-- Justice et injustices --

Affaire Seznec : Le corps décapité de Quémeneur avait été retrouvé et ignoré par la police

Une des nombreuses photos publiées récemment dans un album par Denis Seznec. Ici Denis Seznec à gauche tenant la main de son grand-père Guillaume Seznec gracié en 1947.L\'affaire Seznec en photos : Des Assises au Bagne (Relié) chez Robert Laffont.
Affaire Seznec : Le corps décapité de Quémeneur avait été retrouvé et ignoré par la police
Patrick Dils et Denis Seznec à la sortie du tribunal de Paris en avril 2006 après l\'annonce du rejet de révision du procès Seznec. Pour eux les mots gravés au dessus du porche et les symboles de la République - la IIIe qui envoya le grand-père de Denis S
Affaire Seznec : Le corps décapité de Quémeneur avait été retrouvé et ignoré par la police
Seznec un procès impitoyable. De Robert Hossein. Théâtre de Paris. Avant-première du 25 janvier 2010. Denis Seznec avec la presse pendant l\'entracte : \"...C\'est une formidable réhabilitation qu\'il m\'aura offerte...\\\". (Photo © ABP Maryvonne

Ce soir France 2 diffusera via la TNT et son site web, en direct, une représentation de la pièce de théâtre de Robert Hossein, «L'affaire Seznec, un procès impitoyable». Les téléspectateurs, comme lors des représentations, pourront voter «coupable» ou «non coupable».

C'est l'occasion de rappeler aussi la sortie du livre «L'Homme sans tête, la piste oubliée de l'affaire Seznec» paru aux Éditions du Temps. Le corps décapité de Quémeneur, dont on a faussement accusé Seznec de l'avoir assassiné, avait été retrouvé en Loire-Inférieure au fond d'un puits à Sion-les-Mines, dès le 27 juillet 1923, seulement deux mois après que Guillaume Seznec l'ait laissé continuer seul son voyage à Paris le 25 mai.

Pour comprendre ce qui s'est passé il est nécessaire de se replacer dans le contexte de l'après guerre. La liberté de la presse avait été supprimée pendant 5 ans et on s'en remettait à peine – ce qui explique l'énorme passivité des médias dans cette affaire judiciaire qui reste un des nombreux boulets traînés par la justice française – son boulet principal étant sa collaboration massive avec le régime de Vichy et les peines de morts distribuées pour «faits de résistance».

Juste après la première guerre mondiale, il y avait aussi d'énormes surplus militaires à écouler. Il faut imaginer des rivalités comparables à celles des trafiquants de drogues actuels des banlieues de Los Angeles ou Paris. Il y a des marchés qui se chevauchent. Les groupes sont rivaux et ne sont pas toujours “réglos”. Il y a des règlement de comptes et des cadavres tandis que les territoires passent d'un gang à l'autre. En 1923, il ne s'agissait pas de drogues mais de surplus de l'armée américaine abandonnés à Brest après le départ du corps expéditionnaire américain qui assura la victoire aux Alliés en 1918. Plus précisément, il s'agissait de Cadillacs (*) (voir notre article). Une inconnue m'a rapporté, lors de l'audience de demande de révision d'avril 2005 – plaidoyer auquel j'ai assisté – que Quémeneur subtilisait des pièces des Cadillacs, faisant baisser le prix de vente, pour ensuite les restituer et revendre les voitures à un bon prix, faisant ainsi de très gros bénéfices. Il s'est probablement fait aussi des ennemis et des jaloux car il était manifestement devenu riche.

À mesure que les recherches continuent, on en vient à identifier trois groupes de revendeurs de voitures et surplus américains, le duo Pierre Quémeneur-Guillaume Seznec, le duo Pierre Bonny-Boudjema Gherdy et finalement le duo décrit par Annick Caminot dans «L'homme sans tête»: Georges Lemaître-Aimée Robert basés à quelques kilomètres du lieu où l'on a retrouvé un corps qui paraît être celui de Quémeneur. De nombreux indices prouvent que c'est Lemaître qui aurait dévalisé, assassiné, éventré et décapité Quémeneur (Lemaître était aussi boucher !).

À ce jour aucune connexion n'a été établie entre le gang de Bonny et Georges Lemaître sauf que sa maîtresse Aimée Robert aurait aussi été la maîtresse de Georges de Hainault. Annick Caminot n'en donne pas la preuve. Par contre, les actes de propriétés prouvent que Madame Robert a acheté comptant trois appartements à Nantes après la disparition de Lemaître. D'où venaient ces fonds ? Georges de Hainault est celui-là même qui affirma avoir vu Seznec aller au Havre acheter la machine à écrire. C'est, on le rappelle, le témoignage de Hainault, probablement “coaché” par Bonny (à l'époque greffier de police, selon certains, ou inspecteur selon d'autres), qui enverra Guillaume Seznec au bagne (**). La machine à écrire aurait été cachée par Bonny lui-même dans le grenier de Seznec. La dite machine à écrire servant à incriminer Seznec au sujet d'une soit-disant promesse de vente d'une maison appartenant à Quémeneur.

La théorie la plus vraisemblable est que le gang Bonny-Gherdy avait, en 1923, décidé de se débarrasser de l'équipe Seznec-Quémeneur. Ils y réussirent. Quémeneur fut assassiné (assassinat qui aurait été sous-traité à Lemaître qui, d'ailleurs, avait déjà un casier judiciaire chargé) et Guillaume Seznec, du même coup, fut envoyé au bagne. On sait que Bonny, qui devint auxiliaire de la gestapo pendant la guerre, avant d'être fusillé à la Libération, a déclaré : «Je n'ai qu'un regret, c'est d'avoir envoyé un innocent au bagne». Une confession capitale, même pas reprise comme nouvel élément, par la cour de Cassation en 2006. Le moins qu'on puisse dire c'est que fusiller Bonny sans autre procès, arrangeait sans doute beaucoup de monde. Il a emporté avec lui beaucoup de secrets d'État, non seulement sur l'affaire Seznec mais sur l'affaire Stavisky.

Contacté par ABP, le petit fils de Guillaume Seznec, Denis Seznec, a admis que ce scénario est tout à fait plausible. Il a tenu aussi à rectifier deux erreurs dans un article du Télégramme d'aujourd'hui : le vote de 2006 contre la révision du procès est bien passé à deux ou trois voix près, et, si effectivement, aucun dossier du procès Seznec n'a brûlé dans l'incendie du Parlement de Bretagne en 1994, c'est Denis Seznec lui-même qui avait rectifié cette fausse information dès 1994, contrairement à ce qu'écrit Hervé Chambonnière dans son article.

Ce soir, comme lors de chaque représentation, les spectateurs dans la salle pourront se prononcer sur la culpabilité ou l'innocence de Guillaume Seznec. Les téléspectateurs et les internautes pourront aussi se mettre dans la peau des jurés de l'époque et rendre leur verdict.


(*) Certaines de ces Cadillacs ont été exportées en Union Soviétique pour les dignitaires du parti (sauf pour Lénine qui, lui, roulait en Rolls-Royce, celle-là même qui avait appartenu à Nicolas II qu'il avait fait exécuter), et ceci en dépit de l'embargo existant. Une affaire que la droite au pouvoir à l'époque ne pouvait pas laisser la presse découvrir à l'occasion d'un procès, vu que les élections approchaient. Rétablir Seznec, ne serait pas uniquement réhabiliter un innocent, désacraliser la sacro-sainte cour de cassation, mais aussi dévoiler que la justice républicaine n'est pas si indépendante que cela et que très souvent, son ministère de l'Intérieur a le bras long, très long.

(**) Rapporté dans Le Monde du 16 décembre 2006 citant Me Jean-Denis Bredin : «Deux témoins, qui avaient affirmé que Guillaume Seznec était au Havre le 13 juin 1923, venu pour acheter une machine à écrire, ont reconnu avoir été manipulés par les inspecteurs de police, notamment par l'inspecteur Bonny, et avoir fait alors de fausses déclarations. Plusieurs autres témoins ont affirmé plus tard que l'inspecteur Bonny leur avait dit avoir placé dans le grenier de la maison de Seznec la machine à écrire qui y sera »découverte le 6 juillet 1923".

