Le Cornouaille débute avec fracas
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 21/07/11 3:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Mardi soir le concert de James Blunt avait fait salle comble et hier soir, sous le chapiteau Gradlon, on a eu droit en première partie du concert de Gilles Servat, à une première : un mini concert uniquement d'artistes bretonnants avec Gwennyn, Cécile Corbel, la chanteuse galloise Lleuwen qui chante en breton, Armel An Hejer (Ozan Trio), Ifig Flatrès (Oktopus Kafe), Yann Raoul, Gwennyn, et Cécile Corbel. Gwennyn qui prépare un nouvel album à sortir en janvier, a été superbe. Cécile Corbel toujours aussi magique, sera aussi présente cet après-midi au Chapeau Rouge pour une présentation spéciale du film Arriety. Le public a aussi beaucoup aimé Ifig Flatrès.

Gilles Servat a démarré sur des chapeaux de roue avec cette énergie qu'on lui connaît et qui ne faiblit pas malgré les années et les kilometres parcourus de la Cornouaille au Connemara et de Nantes à Dublin. D'entrée, il entonna sa Blanche Hermine qui étonne toujours autant 40 ans après. Un hymne qui a lancé sa carrière et qui a bercé plusieurs générations de Bretons rebelles. S'ensuivit l'émouvant “Le Pays”. Sans doute le plus beau texte qu'il ait jamais écrit et dont la très belle musique est de l'Irlandais Donal Lunny qui sera à l'Évéché le lendemain soir. Un texte tout particulièrement parlant aux Bretons de la diaspora.

Gilles fêtait ses 40 ans de chansons et aussi un nouvel album, le vingt et unième, qui sortira fin octobre. Il chanta d'ailleurs hier soir plusieurs de ses nouveaux titres dont Hiérarchie, et, pour finir le concert, après plusieurs rappels, Bénévoles, un hommage aux milliers de bénévoles, qui, tous les étés, font marcher tous ces festivals bretons.

Le festival cette année ne dure que 6 jours au lieu de neuf. Dans l'esprit des organisateurs il s'agit de concentrer et donc augmenter l'intensité du festival. Mais tout le monde n'est pas d'accord ; à commencer par les festivaliers qui doivent choisir entre des spectacles concurrents tous aussi intéressants les uns que les autres. Sans parler des problèmes de parkings à Quimper. Beaucoup pensent tout au contraire que le festival doit s'étaler. La culture, comme la confiture ne doit pas se concentrer mais s'étaler, comme dit le dicton. Concentrer cette culture bretonne, c'est un peu la réduire à une parenthèse encore plus courte. Certains pensent tout au contraire que le Cornouaille devrait durer tout le mois de juillet, voire tout l'été. Perdurer et s'exposer en permanence.


Philippe Argouarch

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1730 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Caroline Le Douarin
2011-07-21 19:42:25
Après Je dors en Bretagne ce soir (par chance et aussi par vouloir... Les ajoncs de La Roche-Bernard, beauté prise dans un regard...) souvenez-vous, années 80 ?
Cette chanson de Gilles Servat, Le Pays en video, est emblématique de ce qu'ont pu vivre et ressentir tous les Bretons venus enfin ou revenus au pays... Merci à ABP et à Gilles. Courez-y ! (voir le site)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.