Affiche Bretagne Réunie: Philippe Grosvalet et la démocratie.
Affiche Bretagne Réunie: Philippe Grosvalet et la démocratie.

Nul n’est censé ignorer la loi

La loi rien que la loi. C’est dans ce cadre que Bretagne Réunie a collecté plus de 105 000 signatures manuscrites d’électeurs de Loire-Atlantique. Conformément à la Loi, cette pétition demande l’inscription à l’ordre du jour de la session du conseil départemental l’organisation d’une consultation des électeurs de Loire-Atlantique.

M. Grosvalet souffle le chaud et le froid. Aujourd’hui il n’est toujours pas au rendez-vous. En effet, non seulement il n’a pas inscrit la consultation à l’ordre du jour de la session du 17 décembre et il se défausse en interpellant directement sur le Président de la République, s’appuyant sur des arguments confus et mensongers, pour justifier son choix de ne pas mettre ce point à l’ordre du jour.

Par cette attitude, il n’assume pas les compétences qui lui sont dévolues par son mandat de président du Conseil départemental alors qu’il ne cesse de fustiger la re-centralisation de l’Etat.

M. Grosvalet serait-il dépassé par les évènements ?

Mesdames et messieurs les conseillers départementaux, vous avez la « liberté de penser, la liberté de conscience, la liberté de choisir et agir » : vous pouvez encore exiger le respect de la Loi et de la démocratie ce 17 décembre en demandant que ce sujet soit débattu et voté dès l’ouverture de la session. C’est ce que demandent 105 000 électeurs, des parlementaires, des conseillers régionaux et départementaux, des maires et conseillers municipaux de Loire Atlantique, ainsi que le conseil régional de Bretagne à l’unanimité.

Bretagne Réunie sera présente ce lundi, à partir de 8h, quai Ceineray, pour vous soutenir dans cette démarche.

Cet article a fait l'objet de 1015 lectures.
mailbox imprimer
logo

Fondée en 1980, l'association Bretagne Réunie, Comité pour l'unité administrative de la Bretagne, régie par la loi de 1901, se donne comme but la reconnaissance comme collectivité territoriale d'une région Bretagne formée des actuels départements des Côtes-d'Armor, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique et du Morbihan.
L'association se définit comme démocratique, unitaire et apolitique. Elle agit pour et dans le respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales.
Bretagne Réunie
BP 49032
44090 Nantes/Naoned cedex 1

Vos commentaires :

Kristen
Dimanche 16 decembre 2018

Mr Voisin couvre Madame Mével, contre le gré de celle-ci et celui de Monsieur Mével son conjoint.

Mr et Mme Mével doivent-ils compter sur le bon vouloir de Mr Voisin pour faire cesser cet état de fait ?

Pierre Robes
Mardi 18 decembre 2018

Sur France 3 au journal "régional" :

ils ont clairement expliqué que cela venait du fait que le Roi de Bretagne Érispoë avait fait un traité à Angers en 851 avec Charles le Chauve,

et que la région d'Angers avait perdu une partie de ses territoires, et que les technocrates de Paris (qui vont rechercher à très loin une justification contre la Bretagne et ses ploucs), par le décret Pétain avaient remisé le département de Loire inférieure (Loire Atlantiq) dans sa région dite d'origine qui depuis l'Empire Germanique de Karl der große (Charles Maigne), puis de sa départition en 3 fiefs Germanique dont le royaume des Francs de Karl der Kahle (Charles le Chauve) est issu.

DONC :

L'article de la Loi Française (franco-germanique) indique que les citoyens "peuvent demander" (les mots ont un sens et sont largement pesés par ceux qui font la loi parisienne.)

cependant la décision : d'organiser ou pas la consultation "appartient à l'assemblée délibérante"

Le sieur Grosvalet, n'ayant pas de mandat impératif, est donc respectueux de la Loi française s'il décide, par son Assemblée de la région des Pays Bidons (de la Loire), de ne pas organiser ni de tenir compte de cette demande. Il fait donc appel au Château et à Sa Majesté, son maître Jupiter.

Comme quoi les Lois en Jacobinie sont bien faites.

Écrire un commentaire :

Combien font 1 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.