Accord Mélénchon-EELV, l’UDB le bec dans l’eau ?

-- Politique --

Chronique de Philippe Argouarch

Publié le 7/05/22 17:43 -- mis à jour le 08/05/22 08:16

Aux dernières élections régionales en juin 2021, l’UDB avait fait liste commune avec EELV au sein de la liste Bretagne d’avenir. EELV-région Bretagne avait accepté l’autonomisme et le fédéralisme de l’UDB et même la défense de la langue bretonne. Le mot « autonomie » figurait sous Bretagne d’Avenir à côté « d’écologie » et « solidarité ». La tête de liste était la Bretonne de coeur Claire Desmares-Poirrier de EELV.

Tout aurait pu se passer pour le mieux sauf que La France insoumise et Europe Ecologie - Les Verts ont conclu un accord historique dans la nuit de dimanche à lundi en vue des élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Un accord dans lequel le centralisme jacobin de Mélenchon s’est imposé suite à ses 22% au premier tour des présidentielles. Le fédéralisme et le choix de l’Europe de EELV sont passés à la trappe.

En échange de ces reniements, EELV aurait obtenu une centaine de circonscriptions dans lesquelles LFI et le PS (aussi membre de ce Front de gauche) ne présenteraient pas de candidats. Une trentaine seulement de ces circonscriptions seraient gagnables par EELV selon France Bleu, mais pas en Bretagne, principalement dans les grandes villes comme Lyon, Bordeaux et Paris.

Jacobins et Girondins dans le même sac ?

Mélenchon est un grand défenseur de la république pure et dure. Il avait déclaré en 2009 que DIWAN était une secte ( voir l'article ) déclarant que le breton moderne « était la langue de la collaboration » (faisant allusion au grammairien Roparz Hemon ayant unifié la langue pendant la guerre) et que, lui, « "était fier d'être jacobin, ne parlant que la langue française... ». Des positions à l’opposé des convictions udébistes.

En 2021, ce sont les députés de la France Insoumise qui se sont le plus illustrés par le rejet de la loi Molac, avec 12 députés qui ont voté contre, soit les trois-quarts de leur groupe parlementaire.

L’UDB comme EELV sont pour plus d’Europe alors qu’en 2017, Jean-Luc Mélenchon envisageait bien une «sortie de l’Union européenne».

L’UDB n’en est pas à sa première déconvenue avec des alliances avec des partis « nationaux ». Au siècle dernier, ce parti appelait régulièrement à voter pour le PS aux seconds tours des élections et avait fait partie de la majorité Le Drian au Conseil régional. Cette stratégie d’alliances qui, certes, ont pu apporter des élus a toujours laissé les autres partis bretons sur la touche. Joannic Martin du Parti breton exprime son amertume « Un choix qui n'avait anticipé ni la débâcle de Jadot et d'Hidalgo à la Présidentielle, ni le rassemblement de la gauche autour de La France Insoumise, un parti jacobin. Un choix stratégique hasardeux qui ne s'avère pas payant puisqu'au final, les autres mouvements de gauche s'entendent autour d'une conception centralisée de la France, l'UDB se retrouve isolée. Il n'y aura pas d'accord entre le PB et l'UDB. Nous serons donc face à face en juin». Le PB présentera 33 candidats et l’UDB 25.

Pour Gael Briand, élu UDB du groupe Breizh a-gleiz au Conseil régional « LFI a fait une OPA sur la gauche et ‘cède’ des circonscriptions qu'elle n'avait de toute façon pas gagnées. Cela va à l'encontre du combat de l'UDB pour l'autonomie... L'UDB reste sur sa ligne de gauche bretonne et cela me convient parfaitement. Nous sommes cohérents et portons des sujets que cette alliance ne porte pas ». Pour Nil Caouissin aussi de Breizh a-gleiz « On ne s'y retrouve pas. Maintenant c'est à chacun de faire campagne et de défendre son projet. »

Pour Christian Guyonvarc’h, il n’y a pas de danger tant que EELV en Bretagne reste fidèle à ses engagements : «  Que le choix d'alliance d'EELV au second tour des législatives.au côté de LFI soit en contradiction avec le programme des régionales, c'est une évidence, mais tant que EELV confirmera au Conseil régional de Bretagne son engagement en faveur du fédéralisme et de l'autonomie de la Bretagne, la coopération pourra se poursuivre.

De son côté Claire Desmares-Poirrier, élue EELV au Conseil régional, a déclaré : « Avec Breizh a-gleiz, on a été élu sur un mandat commun de défense des langues de Bretagne et de réunification » ... « Je tiendrai ce mandat. Et l’accord EELV-LFI ne change rien à ce que je fais au Conseil régional. Je continuerai de défendre le fédéralisme et l’Europe ».

Le communiqué d’EELV-les Verts


2  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 30 commentaires
Association de lutte contre les violences faites aux Bretons
2022-05-07 18:01:07
C'est encore un exemple que l'EMSAV doit s'unifier. L'UDB préfère des partis Jacobins Français et refuse tout dialogue avec les autres mouvements Bretons, alors que le parti Breton et Douar ha Frankiz ne cessent de réclamer une alliance...
(4) 
KLG
2022-05-07 18:27:11
EELV on sent qu'il y a des élus en Bretagne et de l'autre un Parti parisien. On sait très bien que si EELV avait le pouvoir, ils feraient exactement comme le PS avec Mitterrand.
Pour moi un signe que ce Parti n'a aucune intention de laisser de l'autonomie ou de réunifier la Bretagne c'est d'un côté le maintien d'une organisation de leur Parti au niveau de la Région Pays-de-la-Loire, de l'autre un jacobinisme qui s'est instauré dans leur fonctionnement à l'occasion des dernières élections régionales avec l'ordre pour certaines listes de se retirer au 2ème Tour comme en PACA pour faire gagner le candidat LAREM.
On voit bien aussi que ce Parti cartonne dans de grandes métropoles riches avec un électorat Bobo très très éloigné des questions d'autonomie et de fédéralisme...le maire de Grenoble, Bordeaux, Lyon, Sandrine Rousseau incarnent une ligne et ont un profil tout à fait compatible avec LFI (beaucoup moins Jadot en revanche).
Mais plus largement le vrai problème est cette question du "fédéralisme" qui ne veut pas dire grand chose. A partir du moment où vous avez une logique de pouvoir à un échelon parisien, et encore plus à un niveau européen, les parties prenantes n'ont aucun intérêt à laisser les gens et les peuples faire ce qu'ils veulent dans leur coin...d'ailleurs EELV à Bruxelles ne fait que voter les textes qui veulent retirer leur pouvoir aux peuples et nations. On rentre systématiquementy dans une logique "d'appareil", de structure, avec juste des duplications locales plus ou moins fidèles. Sans la Guerre de sécession, y aurait-il un fédéralisme US ?? Sans indépendantisme irlandais et écossais, y aurait-il une dévolution au Royaume-Uni etc etc le fédéralisme ou la dévolution n'est que la conséquence d'un rapport de force avec des séparatistes en fait. Sans séparatisme, il n'y a jamais de dévolutions CQFD La dévolution, n'est qu'un stade intermédiaire, une sorte de processus transitionnel, non abouti. Cela ne peut pas être un objectif. Ce n'est pas un choix de technocrate le fédéralisme. Or les projets écologistes, et de la gauche en général SONT technocratiques, globalistes par définition.
(2) 
Lesur
2022-05-07 19:43:23
Hi-Hi, OF version papier, pages rég. B4 :
page de gauche : l'UDB présente 25 candidats. Page de droite : le PB présente 33 candidats.
Un des partis, celui de la page de gauche, s'affirme de gauche et soumis aux partis jacobins soumis aux... Insoumis. Là, il est un peu orphelin. Comment vivra-t-il ses alliances dans les municipales ?
L'autre parti, celui de la page de droite, se veut rassembleur; sans aucune soumission, et affiche sa fibre cologiste (mais pas écolo).
Où est l'avenir de la Bretagne ? L'UDB ne pourrait-elle pas regarder vers le PB, et réfléchir sérieux aux prochaines régionales ?
(0) 
Penn Kaled
2022-05-07 20:15:18
Peut être a t-on tendance à trop s'en prendre à l'udb en position délicate il est vrai ,mais qui pour le moment refuse cette alliance scélérate .A son actif ,elle a tout de même fait avancer récemment l'idée d'autonomie au sein du conseil B4 .Elle fait ce qu'elle peut dans cette enceinte pour la réintégration de la Loire atlantique à la Bretagne et Madame Azilis Gouez y paye injustement de sa personne Mieux Chesnais- Girard qui pour le moment refuse l'alliance a tendance à regarder vers les positions de l'udb .Par contre au sujet de Cueff qui a rejoint LFI ainsi que Troadec qui n'est pas très clair à ce niveau ,personne ne trouve rien à redire .Au passif de l'udb c'est son refus de reconnaitre le parti breton ,pourtant à défaut d'alliance un accord de non concurrence électoral irait dans le bon sens ,comme je l'ai expliqué sur mes commentaires de l'article de Monsieur Olivier .
(1) 
Kerbarh
2022-05-07 21:34:08
Le FPU est l’avenir de la France Fédéraliste et le Parti Breton celui de la Bretagne.Le réalisme politique , économique et écologique nous dirigent vers un France Fédérale ou Confédérale.
(1) 
Jiler
2022-05-08 08:37:19
Cette alliance de bric et de broc ne tiendra pas. On sent déjà les craquements. L'UDB a raison de maintenir sa position qui est la bonne et qui a déjà beaucoup apporté. La politique, c'est aussi savoir maintenir le cap du bateau dans la tempête. Le rapprochement UDB - PB est inévitable dans l'avenir. Troadec ne peut pas avoir une position tranchée vis à vis de LFI ,car les voix LFI sont nombreuses dans son secteur.
(0) 
kris braz
2022-05-08 09:04:48
Cette alliance est nécessaire car le système/état du monde actuel est en train de s'effondrer.
Le principal problème est le nanisme des mouvements/partis autonomistes/fédéralistes dans l'hexagone et en Bretagne en particulier. Personne capable de négocier et d'exiger de JLM un changement radical d'attitude vis-à-vis des minorités.
(0) 
Yannig coraud
2022-05-08 09:24:59
De la république bananière française au national socialisme melanchoniste il y a je pense une filiation normale
Breton toujours français jamais
(1) 
Burban xavier
2022-05-08 12:04:00
J'aurai beaucoup de mal à mettre un bulletin EELV après cet accord national à Gauche qui piétine les langues minoritaires et les peuples minoritaires , l'UDB est claire pas d'alliance à la vue des déclarations faites pour la Bretagne , le PB présente des candidats aussi , sur la circonscription j 'aurai le choix au premier tour au second tour maison compte tenu de l'attelage à Gauche avec LFI parti admirateur de Robespierre , Danton , Marat , Sèyès ... dans leur matrice politique ....jacobine et pourfendant maladivement toutes les libertés pour les minorités en France !
(0) 
Pierre Robes
2022-05-08 13:41:31
Tout cela n'est que de la tambouille, de la cuisine parisienne.
(2) 
jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
2022-05-10 15:42:48
8ème circonscription de St Nazer
2 candidats -PB et UDB ...Intéréssant
Mais je ne voterais pas pour une organisation qui appellera à se désister au second tour pour une ou un candidat qui n'a rien à faire de la réunification.
A noter que le candidat parachuté de LFI de la Sarthe à St Nazer a refusé de discuter dans la rue,de ce sujet à St Nazer le 6 Mai.
A quand des élections à un tour?
(1) 
Colette Trublet
2022-05-11 08:42:33
la Nouvelle Union Populaire Économique et Sociale , NUPES, rassemble des partis qui gardent leurs particularités. Ils ont négocié les termes d'un programme sur lesquels ils ont donné leur accord. Ecrire une NOUVELLE CONSTITUTION est le projet phare de cet accord. C'est essentiel pour nous, (Décentralisation - Réunification B5, Assemblée de Bretagne) et pour les autres pays et régions de l'hexagone. Le reste est, me semble-t-il, secondaire. Nous ne pouvons pas laisser passer l'occasion de re-écrire la constitution. C'est ça ou continuer à se chamailler et à perdre notre temps, à nous méfier les uns des autres, ce qui profite à la "Parisie". Réfléchissons bien !
(0) 
Kerbarh
2022-05-11 18:55:30
Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutes. Comme en 81 ,si le Nupes arrive au pouvoir, rien ne changera à part les augmentations d’impôts !!
(3) 
Burban xavier
2022-05-11 19:02:27
Quant -on regarde le résultat des alternances Droite Gauche au sujet des minorités nationales depuis 1945 on peut s'interroger et être inquiets en Bretagne . Notre langue bretonne est désormais menacée , la Bretagne divisée géographiquement et administrativement . De surcroît , les partis nationaux parisiens se moquent de nous et nous serons assez idiots pour aller leur confier nos intérêts ??? Qu'ont -ils faits constamment sur le sujet et pourquoi n'ont-ils pas pris des mesures politiques pour redresser la situation calamiteuse du peuple breton culturellement auparavant ? Pourquoi le feraient-ils à présent ? Je ne les crois plus !
L'oppression contre le peuple breton est un fait politique puisque la France nie notre existence tout simplement .
Il y a un premier tour , mais au second maison !
Ober a ran van gant ar re-se !
(1) 
J. Christ. Siou
2022-05-12 00:59:45
EELV verse dangereusement dans l'impasse mortifère d'un wokisme tendance entrainant l'UDB (au moins en partie) dans son sillage. L'UDB devient dans une ville comme Nantes une sorte de parfait décalque de l'angélisme bobo qui y règne. Il m'est devenu impossible de glisser dans l'urne un bulletin de vote à "Gôche" pourtant je reste de gauche, enfin je crois...
(0) 
Michel Bernard
2022-05-12 08:11:45
De telles alliances avec un dictateur autoproclamé disqualifie a l 'avance tout débat avec ses soutiens bretons,qu' ils continuent a s 'agiter avec leurs incoherences et leur rejet des autres,On tourne le dos à leurs excès la cause bretonne n' avancera qu' avec des gens sérieux et respectueux des règles de la démocratie representative , a vrai dire melanchon , ses pressions par la rue et ces soviets peuvent convenir a ces groupuscules bretons fanatiques.
(0) 
Penn Kaled
2022-05-12 13:47:03
En fait l'udb si elle en a l'audace et l'ambition ? a cette fois une carte à jouer ,car il y aune grosse brèche ,vu que particulièrement en Bretagne une bonne partie de la gauche et aussi des écologistes sont opposés à la soumission à Mélenchon .Donc l'udb est en capacité de récupérer une bonne partie de ces voix et être présente au second tour dans un certain nombre de circonscriptions .Cependant ce que je crains c'est qu'elle n'en n'a pas la volonté et elle risque fort de se désister au second tour pour les nupes .
(0) 
Kerbarh
2022-05-12 20:58:55
Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutes. Comme en 81 ,si le Nupes arrive au pouvoir, rien ne changera à part les augmentations d’impôts !!
(1) 
Kerbarh
2022-05-12 20:59:34
Le FPU est l’avenir de la France Fédéraliste et le Parti Breton celui de la Bretagne.Le réalisme politique , économique et écologique nous dirigent vers un France Fédérale ou Confédérale.
(0) 
Anne Merrien
2022-05-13 11:47:04
Pour réunifier la Bretagne à cinq, nul besoin de chambouler la Constitution : un article de loi suffirait.
(0) 
Yann L...
2022-05-13 15:49:19
L'UDB et le PB font, chacun à leur manière, ce qu'ils peuvent pour la Bretagne. Compte tenu de leurs différences idéologiques, une alliance entre les deux partis est, actuellement, inimaginable. Il est même, sans doute, trop tard pour un pacte de non-concurrence en 2022. Toutefois, un tel pacte éviterait la dispersion des voix bretonnes et apporterait, peut-être, à ces partis ce qui leur manque le plus: assez de voix pour paraître "crédibles" aux yeux des électeurs. Les présidentielles viennent de nous montrer l'importance du vote "utile". Pourquoi l'ignorer?
(3) 
Kerbarh
2022-05-13 22:22:04
UDB est inféodée au PS et NUPES.
Cette stratégie menée depuis des années affaiblit sa crédibilité. Elle est d’abord de gauche jacobine puisque qu’elle s’est allié avec des partis qui n’ont rien fait pour détruire le centralisme .
Il suffit de voir le succès du SNP en Ecosse pour comprendre que la soumission de l’UDB à la gauche parisienne est un échec total.SNP ne s’est jamais inféodé au Labour.
(0) 
Penn Kaled
2022-05-14 09:17:25
Kerbarh ,je ne suis pas un inconditionnel de l'udb ,seulement pour le moment on ne peut pas dire que qu'elle est inféodée aux nupes attendons le deuxième tour .D'autre part depuis plus de cinquante ans , il y a eu depuis la scission du MOB une succession de partis bretons ayant pour vocation de rassembler ,à savoir SAV ,le POBL ,et le parti breton , hélas ils n'ont pas fait des scores supérieurs à l'udb voir même inférieurs Lors d'une élection européenne il y a eu une liste d'union de l'ensemble des partis bretons ,le résultat a été décevant .Donc si l' on peut critiquer l'udb sur ses inféodations aux partis de gauche français entre autres ,la cause des mauvais scores du mouvement breton , il faut la chercher ailleurs ,c'est tellement facile de désigner l'udb comme bouc émissaire .Je suis d'accord avec Yann .
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-14 10:23:47
Kerbarh quelle différence peut-on trouver entre NUPES qui doit son « succès » aux 69 % de musulmans et plus largement d’autres électeurs d’origines étrangères, et « l’échec » de l’Écosse, dû au SNP écossais qui a fait le choix de faire voter les gens d’origines étrangères dont les intérêts personnels et de groupes, globalement pas intéressés par « l’indépendance » de l’Écosse ???
Et plus généralement aux lecteurs éventuels :
L’on peut s’interroger sur ces options politiques et électorales, et aussi poser la question : « Ces dirigeants écossais voulaient-ils vraiment l’indépendance ? Ou bien est-ce là aussi, comme en BRETAGNE chez certains (beaucoup ?), un choix idéologique politique à vocation électorale seulement axé sur l’utilisation de paradigmes régionaux, de sentiments et convictions régionalistes présents chez une part plus ou moins importante de la population ? Option politicienne qui n’obtient et n’a jamais vraiment obtenu de "progrès" en BRETAGNE, ce dont ils ne sont pas sans s’en douter !
Alors que penser de l’élection d’homme et de femmes qui semblent bien, toujours dans cette ‘dynamique » ? Jusqu’à preuve du contraire dites-vous peut-être? Mais elles sont flagrantes, elles passent et repassent, d’élections en élections, et vous ne les considérez pas comme telles, et nous servez continuellement les mêmes brouets analytiques ; Ce qui peut très bien se perpétrer à chaque élection et être perpétué à chaque renouvellement des nouvelles promesses !
Le « succès » aujourd’hui du NUPES, s’il devait se répéter, s’étendre et s’amplifier, pour moi prépare les « échecs » de demain en France. Et en BRETAGNE les enfiler comme des perles...de culture!
