Réforme territoriale et réunification de la Bretagne : Oui à la démocratie et au bon sens économique ! Non aux combines politiciennes !
Communiqué de presse de Institut Culturel de Bretagne
Communiqué de presse de Patrick Malrieu

Publié le 30/05/14 19:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les arguments expliquant pourquoi la réunification administrative des 5 départements bretons en une entité nécessaire et suffisante ont été mille fois donnés (voir les récents articles parus dans la presse), qu?il s?agisse d?universitaires, de représentants du monde économique (« Produit en Bretagne »), des multiples associations culturelles et de leurs dizaines de milliers d?adhérents, des assemblées élues (Résolution votée à l?unanimité par le Conseil régional de Bretagne, v?u équivalent du Conseil général de Loire-Atlantique? et remerciements à P. Massiot, président de la région Bretagne, pour ses prises de position bien fondées et lucides). Inutile de les répéter ici, seuls, ceux qui ne veulent pas les lire ne les connaissent pas. Et ces arguments sont d?une autre tenue que les pitoyables déclarations de quelques barons politiciens ne visant qu?à conserver leur fief, au mépris de l?opinion de la population révélée par les sondages qui se succèdent depuis des années et montrent une majorité tournant systématiquement autour des deux tiers en faveur de cette réunification, et ce depuis plus de soixante-dix ans ! Sur le plan culturel qui est le nôtre, ce déni de démocratie et cette partition de la Bretagne se traduisent par une politique discriminatoire claire subie par la population de Loire-Atlantique (subventions ridiculement plus faibles pour les activités culturelles bretonnes, Plan de politique linguistique non applicable, suppression du breton à l?Université de Nantes, non diffusion des émissions bretonnes de télé, informations quotidiennes réciproques occultées de part et d?autre de ce « mur de Vichy », etc?). Aujourd?hui, l?état éprouve le besoin de revoir son organisation territoriale (ce dont nous espérons pouvoir nous réjouir? ) dans le but d?avoir des régions plus fortes et de taille dite européenne. Mais pour qu?une région soit forte, il faut qu?elle soit cohérente, qu?elle ait une identité reconnue et représentative de ses citoyens, que ceux-ci aient une volonté d?avenir commun et de maîtrise de leurs choix de société. La Bretagne réunifiée offre tous ces avantages essentiels tant sur le plan humain, qu?économique ou sociétal (ce qui est loin d?être le cas des projets alternatifs des barons politiciens ou du principe prêté au président de la République de non modification des frontières régionales actuelles). Depuis des dizaines d?années, les Bretons manifestent (dans le calme) pour cette réunification. Et il n?est ni banal ni insignifiant que des citoyens se mobilisent pour des questions « administratives ». Cette réforme territoriale est espérée à condition qu?elle intègre des éléments essentiels tels que réunification et transfert de compétences et de moyens financiers aux régions à l?instar de ce qui est généralisé en Europe? Mais attention à ce que la déception ne soit d?autant plus douloureuse que l?espérance a été haute. Un état qui bafouerait la démocratie et les droits reconnus internationalement ne pourrait qu?être responsable des conséquences. La seule violence illégitime est celle faite aux personnes et à leurs Droits. Nous avons pleinement conscience de l?importance des enjeux tant sociétaux qu?économiques. Mais ces enjeux et les populations concernées méritent mieux que les combines et bricolages politiciens générateurs de désespérance ou d?exaspération. Les récentes élections européennes ne nous montrent que trop où ces pratiques nous conduisent ! La France s?honorerait et rendrait service à tous si au lieu de se contenter d?être le pays de la « Déclaration » des Droits de l?Homme et elle devenait le pays de leur « application » ! Et le meilleur moyen de diminuer sa dette n?est pas de taxer ou d?imposer des recettes d?appareils politiques, mais de libérer les énergies issues d?une volonté d?avenir commun. Patrick Malrieu Président de l?institut Culturel de Bretagne (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Institut Culturel de Bretagne / Skol-Uhel ar Vro. Développement et diffusion de la culture bretonne à l'ensemble de la Bretagne. Colloques, conférences, journées de travail, publications.
Vos 4 commentaires
Iffig Cochevelou
2014-05-31 10:47:26
La seule chose a faire comprendre aux Bretons , c'est l'enjeu de ce débat : c'est simplement l'existence même de la Bretagne dont il est question . lA BRETAGNE SERAIT RAYEE DE LA CARTE et cela on ne pourra l'accepter !
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-31 11:13:25
Eh! moi personnellement , j'en suis conscient .
Je passé mon temps a envoyer mails et mails a mes contacts Bretons de l'ASIE/PACIFIQUE .
Le Breton expatrie est plus Breton ( souvent ) que le Breton de Bretagne .
La BRETAGNE doit exister en tant que BRETAGNE,,, tout le reste est negociable .
(0) 
Cap2006
2014-06-01 16:05:37
La question est toujours abordée du point de vu des bretons de l'interieur...
Mais pourquoi donc ne pas organiser un referendum clair, sur un projet clair ?
on organise bien des primaires pour le moindre groupuscule ne dépassant pas 6 à 8 % des personnes en age de voter !
une region dépense bien 300 000 ¤ pour une campagne de pub partisane !!!
(0) 
marc iliou
2014-06-01 21:53:17
La réunification de notre pays cela n'est négociable ! l'état français doit faire en sorte que la Loire Atlantique redevienne chez nous puisque c'est notre pays la Bretagne !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.