Les «Celtes atlantiques» sont-ils venus de Turquie et passés par Gibraltar ?

-- Science et Technologie --

Chronique de Christian Rogel

Publié le 3/09/12 18:46 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Combien de "Vikings", "Celtes" ou "Saxons" outre-Manche ?

Le professeur britannique Bryan Sykes, pionnier de la recherche des empreintes génétiques, comme le regretté Jean-Paul Moisan, décédé il y a peu, a publié, en 2006, un livre, «Saxons, Vikings and Celts», qui pourrait intéresser beaucoup de Bretons mais, qui ne sera probablement pas traduit en français, car, il est centré sur la recherche du patrimoine génétique des habitants des Îles britanniques, dans un contexte inconnu en France où une loi de 1994 interdit les décodages d'ADN qui n'auraient pas un motif médical ou judiciaire.

A peine, l'Université d'Oxford avait-elle connaissance de la possibilité de rechercher facilement un patrimoine génétique qu'elle a créé, en 2000, une filiale commerciale qui peut répondre à la demande des particuliers.

Entre temps, le professeur Sykes avait lancé une collecte volontaire d'ADN, d'abord, faite dans les lieux du don de sang, puis, en utilisant des brossettes pour recueillir les frottis de la bouche, lesquels peuvent voyager sans problème par la poste.

Après avoir recueilli 50 000 ADN en ciblant, quand c'était possible, les noms de famille anciens, il les a répartis en ADN maternel et en ADN paternel, les premiers venant de l'extérieur du noyau de chaque cellule, les seconds se trouvant dans le noyau sur le chromosome Y qui est propre aux mâles.

Au tout début, les femmes, et elles restent en place

Les ADN maternels pouvaient être répartis en 8 lignées de femmes pour toute l'Europe (sur 36 dans le monde), la plus ancienne européenne ayant pu être datée de 45 000 ans, mais les autres "matriarches" primitives dataient d'après la glaciation qui couvrait tout le Nord de l'Europe.

Sykes en déduit que lorsque les humains ont remonté vers le Nord depuis la moitié Sud de la France, il y a 9 000 ans, ce n'était pas des agriculteurs venant du Proche-Orient, mais des chasseurs-cueilleurs.

Autre résultat notable : mis à part quelques zones orientales concernées par des arrivées de Vikings et de Danois, la population des Îles britanniques est à peu près la même génétiquement depuis le Néolithique, d'autant que les hommes mouraient plus que les femmes du fait des guerres.

On ne voit donc pas l'arrivée vers - 400 d'hypothétiques cavaliers celtes venus du fond des steppes, d'autant que les définir par leur usage du fer néglige les possibilités d'imitation chez les chefs locaux un peu snobs (une montre suisse ne vous fait pas Suisse).

Celtes ou Grecs d'Asie voyageurs et constructeurs de tumulus ?

La lignée masculine qui descend d'un certain "Oisin", daté de -4200, et qui est la plus courante sur la façade atlantique, du Portugal au Nord de l'Écosse aurait pu ressembler à quelque chose de Celte, mais elle arrive des dizaines de siècles trop tôt et l'ADN ne dit rien sur la langue des gens.

Bizarrement, cet "Arc atlantique" est, selon le professeur Barry Cunliffe, le seul espace où l'on trouve des tombes à couloir (des anciens tumulus, qui ne sont pas des dolmens), au Portugal, en Galice, en Bretagne et dans les Îles.

Plus bizarrement encore, quand les Irlandais disaient descendre d'un Mil, venu de Milet, en Turquie actuelle et les Bretons anciens, d'un Brutus grec, fils d'Énée, venu de Troie (encore en Turquie), leur patrimoine génétique raconte l'histoire de gens ayant du passer par la Méditerranée, puis par l'Atlantique, qui ressemblait presque à une autoroute maritime.

Le «marqueur» R1b1a2, le plus fréquent parmi les descendants d'«Oisin» et surnommé «Atlantis» par Bryan Sykes, est officiellement appelé "Atlantic Modal Haplotype" et il vient bien d'Asie occidentale.

Les mythes des Polynésiens situaient leur origine vers l'Indonésie et la recherche génétique les a reliés à Taiwan (voir le site)

Par rapport aux 36 lignées maternelles et aux 15 paternelles, la notion de race n'a aucune valeur convaincante et des empreintes génétiques similaires peuvent être trouvées chez des gens de couleurs de peau différentes.

En résumé, il n'y aurait, majoritairement, que des (pré)-Celtes de Gibraltar à Aberdeen.

Tous des ex-voyageurs marins à l'Ouest de l'Europe ?

En Finistère, l'haplogroupe R1b "Oisin" serait dominant à 76%, en Loire-Atlantique à 77,1% et en Ille-et-Vilaine, à 80,5%, mais, plus encore chez les Catalans (?), les Basques espagnols et les Gallois (Balaresque et al., (voir le site)

Certains chercheurs maintiennent le principe d'une diffusion terrestre des groupes paternels par l'extension de l'agriculture.

Et si les Bretons demandaient tous une recherche sur leur ADN ? Cela leur coûterait au moins 500 €, mais cela ne les rendrait, ni plus, ni moins Bretons qu'avant.

Christian Rogel

Quelques sociétés acceptant les demandes des particuliers

OxfordAncestors, Oxford, Grande-Bretagne, (voir le site)

DNAeXplain, Grande-Bretagne, (voir le site)

Life-ID, Gand, Belgique, (voir le site)

DNA Fingerprint, Berlin (Allemagne), (voir le site)

DNA Analysis (StoreDNA), Cincinnati , USA, (voir le site)

Your true DNA Analysis, Houston, USA, (voir le site)

FamilyTree DNA, Houston, USA, (voir le site)

Héberge un projet concernant la Bretagne : (voir le site) avec une carte des résultats

