Du droit fondamental des peuples à se constituer en états souverains

-- Politique --

Point de vue
Par Philippe Argouarch

Publié le 22/06/14 10:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'échec de l'intervention américaine en Irak a une cause bien précise, ce n'est pas du tout de vouloir y favoriser la démocratie ce qui est louable en soi mais c'est la volonté d'y construire un État-nation fédéral à l'image des États-Unis, contrairement à ce qui a été fait en ex-Yougoslavie où des Républiques indépendantes ont été reconnues, voire créées de toutes pièces comme au Kosovo.

Si la gestation de nouveaux États dans les Balkans a été douloureuse, on a aujourd'hui des régimes stables et démocratiques à l'opposé de ce qui se passe en Irak et au Moyen-Orient en général. Au Moyen-Orient, les frontières résultent, comme en Afrique, des caprices des puissances coloniales des siècles passés. Voir le cas de la Libye, conglomérat de provinces sans même une histoire commune ou la division en zones d'influences britanniques et françaises qui ont donné l'Irak et la Syrie.

Le refus de modifier les sacro-saintes frontières des États - ce qui est aussi le cas de l'Ukraine aujourd'hui - aboutit toujours à la guerre civile. Ce n'est pas le nationalisme qui mène à la guerre, comme l'affirmait François Mitterrand, mais sa non prise en compte dans le discours politique. La négation de son existence en quelque sorte. Ce qui aboutit au conflit c'est la négation du nationalisme de l'autre, de son droit fondamental à prendre en charge ses propres intérêts, en constituant son propre gouvernement. Ceci vaut aussi pour la Catalogne en Espagne et même la Bretagne en France. L'absence de la prise en considération de la volonté des Bretons de reconstituer une région basée sur la Bretagne historique à cinq départements mène tout droit à un conflit dont les négationnistes jacobins n'ont aucune idée et dont les conséquences remettront en cause les fondements mêmes de la République.

Ne pas forcer les gens qui ne s'aiment pas à vivre ensemble

La question est donc pourquoi. Pourquoi n'a-t-on pas reconnu trois États indépendants en Irak comme cela avait été fait en ex-Yougoslavie ? Le Kurdistan au nord, le Sunnistan au centre, et le Schiistan ou Chiistan au sud. On y est presque arrivé, mais à la suite d'une guerre civile terrible. Alors pourquoi ne pas l'avoir fait dès la chute de Saddam Hussein ? Certes, Bagdad aurait posé un problème un peu comme Bruxelles si la Belgique se divisait, mais des solutions pouvaient être trouvées.

En Irak, la paix a été sacrifiée au profit d'intérêts politiques. Politique intérieure des États-Unis, il s'agissait de promouvoir et de renforcer le modèle américain de démocratie fédérale multi-ethnique. Certes, le système fédéral américain est de loin supérieur au système centralisé français, mais il pose problème quant aux droits fondamentaux des Indiens, en particulier l'absence de droit de faire sécession. Les Indiens d'Amérique sont des nations sans États.

La France fait de même au Mali en faisant la promotion de son modèle républicain centralisé aux dépens de l'indépendance des Touaregs. Le Mali suit la voie de l'Irak, alors que la guerre civile pouvait être évitée. L'acharnement des États à vouloir conserver les sacro-saintes frontières, même au prix de centaines de milliers de morts, comme ce fut le cas au Timor, mène à chaque fois à la guerre et l'ONU, comme son nom l'indique très bien, ne défend pas les peuples mais les États.

La paix est aussi sacrifiée à des intérêts géopolitiques ou le plus souvent purement économiques comme l'alliance entre les USA et la Turquie. Cette alliance est surtout, pour les États-Unis, un vaste marché de fournitures d'armes de toutes sortes. Il ne fallait pas froisser la Turquie, un client de poids pour les USA, en autorisant un Kurdistan indépendant au nord de l'Irak actuel. Vingt ans après, on est pourtant arrivé de facto à un Kurdistan indépendant.

Rien ne peut empêcher la marche des peuples vers leur indépendance, c'est le seul sens de l'Histoire.

Philippe Argouarch

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Reun Allain
Dimanche 22 juin 2014

Une autre façon décapante de regarder le monde qui casse des modèles de raisonnement perçus comme incontournables. Le modèle fédéraliste américain même s'il est moins pire que le modèle jacobin français comporterait-il des tares héritées d'un ADN commun de la fin du XIIIème siècle ? Un bon sujet de thèse!

M.Prigent
Lundi 23 juin 2014

Et oui, une fois de plus, au démembrement de l'Empire Ottoman, les puissances coloniales occidentales n'ont pu s'empècher de créer des états bidons (comme les PdL) tel la Syrie placée sous "protectorat français et l'Irak sous celui Anglais en 1916.

Et devant les guerres ethniques, confessionnelles voire économiques qui affligent ces pays, l'ONU qui à la fois promeut le Droit des Peuples à disposer d'eux-mêmes et l'intangibilité des frontières, fussent-elles absurdes affiche son impuissance.

Hamady Traoré
Lundi 23 juin 2014

Le droit des peuples à se constituer,est un droit relatif,comme vous le dites vous-même.Au Mali,le peuple dont vous parlez,si j'ai compris les Touarègues,ne font pas 1% de l'ensemble du peuple du prétendu Azawaad.Et l'ensemble de la majorité est opposée à l'idée farfelue de partition.C'est comme vous dites de créer,pour faire plaisir à quelques écervelés,un Etat fantoche au Niger,En algérie et au maroc,et ailleurs.En réalité,le Mali n'est pas prêt de céder une partie de son territoire à des narcotrafiquants.Pourquoi ne vont-ils pas trouver un territoire d'où ils sont originaires?

P. Argouarch
Lundi 23 juin 2014

@Hamady Le droit des peuples ne peut être soumis à la règle de la majorité. Ca serait trop facile : Grand pays A conquiert ou hérite de petit pays B. Les habitants de grand pays A sont majoritaires et imposent leur langue et leurs lois au petit pays B et le tour est joué ! Dire que cette opération est démocratique est la plus grande supercherie de l'histoire.

Alan PRYTGWENN
Dimanche 13 juillet 2014

Je suis tout-à-fait d'accord avec ARGOUACH d'autant que l'Etat dominant a toujours tendance à installer des "colons allogènes" sur le territoire des communautés ethniques qui ne sont pas complètement assimilées. Cela permet, en cas de consultation "démocratique", de fausser les résultats, les "colons" présents sur le territoire en cause ayant évidemment le droit de voter.

Quant au MALI, c'est une création artificielle de la colonisation française et de la décolonisation et un état AZAWAAD, regroupant toutes les populations berbères, me paraît plus justifié que l'existence de certains états africains construits de bric et de broc. NB : les Touaregs sont une composante de la grande nation berbère dont l'existence en tant que telle remonte à la plus haute Antiquité. Selon les dernières découvertes, confirmées par l'ADN, il se pourrait que l'ancienne civilisation égyptienne pharaonique soit d'origine berbère.

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.