Vannes : des relais de téléphonie mobile dissimulés dans de fausses cheminées
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 26/01/14 23:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Alors que l'Assemblée a adopté, jeudi, une proposition de loi pour limiter l'exposition aux ondes électromagnétiques, dans certaines agglomérations les relais de téléphonie mobile sont dissimulés dans des zones de forte concentration de population. Est-ce un accord entre les opérateurs téléphoniques et les municipalités ou est-ce dû à un déficit de politique urbaine dans lequel s'engouffreraient les opérateurs ?

A Vannes, de fausses cheminées ont été bâties sur des immeubles d'habitation aux abords du boulevard de la Paix. L'emplacement est l'un des points les plus élevés de la ville donc convoité par les opérateurs. Ces relais émetteurs concernent probablement la téléphonie mobile de 4ème génération (4G) que certains disent plus puissante et plus nocive encore.

Si l'on parle d'incertitudes scientifiques concernant la potentielle nocivité des ondes électromagnétiques de ces antennes, les opérateurs et l'Etat apparaissent tout de même embarrassés sur le sujet. Au point de protéger les écoles, de diminuer les fréquences en agglomération et de réfléchir sur leur implantation (à titre d'exemple, la décision par certaines mairies de faire apposer des antennes relais de faible puissance sur des supports d'éclairage public).

Or, ces antennes-relais se trouvent à Vannes sur des résidences, tout prêt d'un collège accueillant 700 élèves (le collège Jules Simon) et de nombreuses administrations.

Pourtant, il va de soi que la modification de l'apparence des immeubles doit être soumise à plusieurs accords : l'autorisation des copropriétaires en assemblée générale, l'étude du syndic de copropriété, une autorisation administrative de déclaration de travaux et surtout une concertation avec la mairie.

Ainsi, comment la mairie a-t-elle pu laisser implanter ces émetteurs ? Qui a autorisé de les relier au réseau d'alimentation électrique local ? Pourquoi avoir fait faire ces travaux en plein mois d'août avant de faire repeindre les immeubles dans la foulée, masquant ainsi l'éclat des équipements factices renfermant le dispositif ?

Autant de questions qui ne laissent d'inquiéter sur l'aménagement urbain vannetais, fortement critiquable en général, et l'absence de réactions dans l'opposition.

Depuis l'installation des antennes, des riverains nous ont affirmé souffrir de migraines. Peut-être une preuve de la puissance de ces fréquences, la réception audiovisuelle est également perturbée chez plusieurs riverains.

Nous avons créé ce besoin de téléphonie mobile, nous en profitons et il est devenu indiscutable, notamment pour les professionnels. Cela n'enlève rien à la nécessité impérieuse de protéger la santé des populations et de soumettre l'urbanisme au principe de précaution.

Pour Vannes 2014,

Bertrand Deléon.

Bertrand Deleon

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 6 commentaires
Marie-Pierre Next-up
2014-01-27 11:05:49
Même si cela part d'un bon sentiment, la lecture de cet article laisse dubitatif sur la naïveté du rédacteur par rapport à la problématique.
Tout est dit lorsqu'il écrit : "Nous avons créé ce besoin de téléphonie mobile, nous en profitons et il est devenu indiscutable pour les professionnels." Effectivement si le besoin a été créé, par contre la réalité est que les professionnels ne rapportent presque rien aux opérateurs en terme de chiffre d'affaire, par contre les addos, c'est leur fond commerce, leur business car c'est papa et maman qui paient souvent sans compter, donc évidemment les antennes relais elles seront toujours installées près des établissements scolaires là où se situe la principale source de revenu. C'est une obligation technique car c'est une nécessité d'être en champs proches radiatifs par rapport aux flux des trafics générés qui sont très important à certaines heures précisent, donc les cellules doivent avoir leur fonctionnement optimisé au maximum pour éviter la saturation. En ce qui concerne d'ailleurs les antennes relais camouflées du boulevard de la Paix de Vannes, elles n'échappent pas à la règle, puisse justement en plus et évidemment les faisceaux radiatifs ont leurs azimuts tirant sur le collège Jules Simon, ce qui accroit encore plus leurs nocivités pour les collégiens, mais qui le sait ?
(0) 
Jean Dutro
2014-01-27 12:49:47
Marie-Pierre Next-up, il y a différentes puissances possibles et le rédacteur le mentionne bien. Il y a parfois plusieurs émetteurs pour rendre service à ces ados (avec un seul "d").
(0) 
André Gilbert
2014-01-27 14:00:46
bonjour
pourquoi , lorsque quelqu'un émet une critique ,ou simplement un désaccord , faut il le rabaisser en faisant remarquer une faute d'orthographe
dialoguons que diable
(0) 
Marie-Pierre Next-up
2014-01-27 14:10:17
Oui merci Jean, ados avec effectivement un d, mais comme j'écris beaucoup notamment sur l'addiction … Ceci étant il ne faut pas confondre les puissances d'émissions qui sont immuables, mais variable par bandes en fonction du trafic, (cela peut aller jusqu'à saturation dans le cas des horaires de récréations pour les collégiens) avec celles de l'irradiation HF micro-ondes générée qui diminue au carrée de la distance. Celle-ci est facilement mesurables in situ, il existe même un graphe de référence quoi transcrit presque immuablement ces variations en fonction des horaires de la journée. Dit autrement plus il y a de communications et plus l'irradiation est importante sur la zone, cela peut aller jusqu'à La perte de connaissance de certains lycéens ou collégiens (majoritairement des filles) notamment dans les aires de récréation.
(0) 
Marie-Pierre Next-up
2014-01-27 14:46:15
Oui merci Jean, ados avec effectivement un d, mais comme j'écris beaucoup notamment sur l'addiction … Ceci étant il ne faut pas confondre les puissances d'émissions qui sont immuables, mais variable par bandes en fonction du trafic, (cela peut aller jusqu'à saturation dans le cas des horaires de récréations pour les collégiens) avec celles de l'irradiation HF micro-ondes générée qui diminue au carrée de la distance. Celle-ci est facilement mesurables in situ, il existe même un graphe de référence quoi transcrit presque immuablement ces variations en fonction des horaires de la journée. Dit autrement plus il y a de communications et plus l'irradiation est importante sur la zone, cela peut aller jusqu'à La perte de connaissance de certains lycéens ou collégiens (majoritairement des filles) notamment dans les aires de récréation.
(0) 
Collectif Aubagnais
2014-01-27 19:27:45
A Aubagne nous avons 17 antennes relais installées sur notre immeuble avec des fausses cheminées. Notre blog répond à toutes les questions posées sur les causes de migraines et autres, une enquête réalisée par des médecins en Novembre 2011 l' Association Santé Environnement France (ASEF) regroupant 2500 médecins à menée une étude dans deux cités HLM (13Habitat) des Bouches du Rhône : l'une à Aubagne en Provence à la cité du Général Avenue de Verdun, dont nous sommes locataires (17 antennes relais) l'autre à Aix en Provence cité la Pinède (12 antennes relais).
43 % des 117 locataires de la cité du Général et 16 locataires de la Pinède interrogés se plaignent d' acouphènes (sifflement, bourdonnements dans les oreilles) alors que seulement 15 % des Français disent en souffrir. De même, 55 % des locataires disent souffrir de maux de tête et trouble du sommeil contre seulement 32 % de la population globale.
Et 27 % des sondés avouent avoir du mal à se concentrer contre seulement 4 % des Français.
Résultats complets sur : (voir le site)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.