Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Feu vert du préfet Fargeas pour la maternité porcine industrielle de Trébrivan : Après nous le déluge ?
Le rapport confidentiel du préfet Fargeas disait : Dans le contexte breton, il s'avère que le facteur limitant de la prolifération algale est en fait l'azote qui permet le développement algal est apporté par les cours d'eau. Il est principalement d'origine agricole. De son côté, la ministre Chantal Jouanno déclarait, lors de sa venue à Plestin-les-Grèves, après le décès d'un cheval en août 2009 : Il faudra mener des actions fortes, en évitant que les cheptels d'animaux ne s'agrandissent
Mona Bras pour UDB le 10/04/10 14:37

Le rapport confidentiel du préfet Fargeas disait : « dans le contexte breton, il s'avère que le facteur limitant de la prolifération algale est en fait l'azote (...). L'azote qui permet le développement algal est apporté par les cours d'eau. Il est principalement d'origine agricole par l'intermédiaire des effluents (lisier et autres) et engrais minéraux (...) ».


De son côté, la ministre Chantal Jouanno déclarait lors de sa venue à Plestin-les-Grèves, après le décès d'un cheval en août 2009 : « Il faudra mener des actions fortes, en évitant que les cheptels d'animaux (dont les déjections sont en partie à l'origine de la formation des algues vertes) ne s'agrandissent ».


Aussi, l'annonce d'autorisation du projet de Trébrivan par le même préfet Fargeas a de quoi surprendre si on oublie les propos tenus par le président de la République lors du Salon de l'agriculture : « L'environnement ça commence à bien faire ! ».


En effet, le préfet Fargeas commence par souligner que ce projet n'a rien à voir avec la question des algues vertes, ignorant ( ?) donc les conclusions de la Cour d'Appel de Nantes qui a condamné l'État à deux reprises pour sa responsabilité avérée dans le fléau des algues vertes. Les conclusions du verdict de la Cour sont bien qu'un niveau de pression azoté de 80 à 90 kg par hectare est le maximum à autoriser si nous voulons vraiment atteindre les objectifs de la Directive cadre européenne et aboutir à la disparition des algues vertes. Or, le taux de pression azotée de la SCEA de Kerana de Trébrivan est de 110 kg à l'hectare. C'est certes moins que les 170 kg autorisés par la loi, mais encore trop pour atteindre les objectifs de 2015. Les maires qui ont accepté les plans d'épandages sur les territoires des communes de Trébrivan et alentours, sont-ils conscients de leur responsabilité ?


L'attitude de l'État est donc de continuer à accompagner un système qui, non seulement pollue intensément, mais détruit socialement. La Bretagne, avec un taux d'occupation de 500 porcs à l'hectare – 600 pour le seul département des Côtes-d'Armor, alors que la moyenne française est de 50 porcs à l'hectare – est au-delà du supportable :

  • Nos nappes phréatiques de grande profondeur sont polluées,
  • La directive européenne "Bien-être animal" est-elle compatible avec l'élevage concentrationnaire sur caillebotis ?
  • L'accroissement des volumes produits, 750.000 porcs de plus en dix ans, est-il justifiable ? La région Bretagne héberge plus de 14 millions de porcs dont les déjections correspondent à plus de 80 millions d'habitants !
  • La consommation interne européenne est constante et la surproduction conduit à un déséquilibre chronique du rapport offre-demande et entraîne une chute des prix,
  • La flambée du coût des aliments représente 60 % des charges de l'élevage hors sol,
  • Plus de 35 % des élevages de porcs connaissent des revenus négatifs, la situation financière des éleveurs se dégrade et le taux d'endettement atteint les 75 %, en un mot le secteur n'est plus viable et vit sous perfusion.


    Conclusion : les aides de la PAC ne doivent plus aller vers les secteurs agricoles dits productivistes, sources de dégâts environnementaux, mais aussi humains et sociaux.

    L'UDB qui constate que cette décision arrive juste après les régionales, continue de soutenir tous ceux qui se battent pour que la diminution des cheptels en Bretagne s'accompagne d'aides à la reconversion et de prix fixés, non plus selon les lois du marché, mais selon les prix de revient, pour garantir des revenus décents aux paysans.

    Pour l'UDB, le rôle d'un préfet est de faire appliquer les lois sur la qualité de l'eau et de faire respecter les réglementations en vigueur. Le combat pour que chacun puisse vivre et travailler dans un environnement sain ne s'arrête pas à cette décision « politique ».

    Pour l'UDB, la porte parole, Mona Bras

    Voir aussi :
    Cet article a fait l'objet de 1460 lectures.
  • Vos 1 commentaires
    GUEGUEN MICHEL Le Mardi 31 août 2010 23:27
    D'après un rapport de Michel RIEU, agronome du CRAAQ, la densité de porcs en Bretagne est de 497 porcs/km²SAU, avec un effectif de 8382000. Je pense donc que votre chiffre de 500 porcs/hectare est faux : c'est plutôt 500 porcs/km² de SAU; le chiffre de 14000000 de porcs doit comprendre les truies et les porcelets, je suppose d'où l'écart des effectifs. Par comparaison, le Danemark a une densité de 525 porcs/km² SAU et la Hollande détient le record européen : 1198 porcs au km², ce qui fait 11,98 porcs par hectare. Je n'ai pas la densité moyenne pour la France mais pour les pays de Loire 79 porcs par km². En conclusion, je pense qu'il y a beaucoup trop de cochons en Bretagne et qu'il faut réduire le cheptel porcin, comme en Hollande : ils ont abattu 1 million de porcs pour respecter l'environnement, avec indeminité du gouvernement aux éleveurs.
    MICHEL GUEGUEN michela.gueguen [at] wanadoo.fr
    (0) 

    Commenter :
    Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
    ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 2) + 2 ?

    ABP

    Publier

    Nous suivre

    2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons