Vortigern d'après l'historien John Morris

-- Interceltisme --

Chronique de marc Patay Lejean

Publié le 24/07/17 19:33 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Comme je le soulignais dans mon article précèdent sur le roi Arthur (1), Vortigern incarne la figure du traître. Dans "The âge of Arthur", magistrale étude historique consacrée à la Grande-Bretagne au temps des Bretons, de 350 à 650, John Morris (2) rétablit la vérité des choses, tout du moins une vérité assez convaincante et basée sur des textes. Certes, il ne doit pas nous échapper que beaucoup des chroniques anciennes sont elle- mêmes le résultat de compilation de vieux grimoires perdus et tombés en poussière et de sources disparues ou sujettes à caution. Bède, Gildas, Nennius, les chroniques anglo-saxonnes, Jean de Malmesbury, Geoffroy de Monmouth, chacun ajoute sa pierre à un édifice parfois miné par les contrefaçons, mais tout de même impressionnant.

L'ouvrage fut critiqué car, à partir d'hypothèses, sur un ton péremptoire, Morris dresse un portrait robot de cette époque obscure, sans s'encombrer des multiples avertissements, problèmes méthodologiques et coquetteries diverses propres à notre école d'histoire … hors d'œuvres parfois indigestes, il faut l'avouer. En réalité, comme le dit James Campbell (3), cet ouvrage s'adresse à des spécialistes qui ne raisonnent pas au premier degré mais considèrent l'intérêt de bâtir des scénarios plausibles.

Donc d'après John Morris, Vortigern était en réalité un homme politique remarquable et plein de ressources. En embauchant quelques centaines de Saxons pour protéger son île, il ne faisait là qu'employer mercenaires et fédérés, comme souvent les Romains le firent avec tous les Barbares. Car il y eut partout dans l'Empire des Lètes, auxiliaires et colons, des peuples soumis et pacifiés, chargés à leur tour de défendre la romanité. Wisigoths en Aquitaine, Taifales en Vendée, Lètes Francs à Rennes, etc.

Les Bretons eux mêmes furent employés sur les limes germaniques et continrent avec succès la pression des Germains et d'ailleurs leurs usurpateurs choisissaient Trêves comme capitale.

En fait, il y eut surtout des désaccords entre les Bretons eux-mêmes, et entre les Celtes, des tyrans s'opposèrent aux civils, aux notables et aux magistrats, ce que dénonce Gildas le sage dans son sermon célèbre "De excidio …". Ne sentant pas l'urgence, chacun se rebutait des impôts et des taxes nécessaires aux armées. Des militaires firent cavalier seul, d'autres nombreux rejoignirent le continent avec Constantin III. Une guerre civile commença de naître dans l’île après le retrait de l'ordre et du génie romain, puis il y eut cette agressivité très forte des Celtes périphériques, en ce temps là, nullement amis ! qui même pouvaient s'allier aux Saxons, comme ils le firent en 367.

Enfin, la dynamique et la vitalité des populations germaniques, alliées à une forte et incessante émigration, vint, presque à elle seule, à bout des armées, qui dans le fond, ne périrent pas, mais s'évanouirent !

Les Saxons n'étaient en rien supérieurs aux Bretons, comme l'histoire, souvent simpliste, tend à nous le faire croire. Il ne faut pas trop s'arrêter aux batailles gagnées ou perdues et la fortune des armes ne suffit pas à tout expliquer. Un changement de civilisation se faisait jour, le christianisme commençait de fleurir, le monachisme irlandais ne tarderait plus à triompher et il allait bientôt transformer de farouches guerriers en ermites et pérégrins, le Moyen-Age débutait …

Vortigern, le "grand chef", originaire de Gloucester, ville des Midlands, proche du pays de Galles, accède au pouvoir vers 425. Le départ des Romains et surtout de l'aide de Rome, car les riches citoyens bretons vivaient à la romaine, représentât un stress pour la société bretonne et un grave affaiblissement de ses capacités militaires. La réussite de l'implantation des Germains, Saxons et Angles, tient beaucoup au déclin et à la désorganisation de l'Empire après le 4è siècle et aux disputes sévères qui naquirent entre le pouvoir civil et les soldats, ceci ajouté aux raids incessants des faux "frères" celtes, en provenance d'Irlande et d'Ecosse.

