Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Combattantes Kurdes et Yazidis (photo the Washington institute)
Combattantes Kurdes et Yazidis (photo the Washington institute)
- Dépêche -
Le Pentagone : Nous n’avons aucune intention d'abandonner les Kurdes
Les Kurdes du Rojava représentent la seule force démocratique organisée et libre en Syrie. "Il n'est pas question de les abandonner" a déclaré Mark Esper, le chef du Pentagone.
La rédaction pour ABP le 7/08/19 6:37

Devant les menaces du président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, qui a déclaré vouloir envahir la région autonome kurde du nord de la Syrie pour y établir un corridor de sécurité de 30km de large, "nettoyé" de toutes les Forces démocratiques syriennes (FDS), le chef du Pentagone, Mark Esper, a prévenu qu’une offensive turque contre les Kurdes en Syrie serait "inacceptable".

Pour rappel, les Kurdes du FDS se sont vaillamment battus contre DAESH, et ont été un facteur determinant dans sa défaite. Ils détiennent des milliers de prisonniers islamistes, dont des Européens, qui risquent de se retrouver à nouveau en liberté en cas d'une attaque turque. Les Kurdes du Rojava représentent la seule force démocratique organisée et libre en Syrie. "Il n'est pas question de les abandonner" a déclaré Mark Esper.

Voir aussi :
Vos 2 commentaires
Lucien Le Mahre Le Mercredi 7 août 2019 10:09
Les Kurdes, dont le pays qu'ils peuplent depuis l'Antiquité est divisé entre plusieurs Etats plus récents, ont besoin d'une seule chose : un règlement politique de leur situation indigne qui les prive des droits normaux dont tous les peuples devraient en principe pouvoir bénéficier.
Que ce soit par des autonomies particulières dans chacun des Etats concernés, pour leur permettre de survivre dans des conditions respectueuses des droits universels, situation transitoire relativement possible à mettre en oeuvre.
Ou que ce soit par la constitution d'un véritable Etat Kurde indépendant, malheureusement plus difficile à faire accepter par les Etats en place, Turquie en tête, qui verraient alors leur périmètre diminuer.
(0) 

Burban xavier Le Mercredi 7 août 2019 16:25
Juste un bref commentaire , les intentions US sont bonnes cependant souvenons -nous récemment de la déconvenue kurde à AFRIN nord ouest de la Syrie . En qui peuvent-ils confier leurs espoirs déçus, les Occidentaux , j'en doute ? La Turquie ne pourra accepter un Etat kurde sans conflit , pas plus qu'elle ne quittera Chypre du Nord sans conflit .....
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons