Anne de Bretagne de Thierry Jigourel, un beau petit livre mais qui évite certaines questions

-- Histoire de Bretagne --

Présentation de livre de Philippe Argouarch

Publié le 3/07/14 12:51 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A l'occasion du 500e anniversaire de la mort d'Anne de Bretagne, le prolifique auteur breton, Thierry Jigourel, vient de sortir un petit livre sur la duchesse devenue reine de France, très bien écrit d'ailleurs et très bien documenté d'une belle galerie de portraits y compris une, dénichée à la bibliothèque nationale russe de Saint-Petersbourg, montrant Anne avec ses suivantes bretonnes et qui fait figure de couverture du livre.

Le livre résume bien, en moins de 100 pages, dont de nombreuses en couleurs, la biographie de la duchesse, mais aussi tous les stratagèmes, manigances, corruptions, trahisons, pressions de toutes sortes, y compris, déjà, l'apparition de porteurs de valises de livres tournois, qui entourent cette période de mainmise par la France sur un duché indépendant alors très riche et occupant un emplacement stratégique de premier ordre, très convoité, depuis la découverte de l'Amérique en 1492.

On notera cependant une erreur qui peut paraitre anodine, mais qui obscurcit le droit et le coup d'état opéré par François 1er pour s'emparer du duché. Le Dr Melennec a pourtant démontré, d'une façon catégorique et de moins en moins contestée, la non-validité de tout temps, du soit-disant traité d'Union de 1532, ( voir l'article ), qui est avant tout un édit de Francois 1er. Le seul traité, librement consenti, et toujours valide au niveau international, est le Contrat de mariage entre Anne de Bretagne et Louis XII signé en 1499 et ratifié par les États de Bretagne la même année. (voir le site) Il garantissait l'indépendance du duché. Thierry Jigourel écrit que, selon le contrat de mariage, "la principauté de Bretagne passera au second fils de l'union", ce qui n'est pas du tout ce qui est écrit dans le contrat qui place les filles issues du mariage sur le même plan que les fils au niveau de l'héritage. Le traité est depuis longtemps sur la toile et a été publié par Dom Morice au XVIIIe siècle. Il stipule :

et s'il avenoit que d'eux deux en ledit mariage n'issist ou vinst qu'un seul enfant masle, que cy-après issent ou vinssent deux ou plusieurs enfans masles ou filles, audit cas, ils succéderont pareillement audit duché, comme dit est.

Claude de France et Renée de Bretagne

La deuxième fille du couple royal, Renée, que Thierry Jigourel ne mentionne qu'une fois dans le livre et en note de bas de page, est bien l'héritière légitime du duché et aurait dû en être la duchesse après la mort d'Anne de Bretagne en 1514. Elle en a été déshéritée et intentera même un procès contre la France après avoir été mariée à un prince italien. Claude, la fille aînée, n'avait aucun droit de céder le duché à François 1er, puisqu'elle n'en était pas l'héritière. Il y a eu manipulation au plus haut niveau de l'État et tout historien breton qui se respecte et s'intéresse à cette période devrait se demander où est passé le contrat de mariage entre François d'Angoulême et Claude de France ! Car même Louis XII rappelle au comte d'Angoulême, futur François Ier, que Renée est l'héritière du duché (voir les lettres de Louis XII dans Dom Morice : Mémoires pour servir de preuves à l'Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne. Par contre, ni le contrat de mariage de Claude, ni le testament de la Duchesse Anne, ne figurent dans la compilation de documents de Dom Morice...Ont-ils été brûlés par une chancellerie du royaume enclin à vite faire disparaître toute trace du coup d'état ?

Il reste beaucoup de travail aux historiens.

Editions Ouest-France

prix modique de 12 euros

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.