À Saint-Brieuc, Emmanuel Macron prononce le mot dévolution mais esquive le sujet de la réunification

-- Politique --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 3/04/19 15:19 -- mis à jour le 05/04/19 08:20

Il y a deux mots interdits dans le langage politique français : dévolution et fédéralisme. Aujourd'hui devant un millier de maires bretons rassemblés à Saint-Brieuc dont certains élus de Loire-Atlantique, le Président de la république, Emmanuel Macron, a déclaré en fin de discours. «Je suis favorable à la dévolution». Le mot a même été prononcé deux fois. Il a d'autre part confirmé que la réforme constitutionnelle donnerait aux régions le droit à la différentiation et à l'expérimentation.

Oui, le dossier qui lui a été remis contient une demande de réunification des cinq départements bretons dans une même région administrative mais dans son discours en réponse aux tables rondes, le sujet a été esquivé.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1825 lectures.
mailbox imprimer