Contre les éoliennes flottantes au large de Belle-Île-en-Mer

-- Environnement --

Agenda de Préserver l'identité environnementale de Belle-Île en Mer
Porte-parole: Eric GUILLOT

Publié le 8/11/20 8:22 -- mis à jour le 08/11/20 08:22

Solidaire avec d'autres associations environnementales sur Belle-Île, Groix, Quiberon... Nous soutenons la transition énergétique et le développement des énergies marines renouvelables, mais pas à n'importe quel prix et pas à n'importe quelles conditions. Nous considérons que le concept de l'éolien flottant, bien que prometteur, n'est malheureusement pas aujourd'hui suffisamment mature pour la réalisation d'un tel projet gigantesque. Nous sommes fermement contre l'industrialisation de la mer.

Nous aimons tous Belle-Île : insulaires, résidents secondaires et vacanciers, pour ne pas la voir se dénaturer. Belle-Île doit demeurer La Bien-Nommée, aussi, pour les générations futures. Belle-Île est un joyau qui doit rester dans son écrin, mais ne pas briller de tous ses éclats, entre des mains avides de profits, qui la dénatureront par des impacts irréversibles, tels que:

les coûts du projet & du soutien, l'impact sur les pêcheurs par la réduction drastique des zones de pêche et la création de zones accidentogènes pour la navigation maritime, l'impact sur l'environnement paysager principalement & les impacts des anodes sacrificielles dans le milieu marin, l'impact sur la faune et flore marines avec les oiseaux marins, l'impact sanitaire par les infrasons, l'impact sur le tourisme et l'économie locale insulaire...

Les 60 petites Tours Eiffel... plus exactement, 5 fois la hauteur du Phare de Goulphar (ou Grand-Phare de Kervilahouen) représenteront un horizon de 60 immeubles de 85 étages que nous ne voulons pas !

Merci de continuer à nous soutenir et de contribuer par vos adhésions à l'association : Préserver l'identité environnementale de Belle-Île en Mer pour la sauvegarde de notre bien commun.

E-mail: pebiem56 [at] gmail.com

Eric GUILLOT, représentant de l'association.

Voir aussi :
mailbox imprimer
Eric GUILLOT, représentant de l'association: "Préserver l'identité environnementale de Belle-Île en Mer". pebiem56@gmail.com

Vos commentaires :

penn kaled
Dimanche 8 novembre 2020

Evidemment je respecte votre point de vue ,seulement c'est quasiment la même répétition à chaque fois qu'il y a un projet industriel ou énergétique en Bretagne ,une opposition s'organise et souvent lui fait échec .Il est vrai que la dispersion de l'habitat , et sa proximité avec les installations, sont un facteur défavorable . La Bretagne ne s'en sortira pas ,notamment en ce qui concerne sa dépendance énergétique de la France ,sauf évidemment en installant une ou deux centrales nucléaire ,solution très controversée jusqu'à présent ,cependant l'avènement de la fusion va peut être changer la donne .Il y aurait même du souci à se faire avec les anti tout si la Bretagne deviendrait autonome , à moins que les Bretons changent de paradigme , sans accepter non plus n'importe quoi , placent l'intérêt général avant des convictions parfois egoistes sous couvert d'écologie ,et parfois liées à des petits intérêts privés .

Muichka
Dimanche 8 novembre 2020

Bonjour,

j'apprécie votre combat.

L'article serait plus lu, grâce à votre photo, si le titre était "ce n'est pas l'horizon que nous voulons"

A galon ganeoc'h

Naon-e-dad
Dimanche 8 novembre 2020

Gerveur ou ar Gerveur est le nom breton de Belle-Ile.

"Gerveur" eo an añv brezhonek eus an enezenn-mañ;

Jack Le Guen
Dimanche 8 novembre 2020

La beauté découle de la fonctionnalité. Les montres sont devenues de véritables bijoux. Les phares sont les objets les plus photographiés au monde. Il en sera de même des éoliennes. Dans 100 ans les peintres et les photographes se rendront sur les lieux par gros temps. Des artistes en mal d’expériences y prendront résidence.

jakez Lheritier de St Nazer
Dimanche 8 novembre 2020

Lister les sources d'énergies à installer en Bretagne pour être autonome?

Il y en a,depuis longtemps dans les brevets des "grandes sociétés" mais l'indépendance énergétique n'est pas bien vue par les états colonialistes et les sociétés financières.

Et l'hydrolien où en est on en Bretagne?

Serait ce mieux accepté par les pêcheurs.

On est bien d'accord,il ne faut pas spolier,polluer nos territoires et sites océaniques ,mais nous devrions avoir un tableau des productions d'énergie possible en Bretagne.ce serait plus facile pour en débattre.

Nota:je demande à ce que les intervenants indiquent leur vraie identité.C'est trop facile de ce cacher.

.

Anne Honime
Dimanche 8 novembre 2020

Si vous ne voulez pas d'éoliennes dans le coucher de soleil de Port Coton, dites-le dans le débat public organisé jusqu'à la fin novembre 2020 : (voir le site)

Jiler
Lundi 9 novembre 2020

Monsieur Guillot,

Il est facile d'être toujours contre. Dites-nous aussi pour quoi vous êtes!

Comment allez-vous assurer l'autonomie énergétique de la Bretagne ?

Etes-vous pour cette autonomie? pour un gouvernement régional breton ? pour l'enseignement généralisé de la langue bretonne?

Etes-vous d'une famille belle-ilienne de souche ?

Ainsi nous arriverions à mieux vous situer, car bien souvent les promoteurs de tels combats n'ont rien à voir avec les combats bretons essentiels : ils travaillent pour leur petit pré carré égoïste.

Prouvez nous le contraire !

krys 44
Lundi 9 novembre 2020

Hydrolien :

(voir le site)

penn kaled
Mardi 10 novembre 2020

Pour Jakez Lhéritier ,oui vous pouvez ne pas supporter l'utilisation de pseudos pour commenter ,votre point de vue peut être pertinent .Seulement par exemple si j'utilisais Jakez Fulub en place de penn kaled ,vous ne pourriez pas deviner si cette nouvelle dénomination est un pseudo ou pas .Par contre concernant l'utilisation d'un pseudo pour polémiquer ou s'en prendre à un autre commentateur ,je suis de votre avis .,mais dans mon cas j'utilise le mien uniquement pour donner mon point de vue .Comme beaucoup d'autres sur ce site j'ai mes raisons pour utiliser un pseudo ,d'ailleurs si leur utilisation était interdite ,je crains qu'il y aurais une baisse drastique des commentaires sur ABP . Perso si je pouvais , je n'hésiterais pas deux secondes pour vous décliner mon identité votre sincérité étant évidente au vu de vos interventions .

a galon

Harry Blonec
Mardi 10 novembre 2020

pour R Jiler : je ne sais pas s' il est de belle ile en tout cas il y vient depuis 40 ans et il a été en soutien de maire et un écologiste de progrès rien a voir avec EELV. Il y est tellement connu que les pouces pieds l'appellent par son prénom.. ça fait 900 ans que je ma famille est bretonne et jamais je ne m'autorise de telles reflexions : j'agis où je vis.

En ce qui concerne les éoliennes il y en à 60 pas 1 qu'on peut déguiser en pot de fleur. Elles font 260m de haut soit 50m de plus que la Tour Montparnasse et 15km ce n'est rien (distance Le Palais Quiberon) donc c'est un mur et une catastrophe pour le tourisme ça c'est visible mais surtout c'est un écocide marin et aérien. les procédés de financement distribués aux assoc, mairies et cie procèdent de la colonisation de paradis en iles bananières. Je suis contre , violemment contre ! PS avec 3500 km de côte je suis 100% pour l'hydrolien pas de courant mais de pression

Emilie Le Berre
Mercredi 11 novembre 2020

En matière d'énergie trop souvent le débat est réduit à des slogans quelque soit les opinions sur le sujet, à de l'émotionnel, du déni, du wishful thinking et du refoulement distributif.

Pour les uns : transition énergétique, hydrogène(c'est le mantra du moment après la méthanisation), croissance verte, développement durable, économie bleue ...

Pour les autres : technologie, fusion, 5G, amish, smart cities, IA, voiture électrique(autonome), numérisation...

Dans les 2 cas, un des points communs est le refus de remettre en cause nos modes de vie, "modes de vie" au pluriel parce que grâce à l'abondance d'énergie dont à accès notre société chacun peut vivre (devant son écran) indépendemment de celle de son voisin ou des membres de sa famille.

Dans un monde en stress énergétique ce n'est pas le cas. Notre société est une junky à l'énergie.

Or que remarque t-on pour qui voudrait bien y regarder de plus près ? L'histoire et les lois de la physique traduisent les slogans des uns et des autres par "bullshit".

