-- Europe --

Qu'est-ce qui vient après la nation ? Conférence sur la démocratie en Europe avec Ulrike Guérot

Date de l'évènement : le 22/02/2018 à 17 h

«Qu’est-ce qui vient après la Nation ? La démocratie en Europe et au-delà des nations » avec Ulrike Beate Guérot, politologue allemande, fondatrice du Think Tank « European Democracy Lab », professeure chercheuse à l'Université du Danube à Krems en Autriche et Amandine Crespy, professeure chercheuse en sciences politiques de l'Institut d’études européennes de l'Université libre à Bruxelles.

44242_1.jpgaffiche

Après le scrutin catalan, dans une tribune au « Monde », Ulrike Guérot affirme que le temps est venu de rénover les institutions du continent au profit d'une République. Elle défend le projet d'une République européenne. Ulrike Guérot était aussi à Rennes le mois dernier, mais n'avait pas eu l'opportunité de développer les raisons de la nécessité de cette révolution lors d'un débat contradictoire qui avait soulevé de nombreuses questions. (voir ABP 44147)

Le European Democracy Lab (EDL) qu'elle a fondé se donne pour mission de réaliser une entité politique en Europe, fondée sur le principe d’égalité politique pour tous les citoyens européens, et celui d’une démocratie parlementaire européenne, répondant au principe de séparation des pouvoirs. Les régions seront les entités territoriales de base.

Cette conférence est organisée dans le cadre de la «Chaire Philosophie de l'Europe», intégrée au programme de recherche «Alliance Europa» agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin. Elle aura lieu le 22 février à Nantes à la Maison des Sciences de l'homme Ange-Guépin à 17 heures. Sur inscription.

mailbox imprimer

la rédaction de l'ABP

Vos commentaires :

boned ruz
Dimanche 4 fevrier 2018

Ce qui est génant dans son projet est le fait qu'elle soit proche de Macron....quand on rappelle le score LRM aux élections on peut se demander si elle mesure vraiment l'effet de ce gouvernement... L'idée est intéressante mais n'y a-t-il pas le risque d'une confiscation de l'Europe des peuples au profit du même pouvoir par un tour de passe passe comme savent le faire les bons communicants... La question est:est-ce que les dirigeants actuels ont le droit moral de s'ingérer dans ce nouveau projet ? A mon sens la réponse est non pas eux, plus eux, plus jamais eux...L'Europe des peuples doit-être l'Europe des peuples et non pas le tremplin du FN comme semble vouloir en profiter son générale... Quand la proposition sera faite de redonner à la Bretagne , la Corse l'Alsace , le pays basque etc leur légitime souveraineté alors on pourra peut-être aller plus loin... La position de Madame Guérot n'est pas claire en fait... en tout cas pas à la hauteur des enjeux... Il y a la un bon travail de journaliste à faire à l'occasion de Nantes par exemple quel avenir exact pour la Bretagne dans ce projet?

Jacques
Lundi 5 fevrier 2018

Comme déjà évoqué, l'idée est intéressante mais il convient avant tout de comprendre les définitions qui accompagnent l'utilisation de certains mots... En effet, la République (Française) s'est fait une spécialité de détourner les définitions (nation, égalité, etc...) pour imposer un système faiblement démocratique et uniformisant (un homme nouveau, répondant à une définition administrative) et l'Union-Européenne prend malheureusement souvent modèle sur la République par défiance vis à vis des citoyens.

Néanmoins, plutôt que d'attendre une solution ''clés en main'' venant d'ailleurs ne devrions nous pas en Bretagne établir nos propres idées et nos propres valeurs? (On le constate aujourd'hui, ce sont les valeurs des Catalans qui leur permettent de résister à l'état espagnol et à la complaisance de l'Union-Européenne, comme ce sont les valeurs des Corses qui leur permettent aujourd'hui d'avancer les pions sur l'échiquier jacobin... Une capacité que ne disposent pas les Bretons faute d'être capable d'établir et de présenter nos propres valeurs...)

Jack Le Guen
Mardi 6 fevrier 2018

@Bonned ruz "Ce qui est génant dans son projet est le fait qu'elle soit proche de Macron". Macron est bien plus populaire en dehors de la France qu'en France. Tout ca vient du second tour des élections présidentielles. Aux yeux des Européens, Macron a sauvé l'Europe. Vu de loin, les Européens pensaient que Marine Le Pen pouvait gagner. En fait ils ont eu bien plus peur que nous.

Écrire un commentaire :

Combien font 1 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Publicités et partenariat