Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Pendant la <i>Fantaisie</i> de Beethoven jouée en prélude avec une partie des choristes.
Pendant la Fantaisie de Beethoven jouée en prélude avec une partie des choristes.
L'Hymne européen. Jacques Wojciechowski - chef d'orchestre et de chœurs - est passé au piano.
L'Hymne européen. Jacques Wojciechowski - chef d'orchestre et de chœurs - est passé au piano.
Les solistes Nathalie Favero et Vincent Rocheron.
Les solistes Nathalie Favero et Vincent Rocheron.
En veston beige devant la colonne Christian Foison pianiste pour la <i>Fantaisie</i> de Beethoven.
En veston beige devant la colonne Christian Foison pianiste pour la Fantaisie de Beethoven.
Job An Irien à Rennes lors de la Cérémonie de l'Ordre de l'Hermine le 27 septembre 2008.
Job An Irien à Rennes lors de la Cérémonie de l'Ordre de l'Hermine le 27 septembre 2008.
Assis : Michel Chauvin à g. et René Abjean. Entourés de Claudine Samson Catherine Latour et Fransiz Dréan grand militant breton de Lorient. À Nantes le soir du Breizh a Gan en décembre 2007.
Assis : Michel Chauvin à g. et René Abjean. Entourés de Claudine Samson Catherine Latour et Fransiz Dréan grand militant breton de Lorient. À Nantes le soir du Breizh a Gan en décembre 2007.
René Abjean dirigeant la Cantate <i>An Aval hag ar C'Haliz</i> pour sa création lors du Breizh a Gan 2007 à Nantes.
René Abjean dirigeant la Cantate An Aval hag ar C'Haliz pour sa création lors du Breizh a Gan 2007 à Nantes.
- Communiqué de presse -
Kan evit ar Peoc'h à Châteaubriant : une cantate pour la Paix et pour l'Europe
Message humaniste et spirituel à l'Europe des Cultures. Dans cette belle et grande église du XIXe siècle de Châteaubriant, le fracas du tonnerre de la guerre pour commencer. Puis les choristes. On les croirait deux mille. Ils sont 140, sans sonorisation. Les voix envahissent le volume. Les pierres absorbent les vibrations,
Maryvonne Cadiou pour ABP le 14/11/08 11:06


Kan evit ar Peoc'h : une cantate pour la Paix et pour l'Europe

Message humaniste et spirituel à l'Europe des Cultures

Dans cette belle et grande église du XIXe siècle de Châteaubriant, le fracas du tonnerre de la guerre pour commencer. Puis les choristes. On les croirait deux mille. Ils sont 140, sans sonorisation. Les voix envahissent le volume. Les pierres nous renvoient les vibrations, mais aussi certainement les absorbent et les conserveront longtemps. Quarante minutes de recueillement pour le public, nombreux – l'église était pleine – attentif, yeux fermés pour quelques-uns, plongés dans des souvenirs douloureux de guerres, de deuils, pour certains.

Dès le début de la mélodie on reconnaît avec plaisir la “patte musicale”, le style de René Abjean, le compositeur de plusieurs autres œuvres bretonnes pour orchestre et chœurs (1), mais ne laissons surtout pas croire qu'il se répète. Il y a du grandiose de grande symphonie universelle dans cette œuvre dont l'ensemble symphonique Mor Bihan de 40 musiciens soutient parfaitement le défi sous la baguette de Jacques Wojciechowski (2). Les arrangements et l'orchestration sont de Yvan Cassar (3). Un jeune prodige de... 16 ans ? joue la partition pour cornemuse. Ewen Couriaut répondra plus tard "J'ai 14 ans, je joue de la cornemuse depuis 7 ans. Je suis au bagad de Vannes". Dialogue à côté ensuite entre deux dames qui ont entendu Ewen : "– Comment peut-on choisir à 7 ans un tel instrument ? C'est difficile quand même, si jeune..." "– Je suppose que quand on est doué pour la musique et qu'on est breton, on se tourne vers la cornemuse et la bombarde, surtout s'il y a un bagad dans sa ville..."


« Avant de devenir “Musique”, cette Cantate pour la paix fut d'abord un magnifique poème, fort, poignant, écrit en langue bretonne par Job an Irien », nous apprend la brochure distribuée à l'entrée, bilingue breton-français pour ce texte.

Il serait vain de tenter un “commentaire de texte” du poème de Job An Irien (4). C'est, en huit parties, une grande prière païenne humaniste. Dénonciation de toutes les guerres, pas seulement celles auxquelles nous pensons... Appel à la paix, à toutes les paix, pas seulement celles qui se signent dans un wagon ou un bureau...