Philippe Argouarch

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 10761 lectures.
mailbox imprimer
logo

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. Voir le site et Voir le site

Vos commentaires :

BICHON Yannig
Mardi 31 août 2010

Le public de France 2 a reconnu Guillaume Seznec INNOCENT (théatre de Paris 93%; spectateurs 94 %). Cela devrait être pris en compte et il doit absolument être RÉHABILITÉ!!! Marre de la justice de ce pays qui désigne par le biais de politicards verreux qui doit être coupable. Une pensée pour Yvan Colonna, innocent lui aussi.

Michel Chauvin
Mardi 31 août 2010

Merci pour ce beau travail pour la vérité. A galon

Pascal Dazin
Mardi 31 août 2010

Des trois pouvoirs républicains, le pouvoir judiciaire, qui devrait être le dernier recours, est devenu peu à peu le premier acteur, le premier prescripteur, le premier normalisateur, malgré la triste réputation que tout son passé devrait lui attirer, "en bonne justice". Chercher l'erreur, ce serait automatiquement se demander si la noblesse de robe, chassée du pouvoir dans les années 1790, n'est pas revenue sous les atours, séducteurs et narcissiques, de l'omniprésente corporation judiciaire. Les français témoignent donc de leur désarroi en se jetant régulièrement dans la gueule du loup judiciaire, par illusion d'un retour à la bergerie...

Bertrand Finel
Mardi 31 août 2010

Seznec innocent, c'est une évidence que seule la "justice" française se refuse à admettre malgré les éléments apportés depuis la première instruction et le premier jugement... et quand on sait que le "trop fameux" Bonny fût mêlé à l'affaire alors !

Simplement, on ne refera pas revivre Guillaume Seznec, mais il en va de l'honneur et de la crédibilité d'une justice de reconnaitre ses erreurs et de réhabiliter un nom, trop longtemps bafoué !

J-Luc Le Floc'h
Mardi 31 août 2010

Grâce à Guillaume Sezneg, nous avons pu entendre quelques mots de breton, sur la 2, à une heure de grande écoute : « rak brezhoneg a zo ma yezh » (« car la langue bretonne est ma langue »), déclamé - avec un accent de terroir…parisien! - par l'acteur qui jouait un receveur de bus. On peut sûrement le dire autrement (« dre ma ouian ar yezh », par exemple ?) et avec une toute autre musicalité. Mais bon, Robert Hossein a eu parfaitement raison de glisser ces quelques mots dans le dialogue.

Yann K/gren
Mardi 31 août 2010

Le témoin breton, receveur d'autobus parisien, qui a dialogué, en langue bretonne et dans son autobus, avec Quémeneur, à Paris, après la prétendue disparition de ce dernier, a aussi déclaré, du moins hier soir, à la Télé, que plusieurs autres voyageurs, après avoir entendu cet entretien, ont fait des réflexions, du genre " malgré 14/18 il reste encore deux "Boches" à tuer", phrase dont je ne garantis pas la parfaite exactitude, ne l'ayant pas notée lors de l'écoute, et qu'il faudrait, d'ailleurs, aller rechercher dans les dossiers du procès, pour voir si elle a été vraiment prononcée. Si oui, elle aurait sa place dans le bétisier anti-breton.

NOTA,(pour les lecteurs qui n'auraient pas, tout aàfait,compris): Le "oui" français se dit "Ya" en breton et "Ja" en allemand, et se prononce "Ia" dans ces deux langues (multimillénaires, elles, soit dit en passant). En 14/18, son utilisation avait été interdite aux patrouilleurs bretons, dans le "no man's land", pour éviter qu'ils ne soient pris pour d'autres...

Yves Corbin
Mardi 31 août 2010

Merci à Robert Hossein d'avoir permis au peuple Breton et au reste de la France, sinon de réhabiliter Guillaume Seznec, du moins de lui faire bénéficier de ce que la justice française n'a jamais sû faire: accorder le bénéfice du doûte et savoir reconnaître ses erreurs. Merci à Denis Seznec d'avoir passé bientôt 50 ans de sa vie à mener ce combat inégal contre cette redoutable institution qui se prétend représenter l'un des 3 emblèmes d'une république peu libérale, non égalitaire, et loin d'être fraternelle. Kalon vat.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 4 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.