DNA Bioservices, Australie, (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 5778 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 9 commentaires
Vincent Le Floc'h
2012-09-04 12:25:47
Une tirade druidique dit, traduite en français "Notre Savoir vient du Nord, nos mères du Sud, Nos pères de l'Ouest, nos cultures de l'Est"... un sous-entendu qui donne "nous les bretons, britons, britanniques, sommes autochtones celtisés". Le mot "Kozh", utilisé pour dire "vieux" en breton, cornique et devonien, vient d'une langue préceltique insulaire sudiste, alors que le terme celte est "Hen", utilisé pour dire "ancien" en breton et "vieux" en gallois.
(0) 
rouari
2012-09-04 18:06:04
Oui, le Sapiens en Europe a dû subir plusieurs glaciations, qui lui ont donné son profil spécifique.
Les généralisations des chercheurs britanniques sont très anachroniques parce qu\'elles plaquent des notions récentes sur des faits génétiques beaucoup plus anciens.
Par exemple, elles cherchent des \"Celtes\" quand il n\'y en avait pas encore. Pas de Celtes avant - 1000, ni de langues celtiques, mais des \"Indo-Européens du Nord-Ouest\" (avec les cultures du Campaniforme, de la Poterie Cordée, etc.).
Oui, B. Sykes a brillamment montré dans la revue \"Nature\" l\'inanité des théories qui font venir d\'Anatolie les porteurs des langues indo-europénnes (absurdités reprises par le compilateur Bernard Sergent ou l\'archéologue Colin Renfrew). Les chercheurs britanniques feignent d\'ignorer les faits historiques, linguistiques, culturales et religieux pour mieux vendre un message idéologique au service du mondialisme économiste actuel.
En réduisant les cultures et les peuples à quelques marqueurs numérisables et comptables, ils nient implicitement le caractère culturel différencié des groupes humains qu\'ils dépeignent, ils en arrivent à la conclusion qui constitue l\'idéologie officielle d\'une bonne partie de la \"science\" insulaire : les Celtes n\'ont jamais existé, il n\'y a jamais eu de mouvements de peuples vers les Îles (mais d\'où viennent les Anglais ?), etc.
Corrélativement , les peuples, les ethnies, les cultures, les races, tout ce qui fait que l\'humanité se composent de communautés, n\'existent pas et surtout ne doit pas avoir existé. C\'est une surinterprétation des résultats. Dans une société mondialisée, les généticiens doivent prouver que l\'humanité est une, que \"nous\" sommes tous frères et soeurs, etc. Mais la fraternité humaine n\'est pas au rendez-vous. Il y même des Ecossais qui voudraient se séparer du Royaume-uni, c\'est dire !
En France c\'est encore plus simple : les origines font l\'objet d\'un tabou. Toute recherche en ce sens contrarie l\'universalisme français, désincarné.
NB : Pas de Turquie avant que les Turcs ne lui imposent leur nom, pas de Bretagne avant les Bretons, pas d\'Angleterre avant les Angles.
Considérons donc la génétique comme une science auxiliaire de l\'histoire mais ne perdons pas de vue nos peuples réels, distincts et spécifiés.
(0) 
Jean Pierre Le Mat
2012-09-05 13:39:29
Il est possible de se faire une analyse génomique chez 23andme, pour 99$ (www.23andme.com).
Je l'ai faite. Elle révèle chez moi l'haplogroupe R1b1b2a1a, fréquent chez les Celtes, mais plus généralement les populations d'Europe de l'ouest. L'analyse ne va pas jusqu'à différencier R1b1b2a1a2b, qui s'épanouit chez les Basques, du R1b1b2a1a2f2, originaire d'Irlande ou R1b1b2a1a1, fréquent sur les rives de la mer du Nord. Bref, les analyses grand public sont pour l'instant imprécises sur les haplogroupes. Reste à savoir si une plus grande précision nous ferait nous sentir plus celtes.
Les analyses génomiques peuvent avoir des conséquences néfastes chez les personnes qui manquent d'optimisme et du sens de la relativité : Elles vous donnent des probabilités de diabète, de maladie d'Alzheimer, de DMLA ou d'autres maladies plus épouvantables les unes que les autres. Elles vous préviennent quand même que les facteurs environnementaux ont une importance qui peut aller, selon les cas, de 10 à 90% dans la survenue de la maladie.
Pour les haplogroupes, c'est pareil.
Jean Pierre Le Mat
(0) 
Christian Bitard
2012-11-08 11:48:48
Bravo pour cet excellent article et bravo à tous ses commentateurs qui savent éviter le piège mythologique. Des membres de mon blog \\\\\\\"le biturige\\\\\\\" ont fait des contributions parfois amusantes mais toujours intéressantes qui vont dans le sens de ce qui se dit ici, à savoir que notre identité génétique ne se superpose jamais pas notre identité culturelle ou nationale, mais que tous les peuples d\\\\\\\'Europe semblent avoir en partage un héritage commun. Ne l\\\\\\\'oublions pas.
(0) 
eugène Le Tollec
2012-11-08 16:11:52
à Tous
Mais qu'importe la génétique,ou de savoir que la base vient d'anatolie ou d'ailleurs.
Les peuples se sont formés? ont créé des cultures,ont fait fructifier leurs qualités et leurs valeurs millénaires après millénaires ,siècles après siècles et ce que nous avons aujourd'hui est le Fruit de ces mutations successives normales et naturelles.
Nos ancêtres ont formé des clans,des cités ,des pays ,des nations,etc...
Nous sommes enfants des historiques et je suis fier de cela,je ne suis pas enfant d'une imprégnation moderne,je suis enfant de mes "pères",le premier était un homme "debout",peut être transfuge d'asie mineure ou des steppes indo européennes.
Mais je pense que mon ADN est "breton"
(0) 
andré Bax
2013-01-26 02:54:07
Le terme \"Turquie\" est impropre ici.
Rappeler qu\'il n\'y avait pas de Turcs dans ce qu\'on appelle aujourd\'hui la Turquie à l\'époque.
Ils sont arrivés dans ce qu\'on appelle aujourd\'hui la Turquie il y a moins de 1000 ans et ont islamisé et turquifié linguistiquement les populations existantes.
(0) 
Christian Rogel
2013-01-26 18:28:53
@ André Bax
La remarque en a déjà été faite. Mais, le nom historique "Asie mineure" ne dit rien à l'immense majorité des gens.
Et peut-être quepersonne ne parlait d'Asie à la très haute époque concernée.
Aurait-il fallu mettre les "Portes d'Hercule" au lieu de Gibraltar en étant certain de commettre un autre anachronisme?
(0) 
Jacques Borek
2014-12-06 13:57:56
Enfin un excellent petit blog peuplé de gens intelligents et précis.
Bravo
Je m' y abonne...
(0) 
Olivier TOURNAIRE
2015-05-01 15:18:52
Aucun des liens ne fonctionnent surtout lorsqu'il s'agit des origines donc tout ce qui touche au concept de race que l'on nie...
La culture unique fait la race unique, ça rappelle quelqu'un e1b1 sémitique donc et qui n'aimait pas les juifs comme Einstein e1b1.
Mandela est e1b1 aussi...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.