Le Breizh Civic Lab publie sa note politique sur l’Europe

-- Politique --

Papier de Breizh Civic Lab
Porte-parole: Stéphane Péan

Publié le 20/05/19 10:24 -- mis à jour le 20/05/19 10:24

Une autre voie existe pour répondre aux grands enjeux de notre temps et envisager l’avenir d’un monde commun en pleine transformation : la promotion d’une alternative de progrès, celle de la République européenne des citoyens et des régions. C’est à partir de cette vision de l’Europe inédite que le Breizh Civic Lab souhaite offrir de nouvelles clés de réflexion et d’action pour la Bretagne.

Aujourd’hui, les décisions de l’Union européenne sont encore trop largement déterminées par les intérêts des États-nations, au lieu de viser le « bien commun » de tous. Or, les grands enjeux contemporains – sécurité, solidarité, et climat – ne peuvent être pensés et traités sans une approche forte et globale à mener au niveau européen.

Le débat sur l’Europe entre pro et anti-européens a longtemps été illustré par une opposition entre fédéralistes, envisageant un transfert de la souveraineté au niveau européen, et souverainistes, souhaitant qu’elle reste – ou revienne – au niveau des États. Pourtant, une nouvelle voie commence à émerger, celle d’une vision républicaine de l’Europe, qui n’opposerait plus nécessairement ces deux aspirations, mais qui replacerait le citoyen au cœur du modèle européen, quand aujourd’hui il en reste encore trop souvent à l’écart.

«Une autre vision politique de l’Europe est possible : une République européenne unie, décentralisée, démocratique et centrée sur le citoyen»

Le Breizh Civic Lab souhaite promouvoir la République européenne dont les valeurs l’ont aussi inspiré en vue d’imaginer une voie civique et républicaine nouvelle pour la Bretagne. Ainsi, l’Assemblée de Bretagne, que nous appelons de nos vœux, peut pleinement s’envisager en se conciliant avec une République française décentralisée ouvrant le chemin à une nouvelle République européenne des citoyens et des régions.

En savoir plus : Vers une République européenne des citoyens et des régions

- L’Europe, l’échelle politique du XXIème siècle

- La République européenne des citoyens

- L’émancipation des régions est irréversible

- Appel à la mobilisation pour l’Europe

A lire : en ligne / en pdf (3 pages)

A lire également sur ABP

Voir aussi :

mailbox imprimer
logo
BREIZH CIVIC LAB L’intelligence collective au service de l'innovation politique ______________________________________________ Breizh Civic Lab a pour ambition de donner des clés de réflexion et d’action afin d’envisager l’avenir politique de la Bretagne sur de nouvelles bases – civique, républicaine et urbaine. Ses activités visent à réfléchir et débattre mais aussi à proposer et expérimenter de nouvelles pratiques collectives tant du point de vue de l’innovation citoyenne que de l’action publique. Breizh Civic Lab souhaite ainsi contribuer pleinement à la construction de l’intérêt général en Bretagne.

Vos commentaires :

namnète
Lundi 20 mai 2019

Donc ils sont sur la même ligne que le parti fédéraliste européen? Alors pourquoi ne pas appeler à voter pour ce parti? Des fois, faut pas faire trop compliqué. Pour moi le PFE me paraît cohérent.

Rouari
Lundi 20 mai 2019

Breizh Civic Lab : Deux mots d'anglais dont une abréviation, et une syntaxe anglaise.

Des mots-clés qui fleurent bon la nov'langue ("citoyen", "républicaine et urbaine", "pratique collective", "construction de l'intérêt général (sic)".

Quelle misère !

Breizh Civic Lab
Lundi 20 mai 2019

> Rouari. « Civic Lab » est une abréviation internationale. Nous nous inscrivons dans un mouvement international équivalent au « Living Lab ». La misère, c’est de ne pas comprendre que des nouveaux modes de pensée sont là ... Et le pire, c’est de refuser de les comprendre ! #zonedeconfort

Rouari
Mardi 21 mai 2019

Chacun saisit l'utilité, la nécessité, du Living Lab et des nouvelles procédures lancées par certaines instances dites européennes ("The Design of Future Things", selon l'heureuse expression de D. Norman).

Mais "comprendre" n'est pas gober n'importe quoi, ni refuser de sonder les mots d'ordre et les motivations profondes d'une entreprise au coeur du système, et qui y participe pleinement par-delà l'effet de mode.