« Gwelet am eus ar peoc'h en had... » J'ai vu la paix en devenir... Il faut lire ce très beau texte, s'en imprégner jusqu'aux derniers vers : « Ha peoc'h deoc'h c'hwi bugale, ennoc'h e kan bleuñv on ene ». Et paix à vous les enfants, en qui chante la fleur de notre âme.


Michel Chauvin, président de Dihunerien, avait présenté le programme : " Nous sommes heureux d'être ici à Châteaubriant, en Bretagne... " Il laissa un temps, répéta, et alors ce furent les applaudissements... qu'il attendait.

En prélude à la Cantate, la Fantaisie Opus 80 de Ludwig Van Beethoven, (voir le site) pour piano solo, chœur, soli et orchestre – composée en 1818 – avec, au piano, Christian Foison, qui a été 30 ans professeur de piano à Châteaubriant. On y reconnaissait déjà par instants l'air de la future Ode à la joie, du dernier mouvement de la Neuvième Symphonie, qui fut officialisé comme Hymne européen en 1972.

Le concert se termina par l'« Hymne européen » avec l'orchestre, les 140 choristes et Jacques Wojciechowski au piano. Le public, bien que convié à chanter avec les chœurs, n'a osé que très timidement. Alors Jacques Wojciechowski le sollicita à nouveau et ce fut magnifique. Les paroles (dans la brochure) se succèdent en allemand, français et breton et l'église s'imprégna de ce flamboyant final plein d'espoir : « Ar peoc'h a bado bepred » (la paix durera toujours, n'aura pas de fin...). L'hymne européen n'est pas encore rentré dans les habitudes en tant qu'hymne comme ceux pour lesquels on se lève spontanément. En effet le public est resté assis.


Ce concert fut organisé en partenariat avec la Confédération Kendalc’h, par l'association « Dihunerien » dont le président est Michel Chauvin. Membre par ailleurs du conseil d'administration de l'Institut culturel de Bretagne, il est un infatigable éveilleur de la conscience artistique musicale bretonne. Il est “initiateur” de compositions bretonnes telles que l'Opéra « Anne de Bretagne », l'Oratorio « L'Inconnu me dévore » – qu'il a produit – d'après des textes de Xavier Grall. Il s'implique fort dans la diffusion de ces œuvres bretonnes modernes de grande envergure pour les faire interpréter en Bretagne et ailleurs et ainsi les faire découvrir ou mieux connaître et par là, faire prendre conscience en-deçà et au-delà de nos frontières, de la richesse créative de la Bretagne. Il s'investit aussi, volet indispensable, dans la recherche de mécènes et sponsors...

La Cantate pour la Paix sera donnée à Vannes au Théâtre Anne de Bretagne le 13 mars et au Mémorial de la Paix à Caen le 9 mai prochain pour la Journée de l'Europe.

Le concert de Châteaubriant nécessita le déplacement de pas moins de trois cars de la région vannetaise.
-------------------------------------------------
(1) René Abjean : très impliqué dans la culture musicale bretonne (livres articles, création de chorales...) il est aussi compositeur. Quelques œuvres : Missa Keltia, Ar Marc'h dall, War Varc'h d'ar Mor, Kan evit ar Peoc'h...

(2) Jacques Wojciechowski : Pianiste et professeur de piano au Conservatoire de région Rennes. Pour résumer... il est directeur du Conservatoire intercommunal de Châteaubriant. Il a fondé en 1989 les Chœurs et l'Orchestre de Brocéliande. Il compose des œuvres contemporaines de musique vocale en langue bretonne.

(3) Yvan Cassar : Rennais, il est ancien élève du Conservatoire National Supérieur de Paris. Il a travaillé avec de nombreux artistes français, compose des musiques de films, est invité pour des albums par des artistes prestigieux des musiques du monde...

(4) Job An Irien : dont la page sur Wikipedia est incomplète de ses écrits, est un prêtre bretonnant du Léon. (voir le site) et (voir le site)

(5) Le CD de la Cantate. Enregistré à Lesneven et Rennes en 1993. Les paroles en breton (la langue du concert), français, anglais et allemand sont dans le livret.
Le disque est augmenté du « Lamento » de Jean-Guy Ropartz (1864-1955) et de sa " Messe brève en l'honneur de Sainte Anne ", de " Légende " de Jean Cras (1879-1932), interprétés, comme la cantate, par l'Orchestre et les Chœurs de Brocéliande. Il se termine avec le " Bro Gozh Va Zadoù ", l'hymne national breton adapté en 1897 de l'hymne national gallois par François Jaffrennoù (grand druide Taldir, 1879-1956), chanté par les 10 chorales du " Breizh a Gan ".

Document PDF 12918_2.pdf Brochure 2008 de la Cantate – pages 1 à 4. Brochure 1992 – pages 16 et 17.. Source : Dihunerien
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2692 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons