L'Institut de Locarn devient un “learning center”
Article de Philippe Argouarch

Publié le 7/11/11 23:27 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'Institut de Locarn est un centre de prospective fondé en 1991 qui oeuvre pour le développement économique de la Bretagne. Depuis quelques années le think tank a multiplié ses activités vers la formation en partenariat avec Pôle-emploi, les entreprises et la région. L'institut offre des formations TIC, web et bureautiques pour les PME et pour tous.

Vendredi dernier, l'Institut de Locarn a franchi le pas vers une nouvelle étape, l'enseignement supérieur mais sans en prendre ni le nom, ni la prétention. Contournant le monopole de l'éducation nationale par le biais des formations, Locarn commence à offrir des formations qui ressemblent à des diplômes. Pourquoi pas ? La tendance mondiale veut que ce n'est pas tant le diplôme qui compte mais l'endroit où on l'a obtenu. Le nom de Locarn en lui-même a certainement autant de prestige que celui d'UBO (Université Bretagne Ouest - Brest) vu le classement plutôt mauvais des universités françaises et bretonnes au classement de Shangai. ( voir l'article )

Le projet Diorenn

Diorenn (développement en breton) était à l'origine un projet pour la création d'un Master en Business administration (MBA) dispensé en breton pour des brittophones. Ce projet était porté par Guy Plunier et Jacques Cosquer. Après de nombreuses années de recherche de financement dans le cadre de l'enseignement privé ou de l'Éducation nationale, l'association Diorenn s'est tournée vers Locarn qui a finalement repris le projet à son compte.

Alain Le Roch, fondateur du groupe de bio-technologies AES LABORATOIRE, sera le président de Diorenn. La formation Diorenn consistera à former des entrepreneurs et des leaders. Elle est destinée aux jeunes cadres. Au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue vendredi 4 novembre, Alain Le Roch a cependant spécifié clairement que cette formation n'était ni un master ni une nouvelle école de commerce.

Le caractère breton : un atout pour réussir

Le cursus développera la culture des résultats qui, d'après Le Roc'h, est hautement compatible avec la culture bretonne car toutes les deux partagent "la rigueur, le travail, le courage, la pugnacité et la volonté de réussir". Il développera à l'international la notion des réseaux sociaux entre autres, avec une pédagogie interactive sur une durée de 44 semaines. Les candidats seront évalués aussi sur leur caractère, leur expérience, leur sens de l'éthique et devront déjà avoir 5 ans d'expérience dans le management.

Local et global

Les enseignants seront de Locarn mais aussi des spécialistes étrangers comme Carlo Bruna qui a développé des centres de formation aux États-Unis et au Mexique. A la différence du projet initial, la formation Diorenn de Locarn, aura un enseignement principalement en anglais et en français – mais le breton aura sa place, a déclaré Le Roc'h.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1924 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Stéphane P.
2011-11-09 08:25:36
Bonne chance dans ce projet !
On débat à ce propos dans le groupe BZH Network sur Facebook.
SP
(0) 
Ar Vran
2011-11-09 11:25:38
Très bien. Rien à redire. Si cela peut permettre à de jeunes Bretons de suivre un enseignement commercial tourné vers et pour le développement de la Bretagne sans passer par les écoles de commerce ou instituts dépendants de Gross Paris, cela ne peut être qu'à encourer.
Longue vie donc à cette intiative...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.