Une manipulation idéologique au musée de Bretagne à Rennes
Tribune de Ronan Le Coadic

Publié le 29/06/22 20:46 -- mis à jour le 19/08/22 08:43

« Alan Stivell retire son parrainage de l’exposition 'Celtique ?' qui se tient à Rennes », peut-on lire dans les colonnes de la presse quotidienne régionale. Cela paraît surprenant. D’autant plus surprenant que, lorsque le musicien reproche à l’exposition de faire preuve de partialité dans son traitement des faits qui se sont déroulés lors de la Seconde Guerre mondiale, l’argument qui lui est opposé par la directrice du musée de Bretagne (où se tient cette exposition), est que « le propos de l’exposition n’est pas de retracer l’histoire de la Bretagne ». Voilà qui pique la curiosité et incite à aller y voir de plus près.

De fait, cette exposition est belle et riche. Elle porte sur la question de savoir si la Bretagne est « celtique » et, à la manière d’une dissertation, est particulièrement bien construite.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Construction

En introduction, c’est-à-dire dès qu’il pénètre dans l’exposition, le visiteur est averti — sur un écran où défilent des extraits d’interviews de personnes autorisées — que les propos contemporains relatifs aux Celtes procèdent d’une élaboration récente. Puis, il apprend qui étaient véritablement les Celtes, à savoir des populations diverses qui vivaient à l’âge du fer (de 800 avant J.-C. jusqu’à la fin du premier siècle de notre ère) et dont l’archéologie retrouve trace dans une large partie de l’Europe. Telle est la thèse. Par la suite, le visiteur découvre que, de la fin du XIXe siècle à 1945, a débuté en Bretagne la construction d’une identité régionale distincte de la France, qui s’est appuyée sur une réinterprétation de l’héritage celtique par les nationalistes bretons et a abouti aux errements de la collaboration. Telle est l’antithèse. Enfin, à la sortie de l’exposition, le visiteur obtient la réponse à la question initiale (la Bretagne est-elle « celtique ? »). Elle est négative : « il n’y a pas de filiation directe entre les faits culturels d’aujourd’hui et ceux des populations de l’Antiquité ». Telle est la synthèse. Or, cette exposition, qui prétend déconstruire un mythe est, en réalité, elle-même une construction idéologique manipulatrice qu’il convient, à présent de déconstruire.

Déconstruction

Les « vrais » Celtes

La première partie de l’exposition regorge de vestiges archéologiques fort intéressants. Le visiteur découvre une carte de l’aire d’expansion maximale des Celtes à l’époque de la Tène et quelques fragments d’objets en provenance de lieux très distants au sein de cette aire, présentant entre eux de troublantes similitudes. Il en déduit donc que ce qui unissait les Celtes devait être leur culture matérielle. Or, cela prête à discussion. Il ne s’agit nullement de nier l’importance de l’artisanat des Celtes. Il semble cependant que ce soit surtout leur culture immatérielle (à savoir leur religion, leur organisation sociale et leurs langues) qui les ait reliés. Ainsi, alors qu’une vague de celtoscepticisme s’est répandue dans le monde scientifique au tournant des XXe et XXIe siècles, la parenté et les origines communes des langues celtiques sont toujours restées des faits scientifiques incontestés. En revanche, plusieurs spécialistes du monde celtique considèrent désormais qu’il faut faire preuve de la plus grande circonspection avant de qualifier de « celtiques » des objets du style de La Tène. Sans entrer dans ce débat, il importe de noter que l’immatériel peut donc parfois être plus solide scientifiquement que le matériel. Or, tout le propos de l’exposition est, au contraire, d’opposer antithétiquement dans l’esprit du visiteur la culture matérielle des Celtes de l’âge du Fer (les gentils) — tangible et palpable — aux rêveries nébuleuses que les nationalistes bretons (les méchants) élaborèrent sur la celtitude et qui aboutirent à des dérives nauséabondes, mises en exergue par une vitrine entière consacrée au journal Breiz Atao.