Beaucoup des Germains étaient de paisibles colons déjà anciennement implantés sur l'île où ils vivaient en paix avec leurs hôtes, du Thanet à Oxford à l'ouest, jusqu'à York au nord. L'archéologie, les tombes en particulier, montrent qu'ils étaient fixés le long des axes d'invasions possibles, l'antique Icknield way notamment, la route de Icènes, afin d'empêcher les envahisseurs celtes (Pictes et Scots) de pénétrer au cœur de la Grande-Bretagne, à Londres et dans les Cotswolds. L'armée était encore solide. La liste des offices (Notitia dignitatum) de cette époque décrit des forces mobiles d'infanterie et de cavalerie sous le commandement d'un comte (comes) plus deux armées statiques déployées au sud, de Southampton à Marsh, et au nord vers York. Il fallait beaucoup d'argent pour subvenir à ces dépenses. Les grands propriétaires terriens des Cotswolds notamment, rechignaient à mettre la main à la poche et craignaient sans doute la prééminence de l'armée. Par ailleurs, les Germains de l'île (Saxons, jutes, Angles) déjà installés comme fédérés, des cultivateurs qui vivaient près des Bretons et leur étaient soumis, servaient aussi comme auxiliaires pour défendre le pays contre les raids; bien avant l'arrivée de Hengest en 428, quatre ou cinq générations plus tard, quand "il vint trois navires (keels) exilés de Germanie. Dedans étaient les frères Hors et Hengest, Vortigern les accueillit et leur donna l'ile de Thanet (près de Douvres)", Nennius.

Réussissant mieux que Syagrius en Gaule, Vortigern, Ambrosius, puis Arthur, luttèrent avec succès pendant un siècle contre les envahisseurs, Pictes, Scots ou Germains, réprimant les révoltes et stoppant les incursions, renforçant les défenses, multipliant les garnisons, mais ils ne pouvaient prévoir qu'une civilisation périssait, que des évêques domineraient les rois et se mettraient à la tête des armées, comme saint Germain ou saint Colomban, que, partout, les Barbares déferleraient vers l'ouest et soumettraient les anciennes nations sous le poids du nombre, puis qu'ils embrasseraient avec ferveur la religion triomphante. Ils ne pouvaient prévoir que les anciens fédérés s'agrégeant aux nouveaux entrants, exilés ou réfugiés, à la recherche de nouvelles terres et de conditions de vie meilleures, feraient de la Grande-Bretagne la future Angleterre.

Mais les rois changent, les peuples restent… et l'Angleterre est encore bretonne.

Notes

1. Le roi Arthur d’après l'historien John Morris (1825 lectures), ( voir l'article )

2. John Morris, historien anglais 1913-1977

3. D'après l'article John Morris de en.wikipédia, plus complet que l'article équivalent en français, (traduit en français) "The Age of Arthur (1973) fut la première tentative par un historien professionnel de construire une image de la Grande-Bretagne au cours de la période de 350 à 650, le roi Arthur étant considéré, dans ce livre, comme réel. L'ouvrage n’est pas, cependant, exclusivement consacré à Arthur, mais dépeint la Grande-Bretagne celtique de l’époque. Le livre comprend également des chapitres détaillés sur la petite Bretagne, au motif que sa population celtique provenait de la « Grande Bretagne », cela signifie que cette petite Bretagne était elle aussi l’héritière de la Britannia romaine comme l’Angleterre, le pays de Galles, l'Irlande et l'Ecosse".


