La FLAREP reçue au Ministère expose objectifs et problèmes à résoudre

Dans le cadre de ses missions Div yezh Breizh faisait partie de la délégation de la FLAREP reçue par le ministère de l'Education Nationale le 10 juillet 2017. Voici le communiqué de la fédération :

La FLAREP, Fédération pour les langues régionales dans l'enseignement public, communique :

La FLAREP a rencontré le lundi 10 juillet à Paris les nouveaux responsables du cabinet du ministre de l'Éducation Nationale afin d'établir la feuille de route des prochains mois en matière d'enseignement des langues régionales. Les objectifs de la première fédération représentant les langues des différentes régions (alsacien, basque, breton, catalan, flamand occidental, franco-provençal – savoyard, occitan, créole réunionnais), après 15 ans de mise en œuvre du cadre réglementaire, sont de passer à la phase de développement généralisé et de normalisation du bilinguisme et de l'enseignement des langues régionales. En particulier, les représentants de la FLAREP ont remarqué les exemples de développement et les avancées des dernières années, mais ils ont aussi pointé les trop nombreux dysfonctionnements et inégalités entre académies, circonscriptions administratives et établissements qui les freinent encore aujourd'hui.

Les représentants des langues ont exposé au Ministère leur volonté de poursuivre leur collaboration dans l'objectif de passer à une culture d'obligation de résultats et d'évaluation régulière des politiques mises en place. La FLAREP a demandé qu'un point de la situation soit fait sur tous les enseignements de langue régionale (initiation, enseignements facultatifs, bilinguisme…) sous la forme d'un rapport publié par le Ministère chaque année, pour un meilleur pilotage et une plus grande lisibilité. La FLAREP a exprimé par ailleurs son souhait de faire partie du futur Conseil économique, social et environnemental rénové.

Le bilinguisme en langue régionale est aujourd'hui synonyme d'excellence, d'amélioration des capacités, des compétences et des résultats scolaires des élèves, d'ouverture à la diversité et de garantie de transmission des langues au-delà du 21ème siècle, ainsi que de vecteur indissociable du développement économique de toujours plus d'emplois non délocalisables ou transfrontaliers. Il constitue un véritable modèle pédagogique innovant pour l'ensemble de l'Éducation Nationale. Le développement significatif de l'enseignement bilingue en langue régionale et la garantie de l'accès de toutes les familles à cette modalité pédagogique passe nécessairement par l'enseignement public (75 % des 90 000 élèves actuels).

En outre, la FLAREP a réitéré sa demande de régularisation rapide de la situation incompréhensible et absurde du flamand et du franco-provençal : les deux langues doivent être intégrées à la liste des langues régionales ouvrant droit à l'enseignement et à l'évaluation aux diplômes (brevet, baccalauréat, CAP, BEP…). Enfin, la FLAREP a vivement souhaité la poursuite des avancées législatives et réglementaires amorcées sous le mandat précédent, indispensable pour le développement de l'enseignement des langues régionales. Contacts : flarep [at] flarep.com.

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Div Yezh

Div Yezh, association de parents d'?l?ves pour l'enseignement du breton ? l'?cole publique.

Vos commentaires :

Lheritier Jakez
Mardi 18 juillet 2017

Très bien d'avoir un CR de votre rencontre.On verra donc!

Ce n'est pas d'aujourd'hui que le bilinguisme est reconnu en terme d'excellence!

Votre rapport est une confirmation de ce que l'on dit depuis plus de 40 ans .

D'autre part,est ce dans vos attributions de faire enseigner l'histoire de la Bretagne réunifiée?

L'enseignement des langues maternelle et paternelle est indissociable.

Je pense aussi que l'enseignement des langues telles le Tamazigt,devraient être intégré à vos objectifs

Écrire un commentaire :

Combien font 1 multiplié par 1 ?

Publicités et partenariat