Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Le reliquaire lors d'une exposition au château des ducs de Bretagne à Nantes en 2007. Une des inscriptions dit  (remis en français moderne) :
Le reliquaire lors d'une exposition au château des ducs de Bretagne à Nantes en 2007. Une des inscriptions dit (remis en français moderne) : "« En ce petit vaisseau du plus fin or pur au monde repose le plus grand coeur que quiconque dame eut au monde. Anne fut son nom. Deux fois reine de France, duchesse des Bretons, royale et souveraine
- Chronique -
Pour le retour de l'écrin d'or du coeur d'Anne de Bretagne à la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes

C'est précisément dans son testament, un document essentiel que François 1er a fait détruire, qu'Anne de Bretagne a donné des instructions quant à ses obsèques. Ce écrin en or, où elle a voulu que son coeur soit déposé, était destiné à la chapelle des Carmes à Nantes.

Philippe Argouarch pour ABP le 25/01/24 12:07

Après être resté près de douze ans portes closes pour rénovation, le musée Dobrée à Nantes, haut lieu de patrimoine breton, s’apprête à rouvrir ses portes au public, le 18 mai prochain. On pourra y voir entre autres le reliquaire d' Anne de Bretagne. Il s'agit d'un écrin d'or qui renfermait le coeur d'une bretonne qui fut duchesse, reine des Romains, et deux fois reine de France.

Ce reliquaire est d'autant plus précieux qu'il semble miraculeusement avoir échappé aux aléas des pillages, des cambriolages et des révolutions. En 2018, la précieuse relique avait même été dérobée par des délinquants qui avaient envisagé de la fondre, ignorant complètement la nature et l'histoire de l'objet en question. On ne peut complètement blâmer l'étudiant nantais en chimie de ne pas connaitre l'histoire de Bretagne car personne ne lui a jamais enseignée. Ayant écopé de 4 ans de prison ferme, on ne peut qu'espérer qu'il ait pris le temps de la lire.

Après la chute de la monarchie constitutionnelle, lors de la journée du 10 août 1792, le gouvernement provisoire ordonne la fonte des monuments en bronze, argent ou métaux divers pour en faire notamment des "balles patriotes". Cette même Convention ordonna en 1793 la destruction des insignes de la féodalité et des tombeaux nobles ou princiers dans tous les édifices de la République. Le député Bertrand Barère, bien connu des Bretons pour ses déclarations en faveur de la destruction des langues autres que le français, parle de s'attaquer aux « cendres impures des tyrans » sous prétexte de récupérer le plomb des cercueils. Et l'écrin en or d'Anne de Bretagne était dans un coffre en plomb... Le 25 décembre 1793, suite à une directive de la Convention, le reliquaire fut exhumé et saisi au titre de la collecte des métaux précieux appartenant aux églises.

Quant au tombeau, contenant le corps d'Anne de Bretagne, inhumé à la Sainte-Chapelle Saint-Denis, il subira le même sort que tous les souverains du royaume, les cercueils en chêne seront défoncés à coup de masse, le plomb récupéré au ciseau et les corps jetés dans une fosse commune avant d'être profanés et exposés au public et aux dépeceurs.

Le coeur d'Anne de Bretagne est, lui, envoyé à la Monnaie de Nantes pour y être fondu pour pouvoir récupérer or et plomb. Miraculeusement, il est un moment oublié ou caché, puis reconnu « monument des sciences et des arts ». Sauvé, il est transféré au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. Rendu à Nantes en 1819, il parcourt différents musées avant d'arriver en 1886, au musée Dobrée. Il serait normal que la volonté de la duchesse et reine soit respectée et que le reliquaire de son coeur soit retourné dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes au pied du gisant de ses parents comme elle l'avait voulu, vu la disparition de l'église des Carmes.

C'est précisément dans son testament, un document essentiel que François 1er a fait détruire ( voir l'article ) qu'Anne de Bretagne a donné des instructions quant à ses obsèques. Ce reliquat en or, où elle a voulu que son coeur soit déposé, était destiné à La chapelle des Carmes dans le tombeau des ses parents qu'elle avait fait ériger. Cet ancien couvent a été pillé pendant la Révolution, vendu au plus offrant et il n'en reste plus grand chose. L'église et le mobilier ont été vendus. Les énormes gisants en pierre taillée de François II et de sa femme n 'ont pu être détruits. Ils ont été déplacés à la Cathédrale une fois la tourmente passée.

Le reste de ce patrimoine a disparu. La bibliothèque de l'Université de Princeton aux États-Unis détient le missel des Carmes, une oeuvre d'art contenant des documents précieux pour l'Histoire de Bretagne en particulier sur l'histoire des Montfort. En attendant le retour du missel, objet du patrimoine breton, retournons le reliquaire à l'endroit qu'avait choisi Anne de Bretagne, au pied du gisant de ses parents, celui du duc François II et de Marguerite de Foix, aujourd'hui dans la cathédrale.

8  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 8 commentaires
  Philip Neve
  le Jeudi 25 janvier 2024 17:14
Entièrement d'accord
(3) 
  J. Christ. Siou
  le Jeudi 25 janvier 2024 17:26
Tout à fait d'accord ! C'est dans la cathédrale de Jean V que le reliquaire devrait trouver sa véritable place, surement plus que dans un musée Dobrée géré par un département de Loire-Atlantique qui se fout bien de tout se qui se rapporte à la Bretagne (idem au château des ducs de Bretagne géré par la ville de Nantes). On a pu apprécier comme il se doit le peu d'attention porté à ce précieux et hautement symbolique reliquaire lors de son vol par une bande de pieds nickelés. Sécurisation et gestion lamentable de cette triste affaire par un département qui ne cesse de combattre son identité bretonne. Quant à la cathédrale de Nantes, avez-vous des nouvelles de sa restauration ? Parce qu'ici à Nantes, nous n'en avons guère, silence radio de la municipalité et des médias locaux. Ils se moquent tous du patrimoine breton et de sa charge émotionnelle et symbolique. Par contre, je sais tout dans les moindres détails et en dix exemplaires de l'avancement des travaux de Notre-Dame de Paris, dont je me moque. Lamentable.
(4) 
  Yannig Coraud
  le Jeudi 25 janvier 2024 20:47
Excellent article rappelant le voeu d’Anne de Bretagne de retrouver son Pays et Nantes en particulier
On apprend toujours grâce à l’ABP sur l’Histoire de notre Peuple Breton.
Je ne savais pas que François I er de France ait fait détruire le Testament d’Anne de Bretagne.
Lui qui épousa la fille d’Anne de Bretagne Claude de France . Et pensa y rattaché la Bretagne oubliant qu’avec la loi salique une souveraine ne pouvait pas hériter. Ce qui fait comme le disait mon Professeur de Droit à Nantes que depuis ce temps la Bretagne doit être considérée comme un État occupé par la France son ennemi éternel !
Le Droit International s’applique toujours
Il y a un demi siècle la France a présenté un texte du 13 eme siècle pour récupérer un îlot près des îles Anglo saxonne …
A bon entendeur Salut
(5) 
  Naon-e-dad
  le Vendredi 26 janvier 2024 12:22
« un moment oublié ou caché »…
.
Je suis personnellement convaincu que des Bretons, dans la période qui a suivi la perte de l’indépendance (après 1532) et lorsqu’ils l’ont pu, ont protégé de la destruction (politique) ou du vandalisme, des objets ou documents liés à la Bretagne, en cachant ces derniers. C’est une observation fine du château ducal à Nantes, et je devrais presque dire une observation méditative, qui m’a amené à cette idée et conclusion...
.
Il en a été de même, comme on le sait, mais cette fois-ci au moment de la Révolution française – an « Dispac’h braz » - pour toute la France, à propos des statues et autres objets divers, dans les Eglises…
.
« Allons z-enfants de la Patriiii…eu ». Les sans-culottes ne furent pas sans culot ! Qui aura l’audace de modifier les paroles de ce chant militaire certes martial mais dont la teneur, en certain(s) point(s), détonne par rapport à la plupart des hymnes nationaux en Europe. Pour une fois, je vais être progressiste : quel politique aura ce courage ?
.
Anna Vreizh (lod a lâr , dre abeg pe abeg, e vefe gwelloc’h skrivañ Anna Breizh, hep kemmadur) a zo plas he kalon e-barzh Iliz-Veur an Naoned ha n’eo ket e-barzh ur mirdi. Ya, sur a-walc’h da geñver istor Breizh hag ar feiz hon Dugez garet, nemet n’on ket sur e vefe diwallet mat (pa soñjer en gwall-tan peget n’eus ket re bell e-barzh an Iliz-Veur-mañ).
(0) 
  Anne Merrien
  le Vendredi 26 janvier 2024 14:55
Sait-on si tout le butin a été récupéré ? Je pense en particulier à la Cadière.
(0) 
  Krys 44
  le Vendredi 26 janvier 2024 20:26
Enfin , heureusement qu'il n'était pas dans la cathédrale au moment de l'incendie !
(0) 
  Dan
  le Dimanche 28 janvier 2024 09:19
Quatre vertus sont représentées sur le magnifique tombeau de François II : la Force, la Tempérance, la Justice et la Prudence.
Réflexion sur La Prudence. Dans le musée Dobrée- le cœur d'Anne de Bretagne était à hauteur d'homme. Protégé dans un coffret de verre vraisemblablement très résistant,. On pouvait en faire le tour en restant très proche. C'était un peu inquiétant. Cependant les surveillants déambulaient dans la galerie assurant une surveillance pendant les heures d'ouverture du musée, Ce système de protection s'est avéré insuffisant  : le vol a eu lieu la nuit
Dans la Cathédrale: le tombeau de François II n'a pas souffert du dernier incendie : il n'aurait reçu que de légers débris carbonisés, faciles à éliminer.
Déplacé actuellement pour une restauration indispensable prévue avant l'incendie-
https://www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Pays-de-la-Loire/Monuments-historiques-dans-les-Pays-de-la-Loire/Cathedrale-de-Nantes/Actualites-sur-la-restauration-de-la-cathedrale-de-Nantes/Cathedrale-de-Nantes-restauration-du-tombeau-de-Francois-II-et-Marguerite-de-Foix
Par ailleurs, avant l'incendie, la protection du tombeau avait été heureusement améliorée
Par précaution, une protection sans faille sera nécessaire pour le cœur s'il est placé près du tombeau restauré de François II dans la cathédrale. Même si le système de protection sera, comme prévu, amélioré.
Autre possibilité : mettre en place une reproduction du cœur – il en existe une dans le château. Garder le véritable pour le présenter lors de quelques événements choisis. Par ailleurs, La vidéo indique que personne ne connaît le contenu du fond du tombeau – il a été question à un moment des restes de Arthur III.
(1) 
  Dan
  le Dimanche 28 janvier 2024 09:37
Quatre vertus qui interrogent sont représentées sur le magnifique tombeau de François II : la Force, la Tempérance, la Justice et la Prudence.
Dans le musée Dobrée- le cœur d'Anne de Bretagne était à hauteur d'homme. Protégé dans un coffret de verre vraisemblablement très résistant,. On pouvait en faire le tour en restant très proche. C'était un peu inquiétant. Cependant les surveillants déambulaient dans la galerie assurant une surveillance pendant les heures d'ouverture du musée, Ce système de protection s'est avéré insuffisant  : le vol a eu lieu la nuit
Dans la Cathédrale: le tombeau de François II n'a pas souffert du dernier incendie : il n'aurait reçu que de légers débris carbonisés, faciles à éliminer.
Déplacé actuellement pour une restauration indispensable prévue avant l'incendie-
https://www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Pays-de-la-Loire/Monuments-historiques-dans-les-Pays-de-la-Loire/Cathedrale-de-Nantes/Actualites-sur-la-restauration-de-la-cathedrale-de-Nantes/Cathedrale-de-Nantes-restauration-du-tombeau-de-Francois-II-et-Marguerite-de-Foix
Avant l'incendie, la protection du tombeau avait été heureusement améliorée
Par précaution, une protection forte sera nécessaire pour le cœur s'il est placé près du tombeau restauré de François II dans la cathédrale. Même si le système de protection de l'édifice sera, comme prévu, amélioré.
Entre autres possibilités : mettre en place une reproduction du cœur – il en existe une dans le château. Dissimuler le véritable pour le présenter lors d' événements choisis.
Par ailleurs, La vidéo indique que personne ne connaît le contenu du fond du tombeau – il a été question à un moment des restes de Arthur III.
(0)  Envoyer un mail à Dan
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?