-- Environnement --

Algues vertes à Hillion et Plouguerneau...

Un jogger mort sur la plage... Une Mari Vorgan qui s'asphyxie sur les rives du pays pagan : quel rapport ?

Le corps du jogger va être exhumé pour savoir si sa mort vient d'une intoxication venant des émanations d'hydrogène sulfuré (H2S) provenant des algues vertes en décomposition. Pour les sangliers de la baie d'Hillion, le rapport avait été éloquent.

En attendant les conclusions des experts, on peut rapprocher ces événements d'un livre en breton qui pose le problème de l'élevage intensif et de ses répercussions, au-delà du monde réel, avec une sirène, une «Marie Morgan» qui a failli succomber aux algues vertes, mais qui, grâce à un jeune agriculteur, éleveur de porcs, va retrouver la santé et l'emmener dans l'océan...

Un débat de société, et peut-être le débat de société de ce début de siècle en Bretagne : jusqu'à quand fera-t-on comme si le problème des algues vertes n'existait pas ?

Comme s'il n'y avait pas un problème de santé publique dû aux élevages intensifs ?

Quelles perspectives concrètes pour les années futures ?

Car en plus d'atteindre les populations dans leur corps, leur santé, cela risque fort aussi d'atteindre les Bretons dans leur imaginaire. Dahut, Ahès, attendez-moi...

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer
Docteure en Breton-Celtique à l'Université de Rennes 2 et au groupe Ermine-CRBC, enseignante au lycée Diwan. Autres sites : Tv bro Kemperle et Tvlise Diwan Karaez. Contributrice à l'ABP depuis 2005 : des centaines d'articles, des centaines de vidéos en français, comme en breton.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 9 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.