mailbox
imprimer
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 6 commentaires
spered dieub
Mardi 18 janvier 2022
cela signifie que cette petite Bretagne était elle aussi l'héritière de la Britannia romaine comme l'Angleterre, le pays de Galles, l'Irlande et l'Ecosse".
Cela me semble bizarre en ce qui concerne l'Irlande et l'Ecosse, vu que les romains ne s'y étaient pas implantés .Je demande à en savoir plus ...
(0) 
Jacques
Mardi 18 janvier 2022
J'avoue ne pas avoir tout compris de l'analyse.
Que la Bretagne continentale (que l'on qualifie de petite et qui donnera le qualificatif grande à l'île) est une héritière de Britannia et de l'Empire Romain (tout en disposant d'une culture bretonne fortement préservée et revendiquée) est à l'heure d'aujourd'hui une évidence.
Il semble même que la Bretagne petite est bien plus l'héritière de l'Empire que la Bretagne grande, par le fait des difficultés militaires de l'île face aux populations germaniques alors que la Bretagne continentale fut clairement victorieuse face à ces mêmes populations (dans la période initiale mais également durant les siècles suivant jusqu'à l’avènement des Vikings, ce qui est loin d'être rien...).
Néanmoins, cette période initiale qui verra naître la légende d'Artur reste à mieux comprendre : comment les Bretons qui disposaient d'une force militaire y compris la puissance flotte de Bretagne (qui fut probablement l'une des raisons des accords entre Bretons et Francs, ces derniers étant eux aussi menacé sur leurs arrières par leurs cousins germains saxons et Angles par les accès de la Mer du Nord et de la Manche) s'amoindriront progressivement en affaiblissant la capacité de défense de l'île.
Néanmoins pour comprendre, il convient de se rappeler que la grande dimension territoriale de l'île et notamment la dimension de sa façade maritime ne facilitait pas cette défense face à des peuples eux-aussi devenus maritimes et disposant également d'une influence romaine* et surtout d'une capacité nouvellement développée à réaliser des actions militaires amphibies (attaque de la terre par la mer) à une époque ou les Bretons intervenaient principalement sur terre et sur le continent.
Il convient également de comprendre les éléments qui rendirent les peuples germaniques si puissant (étant donné que l'alliance entre était eux loin d'être une réalité).
* nombre de peuples germaniques, même si localisé hors de l'Empire, disposaient de relations culturelles et économiques majeures avec l'Empire.
D'ailleurs, cette connaissance était telle que l'on oublie souvent que les célèbres épées saxonnes feuilletées (comme les Katana japonais 1000 ans plus tard) dont les Anglais sont si fiers étaient issus d'un savoir faire breton qui faisait le prestige des officiers des légions bretonnes : Kaledvoulc'h (Excalibur) la plus célèbre épée de l'humanité (ce qui n'est pas rien) n'était pas Saxonne et ne doit certainement pas sa célébrité à la seule force de la mythologie...
Les Anglo-Saxons ont su à l'évidence observer et tirer bénéfice à leur avantage de nombreuses qualités qui faisaient la spécificité des Bretons / Brito-romains, et ce n'est pas impossible que c'est cette capacité d'adaptation du moment qui fut à l'origine de leur succès plus qu'une dégradation de la société bretonne. Une capacité d'adaptation, au point même de se prétendre aujourd'hui encore Briton/Breton.
(0) 
spered dieub
Mardi 18 janvier 2022
Il y a un flou concernant le fait que les populations implantées au sud est de l'ile étaient germaniques ou celtiques .C'est le cas des belges avant l'arrivée des romains ,et surtout ultérieurement celui énigmatique des angles . En tout cas par la suite le mythe historique de l'interceltisme a été mis à l'épreuve jusqu'à la fin de l'indépendance bretonne voir au delà ,vu les alliances Ecosse France Irlande ,contre Bretagne Angleterre .Par contre en ce qui qui concerne la Cornouaille et le Pays de Galles c'est encore autre chose .Un général républicain qui combattait les chouans en Bretagne était irlandais .
(0) 
Jacques
Mardi 18 janvier 2022
@ Spered Dieub
"En tout cas par la suite le mythe historique de l'interceltisme a été mis à l'épreuve jusqu'à la fin de l'indépendance bretonne voir au delà..."
Quel mythe?
Sauf erreur, on a beaucoup et on parle encore de pan-germanique, or s'il y a bien un groupe de nations et de peuples qui en Europe qui s'est combattu lui-même c'est bien celui là... ce qui ne remet pas en cause une certaine unité culturelle pouvant même intégrer les scandinaves et représentant plus d'un tiers de la population de l'Europe en terme de personnes.
De la même manière on nous évoque les pays latins (la France malgré le nom qu'elle a, prétendant même en faire parti...).
Et je n'évoque même pas la sainte unité des Arabes.... qui est probablement la chose la plus floue et désunie pour un ensemble qu'il est de bon ton de voir comme un tout...
Alors mettre en cause l'interceltisme en comparaison est plus que relatif, surtout qu'il n'y a rien de plus facile que de trouver des contres exemples pour démontrer une unité au moins d'égale valeur à celle qu'on autorise à d'autres groupes de nations.
Ceci dit, là ou je peux vous rejoindre sur cette évocation, c'est qu'il est une évidence que ce sont les Bretons qui aujourd'hui ont le plus besoin de cet interceltisme afin d'affirmer une légitimité culturelle (voir démocratique) que nous n'osons plus défendre sans nous justifier par rapport aux autres.
Si l'Irlande n'était pas indépendante, si le Pays de Galles et l’Écosse n'avaient pas d'autonomie élargie, si le SNP n'existait pas... il est fort probable que les Bretons actuels considèreraient leur pathétique 3 à 6% de votes nationalistes/régionalistes comme une déviance communautariste et un grave replis sur soit...
(0) 
spered dieub
Mardi 18 janvier 2022
Je ne suis pas du tout contre l'interceltisme ,seulement je considère que l'on sacralise trop un concept géographiquement relatif, et qui pourrait au vu des connaissances actuelles élargi . Justement je trouve qu'on devrait y intégrer l'Angleterre rien que pour la récompenser des efforts qu'elle a fait en matière de dévolution ,et aussi l'encourager a retrouver ses racines, en partie bretonnes . Je suis bien moins critique vis à vis de l'interceltisme que le contenu de l'article ,si vous l'avez bien lu .
(0) 
spered dieub
Mardi 18 janvier 2022
Je propose le lien du livre the age of Arthur ,pour les commentaires d'intervenants britanniques
(voir le site)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.