BRETONS n°84 retiré de la vente en kiosque : explications du directeur

-- Media et Internet --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 26/01/13 22:48 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le magazine Bretons de février paru en kiosque le 24 janvier, et dont le titre de couverture est «18% des BRETONS pour l'indépendance» a été retiré des kiosques à la demande du distributeur qui n'est autre que Ouest-France/ MLP.

Le directeur du média, Didier Le Corre, que nous avons pu joindre a fait la déclaration suivante : «Nous nous sommes aperçus qu'il y a eu un problème à l'imprimerie avec des exemplaires dont certains cahiers étaient à l'envers et coupés. Les premiers sortis étaient impeccables et vont - comme d'habitude - d'abord chez notre routeur pour les abonnés et aux MLP pour la zone hors Grand Ouest. Il y a eu un problème sur les autres. Ils ont donc été réimprimés. Et j'ai décidé de changer la phrase de Une parce que cette phrase me semblait trop restrictive et pouvait nous fermer à certains lecteurs qui apprécient notre ouverture d'esprit (enfin, je le pense). J'en ai profité pour corriger une erreur : nous avions qualifié Jacques Le Guen de député, or il ne l'est plus. Il est donc redevenu conseiller régional.»

MAJ : Le 28 janvier, la CFDT du quotidien Ouest-France a déclaré que l’ordre de retrait était venu du PDG Régis François Hutin. La CFDT dénonce «un acte de censure inadmissible de la part du patron d'un journal qui ne cesse de plaider pour la liberté d'informer».

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 7579 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Arzhel Eostig
Dimanche 27 janvier 2013

Censure ? Une demande trop affirmée d'autonomie, et a fortiori d'indépendance fait peur ! Mais que les médias bretons se tirent dans les pattes entre eux, ça parait navrant...

Bien heureux d'avoir acheté ce numéro avant cet excès de zèle.

mac kinle
Dimanche 27 janvier 2013

Ma ar gaoz zo ar 18% n'eo ket strik!

Si c'est à cause de ce petit 18%, ce n'est pas grave... Paris Match, un jour ou l'autre reprendra le titre de la première page!

Reun Koupa
Dimanche 27 janvier 2013

si c'est pour enlever le titre (en jaune) c'est qu'il y a eu des pressions

marc iliou
Dimanche 27 janvier 2013

Un début quand se sera 81 % ce sera bien mieux pour la Bretagne et les bretons.

Maxime B
Dimanche 27 janvier 2013

J\' vois pas ce que ça a de restrictif. Ce ne sont pas eux qui se disent pour l\'indépendance, mais le résultat d\'un sondage, de plus c\'est un peu un scoop, donc ça vaut bien une Une.

Si tous ce qui peut paraître surprenant devient restrictif on va plus s\'en sortir...

Léo Pourlet
Dimanche 27 janvier 2013

18% ce n'est pas grand-chose. pas de quoi alimenter une polémique !

Maxime B
Lundi 28 janvier 2013

Et j\'ajouterais que l\'autocensure n\'est pas vraiment une preuve d\'ouverture d\'esprit.

Et justement, l\'ouverture d\'esprit n\'est ce pas de titrer sur des sujets peu médiatisés!?

Jack Leguen
Lundi 28 janvier 2013

FRANCE 3 qui a repris cette info, ne montre que le haut de l'ancienne couverture : (voir le site)

Breizh überalles
Lundi 28 janvier 2013

18%, ça paraît beaucoup. De là à affirmer qu'un sondage aurait la même valeur qu'un référendum, il y a un fossé que je ne franchirai pas.

Présenter une idée, aussi séduisante soit-elle sur le papier, n'a pas la même force que si elle implique un changement concret et radical dans le fonctionnement des institutions et dans un état de fait instauré depuis des siècles.

C'est un peu comme ces petits bobos qui arborent des tee shirts Che Guevara lors des manifs. Si on leur promettait de faire une révolution en Amérique latine, il rentrerait bien vite sous les jupes de leur maman. Entre la littérature, le côté romantique d'une idée et l'action, il y a une sacrée marge !

