Yvette Peaudecerf reçoit le Collier de l’Hermine, mais aucun élu de Loire-Atlantique pour la féliciter !

-- Culture --

Reportage
Par Didier Lefebvre

Publié le 5/10/21 19:32 -- mis à jour le 06/10/21 22:47
Yvette Peaudecerf reçoit le Collier
Réalisation : ABP

Dans cette magnifique salle de Kemper, Maison pour Tous de Penhars, comble, Yvette Peaudecerf, fille de Saint-Nazaire et de Indre, communes sur l’estuaire de la Loire, a reçu le Collier de l’Hermine.

Beaucoup d’élus de la Bretagne administrative étaient présents. Mais aucun de Loire-Atlantique pour la féliciter. A quoi peut donc servir un adjoint aux enjeux bretons à la mairie de Nantes, et une adjointe au même titre au Conseil départemental de Loire-Atlantique ?

Nous avons rencontré Yvette Peaudecerf peu après :

[Agence Bretagne Presse] : Yvette Peaudecerf, bonjour et recevez toutes les félicitations de ABP pour votre Collier de l’Hermine. Pouvez-vous vous présenter auprès de vos lecteurs ?

[Yvette Peaudecerf] : Depuis de très nombreuses années, je participe à la vie culturelle bretonne au travers de plusieurs associations :

Tout d’abord au cercle celtique des îles d’Indre, dès 1963 date de sa création, où l’on pratique la danse, la musique, le chant… tous les composants qui font la richesse des arts et traditions populaires. C’est un des lieux privilégiés pour la transmission de la culture bretonne : la littérature, l’Histoire, les traditions des terroirs… qui souvent alimentent notre réflexion et nourrissent nos créations artistiques. C’est aussi la participation aux formations, aux réunions fédérales et confédérales et ainsi avoir l’opportunité de rencontres de personnalités à forte conviction bretonne.

A la fédération départementale Kenleur Loire de Bretagne qui fédère les groupes de danses et chorales de Loire-Atlantique. Cette instance permet des actions communes, une mutualisation des synergies. Cela permet aussi une plus grande lisibilité de la présence de la culture bretonne dans notre département, de redire notre appartenance à une Bretagne à 5 départements.

Enfin, au sein également de Kendalc’h qui aujourd’hui est devenue la Confédération KENLEUR depuis la fusion des deux confédérations Kendalc’h / War’l Leur. Au fil des années, j’ai eu des responsabilités au niveau de la commission danses, de la formation, au Conseil d’administration et du bureau de la Confédération. Aujourd’hui je suis vice-présidente en charge du patrimoine matériel et immatériel.

[ABP] : Kendalc’h et War ‘l leur ont fusionné. Quelle nouvelle dynamique peut apporter Kenleur, Madame la vice-présidente au patrimoine matériel et immatériel ?

[YP] : La Confédération KENLEUR née de la fusion Kendalc’h / War’l Leur est à ma connaissance la plus grande structure de ce genre en Europe. Aujourd’hui, c’est près de 20.000 adhérents, 200 associations et 8 fédérations en Bretagne et ailleurs, qui œuvrent pour vivre leur culture au quotidien. Une nouvelle dynamique… oui bien sûr ! La mutualisation des projets, des compétences, une équipe de collaborateurs, de ce fait renforcées, ont permis d’intensifier nos actions sur le terrain. Deux exemples :

Malgré la période difficile que tous les groupes ont vécue, Kenleur a pu mettre en place le KENLEUR TOUR caravane culturelle qui a sillonné la Bretagne en 53 étapes, de Cancale à Guingamp et là je puis vous dire que jeunes et moins jeunes se sont investis, l’implication de tous et de chacun était bien réelle !

Le STREET ART PATRIMONIAL. 12 villes ont adhéré à ce projet : habiller les murs de la commune avec des silhouettes XXL de gens du pays dans le vêtement traditionnel de leur terroir… mais revisitées.

[ABP] : Des projets en cours ?

[YP] : Oui, il y a toujours des projets en cours. J’espère que cette année, au niveau confédéral, nous allons pouvoir mener à bien notre programme d’activités habituelles : journées étude, stages, spécialisations… et bien d’autre projets qui sont en cours de réflexion.

La fusion des 2 confédérations a par conséquence amené la fusion des Fédérations départementales et nous travaillons à de beaux projets qui feront vivre la culture bretonne en Comté nantais … mais il est encore prématuré de les dévoiler.

Accompagner les jeunes dans leur prise de responsabilité

[ABP] : Danse, langue, culture bretonne sont des mots qui vous collent et que vous diffusez auprès de la jeunesse bretonne. Avez-vous constaté une évolution dans l’implication de cette jeunesse auprès de qui vous œuvrez ?

[YP] : Bien sûr, d’une manière générale, on note une évolution dans l’implication des adhérents – et pas seulement de la jeunesse –. Le public auquel on s’adresse n’est pas hors sol. La société contemporaine influence nos modes de vie. Les groupes auxquels on s’adresse n’y échappe pas ! Les sollicitations sont multiples, c’est l’ère du zapping…

Mais moi je suis optimiste dans la jeunesse, il faut lui faire confiance. A nous de savoir transmettre notre passion aux jeunes, de nous adapter et surtout de les accompagner dans leur prise de responsabilité.

En Bretagne, je crois que l’on peut être fier du tissu associatif qui s’est développé et qui perdure aujourd’hui. Le vivre ensemble est une vraie richesse ! Et l’intergénérationnel n’est pas un vain mot.

[ABP] : C’est quoi, votre Bretagne, vous la fille de Saint-Nazaire, puis de Indre, deux communes sur la Loire estuarienne ?

[YP] : Je suis née à Saint-Nazaire donc en Bretagne, je vis à Indre depuis 60 ans donc en Bretagne. ! Pour moi c’est une évidence ! Ces deux communes sont en bord de Loire, cela ne change rien.

Effectivement, vivre en Loire-Atlantique cela oblige à réaffirmer quotidiennement que nous sommes bien en Bretagne et qu’il faut œuvrer inlassablement pour notre culture et éviter comme dit Guillevic : « la menace de l’effacement dans le partout pareil ».

[ABP] : Dites-moi, qu’est-ce que cela fait de recevoir ce Collier ?

[YP] :Recevoir le Collier de l’Hermine est un honneur bien évidemment et une grande émotion. C’est aussi une reconnaissance du militantisme de terrain.

[ABP] : Yvette Peaudecerf, je vous remercie

[YP] : Kenavo

Note

Cet article poursuit la série

Denez Prigent reçoit le Collier de l'Hermine (voir l'article d'ABP)

Danielle Novello-Floc'hlay reçoit le Collier de l'Hermine (voir l'article d'ABP)

Paul Molac reçoit la médaille de l'Institut culturel (voir l'article d'ABP)

Voir aussi :
tags : hermine,herminés,Kenleur
logo
Didier Lefebvre est correspondant ABP pour la Loire-Atlantique.
Vos 13 commentaires
Michel bernard
Jeudi 7 octobre 2021

On voit bien que madame roland porte parole de madame hidalgo ultra jacobine maire de Paris et candidate a la presidentielle verrouille tout,mais n y a t il pas des elus UDB ou rattachistes a Nantes et au conseil departemental ,pourquoi ne sont ils pas venus ? Il faut les interroger .

Killian Le Tréguer
Jeudi 7 octobre 2021

Mme Morançais a été intronisée présidente du Port de Nantes-St Nazaire par Johanna Roland et Philippe Grosvalet (juste après avoir jeté à la poubelle la pétition de Bretagne Réunie).
A quand une prise de conscience, à quand des yeux ouverts ??

Marie-Josée Christien
Samedi 9 octobre 2021

Désinvolture lamentable... et ô combien significative.

François
Dimanche 10 octobre 2021

Peut-être avaient-ils des empêchements et ont-ils fait parvenir un message?
Si ce n'est pas le cas, force est de constater que certains élus de gauche en particulier en Loire-Atlantique, cultivent le entre-soi.
Plus encore, ils complotent dans des associations bretonnes plus souvent et plus durement que d'autres afin discréditer, par divers moyens peu louables la plupart du temps, ceux surtout qui ont des responsabilités et ne sont pas leur alter-égo.
Alors féliciter ceux qui n'adhèrent pas ouvertement à leurs opinions...
.

Didier Lefebvre
Dimanche 10 octobre 2021

@François
Merci pour votre remarque qui appelle complément. Il a été dit officiellement, devant les élus présents, que les élus concernés ont reçu un courrier individuel, signé du Chancelier, doublé d'un courriel peu après. Les deux sans réponse.

Killian Le Tréguer
Dimanche 10 octobre 2021

Quand on y regarde de plus près à chaque qu'il y a une initiative quelconque sur la Bretagne à 5 départements, systématiquement, le 44 "institutionnel" (je mets des guillemets car au sens large en incluant de grandes institutions privées) fait faux bond, fait la chaise vide et torpille les projets.
La seule ambition nantaise pour la Bretagne est la captation de Chiffres, conjuguée à la disparition institutionnelle et culturelle. Cela fait de longues années que je suis de prêt ce dossier, y compris sur des archives de presse, de délibérations anciennes etc. Le constat est implacable.

penn kaled
Dimanche 10 octobre 2021

Peut être faudrait être plus prudent ,attendre et voir ,plutôt que de critiquer systématiquement ,le membres de à la bretonne .Cette organisation vient de prendre une initiative sans précédent ,à savoir l'organisation de jeux olympiques sur l'ensemble de la Bretagne .Globalement je trouve que dans le mouvement breton , quelle que soit la tendance politique , on s'emballe trop vite à la moindre attitude ,opinion d'une personne ou organisation .

Lesur
Dimanche 10 octobre 2021

@Penn Kaled
Les JO bretons, c'est tout simplement une idée qui a été piquée à FSB, qui organisera en 2023 les Jeux le long du Canal, départ de Brest et départ de Nantes pour des qualifications, et tournoi final je ne sais plus où, à un endroit central ou symbolique. Avec derrière un vrai projet.
Cette idée de FSB est née avant même que Johanna Rolland nommât un adjoint aux enjeux bretons.Alors là, c'est vraiment du piquage d'idée dans le seul but de flinguer le mouvement breton. Mais cette idée de JO est de la mairie de Nantes, pas de A la bretonne. Ou j'ai raté quelque chose.

jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
Lundi 11 octobre 2021

Trugarez au compatriote Lesur de préciser cette attitude de ALB menée par quelques poissons pilotes bretons conseillés par l 'équipe pro PS de Nantes.
Cela me rappelle les années 80 et l'entrisme du PS dans des structures bretonnes.
Ils ont même profité et obtenu des subventions de villes de la Bretagne croupion
J'espère qu'ils n'ont pas aussi saboté le projet de la FSB/KSB multisport de 2023;
La soupe est "toujours" bonne pour des individuels qui obtiennent ainsi des strapontins ,comme nous le disions en 1983 à St Nazer.
Nous connaissons bien cela depuis de longues années en Loire Atlantique.
Etre un sportif breton,une association sportive bretonne, c'est d'abord d'adhérer à la FSB/KSB avant de leur piquer ce projet

jo charruau
Lundi 11 octobre 2021

Du palet breton au football gaélique, une quinzaine de disciplines seront représentées du 1er au 10 juillet 2022, dans le centre ville de Nantes . 2000 coureurs sont attendus pour les foulées de Bretagne sur 13,5 kms dans Nantes au son des bagadoù . Budget 200 000 € environ . Concernement le financement , B4 et le 44 ont donné leur accord de principe. OF du jour.
C'est plutôt réjouissant, cette initiative en 2022 tout comme est réjouissante l'initiative de la FSB autour du Canal de Nantes à Brest en 2023.
Ce qui compte, c'est de toucher un maximum de public pour la promotion de la B5 quelque soit les partenaires publics et privés sponsorisant l'organisation sur place. Ce n'est pas le moment de faire la mauvaise tête.
Sinon,
Ce n'est pas facile d'être responsable aujourd'hui, soit que tu es dans le "mépris" ( en cas d'absence) soit que tu es dans la "récupération" (en cas de présence).
Des militantes de terrain comme Yvette, il en manque.

philippe renaud
Lundi 11 octobre 2021

C'est avec la présence d'un(e) élu(e) de la commune d'Indre (27 élus municipaux) que cela aurait eu du sens pour honorer cette lauréate pour son engagement associatif et son travail. Il y aura bien d'autres occasions pour les deux élus aux enjeux Bretons (CD 44 et CM Nantes), où leur présence sera vraiment attendue.
Zen ! mar plij.

Killian Le Tréguer
Mardi 12 octobre 2021

Les sports traditionnels bretons (quoique je ne suis pas bien sûr que le football gaélique en fasse partie !! Encore moins traditionnel que la soule ou le football britannique) intéresse avant tout notre microcosme, et encore. Cela ne touche pas un grand public comme l'hymne breton à la Beaujoire par exemple.
Tout ce qui est fait à la Mairie de Nantes et en Loire-Atlantique (disons encore plus qu'ailleurs) par rapport à la question bretonne est pesé et sous-pesé, ne vous inquiétez pas. Et tout est sous-pesé pour soutirer quelques voix sans jamais s'aventurer dans une Bretagne à 5 départements, cela ne fait absolument cas doute. Pourquoi cet aveuglement ? Car j'ai franchement l'impression que l'on entretient une image positive du 44 institutionnel dans le mouvement breton qui n'a vraiment pas lieu d'être. A mauvais diagnostics ou politique de l'autruche, absence de vrais résultats garantis.
Je concluerai tout de même sur ces jeux bretons : ils n'ont pas encore eu lieu. Car autre grande constante, des "symboles" et autres projets B5 à Nantes et réunifications symboliques qui ne mangeaient pourtant vraiment pas de pain, on a eu moultes et moultes qui ont été avortés et dénaturés en bout de course.

Lesur
Mardi 12 octobre 2021

@philippe renaud
Vous avez raison, Indre est sa commune, son engagement y est prépondérant. Je le connais. Leur présence aurait eu une valeur "amicale". Peut-être étaient-ils là, discrets, parmi le public ?
Mais c'est son engagement est sur la Bretagne.
"Géo-politiquement", Yvette Peaudecerf est une figure de Nantes, de l'agglo nantaise, du département de L-A, du sud de la Bretagne. Elle est ici mise en valeur. Elle qui se bat pour la Bretagne, dans son domaine.
Et là, personne parmi ces chers élus, officiellement invités.
C'est aussi un mépris envers ce que constitue le symbole du Collier, un reni de l'Histoire. Qui est celle du Pays Nantais en Bretagne.
Faut le souligner

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.