(0) 
Kerbarh l
2022-05-14 19:01:02
L’UDB est prisonnière de totem de gauche : solidarité nationale , égalité nationale ,… Casser ces tabous leur est impossible car ils se verraient taxer par là nomenclatura parisienne de «  nationaliste déviant «  et d’autres injures…
En fait c’est le « Nous Seuls «  du Sinn Fein contre le « Nous tous «  de Macron.
Désolé Alter Écho , mais je ne comprends rien de ce que vous écrivez.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-15 09:32:04
Tant pis Kerbarh ! Quant à l'UDB, oui prisonnière car elle est effectivement intégrée et sculptée parmi les différentes figures symboliques du "totem "français de la Gauche française qui s’en paie une foultitude de « saints » ou seulement béatifiés, qui va de Marx à Troadec … Elle est donc devenue aussi « le totem », que depuis 60 ans vénère une partie des Bretons qui change assez facilement d’objets d’adoration.
Objets inanimés avez-vous donc une âme ? Peut-être, mais cela n’a rien apporté à celle de la BRETAGNE
Le totem de bois illusoire, brûle enfin! Et l’UDB ne peut nier que ça sent le roussi, pour elle.
Mais il a tant de totem à squatter.
(0) 
Pierre Robes
2022-05-21 19:11:01
La maire de Rennes une jacobine comme Melenchon, elle vient de se porter acquéreur d'une miniature de la statue de Louis XIV, identique à une immense statue que l'état colonial français avait fait installer au parlement de Bretagne à Rennes. Hors c'est sous ce roi que la ville de Rennes fut ravagée dans les hauts faubourgs, et ses habitants furent jetés par les fenêtres, et autres massacrés, voir les propos de Mme de Sevigne sur l'armée du roi, et les bonnets rouges pendus aux arbres des chemins.
Une vrai honte que cet argent publique des rennais soit mis dans cette statue representant le colonialisme français en Bretagne. Que fait l'UDB ?
(0) 
Kerbarh
2022-05-22 08:30:57
L’enseignement de l’histoire de France dans les écoles est depuis longtemps dirigé par des jacobins. Même les marxistes qui contrôlent cet enseignement depuis des décennies continuent à mettre en avant et positiver l’action centralisatrice du roi Soleil contre les « hobereaux » de province. c’est depuis Louis 14 que la Bretagne et l’ensemble des régions françaises sont entrées en décadence au profit de la dictature parisienne.
(1) 
Burban xavier
2022-05-22 22:57:52
Aucun parti national français ne défendra la Bretagne , les nominations aux ministères ont écarté les Bretons de tous les postes , or les Breton(ne)s ont placé le candidat de La Rem largement en tête au premier tour de la présidentielle et voté bien plus que les Français ...
C'EST AINSI QUE PARIS NOUS REMERCIE ! En outre, la reconnaissance du peuple breton par le biais culturel , sa langue et historique la réunification de la Bretagne niées !
Nous sommes responsables de ce que nous faisons en confiant nos intérêts à ceux qui veulent nous faire disparaitre .
C'est navrant mais nous existons toujours et il nous faut espérer !
Gallus(posubl) eo da welout ar bobl vreizhad da ober e hent davet ar frankiz ! Yaus( positif) on !
(0) 
Kerbarh
2022-05-24 20:58:55
L’enseignement de l’histoire de France dans les écoles est depuis longtemps dirigé par des jacobins. Même les marxistes qui contrôlent cet enseignement depuis des décennies continuent à mettre en avant et positiver l’action centralisatrice du roi Soleil contre les « hobereaux » de province. c’est depuis Louis 14 que la Bretagne et l’ensemble des régions françaises sont entrées en décadence au profit de la dictature parisienne.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.