Mathieu Glémarec
Lundi 28 janvier 2013

\"18% ce n\'est pas grand-chose. pas de quoi alimenter une polémique !\"

18% de 4 millions, cela fait 800 000 personnes. 800 000 personnes ne sont pas exactement \"pas grand-chose\".

Nous avons à faire un cas très grave de censure, d\'autant plus grave qu\'elle est ouverte et presque assumée. Pour ceux qui se gargarisent de \"liberté de la presse\" de \"France patrie des droits de l\'homme\", quelle farce ! Et quel aveu !

Quant à la crédibilité de Didier Corre, elle n\'existe plus. Sa démission sera logique et naturelle, sous son égide le magazine n\'a plus une once de sérieux et je me ferais un devoir de ne plus l\'acheter. J\'ai acheté tous les numéros jusqu\'à présent, ce sera donc le dernier ! J\'ai d\'ailleurs appelé deux amis, dont un est abonné, auxquels j\'ai expliqué l\'affaire. Ils feront comme moi.

En démocratie, on ne peut pas prendre les lecteurs pour des idiots ni l\'éthique pour une variable d\'ajustement. Quand on passe outre, il y a des conséquences. Je vais continuer à passer le mot autour de moi.

Jack Leguen
Lundi 28 janvier 2013

Un ancien directeur de média me dit que la facture pour faire reimprimer BRETONS peut s'elever à 15 000 euros.

mac kinle
Lundi 28 janvier 2013

Il faut se cotiser pour les 15000€? Parce que il faut le dire, hein... J'ai encore un livret A!

Pierre G.
Mardi 29 janvier 2013

Fallait se douter que ça avait quelque chose à voir avec le sujet de l'indépendance...

Jef Caradec
Mardi 29 janvier 2013

France !

Pays des droits de la femme, de l'homme, de la liberté de la presse... Et j'en passe...!

Liberté chérie...

France: sans commentaire!

François Martin
Mercredi 30 janvier 2013

Donc si je comprends bien, il y aura 2 unes différentes pour un même numéro, et donc un numéro collector? (de ce ceux sortis de façon "impeccable" qui "vont pour les abonnés")?

18% c'est bien, 25% (de mémoire et vers 2000) c'est mieux.

SPERED DIEUB
Mercredi 30 janvier 2013

Pas étonnant cet exemple a au moins le mérite de montrer que la démocratie française s'arrête aux frontières de l'une et indivisible ,comme la France est la patrie autoproclamée des droits de l'homme ,la censure le délit d'opinion et la police de la pensée n'ont pas un caractère officiel mais insidieux ,et ceux qui se mettent en dehors de ces limites sont des dissidents ,c'est le cas en particulier du mouvement breton ce qui a pour conséquence de le placer dans des ghettos déconnectés de la société civile bretonne cela a tendance de surcroit à favoriser l'extrémisme, c'est aussi une des explications entre ces 18 % et les scores calamiteux de l'emsav En tout cas dans la patrie des droits de l'homme vous risquez moins en affichant toutes sortes d'idées xénophobes que de vous affirmer indépendantiste breton seules quelques personnalités importantes peuvent se le permettre .

A la limite le premier combat à mener en Bretagne est celui de la démocratie et de la liberté d'expression sans restrictions ce qui permettrait à terme de provoquer un débat contradictoire populaire et sans tabous sur l'idée d'émancipation de la Bretagne

Katell Goant
Mercredi 30 janvier 2013

Errare humanum est . Tant mieux si c\'était juste un petit accident de parcours. Il ne faut pas voir peur de dire les choses telles qu\'elles sont . La jeunesse bretonne semble être plus proche des 50% pour l\'indépendance de la Bretagne.C\'et rassurant de savoir que ce n\'était pas de la censure au pays des Droits de l\'Homme.