Un nationalisme peut en cacher un autre

Falsification n° 1

Il est vrai que, dès sa naissance en 1898, le « mouvement breton » (régionaliste ou nationaliste), a beaucoup usé d’une symbolique qui se voulait celtique et qu’en outre, les activistes bretons qui collaborèrent avec l’occupant nazi au cours de la Seconde Guerre mondiale accentuèrent encore la tendance. En revanche, il est faux d’affirmer — comme le font les responsables de l’exposition — que l’image de la « Bretagne celtique » serait simplement la construction de Bretons désireux « de se rattacher à un passé, quitte à créer de toutes pièces un héritage [dans le cadre d’] un besoin universel de se différencier ». Bien au contraire — et c’est parfaitement connu des historiens —, ce sont en réalité des auteurs francs, puis français, qui, tout au long des siècles, ont collé l’étiquette « celtique » sur les Bretons, afin de souligner leur sauvagerie et leur arriération. Dès le Haut Moyen Âge (du Ve au XIe siècle), en effet, les chroniqueurs dépeignent les Bretons comme des Celtes, en reprenant à leur compte les descriptions effectuées par les auteurs classiques (César, Tacite, Salluste ou Isidore de Séville) des Celtes de l’Antiquité. Cet étiquetage se poursuit ensuite au fil du temps, accompagné parfois d’élucubrations saugrenues, telle celle-ci, à la fin du XIIIe siècle :

Le tempérament mélancolique est propre aux Bretons, aux Écossais, aux Gallois et aux Irlandais. Il est propre aussi à certains animaux, tels qu’écureuils, lièvres, renards, serpents et autres bêtes sauvages sans graisse…

L’apogée de cette assignation en celtitude par les auteurs français est atteint au XIXe siècle. Parmi de très nombreux exemples, on peut citer Balzac, qui écrit en 1829 que « la Bretagne est, de toute la France, le pays où les mœurs gauloises ont laissé les plus fortes empreintes », Flaubert, qui peine à distinguer en 1847 « les rauques syllabes celtiques » des Bretons du grognement des animaux ou Victor Hugo, qui affirme en 1874 que le paysan breton « tatou[e] ses habits comme ses ancêtres les Celtes avaient tatoué leur visage »… Donc, contrairement à ce que prétend démontrer l’exposition, le mouvement breton ne se rattache pas au passé celtique pour différencier les Bretons : il s’efforce, avant tout, d’inverser le stigmate. Il revalorise un passé qui a été assigné aux Bretons et a fait d’eux des sauvages et des arriérés. En d’autres termes, il oppose une stratégie symbolique de représentation de soi aux « classements et représentations (d’eux-mêmes) que les autres leur imposent », comme l’a parfaitement expliqué Pierre Bourdieu.

Falsification n° 2

Le même Bourdieu écrit que « l’État produit un nationalisme dominant, le nationalisme de ceux qui ont intérêt à l’État ; il peut être discret, de bonne compagnie, ne pas s’affirmer de manière outrancière. L’État produit chez ceux qui sont (…) dépossédés par la construction de l’État-nation des nationalismes induits, réactionnels ». Or, précisément, l’utilisation de la celtitude dans le cadre d’une construction identitaire est d’abord l’affaire du nationalisme français. Ce, dès l’ancien régime mais, tout particulièrement, à partir de la Révolution française. Ce point est très bien connu des historiens et il est inconcevable que l’exposition l’ait presque totalement passé sous silence. Seul un petit panneau, en effet, dans un recoin de l’exposition, évoque brièvement, en fin de paragraphe, « le nationalisme revanchard qui va relever la France après la guerre ». Toutefois, même cette formulation pose problème. En premier lieu parce qu’elle ne fait pas état de nationalisme français (comme s’il était incongru d’accoler les deux termes « nationalisme » et « français »), préférant évoque le « nationalisme revanchard », un terme certes péjoratif mais qui renvoie tout de même à « l’aspiration à venger l’honneur de la France ». En second lieu — et surtout —, parce que ce nationalisme français, bien que « revanchard », est présenté sous un jour positif, dans la mesure où il « va relever la France après la guerre ». Le nationalisme français de référence gauloise était pourtant franchement raciste, comme l’a souligné Suzanne Citron :

