvé sur Agoravox : (voir le site)

Frank Darcel
Jeudi 31 janvier 2019

excellente synthèse, vive la république européenne, vive la Bretagne !

Youenn Le Gotic
Jeudi 31 janvier 2019

@ Kriz Braz, votre lien est fort intéressant.

Pour rappel la Suisse est un petit Etat fédéral et multilingue, qui n'a pas adhéré à l'UE

Didier Lebars
Vendredi 1 fevrier 2019

Le lien Agoravox est effectivement très intéressant.

Un sondage en Savoie donnait une majorité de personnes pour devenir un canton Suisse. On les comprend avec un SMIC à plus de 3000 € suivant les cantons, une autre manière de mesurer la performance des 2 systèmes.

Lu dans les commentaires :

(voir le site)

Jacques
Vendredi 1 fevrier 2019

Les slogans comme ''vive une République Européenne'' m’inquiète...

Nous vivons déjà dans une République et nous voyons bien la limite de la chose pour ne pas dire la dérive de la chose...

L'important n'est pas dans quel système nous vivons mais quel est l'état d'esprit sont les gens qui y vivent....

Or ils semblent que nous rêvons de l'apparition d'un système salvateur, alors que le salut vient de nous...

J'y vois un manque de confiance en soi, un manque de confiance la communauté humaine que nous formons et que l'on appelle la nation bretonne...

La Démocratie, c'est ''le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple''.... Cela n'a jamais été ''un système miraculeux venant d'où on ne sait où et qui nous veut du bien et nous protégera...'' !

La solution est donc avant tout en nous!

Un premier pas a été fait avec les 105000 signature, il faut continuer et se réapproprier notre légitimité... c'est à dire notre démocratie!

@ Didier Lebars,

La Savoie aurait du être un canton suisse... s'il n'y avait pas eu tractation entre 2 puissances (Italie et France) pour ce partager le territoire de cette région... Le drapeau savoyard qui est le négatif du drapeau suisse n'est pas sans raison...

Ce n'est pas les 3000€ qui feront des Savoyards des Suisses, mais la logique historique et culturelle qui fait que c'est là leur place... si d'autres n'avaient pas décidé à leur place..!

Jean-Pierre C.
Vendredi 1 fevrier 2019

Bonjour,

Ces anciennes provinces n'ont rien d'historiques et ne sont pas plus légitimes que les départements ou régions actuelles. Elles sont le fruit des aléas de l'histoire et n'avaient rien de culturel. La Bretagne est issue d'invasion d'outre-manche puis de guerres de seigneurs qui voulaient agrandir leur fief sans aucune prise en compte de la culture des habitants. Ce que l'on appelle les Hautes et Basses Bretagne sont l'illustrations de cette construction artificielle. Autant prôner un retour aux évêchés ecclésiastiques où aux régions romaines de la gaules où aux limites des confédérations gauloises (qui seraient bien plus légitimes que les anciennes provinces).

Cordialement,

Jean-Pierre

P. Argouarch
Vendredi 1 fevrier 2019

@ J.P, Pouquoi vous n'allez pas dire çà aux Bavarois , aux habitants de la Thuringe, des Saxes, le Palatinat ou le Bade Wurthemberg et à tous les habitants des Landers allemands, des territoires presque tous issus d'anciens royaumes ou principautés (mais pas Berlin Hambourg et Brême). Puis allez le dire aux Galiciens, et aux Catalans. Et puis pendant que vous y êtes allez dire aux Normands, aux Alsaciens, aux Auvergats, aux Corses, aux Provencaux que leurs territoires ne sont que des accidents historiques aléatoires...

Youenn Le Gotic
Vendredi 1 fevrier 2019

La Haute-Bretagne est une invention française, le breton ayant été parlé dans la majeure partie de ladite Haute-Bretagne. A ce compte là toute la Bretagne est en Haute-Bretagne.

Sinon il est bon de rappeler que l'on parle officiellement de Confédération Helvétique et non de Suisse. La Suisse est une simplification, en partant d'un canton originel, un peu comme la simplification "Hollande" quand on parle des Pays-Bas.

Mais, et ce n'est pas un hasard, le mot "France" n'est pas une simplification mais le nom officiel. Ainsi la France, c'est à dire l'Ile-de-France, a tout vampirisé. Transposé, le modèle hélvétique aurait conduit à une Confédération Gauloise (avec des cantons relativement proches du périmètre de nombreux départements) dont la Bretagne n'aurait d'ailleurs pas nécessairement fait partie.

Paul Chérel
Vendredi 1 fevrier 2019

Très beau plaidoyer en faveur de territoires "régionaux" basés sur leur population, leur propre histoire, leurs us et coutumes (mœurs) leur culture, parfois leur langue, etc., contrairement à ce que nous dit Jean-Pierre C. Peu de chances toutefois que ce plaidoyer soit entendu par une France qui tient à son découpage départemental imbécile inventé de toutes pièces sur la base obsolète de la distance maximum qu'un BON cheval était capable de parcourir en un jour à cette époque. Nous n'en sommes plus là mais la France y est restée. C’est un Etat-nation, type médiéval.