Mathieu Glémarec
Mercredi 30 janvier 2013

Que font les partis indépendantistes ou régionalistes ? Ils préfèrent s'occuper de l'aéroport machin truc ?

karl dupond
Mercredi 30 janvier 2013

Il ne s'agit pas d'un problème d'impression du magazine ; la demande de retrait vient du distributeur (Ouest-France )et non de l'éditeur , commme on peut le voir sur le bordereau de retour , mais du refus de F.R.Hutin de voir associés

les termes :indépendance , bretons et ouest-france tout simplement (le logo du distributeur apparait sur la une ).

Ronan KERGUELEN
Mercredi 30 janvier 2013

En ce qui concerne le chiffre de 18%, il est tout de même primordial de décrypter le panel de ce sondage. Et comme tout bon sondeur, l'IFOP a précisé que cette question s'adressait non pas exclusivement aux bretons mais aux habitants de la Bretagne. De plus il est important de préciser que notre beau pays a accueilli depuis 10 ans dans les grands centres (RENNES, NANTES ...), 12% de population originaire d'une autre région française ce qui peut expliquer en partie certains résultats de ce sondage.

Je ne pense pas qu'un charentais de passage dans notre pays va se prononcer pour l'indépendance de la Bretagne avec enthousiasme. Il faut être logique et crédible. Donc, je trouve que ce chiffre de 18% est relativement encourageant. Il aurait été intéressant de voir le chiffre si la question avait traité de l'autonomie.

Pierre CAMARET
Jeudi 31 janvier 2013

@Mathieu Glemarec.

Mais oui c'est cela .

Se taper des Gendarmes et des CRS , avec les copains , en buvant de bons coups , beaucoup plus drole , que de militer pour la Bretagne

Alexandre Kerc\'hoat
Vendredi 1 février 2013

(voir le site)

C\'est brutal, mais je suis tout à fait OK... faut pas dire qu\'on se bouge, mais faut bouger. Et pas que sur FB.

Alexandre, 18 ans.

Lin von Kaenel-Dégland
Vendredi 1 février 2013

18% des Bretons pour l'indépendance et 69% qui ne connaissent pas leur histoire. Il n'y a plus qu'à inverser: 81% pour l'indépendance!!!

Pierre CAMARET
Samedi 2 février 2013

18 % pour l\'independance , je ne sais et ne conteste pas ce chiffre , mais Mathieu GLEMAREC , le dit il n\'y a aucun impact dans le vote des bretons ,pour les partis nationaux : Alors :

- soit que ce pourcentage est faux .

- Soit que les gens consultes , ont une moyenne d\'age de 16 ans .

- Soit que ce chiffre est vrai , mais les bretons devant l\'urne retournent a leurs \"demons \"PS , UMP et autres.(Car exemple, plus socialiste que Breton ...)

- Soit que les Partis bretons ne sont pas credibles aux Bretons ??.

Ce que je remarque chez les Nationalistes bretons , beaucoup trop de references au Passe ,et pas de projection correcte sur l\'Avenir .Ce n\'est pas ainsi que l\'on construit ( reconstruit un Pays ) .Je sais que cela coute de l\'argent , mais encore faudrait il que les Partis Nationalistes , exposent un \"Business Plan\" pour la Bretagne , en termes mesures , pour ne pas effrayer les lecteurs ( cela je ne saurais pas le faire ). Et puis pour les Nationalistes , du Porte a Porte de maniere a convaincre les gens .Ils lisent peu la Presse , la TV = les jeux ( Pan em Circus )quand a l \'internet??? .

Je l\'ai deja dit souvent , je voudrais que 10 000 bretons quittent le pays , chaque annee ......... et reviennent apres 3 et 5 ans . Cela changerait beaucoup de choses....... mais Vivre et Travailler au Pays , fait parti du Reve et n\'est pas possible aujourdhui ( peut etre demain ) a condition que les Ecologistes s\'engagent dans la Legion .. pour voir du pays .

Et puis cette CHIKAYA ( terme arabe herite du colonialisme ) qui signifie discussion/dispute sans fin au sujet de NDDL . Qu\'un collectif Breton , je dis puissant , je redis puissant exige un AUDIT complet du projet .Societe d\'Audit choisi par le Collectif Breton et les autorites Britanno-francaises.