Amédée Thierry, qui a fait accéder au statut de héros « Vercingétorix », personnage jusque-là absent de notre histoire, est le père de l’historiographie nationaliste et libérale (au sens du XIXe siècle) transmise jusqu’à nous par l’école républicaine : il ancre l’identité française dans l’origine gauloise, perçue par lui comme raciale. La revendication, par l’extrême-droite actuelle, d’une identité « gauloise » face au danger des contaminations étrangères est un produit logique de cette historiographie.

Évoquer l’usage de la symbolique celtique par le nationalisme breton sans traiter convenablement du nationalisme français qui l’a induit — et qui était fondé sur la race et le « sang pur » des Gaulois — constitue donc une deuxième falsification.

Absence de filiation ?

Falsification n° 3

Enfin, la troisième falsification consiste à ignorer tout ce qui ne sert pas le dessein des responsables de l’exposition.

Les langues, en premier lieu. La filiation directe entre les langues celtiques d’aujourd’hui (dont le breton) et les langues celtiques de l’antiquité est scientifiquement attestée. Elle est d’ailleurs représentée sur un panneau de l’exposition. Alors comment peut-on conclure qu’« il n’y a pas de filiation directe entre les faits culturels d’aujourd’hui et ceux des populations de l’Antiquité » ? Les langues ne seraient-elles soudainement plus des « faits culturels » ?

Les travaux scientifiques qui contredisent l’idéologie sous-jacente à l’exposition, en second lieu.

     Joseph Cuillandre a rapporté dans un article très documenté les points communs entre les représentations de l’espace des Celtes de l’Antiquité et celles qui s’expriment dans les langues celtiques contemporaines (de Bretagne et des îles britanniques) jusqu’au début du XXe siècle.

     Donatien Laurent a montré qu’une complainte collectée en Bretagne jusque dans les années 1960, Gwerz Skolvan, présente de réelles analogies avec un manuscrit gallois du XIIe siècle, la légende de Merlin et d’anciennes traditions orales irlandaises et écossaises relatives au thème de l’homme sauvage, à la transition entre druidisme et christianisme et aux représentations préchrétiennes de l’au-delà.

     Le même Donatien Laurent a magistralement démontré le lien qui existe entre une procession religieuse catholique qui se pratique encore de nos jours en Bretagne (la troménie de Locronan), un rite de fécondité, un rituel celtique antique de circumambulation et la conception du temps chez les druides (connue par les vestiges d’un grand calendrier en bronze daté du IIe siècle et retrouvé en 1897 à Coligny).

     Enfin, Daniel Giraudon a publié d’innombrables travaux sur les traditions orales des Bretons, où il a souvent souligné l’existence d’une parenté avec les traditions irlandaises et écossaises, esquissant parfois des hypothèses de continuité historique sur le temps long.

C’est seulement au prix de la négligence des faits de langue, d’une part, et de la dissimulation de travaux scientifiques connus et reconnus, d’autre part, qu’il est possible de conclure l’exposition « Celtique ? » en affirmant qu’« il n’y a pas de filiation directe entre les faits culturels d’aujourd’hui et ceux des populations de l’Antiquité ».

Voir la suite y compris les notes et la conclusion sur le PDF

Ronan Le Coadic

Document PDF 55347-manipulationideologiqueaumusee.pdf Manipulation idéologique au musée de Bretagne. Source : Ronan Le Coadic
Voir aussi :

21  2  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1180 lectures.
Ronan est un sociologue, un chercheur et un auteur breton. Il est professeur de culture et langue bretonne à l'Université Rennes 2. Il mène une triple activité de recherche, de vulgarisation et de bénévolat associatif sur trois thèmes corrélés : l'étude de la Bretagne contemporaine, la conceptualisation des situations minoritaires, et l'analyse des cas concrets de minorités à travers le monde.
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.