A cet égard ceux qui "refusent de comprendre" (à rééduquer pour arriération numérique ?) sont généralement ceux qui comprennent très bien.

Analyser les fins des réseaux Living Lab et Civic Lab (et FabLab) dépasserait le cadre d'un post. Il ne s'agit pas d'un "nouveau mode de pensée" (la pensée confondue avec l'instrument !) mais d'un nouveau moyen de contrôle social, entre "monde commun" et "alternative de progrès".

Breizh Civic Lab
Mardi 21 mai 2019

>Rouari. Bravo, Google fonctionne bien. Nous vous laissons dans vos certitudes et autres théories du complot. Nous ne forçons personne à nous rejoindre. Mais si nous suscitons l’enthousiasme, c’est que quelque part notre approche est la bonne. Merci de votre compréhension. Bonne journée !

Loïc.L
Mercredi 22 mai 2019

@ Rouari

Breizh civic lab utilise des termes qui sont un mélange de terme bien connus et déjà utilisés, avec un côté international : cela sert de com, et le principal est le fond. L'objectif est de fédérer les bretons vers un objectif, celui de sortir du jacobinisme, avec le respect du territoire breton et de sa culture.

Je comprends cette méfiance que vous pouvez avoir parce ce que vous calquez l'analyse de certains termes utilisés depuis longtemps pour la faire à l'envers (république etc...).

J'étais sceptique, tout en soutenant quand même car c'est aussi notre devoir de soutenir toute action pour notre Bretagne ; je ne suis plus vraiment sceptique maintenant. BCLab peut attirer des personnes qui n'aurait pas été assez sensible à d'autres discours de defense de la Bretagne, et si tout breton déjà sensibilisé soutien aussi BCL alors cela pourrait faire un assez vaste rassemblement.

A force d'avoir des initiatives différentes on va finir par trouver celle qu'il faut au bon moment; et les autres initiative/parti politique bretons de s'agglomérer dans un ensemble divers pour faire front commun sur les points communs (qui est le principe fédéral).

A bien connaître l'histoire on peut devenir très mefiant, ce qui est comprensible; mais à un moment il faut cesser, sinon on ne pourra pas avancer.

Quant aux termes anglais, cela a le mérite d'être international (message inconscient =ouvert) à contrario d'autres mouvements ,qui ne sont pas fermé mais dont le message peut être perçu comme tel par ceux qui ne sont pas assez sensible à la défense de la Bretagne.

Il faut absolument faire ce lien entre les défenseurs engagés (au moins moralement) de la Bretagne, et un grand nombre fier d'être breton mais sans engagement particulier. Dès ce lien réalisé les choses changeront vite et fort. Peut-être est-ce BCL qui fera ce lien.

boned ruz
Vendredi 24 mai 2019

Ma ne fazian ket ez eo anv eus raktres Ulrike Guerot!

Dedenus ez eo he raktres!... Met e garfen gouzout hag emdroadurioù zo bet graet d' he raktress. 'Ba he frezegenn Naoned he deus lavaret traoù o deus feuket ac'hanon... A- Un den a-bouez e vije Macron evit ar raktres-mañ!!!! B- un 12 milion den bennak a vefe ur sifr mat evit sevel ur rannvro europat C- Daveiñ he deus graet d'ar "jakobinism" ouzhpenn!!!!!

'na voe laret pell zo. Penaos emañ an traoù hiziv ganti neuze?

Le projet d'Ulrike Guerrot est intéressant mais j'aimerais savoir si sa façon de voir a évoluer depuis son discours de Nantes dont certaines choses m'ont choqué: 1 Macron est un bon partenaire pour ce projet!... 2 la bonne taille des régions rassemble environ 12 Milions de personnes ( difficile donc pour la Bretagne seule) 3 Elle a commenté le jacobinisme comme système de référence.

Qu'en est-il aujourd'hui?..

P. Argouarch
Vendredi 24 mai 2019

J'étais à la conférence de Nantes. Ulrike Guérot n'a jamais dit que les unités territoriales devaient impérativement avoir 12 millions d'habitants. Par contre elle a affirmé dans plusieurs conférences et dans une interview que j'ai faite avec elle, mais qui a foiré techniquement, que les unités de bases de la république fédérale seraient les régions historiques de l'Europe avant l'apparition des Etats-nations. C'est vrai qu'elle a cru au début que Macron pouvait faire quelque chose mais comme des millions de Français qui ont voté pour lui, elle a déchanté. Elle n'a pas dit que le jacobinisme était la référence. Elle a simplement dit que la république européenne était un projet politique comme l'a été la république française. Au contraire du jacobinisme elle affirme que la république européenne ne s'occupera ni de langue ni de culture. Ceci étant des prérogatives des territoires. Par contre la fiscalité, la loi et les avantages sociaux seront les mêmes pour tous les citoyens de cette République.

Breizh Civic Lab
Vendredi 24 mai 2019

Grosso modo, l'analyse de Ph Argouarch est bonne et notamment sur cette définition de République qui ne renvoie pas nécessairement à l'Etat-nation jacobin à la française. Pour les régions, le European Democracy Lab semble aussi avoir un peu évolué avec une vision plus flexible, proche d'un droit à la différenciation. Tout d'abord partir de la démocratie pour porter ces régions et qui devrait conforter les régions historiques. Les autres régions seraient définies d'une autre manière selon des critères à voir. Il y a également eu l'idée récente d'y inscrire les villes-régions métropolitaines qui font sens aujourd'hui. Dans tous les cas, des réflexions très intéressantes sur l'Europe des citoyens mais aussi l'Europe (moderne) des régions.

Boned ruz
Vendredi 24 mai 2019

Ao P Argouarch... pismigus un tamm ac'hanon sur awalc'hl met n'on ket a-enep raktres Ulrike Guerot... Ar c'hontrol eo zoken..

Cependant, je suis désolé mais elle a donné des chiffres et ... ceux-ci ne sont pas en-dessous de 10 à 12 millions ( mais c'est peut-être un effet du discours, un exemple à la va vite mais, dimension économique oblige , ce chiffre n'est peut-être pas non plus le fruit du hasard )... Si elle a évolué sur Macron c'est une bonne chose... mais le "jacobinisme" je le regrette aussi à été évoqué ... comme une image dans laquelle planait une méthode "potentiellement positive" dans ses propos... cela m'a choqué... Compte tenu de son statut de politologue et le fait de parler du "citoyen" situé au centre des préoccupations politiques amène naturellement à demander des précisions en matière de Régions Européennes...

Voici un début de lettre que j'ai fait parvenir à Mme Guerot suivi de la réponse d'un de ses collaborateurs du moment.

merci de lire attentivement le paragraphe 5 = " Toute la difficulté...etc". Personnellement j'y devine le risque de donner la par belle à la citoyenneté européenne sans garde fou véritable pour protéger les peuples à l'intérieur de l'Europe.

Aussi, je pense que l'équilibre entre l' "universalisme de l'être humain" d'une part et la sauvegarde des "identités multiples" ne me semble pas du tout défini dans ce projet. La capacité à manier le "concept d'identité" amène à la logique naturelle de constater les différences culturelles de chaque peuple ce qui est considérée comme une sorte de racisme par les tenants de "Universalisme" et prétexte pour certains à vouloir à l'heure actuelle renforcer l'Europe des Nations et non pas considérer la notion de "Peuple" d'où cette dimension de "Régions" qui reste floue... La notion de "Peuple" doit autant être considérée que celui de "Citoyen" si non il y a risque d'une forme européenne de Jacobinisme. ( c'est bien le piège français que nous vivons depuis plus de 200 ans il me semble ). Considérer les différences n'est pas du racisme, c'est la hiérarchisation des différences qui est du racisme... Les scientifiques français du 19 eme l'on fait et, eux, étaient racistes... Le projet de Ulrike Guerot doit dépasser la notion de démocratie trop insuffisant pour assurer à mon sens la projection des relations citoyens européens et " régions"" régions historiques ( ce qui est mieux mais encore timide) " vers un idéal qui devrait guider l'avenir de l'Europe : celui de la dignité humaine...d'un point de vue individuelle ET du point de vue des peuples. L'aspect juridique évoqué dans la réponse peut évoluer dans le bon sens mais aussi devenir un obstacle à la protection des cultures... Tout dépend des influences et aujourd'hui la position des peuples et toujours difficile...

Voici donc ma question à Mme Guerot

Quand je vous ai demandé, lors de votre conférence à Nantes, si vous aviez été à la rencontre des indépendantistes, votre réponse à été « je ne suis pas séparatiste ».

En disant cela d'une part et en citant le jacobinisme comme une réalité positive, vous vous éloignez considérablement du problème que vous soulevez pourtant, celui des relations entre les « régions  périphériques » et les états-nations.

J'imagine que pour convaincre vous évitez de heurter les sensibilités dominantes.

Ce faisant vous construisez votre projet sur le point de vue interne à l'Europe ; celui qui nous gouverne depuis sa naissance et qui nous conduit à l'impasse; ce que vous expliquez, d'ailleurs, très bien. Cependant, vous ne recherchez pas le point de vue externe à l'Europe, précisément celui des nations périphériques qui n'ont jamais eu le droit à la parole parlementaire européenne. Cette situation fait que justement ces régions ont un point de vue externe à l'Europe puisqu'elles sont exclues des décisions. Elles n'en demeurent pas moins actives sur la conception d'une nouvelle Europe. Aujourd'hui les « régions périphériques » sont capables d'apporter un point de vue nouveau sur l'Europe... etc

Réponse de son collaborateur

Monsieur,

Je me permets de répondre à votre e-mail – dont je vous remercie – en lieu et place de Mme Guérot qui, ayant certes fondé le European Democracy Lab, ne peut plus y participer activement en raison de ses obligations professionnelles.

Vous énoncez dans votre long message beaucoup de choses fort justes et il n’est pas de mon propos de vous contredire quant aux méfaits du jacobinisme français et aux injustices qui en ont résulté pour les Bretons au cours des siècles derniers. Bien qu’ayant personnellement étudié en Bretagne, à Rennes, je dois avouer que je connais trop mal l’histoire bretonne pour me permettre ici un jugement définitif.

Ceci étant, je souhaiterais rappeler l’idée directrice qui sous-tend le projet de République européenne ainsi que son rapport avec la question des minorités et des cultures régionales dans l’Europe d’aujourd’hui.

Comme vous l’aurez compris, la République européenne telle qu’esquissée par Mme Guérot est, parmi les projets de réforme de l’Union européenne actuellement en discussion, celui qui est le plus critique à l’égard des États-nations et le plus favorable à l’idée d’autonomie régionale ; à la condition toutefois que cette autonomie ne se décline pas sous la forme d’un « séparatisme » au sens strict du terme – c’est-à-dire d’une revendication d’indépendance et de souveraineté reproduisant simplement la logique étatique et nationale au niveau régional – mais qu’elle se conjugue à un engagement clair en faveur de l’unification européenne.

Toute la difficulté de ce projet réside dans l’articulation d’une République européenne fondée sur la communauté juridique de l’ensemble des citoyens européens, d’une part, et de régions européennes aux identités multiples formant autant de communautés culturelles, d’autre part. Les États-nations se trouveraient ainsi « dépassés », si j’ose dire, par le haut aussi bien que par le bas.

Ce principe vaut du reste pour toutes les régions d’Europe, quelles soient « périphériques » (ce qui d’ailleurs ne signifie aucunement « externes » à l’Europe) ou « centrales », dotées d’une forte identité historique ou non, etc. Aussi notre point de vue est-il résolument européen et ne se limite ni à la question des revendications d’autonomie régionale en général, ni aux conséquences du jacobinisme français en particulier. Pour la même raison, il nous importe plus d’assurer l’avenir de l’Europe, qui est aujourd’hui sérieusement menacé, que de réparer les injustices passées.

Nous sommes tout à fait conscients de la difficulté de notre entreprise et nous voyons dans (toutes) les régions Europe autant d’alliés potentiels à notre cause. Aussi pouvez-vous être assuré de notre sympathie pour une Bretagne plus autonome dans une Europe plus unie.

Meilleures salutations.

Julien Deroin

Breizh Civic Lab
Samedi 25 mai 2019

Le European Civic Lab propose une approche politique de l’Europe, civique et républicaine, et non ethnique « aux 100 drapeaux ». Rappelons quand même que le peuple est avant tout une conscience politique subjective sur la base de la primauté de l’individu et non objective et fantasmé sur une base culturelle. Au Breizh Civic Lab, nous sommes pour une approche civique, républicaine et inclusive; c’est à dire moderne et cosmopolite. Nos exemples sont plutôt du côté de l’Ecosse.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.