Mais non on prefere mettre les tracteurs en veille , vieille mentalite , vieille attitude , cela ne servira a rien , sauf quelques manifestants et CRS/Gendarmes a l\'Hopital ???

Benoit Richard
Samedi 2 février 2013

On assiste a un cas de censure typique. Le message est trop violent contre "l'unité de la République" (dont les représentants du parlement breton à l'assemblée nationale ne voulaient pas en 1789...). mais voila on s,est fait avoir et les garanties du Traité d'Union de 1532... aux oubliettes.

On peut faire tous les sondages que l'on veut, il n'y a aucune unité politique Bretonne. C'est une pure balkanisation au travers d'une myriade de micro partis politiques à l'audience insignifiante.

Je rêve de l'union des partis politiques Bretons depuis des années, et même pour la réunification administrative ils ne sont pas capables de faire des listes communes et encore mois de se rassemble en une seule force politique le temps d'atteindre l'autonomie.

Il ne faut pas se leurrer, Les luttes armées l'IRA, L'ARB-FLB... c'est fini depuis belle lurette et ça ne renaitra pas. Le chemin de l'indépendance passe par:

1. L,unité politique bretonne

2. La réunification administrative,

3. L'autonomie.

Si la France était une démocratie cela se saurait... Au classement des démocraties (The Economist Group 2012) on est 27e. Dans le second groupe (démocraties imparfaites) et derrière le Cap Vert...

Et puis que dire des indépendantiste bretons qui sont europeistes? Non sens.

eugène Le Tollec
Samedi 2 février 2013

Benoit Richard

êtes vous un autre sceptique de "chez sceptique"?

Moi aussi je pense que les multiples partis bretons et associations prenantes,n'arriveront jamais à s'entendre sur un message commun et ça c'est le plus gros défaut de l'intelligence bretonne. Cette non volonté à l'unité est un signe de soumission à l'état français.

Benoit Richard
Lundi 4 février 2013

Pas sceptique, réaliste.

Sans unité politique que peut on réellement espérer? C'est a croire que face aux urnes municipales, cantonales, des députés et régionales, les Bretons font passer leur véritable intérêt commun en arrière plan des fausses luttes des grands partis qui ne changent strictement rien à l’échelle locale du PC au FN.

Et dans la plus absurde division politiques les partis bretons, une bonne dizaine de l’extrême gauche à l’extrême droite, se targuent tous des combats pour la réunification administrative ou l'autonomie etc.

Sérieusement, dans une même circonscription avoir des candidats du Parti Breton, de l'UBD, de Breizhistance... ça rime a quoi a part faire douter les bretons du sérieux de leurs propres partis locaux?

Alors ok, 18% ce n'est pas négligeable, dont 53% de jeunes (la relève), mais d'une part il n'y a pas d'unité politique et encore moins de vrai projet. L'indépendance, oui, et le jour d’après?

Jean TALLEC
Samedi 9 février 2013

Affligeant et pathétique pour Didier Le Corre, s\'il n\'a pas eu de pressions. Totalement décrédibilisant pour la France s\'il s\'agit d\'une censure. Mais les médias bretons et l\'état français sont ils à ça près?

Joseph Victor
Vendredi 15 février 2013

Bah ! Il existe un journal breton, totalement libre. Il a pour titre le Peuple Breton. On peut s'abonner... (40 €, 9, rue Pinot Duclos)

Pierre CAMARET
Vendredi 15 février 2013

Tres bien . Je suis bien d'accord .

- Le combat aujourdhui , c'est le Bulletin de vote seulement .(helas on ne peut plus recommencer la guerre des chouans , c'eut ete plus "fun") il faut s'adapter a son epoque .

Mais la , ce n'est pas gagne .

- Ou bien les partis bretons s'y prennent tres mal .

- Ou bien , ils ne veulent pas. C'est bien les petites querelles a la francaise ( Ex.Cope-Fillon) cela occupe et masque le reste ... et puis on dure .On est Vice President etc....

Encore une fois , Nominoe , Alan Barbetorte , revenez mettre de l'ordre dans tout cela .

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner