Symboles et parabole à Notre-Dame-des-Landes

-- Economie --

Chronique de Christian Rogel

Publié le 22/11/12 18:58 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les opposants très divers au futur aéroport de Notre-Dame des Landes ont besoin de symboles fédérateurs pour que leur action soit «lisible», d'autant que les arguments techniques doivent se marier avec des arguments politiques.

Il y a deux axes symboliques : la lutte contre l'Etat omnipotent et donc gaspilleur et la lutte contre le «système» (dont le premier est complice) qui accapare des richesses communes.

Il est fait référence de manière, soit incantatoire, soit interrogative, aux luttes pour empêcher la construction d'une centrale nucéaire à Plogoff (là où se trouve la Pointe du Raz) et l'extension d'un camp militaire sur le Causse du Larzac (Centre Sud de la France).

C'est le premier gouvernement de la gauche qui avait renoncé aux projets en 1981.

Dans les deux cas, la remise en route d'une activité agricole sur les sites menacés avait été mise en avant comme le symbole de la lutte contre l'accaparement des terres par l'Etat.

Un berger avait été installé sur des terres rachetées par de centaines de gens à Plogoff et les agriculteurs du Larzac avaient construit de leurs propres mains une bergerie illégale en pierre du pays. Là aussi, des gens de toute la France avaient acheté des parcelles de terrain.

Manque de chance, le bocage nantais associé à la lande est beaucoup moins glamour que les étendues rocailleuses et vacancières de Bretagne et du Massif Central.

A Notre-Dame des Landes, on manie des symboles, mais le sens en est très différent.

La majorité des terres a été progessivement achetée par le Conseil général de Loire-Atlantique, à la demande d'Oivier Guichard, député-maire de La Baule et ministre de l'Equipement de 1972 à 1974.

Ce qui restait a été acheté par Vinci en 2011-2012 et la procédure d'expropriation finale doit être achevée au début de 2013.

Il n'y a donc pas une nombreuse population locale, comme dans les deux affaires précédentes, qui puisse occuper le terrain physiquement et mettre en place des occupations symboliques.

Comme la population manquait, il a fallu la «créer» et ce sont quelques dizaines de jeunes, appelés les «Camille» (ils se font tous appeler ainsi), qui sont venus s'installer dans des bâtiments abandonnés ou des cabanes perchées dans des arbres.

Une fois que ces abris ont été détruits par les autorités le 16 octobre dernier, ils ont été reconstruits, à partir du 17 novembre, sous forme de grands bâtiments de bois, dont certains serviront de lieux de réunion.

Une partie des occupants se consacre à la production agricole, comme les légumes bio destinés à être vendus dans des circuits courts.

Et c'est là que se trouve la différence avec les deux luttes précédentes.

Ces activités sont présentées comme un contre-modèle de vie, une vie qui exclurait, l'agriculture intensive et polluante, le commerce façon grande distribution et l'usage de véhicules consommant des ressources non renouvelables, dont l'avion est l'exemple le plus vorace.

Il ne s'agit plus de symbole, mais de parabole.

La parabole est un discours religieux. Elle est portée par un ou des prophètes gourous et les premiers disciples.

Le prophète raconte des histoires moralisatrices et présente ses disciples en exemple de nouvelle vie harmonieuse.

Certains des disciples sont connus pour avoir porté haut les couleurs de la nouvelle religion et souffert une sorte de passion du Christ.

Ainsi, José Bové, venu réouvrir une maison expropriée, lève haut son tournevis pour rappeler qu'il est un converti qui s'est déjà illustré pour la nouvelle foi comme squatter au Larzac en 1976 et démolisseur d'un MacDonald's en 1999.

Le beaucoup moins exubérant, Jean-Vincent Placé (président du groupe des sénateurs verts), se contente de dire que sa présence est normale, mais, il aura, plus tard, une autre messe à célébrer, moins joyeuse, avec ses «partenaires» socialistes.

La parabole du retour à la vie naturelle joue le rôle qu'on attend d'elle : unifier des sensibilités différentes, de projets politiques concurrents et des espoirs de faire bouger «le système».

Un symbole est fait pour envoyer un signal, une parabole est plus complexe à manier.

Elle devra subir l'épreuve en grandeur nature du retour plus ou moins lointain à la légalité.

Le «mauvais» shériff de Nottingham voudrait parler avec la bande de Robin des Bois et lui dire que, (c'est un exemple), il voudrait partir tôt le matin pour aller en avion pour faire des affaires à Kiev.

Ils lui répondent par la parabole de l'agriculture bio et lui conseillent :

- d'y aller en train (30 h)

- de passer par Roissy (+ 2 h 30). Impossible de revenir le soir.

- d'arrêter de nourrir le capitalisme et de devenir maraîcher

- d'oublier ses réélections successives et de démissionner.

Que va faire le shériff qui ne veut pas subir le sort de son prédécesseur dans la légende ? Il refuse d'aller sur le terrain des symboles. Sa parabole à lui, c'est que Nottingham va devenir le Manchester du Royaume.

Pour lui, Robin des Bois pourrait rester au fond de la forêt, si celle-ci ne devait pas être, bientôt, une plate-forme pour s'élancer dans le vaste monde.

Comment sort-on de la forêt de Sherwood ?

En prenant la place du shériff et en décapitant les seigneurs arrogants ou comme lutteur errant en quête d'une nouvelle lutte symbolique ?

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 11 commentaires
eugène Le Tollec
Mercredi 26 janvier 2022
Christian Rogel
je lis votre articleet cela me fait penser
Tout pas de progrès,toute avancée subit la critique et le courroux de certains
(voir le concorde - voir l\'ouverture d\'une autoroute -d\'une ligne TGV)
Tous projets conséquents de type d\'infrastructure provoquent des levées de boucliers,des expropriations ,la ruée des opposants de tout pays.
Un pas d progrès de l\'humanité aisse le long du chemin des scories des épines ,des laissez -pour compte.
Mais ce qui a été fait hier ,il y a un siècle fait partie des acquis.
allons nous trouver drôle de combler tous nos canaux,de détruire les barrages,etc?
Le problème fondamental est dans les choix de départ et l\'initialisation des projets qui manquent souvent d\'un véritable management de \"grand projet\" ( est ce que Guichard ,lorsqu\'il a lancé le projet NDdl pensait à la bretagne retrouvée?
Ce Monsieur n\'a jamais eu la vision supérieure ,il n\'a été que le roitelet du coin!
A-t-il réfléchi au désenclavement de la Bretagne,à son essor économique et son ouverture sur le Monde?
(0) 
yt75
Mercredi 26 janvier 2022
Ne pas oublier que ce projet est surtout une aberration économique (enfin pas pour Vinci certes) :
Le trafic aérien va --baisser-- dans les années à venir(déjà plus ou moins le cas).
Et ceci pour des raisons très banales : la crise actuelle est avant tout un monstrueux choc pétrolier, celui du pic (maximum de flux, de débit), de production mondiale de pétrole.
(voir le site)
Et on ne peut pas dire qu\\\\\\\'Hollande/Ayrault n\\\\\\\'étaient pas prévenus sur la mobilisation, voir la lettre de Warin, énarque de la même promo que Hollande et ancien directeur à la Caisse des Dépôts et Consignations à ce sujet.
Si au moins cet affaire pouvait être un révélateur dans la prise de conscience que nous sommes à/autour du pic mondial de production de pétrole, ce serait pas mal.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@ Eugène Le Tollec
Olivier Guichard était connu pour son opposition à la réunification et a présidé l'Etablissement public des Pays-de-la-Loire en 1972.
Nantes-Saint-Nazaire devait être la métropole d'équilibre, c'est-à-dire l'un des rares lieux de développement définis par Paris qui souhaitait éviter de régner sur un désert.
C'est le choc pétrolier et la victoire de la Gauche qui ne voulait pas faire de cadeau à un opposant qui ont fait que l'aéroport a été retiré des projets à court terme.
La majorité de droite du Conseil général de Loire-Atlantique a poursuivi les achats dans la zone prévue sans savoir s'ils seraient utilisés.
@ yt75
Mon grand étonnement est que Warin ait parlé de ses tripes, ce qui affaiblissait, et il le savait bien, ses propos.
(0) 
Stefan Bian
Mercredi 26 janvier 2022
Monsieur Rogel nous a deja bien fait comprendre dans quel camp il se situe.
Parler de religion ou de gourou est un principe bien connu : ce sont les autres qui sont dans l\\\'irrationnel et donc dans l\\\'erreur.
Les tenants du projet, eux, ont, en effet, les pieds dans le concret ... On peut dire qu\\\'ils savent compter, pour le moins !
Outre le camp du \\\"concret\\\", vous brandissez fierement le drapeau ... des Pays de la Loire ! Apres Auxiette dont vous reprenez l\\\'argumentaire, aujourd\\\'hui, vous encensez Guichard.
Mais pour qui roulez-vous donc ?
Pas pour la Bretagne, en tout cas !!
Stefan Bian
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@ Stefan Bian
Je me demande quel mot est en faveur de Guichard. Il s'agit seulement de montrer l'enchaînement des événements : projet de l'Etat soutenu par la droite locale sous influence parisienne, mis ensuite de côté, puis, ranimé, dans un autre contexte, celui de la décentralisation.
La Bretagne institutionnelle soutient le projet.
Chacun ensuite se positionne sur sa Bretagne.
Quant à la religion, i s'agit de faire comprendre qu'une parabole a des limites : elle a aucune chance de toucher les professionnels/personnes qui travaillent/raisonnent à l'échelle de l'Europe.
Les occupants ne sont pas des illuminés et ce qu'ils disent est important.
La libre zone de la forêt finira par être moins libre, comme le Larzac actuel.
Pour le reste (réalisation de l'aéroport), personne n'a le don de prophétie.
(0) 
Stefan Bian
Mercredi 26 janvier 2022
Le probleme avec la "bretagne institutionnelle" est le meme que celui pose par hollande : institutionnel ne veut pas dire legitime.
Le score de Hollande au premier tour representait moins de 20 % des inscrits, au moment ou ils avait un vrai choix.