La transition énergétique n'existe pas,

l'hydogène "will have a great futur and will still have",

le numérique consomme autant que le traffic aérien avant covid et est en croissance exponentielle,

La Bretagne, la France, l'Europe ne seront JAMAIS autonôme en énergie tel qu'on le conçoit aujourd'hui.

etc...

Pour recentrer sur Belle Isle et le parc eolien au large.

D'abord le parc éolien. Il est vrai que ce sont des sociétés qui sont à fond dans le "business as usual", dont le but est le profit, camouflées derrière la transition ou l'économie bleue servant de vertues ostentatoires pour détruire industrialiser les océans. Un point que je n'ai jamais vu mis en avant par les opposants est les conditions de travail trés dangeureuses des techniciens (je parle de morts). Souvent on nous promet des emplois locaux, ce qui est en partie vrai, mais les travailleurs détachés sont aussi une réalité dans les énergies "renouvelables", là aussi pas de transition.

Ensuite Belle Isle. Pas qu'à Belle Isle nous avons des gens qui ont acheté très chère une carte postale où s'installer, dès l'or celle-ci doit rester figer parce qu'elle ne correspondrait plus au prix qu'ils ont déboursé. Remarquez que ce sont des gens aisés venus d'endroits détériorés dont la richesse provient d'une activité qui justement détruit nos milieux naturels.

Sous pseudo, parce que depuis près de vingt ans dans le domaine des énergies.

Je peux développer certains points s'il le faut.

Kilian Le Tréguer
Mercredi 11 novembre 2020

La plupart des éoliennes sont concentrées dans des zones rurales précises moins touristiques et ou le m² est le moins cher.

Ainsi de pauvres gens, déjà privés de services publics voient leur village souillé et leur bien immobilier dévalué de 30 à 40 % pour le plaisir et les lubbies d'urbains qui n'accepteraient jamais de vivre eux prés d'une éolienne.

Je ne défends pas spécialement ce projet mais au moins cela change. Trop facile d'implanter les éoliennes dans les zones intérieures systématiquemement. Car entendons nous bien...on ne parle pas là de petites éoliennes à tailles humaines comme il en était question il y a 20 ans. On parle là de monstres en taille et en nombre. Ces éoliennes sont par ailleurs ultra polluantes à la construction et sont nocives par les bêtes et les Hommes en terme de santé publique, sans parler bien sûr de l'impact visuel et économique.

Loïc 35
Vendredi 13 novembre 2020

Je respecte votre position mais vous affichez une photo montage qui ne rend pas compte de la réalité.

Je suis pour le développement de l'éolien, qui en France à pris beaucoup de retard, si on se compare à nos voisins européens.

Jiler
Lundi 16 novembre 2020

Le montage n'est pas juste, car des éoliennes à 15 km n'apparaitraient pas aussi grandes. On peut dire que c'est un montage en trompe l'oeil; ça ne fait pas avancer votre cause.

Je précise que j'habite une zone rurale, et que je suis favorable à l'implantation d'éoliennes à 2 km de chez moi; ça devrait se faire dans les années qui viennent. Alors, 15 Km !......

Veut on du travail pour nos jeunes ; veut on une Bretagne qui se rapproche de l'autonomie énergétique ? Belle-Ile doit dire oui à ce parc , mais en exigeant des retombées en terme de travail.

Y a-t-il suffisamment de travail pour les jeunes chez vous?

Nous devons tous accepter de petits sacrifices pour assurer le travail et l'avenir. Préparons nous à la transition énergétique ,et au changement de société qui va changer du tout au tout. Et là, ce ne sont pas de petits sacrifices qui sont attendus, et de la part de tous !

Harry Blonec
Mercredi 18 novembre 2020

réponse LeGuen : 60 eoliennes toutes semblable d'une hauteur de 260 m sur une des 43 plus belles baies du monde cela ne peut pas etre beau meme dans 100 ans : Les clios ont été fabriquées à des miliers d'exemplaire et elles ne seront jamais belles , pareillement pour le mocassin à gland . Dans 100 ans les peintres et les photographes se rendront sur les lieux par gros temps en fait surtout les archéologues pour les cimetierres d'oiseaux disparus (sur google faire oiseaux eoliennes videos) car en bout de pales les vitesses sont de 300 km/h. Des artistes en mal d’expériences y prendront résidence : impossible le bruit des pales est plus fort que le long du périph

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.