Les élus bretons de droite ou de gauche se mettent d'accord sur l'essentiel

-- La réunification --

Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 20/04/14 11:48 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Lors d'un débat qui a eu lieu à Nantes le samedi matin 19 avril dans le cadre de la manifestation pour la réunification administrative de la Bretagne, Marc Le Fur (UMP), Jean-Jacques Urvoas (PS), Daniel Cueff (Bretagne Ecologie) et le politologue Romain Pasquier, décrivent ce que peut être une Bretagne une fois réunifiée. Ronan Le Flécher anime le débat.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1800 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 7 commentaires
PIERRE CAMARET
2014-04-21 03:12:43
Cela , c'est une TRES ,TRES, BONNE NOUVELLE
(0) 
lel lay marie pierre
2014-04-21 16:45:18
ENFIN UN AVENIR PROMETTEUR POUR LA BRETAGNE ET EN EVIDENCE POUR LES AUTRES REGIONS ET POUR L'UE
ENFIN POURRONS DIRE ET VIVRE :
"L'UNITE DANS LA DIVERSITE"
(0) 
Naon-e-dad
2014-04-22 20:09:50
A écouter en priorité, la prise de parole de Jean Ollivro (Université européenne de Bretagne, Rennes 2).
Toujours très synthétique, comme à l'accoutumée. Le micro devient meilleur au-delà des premières minutes.
A signaler: la parution récente d'un petit opuscule de 46 pages, intitulé "L'unité bretonne" (Le Temps Editeur / Breizh impacte, ISBN: 978-2-36312-015-1,au coût de 5 Euros), qui reprend l'argumentaire de façon très simple.
Utile pour ceux qui n'ont pas le temps de lire, ou qui découvre la problématique de la Réunification bretonne, par exemple les journaliste des médias nationaux.
Trugarez da Jean Ollivro evit an tamm kaozeadenn-se ken sklaer ha talvoudus d'an holl.
(0) 
M.Prigent
2014-04-24 04:28:35
"Les élus bretons de droite ou de gauche se mettent d'accord sur l'essentiel"
Ou plutôt "DES élus bretons".
En effet, certes il y avait de grosses pointures parmi les élus bretons, mais combien d'entre eux parmi les quelques 30 000 élus de la Bretagne B5, 300, 500...?
On remarquera aussi comme d'habitude l'extrème discrétion des élus d'Ile et Vilaine qui se trouvent très bien dans une bretagne croupion si l'on en juge l'appréciation du Pt du CG du département, Mr Turenne affirmant: "La réunification créerait plus de problèmes qu'elle en résoudrait".
Avis sans doute partagé par les notables de Loire Atlantique.
Il est vrai que les Nantais et Rennais ont depuis des dizaines d'années voté pour des bourgmestres opposés à la réunification: Chauty et Ayrault pour les uns, Fréville, Hervé, Delaveau pour les autres.
Et comme je n'ai pas remarqué de volonté unificatrice de la part des nouvelles Maires féminines de ces 2 villes, il est à craindre que l'Etat reconduise la partition dans sa supposée refonte des régions.
(0) 
eugène le tollec
2014-04-26 20:09:34
Enfin...ENFIN...Avons nous les prémices d'une pensée politique que bretonne...vers un message supérieur?
Alors en avant
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-04-26 20:39:37
J'ai mes craintes .Le Gouvernement OK que les Regions discutent entre elles , mais la decision finale appartient au Gouvernement .C'est clair .
Donc les fusions , et tout ce qui concerne la decentralisation , sera des decisions en final du Gouvernement Francais . Point Final .
(0) 
Louis Le Bars
2014-05-14 19:09:08
(voir le site)
Il semble que les présidents de régions qui cherchent le statut-quo ont tous la même stratégie :
- Déclarer que leur périmètre est "un et indivisible"
- Pour les plus petites : proposer des fusions farfelues...Normandie-Picardie, Région Centre-Poitou-Charentes
- Se déclarer favorable à des coopérations renforcées avec tous ses voisins.
C'est mal parti à mon sens en partant du principe qu'il faut privilégier les fusions de régions aux redécoupages. Cela entraîne de facto des blocages des élus en place et en plus je pense que c'est une vraie mauvaise idée, car j'imagine mal deux anciens Conseils Régionaux travailler de manière réellement unie ensuite. Ce sera d'emblée une guerre de tranchée pour que l'un essaie de prendre le dessus sur l'autre ! A petite échelle, les fusions imposées de communes dans les années 70 ont donné dans la majorité des cas de mauvais résultats. Soit l'une des deux communes fait dépérir l'autre, soit les deux anciennes communes cherchent à reprendre leur autonomie. C'est tellement évident... Créer de nouvelles régions redécoupées à peu prés partout permettrait de gommer les anciennes régions.
Dans le cas de la Bretagne (un peu particulier), il s'agirait d'un redécoupage partiel, un moyen de gommer les logiques du passé serait d'installer le Conseil régional à Nantes et de maintenir les services de l'Etat à Rennes.
Pour le gouvernement, la bonne méthode est de laisser une place au débat pour toutes les collectivités, pas seulement les régions actuelles. Les départements, les villes devraient tous avoir leur mot à dire dans le débat. Ensuite seul le gouvernement doit trancher. Pour les cas les plus litigieux, un référendum local et après avoir tracé les grandes lignes du découpage, des consultations départementales/régionales auraient pu être envisagées.
Une bonne méthode de travail pour former de nouvelles régions serait de créer des "blocs" de départements qui paraissent très liés entre eux...par exemple en Poitou-Charentes il y a deux blocs, en Pays de la Loire, il y en a 2 ou 3 (53/72/49 d'un côté, 44 et 85 (isolément ou ensemble)), en région Centre il y a 3 blocs également (28-45 / 37-41 / 36/18) etc etc
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.