Et encore, les raisons de ce "succes" sont principalement la peur d'un second tour le pen/sarkosy, et la fidelite re lative de la base.
Aujourd'hui, meme cette base s'interroge sur les methodes de l' "institution" qu'elle a contribue a mettre en place. De plus en plus de socialistes de la base expriment aujourd'hui leur honte d'avoir vote pour un candidat qui les trahit toujours plus.
Si l'election avait lieu demain (vivement 2014 !), hollande ne passerait pas le second tour ...
L' "institution", au vu du systeme electoral, n'est pas tres legitime a son election, et ne l'est plus du tout du moment qu'elle trahit aussi honteusement sa propre base.
L' "institution bretagne", l' "institution pdl", l' "institution etatique" n'ont aucune legitimite a faire ce qu'elles font.
Si elles ne craignaient le desaveu cinglant, elles ponctueraient leur mandat de referendums.
Mais, sur la question de la reunification comme sur celle de nddl, la si noble institution choisit de sortir les grenades au poivre contre des militants nus attaches a un arbre plutot que de remonter les isoloirs !!!
L'argument de l'institution, qu'on retrouve dans votre autre article, est precisement celui avance par hollande, ayrault et auxiette. Vos arguments sont paraphrases sur la gazette pdl entierement consacree a la propagande pro-aeroport.
D'ou ma question : pour qui roulez-vous ? Le journalisme doit-il se reduire a l'echo fait a l' "institution" ?
Stefan Bian
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
Ce que je comprend du journalisme est qu'il ne doit, ni répéter sans vérifier, ni dénoncer tous azimuts.
Ce qui est institué ne peut être frappé, par principe, d'illégitimité, ni d'illégalité, sinon, cela s'appelle un appel à la subversion, ce qui n'est plus du journalisme.
On peut estimer illégitime, car, ce n'est qu'une opinion, mais, décider de faire quelque chose d'illégal, en retour, est une autre affaire.
Or, ce qui est légal, c'est ce qui est institué.
Les institutions peuvent prendre de mauvaises décisions, parfois illégales, et elles doivent être alors contredites, mais, il est particulièrement contre-productif de personnaliser.
Le projet de NDDL n'est pas l'Ayraultport, mais celui d'un ensemble de gens (les décideurs) qui le voient comme logique.
Les opposants ont des motivations trop différentes pour produire un discours unificateur, d'où le recours à la parabole.
Dans les deux cas, j'essaie de voir au-delà des postures.
Le refus, jusqu'à présent de répondre aux critiques, est une réaction à la parabole qui, par définition, est irréfutable.
(0) 
Pierre CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Excusez moi , j'ai tres mal compris . Les manifestants bretons a Nantes etaient ils pour :
- La Reunification .
- Contre le projet NDDL .
Dans le premier cas , c'est bien 5000, en augmentation ( sur les 2000 precedemment ).
Dans le deuxieme cas , quel est exactement le sujet ?? je ne saisis pas toutes les donnees.
(0) 
eugène Le Tollec
Mercredi 26 janvier 2022
C4est pourquoi,le changement des institutions ne peut venir que du Peuple ,encore faut-il que ceux désignés par ce même peuple veulent lâcher leurs prérogatives ou les diverses imprégnations partisanes,jacobines,etc.
LE GATEAU d'état est difficile à laisser tomber
(0) 
JF Lugué
Mercredi 26 janvier 2022
à Christian Rogel
Vous vous trompez dans votre analyse... La question posée par NDDL est au contraire éminemment symbolique et révélatrice des enjeux de notre temps. Pourquoi un aéroport? De qui émane la proposition ? Pour répondre à quelle demande et satisfaire quels besoins? Force est de constater que les responsables politiques et économique n'ont pas répondu de manière satisfaisante à ces questions. Le réchauffement climatique, la raréfaction des ressources (et pas seulement fossiles), la crise alimentaire mondiale qui menace et enfin les difficultés budgétaires de l'Etat et des collectivités locales sont désormais dans la tête de tous les citoyens. Je fais partie de ceux qui ne voient pas que les moyens utilisés pour NDDL permettent de répondre aux enjeux précédemment. Donc on peut gloser à l'infini sur la pertinence ou non de rapprocher ce qui se vit aujourd'hui du côté de NDDL des évènements vécus à Plogoff ou au Larzac. Ce qui est sûr c'est que le peuple (notamment Breton mais pas que...) affirme qu'il veut une véritable démocratie et non pas une caricature du pouvoir qui a les mains liées aux lobbys économiques.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
Bien sûr que l'opposition à NDDL, comme toute lutte sociale, est symbolique de quelque chose.
Ne pas confondre le symbolisme de la lutte avec les symboles de la lutte, lesquels perdent en crédibilité, quand ils se transforment en parabole.
Le symbole peut accrocher l'esprit et rassembler, la parabole segmente, et c'est uniquement de cela dont il est question ici.
La fable qui suit la parabole vise à montrer que celle-ci touche à l'incommunicabilité vis-à-vis d'une partie très importante de la population.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.