Convention Etat-Région sur l’enseignement de la langue bretonne. Pour Blanquer c’est « kas da sutal »

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de Kelennomp
Porte-parole:

Publié le 3/03/21 19:47 -- mis à jour le 04/03/21 08:16

Nous venons d’apprendre par courrier, en date du 2 mars 2021 (à lire ici ) signé du Président du Conseil régional de Bretagne, que la Région renonce à l’objectif de faire voter la future convention Etat-Région sur l’enseignement des langues de Bretagne pour l’ultime session de la mandature au Conseil régional.

La dernière convention signée en 2015 dans le cadre du pacte d’avenir pour la Bretagne dénommée « convention spécifique pour la transmission des langues de Bretagne et le développement de leur utilisation dans la vie publique » est arrivée à échéance fin 2020.

Cette convention revêt une importance cruciale pour le développement de l’enseignement bilingue et de l’enseignement de la langue bretonne en général, au regard des enjeux : objectif chiffré en terme d’élèves en filière bilingue à atteindre tant dans le 1er degré que le second degré, développement de l’enseignement optionnel du breton dans les écoles, collèges et lycées, fixation du nombre de postes aux concours spécifiques d’enseignants bilingues, formation initiale et continue des enseignants en langue bretonne.

Or, si le rectorat de Rennes semble ouvert aux discussions, nous notons que le Ministère de l’Education Nationale bloque tout arbitrage, comme l’indique Loïg Chesnais-Girard : « je dois constater un blocage de fond et de forme avec des nécessaires arbitrages du Ministre qui n’aboutissent pas ! » .

Nous dénonçons l’hypocrisie sans nom du Ministre, le plus opposé aux langues régionales de France depuis Chevènement. La différence est qu’avec ce dernier, la ligne était claire et ne souffrait aucune ambiguïté. Ici, nous avons un Ministre osant déclarer récemment en Bretagne « vive le breton » et s’évertuer « en même temps » à tout faire pour détruire l’enseignement de la langue bretonne, d’abord au lycée avec la réforme du bac, puis au collège avec la réduction des heures dédiées à l’enseignement du breton (notamment pour Diwan qui vient de trouver une solution temporaire via le rectorat , mais cela concerne aussi le public et le catholique) et maintenant dans le premier degré avec la convention Etat-Région.

A l’approche des élections régionales, nous ne manquerons pas d’interroger les listes candidates mais également les députés proches du gouvernement sur l’attitude du Ministre de l’Education Nationale faisant son maximum pour saboter l’enseignement des langues régionales et de la langue bretonne en particulier.

* Kas da sutal : en breton : « Allez souffler » ( équivalent en fr : allez vous faire …)

Voir aussi :
mailbox imprimer
L’objectif de l’association est de regrouper toutes celles et ceux qui enseignent le breton et en breton dans les écoles maternelles, primaires, collèges, lycées, dans les écoles supérieures de professorat et d’éducation (ESPE), dans les universités, dans l’enseignement public, catholique et Diwan, par correspondance, dans les centres de formation et dans les cours du soir pour développer l’enseignement du breton.

Vos commentaires :

Herve ar gall
Jeudi 4 mars 2021

Salud deoc'h,

Pegoulz vo savet ur vanifestadeg vras da lakaat ar stad C'hall da gompren

n'omp ket evit enduriñ ken kement a zismegañs hag a fae eus e berzh ?

Krogomp e-barzh, gastaoù !

Herve ar Gall

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.