Reun Allain
Vendredi 1 fevrier 2019

A Jean Pierre C, je vous cite : "Ces anciennes provinces n'ont rien d'historiques et ne sont pas plus légitimes que les départements ou régions actuelles.". Heu oui peut être ! Un peu léger comme raccourci vous ne trouvez pas ?

Si des noms de "provinces se sont inscrits dans les mémoires collectives même après plus de deux siècles de négation par voie administrative républicaine (je n'ai pas dit démocratique), on peut penser qu'il y a des raisons à cela mais qu'elles sont-elles ? La première à mon humble avis est que ce qui succédèrent aux provinces n'ont pas d'histoire. Sur quel fondement peut-on écrire ce qui marqua l'histoire d'un département ?

On n'a jamais entendu dire que des sujets (citoyens pardon) se soient battus pour défendre un département. Ce sont des entités totalement abstraites qui n'ont éventuellement de réalité humaine que le rapport des gendarmes avec la préfecture (on dit que les dimensions se voulaient être dans les limites de parcours à cheval).

En ce qui concerne les "provinces", elles se rattachent à des possessions qui peuvent avoir été royaumes, duchés, comtés, évêchés, etc ...Il ne s'agit pas ici de donner une légitimité morale à leur existence. Elles étaient, c'est tout. Il y eut des guerres pour défendre les domaines et les pouvoirs qui y étaient attachés. Des gens mouraient pour cela, ils ne mouraient pas pour la gloire mais c''est ainsi que se sont écrites les pages d'histoire. Il ne viendrait à l'idée de personne de nier, par exemple l'histoire, de l'empire Ottoman sous prétexte que tout fut changé après la guerre 14-18. Les problèmes actuels du moyen Orient s'expliquent entr'autres, par la façon dont les vainqueurs se sont partagé les influences sur cette partie du monde. Ces histoires marquent les lieux de façon quasi indélébile parce qu'il y a quelque chose à raconter et on juge même utile de restaurer des ruines de fortifications marquant les anciennes frontières car on sait que les peuples qui perdent la mémoire du passé n'ont probablement pas d'avenir.

Tous les peuples gardent quand ils le peuvent les traces importantes de leur histoire. Tous les peuples ? Non pas tous ! Les Talibans (statues de Bouddha), Daech (Palmyre), Djihadistes maliens (Mausolée deToubouctou) etc... et les Français révolutionnaires qui détruisirent des quantité de monuments sous prétexte qu'ils étaient le symbole d'un ordre révolu. C'est au nom de cette volonté d'effacement de la mémoire qu'eurent été inventés les départements pour faire oublier ces fameuses anciennes provinces mais ça ne marche pas. Des gens se battent pour la Bretagne, l'Alsace, la Corse, etc mais jamais au nom d'un département en tant que tel..

Une chose est certaine, à part des intérêts bassement personnels de certains notables il n'y aura pas non plus de volontaires pour risquer de prendre une balle de LDB à défendre les PdL, PACA, Grand-Est, etc ...

Youenn Le Gotic
Vendredi 1 fevrier 2019

@ Reun Allain, je souscris globalement à votre message sauf peut-être ici : " C'est au nom de cette volonté d'effacement de la mémoire qu'eurent été inventés les départements pour faire oublier ces fameuses anciennes provinces mais ça ne marche pas"

Il y a à mon avis avec les départements plutôt une dimension "égalitariste" et "simplificatrice" (fin des enclaves, zones de marches, ou incongruités géographiques etc) qu'une dimension anti-mémorielle...il y a l'idée de territoire (relativement petits) de taille équivalente et de population assez équivalente aussi (le monde était rural et les différences beaucoup moins marquées qu'aujourd'hui) et de statuts équivalents, mais les anciennes proviennes en tant que tel n'étaient pas tant que ça reléguées aux oubliettes...dans notre cas par exemple les tracés orientaux de l'Ille-et-Vilaine et de la Loire-inférieure reprenaient quasi traits pour traits ceux du Duché de Bretagne. Les départements totalement hétéroclites sont assez rares au final.

Il y aurait beaucoup plus à dire avec les régions françaises qui elles aujourd'hui ont pour caractéristiques première la dimension anti-mémorielle. C'est à mon sens l'unique objectif de la réforme opérée par le PS...les régions ne servent à rien, uniquement effacer le passé en transformant la France en une sorte d'Etat colonial de l'Intérieur.

Loic Le Sellin
Vendredi 1 fevrier 2019

Plus le pouvoir s'eloigne du peuple et plus il lui est facile de le berner. Parce que,sur le fond on parle juste de la tonte du mouton! Les parasites sont bien plus gras a Bruxelles qu'a Paris. Et plus on se rapproche du cote "communal" et moins nos elus sont payes. Plus il est aussi facile de juger de leurs actions. L'argent des taxes n'y est pas ponctionne sur toute la longueur de son chemin pour faire principalement vivre la structure (les parasites elus, ou non elus d'ailleurs cf EU ). Alors revenir aux regions !? Mais quelle bonne idee! Des gens directement en phase avec leurs territoires et directement interesses au bon vivre au quotidien. Mais avec une direction generale a Bruxelles, ou mieux, a la bourse de New York puisque c'est elle ou la City qui menent une bonne partie du monde, pas sur que ce soit pertinent. Je n'ai pas envie d'etre juste bon a me faire tondre pour le plaisir narcissique de quelques nevroses apatrides.

Yves Koziel
Samedi 2 fevrier 2019

Bravo à Philippe Argouarc'h ! Proposition simple et convaincante.

Si les gens savent d'où ils viennent et où ils habitent, ils sont plus solidaires et plus en sécurité, et plus enclins à découvrir l'altérité.

A croire que c'est pour éviter ça que l'Etat jacobin s'y oppose ....

Luigi Barsagli
Samedi 2 fevrier 2019

La carte semble quand même arrêtée vers 1789 (pas mal de territoires présentés ont été très mouvants (Picardie, Gascogne etc) et présente certaines inexactitudes (Bigorre, Couserans et Navarre ont disparu, Rouergue et Quercy sont scindés de la Guyenne, Perche absorbé par le Maine, Anjou sans le Loudunois, sans compter que la Savoie, Mulhouse et le Niçois sont intégrés à la France mais pas Montbéliard par exemple)

Loïc.L
Samedi 2 fevrier 2019

Merci pour cette carte.

Lorsque l'on parle de culture d'un terroir, il s'agit toujours du territoire historique, a contrario des des départements ou régions actuelles que l'on devrait appeler des districts.

Le Dauphiné, la Bourgogne, la Savoie, la Bretagne, etc. Cela a du sens.

@Jean Pierre C.

Pensez vous que la France est un accident de l'histoire. Si oui vous resterez logique dans votre raisonnement. Si non, il s'agit de mepris.

Si Charlemagne n'avait eu qu'un seul fils, son empreinte n'aurait pas été scindé, et au final n'aurait pas donné naissance, plusieurs siècles après, à ces deux nations que sont la l'Allemagne et la France. à moins de penser qu'il s'agisse d'une volonté divine que les milliers d'evenements aboutissent à une nation.

Je vous invite à suivre l'évolution des frontières de la France depuis ces débuts (c'est à dire à partir des capétiens) vous allez y passer des heures et des jours. À n'y rien comprendre. Le hasard des querres et des alliances et des mariages, des batailles gagnées ou perdues, parfois juste pour des raisons météorologiques etc.

La Bretagne n'a pas changé de frontières pendant plus de 1000ans. Peut-être le hasard ?

Cette carte à beaucoup de sens.

Même des étrangers mais vivant en France se rendent compte que c'est comme si la France est constitué de plusieurs pays. C'est ça la richesse. Mais certains se sentent tant au dessus qu'ils ne se rendent même pas compte de cette richesse culturelle et historique, jusqu'à nier. Comme quoi les relents de la colonisation perdurent encore en France.

.

Rafig
Lundi 4 fevrier 2019

Pour info sur le site (voir le site)

page Géopolitique puis cliquer sur la carte "verte"

Ci-dessous, vous trouverez le Tableau des Gouvernements de la France (avant 1789)

avec les provinces, leurs territoires et pays qui si rattachent.

Source IGN

Alain E. VALLÉE
Dimanche 10 fevrier 2019

La disparition des Etats actuels ou futurs de l'UE est une dangereuse utopie. La France en particulier mais aussi le UK; avec leur véto à l'ONU, leur bombe atomique, leur ego historiquement hypertrophié, leurs territoires souverains répartis partout dans le monde ne l'accepteraient pas et même jamais. Pour les Etats qui sortent du totalitarisme nazi et communiste et qui, avant, étaient soumis dans de vastes empires (Pologne, Etats Baltes, Slovaquie, Hongrie, Tchéquie, ...), la perspective de disparaître sur l'autel de la constitution d'une "République européenne" est strictement non envisageable et impossible.

En revanche, Il serait possible et souhaitable de s'accorder sur une EU Fédérale.

Pour ceux qui ne le sont pas encore, leur fédéralisation ou leur organisation sur le mode des autonomies est évidemment très souhaitable. Dans le cas français, après le dernier charcutage (Hollande), refonder l'organisation décentralisée du pays sur les séculalres provinces serait excellent.

AV

P. Argouarch
Vendredi 22 fevrier 2019

@ Alain Vallée qui écrit "La disparition des Etats actuels ou futurs de l'UE est une dangereuse utopie" ben oui on disait aussi ça en 1788 et pourtant l'histoire a fait son chemin. Il ne s'agit pas d'empire mais de démocraties avec un vrai Sénat des "états-régions" avec deux sénateurs par territoire en plus d'un vrai parlement et aucune interférence avec les cultures et les langues.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.