Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Evolution du chômage en octobre 2011 : infographie ABP
Evolution du chômage en octobre 2011 : infographie ABP
- Article -
Le chômage augmente de 1,76 % en Bretagne en octobre
Nous étions déshabitués de la crise et du chômage en Bretagne. Les voilà qui reviennent en octobre et s'apprêtent à passer l'hiver dans notre pays. Depuis plusieurs mois, alors que la France ne cessait de détruire de l'emploi, la Bretagne en créait
Louis-Benoît Greffe pour ABP le 29/11/11 12:45

Nous étions déshabitués de la crise et du chômage en Bretagne. Les voilà qui reviennent en octobre et s'apprêtent à passer l'hiver dans notre pays.

Depuis plusieurs mois, alors que la France ne cessait de détruire de l'emploi, la Bretagne en créait et surnageait sur les vagues de la crise. En septembre, alors que la Haute-Bretagne se laissait gagner par une légère montée du chômage, la Basse-Bretagne continuait à tirer la croissance du pays ( voir l'article )

En France, le chômage (catégorie A) croît de 1,2 % en octobre, après avoir déjà augmenté de + 0,9 % en septembre. Sur un an, la hausse du nombre de chômeurs approche les 5 %. Le nombre des chômeurs inscrits dans les catégories B et C (en activité réduite) reflue un peu.

En Bretagne, il y a dans les 4 départements de la région administrative 2.260 chômeurs en plus ; avec 6.000 chômeurs supplémentaires sur un an, la hausse se chiffre à 5,4 %. Le Finistère résiste encore, et la hausse n'y atteint que 0,5 %. Mais dans les Côtes-d'Armor, la hausse atteint 2,6 %, et 3 % dans le Morbihan. L'Ille-et-Vilaine voit sa situation se dégrader aussi, avec + 2,1 % de chômeurs. En Loire-Atlantique, cette augmentation est nettement plus modérée, avec + 1,3 %.

Concrètement, il y a 530 chômeurs (de catégorie A) de plus dans les Côtes-d'Armor, 180 de plus dans le Finistère, 740 en Ille-et-Vilaine, 810 dans le Morbihan et 633 en Loire-Atlantique. Le Finistère confirme donc sa bonne résistance. En tout, la Bretagne gagne près de 3.000 chômeurs (2893) et il y a désormais 166.851 chômeurs de catégorie A dans le pays. En tout, la hausse sur un mois s'établit à 1,76 % : une forte hausse, certes, mais assez loin de l'« augmentation en flèche », n'en déplaise au Télégramme.

La crise fait donc son retour après avoir laissé plusieurs mois de répit à la Bretagne et à une grande partie de l'Europe. Deux raisons peuvent expliquer la dégradation de l'emploi en Bretagne. D'une part, la multiplication des licenciements économiques au sein des PME, mais aussi des grandes entreprises françaises qui mettent en place des coupes sombres dans leurs emplois. D'autre part, la Bretagne tend de plus en plus à former un système économique distinct de celui de la France, et bien plus performant par ailleurs. De plus, dans un petit pays, les évolutions sont plus brutales et plus rapides. Surtout, la Bretagne se fait rattraper par le fort ralentissement, voire la récession prochaine, de la France. Et ce alors que ses voisins et débouchés alternatifs ralentissent eux aussi (Allemagne, Royaume-Uni) ou s'enlisent dans la crise (pays du sud de l'Europe).

Dans les prochains mois, rien ne laisse présager une quelconque amélioration de la situation sur le front de l'emploi. Les PME prévoient déjà, notamment dans l'agroalimentaire, l'arrêt ou le ralentissement de leur production (voir le site) et l'industrie souffre elle aussi, notamment en Basse-Loire (Arcelor, STX). Des mesures de chômage partiel, puis de licenciement des intérimaires sont donc à prévoir d'ici la fin de l'année. Dans le même temps, l'OCDE prévoit un quatrième semestre 2011 et un premier semestre 2012 dans le rouge en France, tout en indiquant que la « récession serait de courte durée ». On peut donc légitimement espérer, en Bretagne, une amélioration de la situation à partir du printemps 2012 et un redémarrage prompt nourri par la croissance des besoins et de la démographie dans l'ensemble du pays.


Louis Bouveron

Document PDF 24039_2.pdf Statistiques du chômage pour la Loire-Atlantique - octobre 2011. . Source : DIRECCTE Pays de Loire
Voir aussi :
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Voir tous les articles de de Louis-Benoît Greffe
Vos 2 commentaires
Yann LeBleiz Le Mardi 29 novembre 2011 14:21
"D'autre part, la Bretagne tend de plus en plus à former un système économique distinct de celui de la France, et bien plus performant par ailleurs."
Ce point mériterait d'être approfondit!
D'un coté, le Télégramme dramatise la situation en retirant des statistiques bretonnes la LA, de l'autre coté ABP se veut rassurante.
Nous le voyons, 2 présentations de l'économie bretonne commence à s'affronter sur un modèle que je qualifierais : L'une de défaitiste et loyaliste française, l'autre d'optimiste et fédéraliste européenne!
(0) 

Christian Rogel Le Mardi 29 novembre 2011 19:31
Cela fait deux trimestres que le Finistère se distingue par sa résistance à la crise, mais il n'y a pas l'ombre d'une explication à ce qui est contraire au discours habituel sur l'inéluctabilité du renforcement de l'Est, par rapport à l'Ouest.
Agroalimentaire? Pour le moment, les sites de production du Sud-Finistère semblent ne pas prendre l'eau.
Mais, l'agroalimentaire ne peut être une explication à lui tout seul.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons