Un nouveau média breton dirigé vers un milliard d'anglophones

-- Media et Internet --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 30/06/16 18:59 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Quatre Bretons, Charles Kergaravat un Breton né à New York qui s'occupe de rapprocher l'Armorique de l'Amérique, Jacques-Yves Le Touze, un fin connaisseur de la Bretagne et des pays celtiques d'Outre-Manche, Rémy Penneg qui a lancé dernièrement le site nhu.bzh, un média collaboratif pour une Bretagne positive, et votre serviteur, Philippe Argouarch, créateur de l'ABP, se sont associés pour lancer le premier média breton pure player (uniquement internet), en anglais, et couvrant les 5 départements bretons. (voir notre article) pour l'appel.

Il s'agit d'offrir la possibilité aux millions de touristes et festivaliers anglophones, ne parlant pas français ou très peu et encore moins breton, des actualités sur la Bretagne. Mais pas seulement. Des millions de personnes sur les cinq continents, universitaires ou simples curieux, un jour ou l'autre, veulent en savoir plus sur la Bretagne, soit avant d'y venir, soit ne pouvant pas y venir mais curieux de notre péninsule.

Dans les années 2000, Michel Bouvier avait tenté de créer ce portail breton, plateforme de convergence, en français et en anglais, mais l'équipe de l'époque, dont faisait partie ABP, avait dû renoncer faute de subventions. Au printemps dernier, j'ai tenté d'intéresser la Ligue celtique qui publie depuis des décades une revue trimestrielle inter-celtique sur papier uniquement, par un vrai site d'actualité inter-celtique, en anglais, la langue commune, mais je n'ai eu aucune réponse. Ces gens ne semblent ne pas avoir compris les possibilités de l'internet. Une autre génération sans doute. En tout cas, leurs contributions seront les bienvenues.

C'est Rémy Penneg qui a eu l'idée de s'adresser à tous les anglophones de la planète, ce qui représente, si on additionne les premières langues et les deuxièmes langues, environ un milliard de personnes. Nous leur ferons découvrir notre Bretagne.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2251 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Etienne Lanvec
Vendredi 1 juillet 2016

Excellente initiative. Bravo.

Caroline Le Douarin
Vendredi 1 juillet 2016

Je ne veux critiquer aucunement cette belle initiative, mais ne manque-t-il pas le volet "Langue bretonne", ou est-ce compris dans Enseignement ?

Enseignement = celui de l'histoire de Bretagne et aussi de sa langue, à mon sens...

Ou dans Culture et Patrimoine ?

Il y a juste une place en haut à droite pour une roue supplémentaire !

Alan Stivell
Vendredi 1 juillet 2016

Je trouve l'initiative positive et utile. Mais pourquoi ces guillemets blessants à "celtiques" ? Et dans la foulée mettez en a "Bretagne".

Gael Squiban
Vendredi 1 juillet 2016

Très bonne idée... je suis pres a largement partager sur Billigradio.com, les médias bretons sont rares et se doivent d'avancer dans la meme direction et non de ce freiner :)

P. Argouarch
Vendredi 1 juillet 2016

C'était une sorte de précaution. En général le qualificatif celtique est réservé à une catégorie de musique et à un groupe de langues, voire à des légendes et surtout à une ancienne civilisation. Certains rechignent à utiliser ce terme pour des états modernes, indépendants ou pas, dévolués ou pas. On nous le reproche. Mais je pense que tu as raison car si on utilise le terme "Pays scandinaves", il n'y a aucune raison de pas pouvoir utiliser le theme de "pays celtiques". Question de logique et de précédent. Donc c'est modifié. Merci de ta remarque.

Alan Stivell
Samedi 2 juillet 2016

Mat.

En effet, quand on ne nomme pas les choses, on participe à leur disparition. Et ceux qui s'oppose à l'utilisation du terme, de qui on attendrait un autre ( brittonico-gaélique par ex?...) car il en faut bien pour signifier notre multitude de choses en commun. Mais il n'en ont d'autant que faire d'autre que de l'occulter que nos pays vivants seraient une menace pour les patries de leur cœur que sont France et Angleterre, conscients ou non.

Reun Allain
Lundi 4 juillet 2016

Le terme "Celtique" s'applique conventionnellement aux territoires et "méritoires" de l'Ouest de l'Europe par référence aux pays de langues celtiques: Le Brittonique et le Gaélique. La reconnaissance très officielle de ce terme apparaît dans l'appellation de "MER CELTIQUE" le domaine maritime entourant ces pays.

Il faut bien donner nom aux choses pour qu'elles existent. La Bretagne est par convention de langage mais aussi par réalité linguistique un pays CELTIQUE

Quelques explications extraites de Wikipédia à propos de la mer celtIque.

La mer Celtique (anglais : Celtic Sea; breton : Ar Mor Keltiek; cornique : An Mor Keltek; irlandais : An Mhuir Cheilteach; gallois : Y Môr Celtaidd) est le nom répertorié par L'Organisation hydrographique internationale de la partie de l'océan Atlantique qui borde le sud de l'Irlande, les deux pointes sud-ouest de la Grande-Bretagne et la façade ouest de la Bretagne où elle est dénommée Iroise.

C'est à l'océanographe et biologiste britannique Ernest William Lyons Holt que l'on doit la première utilisation du terme « mer Celtique » pour désigner l'étendue marine recouvrant le plateau continental au sud de l'Irlande et à l'ouest de l'entrée de la Manche.

P. Argouarch
Lundi 4 juillet 2016

@alan @reun Ce que je vais écrire ici ne va plaire à tout le monde mais tant pis.

Je pense que c'est pas aussi limpide que ca car la communauté internationale classe les pays celtiques d'outre-Manche dans les pays anglo-saxons . Cette classification est basée sur le fait que à part une partie des Gallois, les habitants de ces pays parlent anglais et partagent des traits culturels anglo-saxons -- y compris pour la musique car la musique celtique y reste qu'une composante parmi la musique moderne anglo-saxonne. Tout ces gens partagent une langue commune, l'anglais, mais aussi des habitudes, culinaires par exemple, un petit déjeuner avec des œufs , beans et charcuterie, et plein d'autres habitudes qui font que -- vu par un observateur étranger -- disons un Coréen ou un Japonais, il y a plus de points communs entre un Irlandais et un Anglais qu'entre un Irlandais et un Breton ,qui lui, parle français en très grande majorité , trempe du pain beurré dans du café au lait le matin, ne mange jamais les frites avec du ketchup et qui partage aujourd'hui des tas de traits culturels et d'habitudes avec ses voisins français . Bien plus qu'avec ses voisins des pays celtiques d'outre-Manche.

Ce qu'on partage avec eux est sans doute une façon de penser, dure à cerner, et des racines communes. Des recherches récentes ont par ailleurs montré que bon nombre d'habitants de l'Angleterre actuelle ont aussi des origines celtiques, ce qui fait que l'Angleterre est encore plus proche qu'on le pensait de ce groupe de pays celtiques même si l'anglais n'est pas une langue celtique, et que la Bretagne, à bien des égards, fait aussi partie des pays latins et certainement fait partie des pays francophones. On se doit de regarder la réalité en face. Nous sommes devenus majoritairement des Français à part entière et c'est pas le folklore qui fait de nous des êtres avec une identité différente.

Une très faible minorité d'entre nous sait que ça n'a pas toujours été le cas. Nous sommes quelques dizaines de milliers, c'est tout. En France seuls les historiens le savent et le reste de la population française n'en a plus rien à foutre -- même si elle l'avait appris à l'école d'une façon explicite. Le but de Brittany-news est de nous faire connaître au reste du monde en tant que singularité, ou plutôt de prouver, y compris à nous-même, que nous sommes différents. Au minimum de montrer que nous voulons conserver ce qui nous reste de différent ou si voulez de celtique.

Sur le long terme brittany-news peut aussi jouer un rôle d'intégrateur. L 'anglais est devenu de facto la langue commune des pays celtiques--même en Bretagne ou plus de Bretons comprennent l'anglais que le breton.. Certes un breton brittophone peut parler breton à un gallois et vice-versa et ils peuvent se comprendre mais ni le brittonique ni le gaélique ne peuvent devenir des langues d'échange. C'est un peu comme aux Indes, il y a une centaine de langues parlées, l'hindi est la langue officielle mais c'est l'anglais qui est devenu la langue commune, la langue des échanges. Brittany-news va donc aussi jouer un rôle de rapprochement avec les autres pays celtiques en publiant dans une langue comprise par tous.

spered dieub
Lundi 4 juillet 2016

Je pense qu'il faut faire une différence entre les branches gaéliques et brittoniques ,nous avons sur le plan culturel gardé historiquement plus de liens avec cette dernière ,notamment avec le cornique jusqu'à sa disparition .Loth affirmait même qu'il était plus aisé à un trégorois ou un léonard de comprendre un cornique que des habitants de Quiberon .Le cornique était plus proche du breton qu'il ne l'était du gallois .

Cependant les irlandais voir les écossais ont uune mentalité plus proches des Bretons que les anglais ,dans ce sens l'interceltisme (relatif ) a été une bonne démarche .Cependant il est indirectement une des causes que la Bretagne est victime du joug francilien .En effet historiquement ,politiquement ,économiquement les intérêts de la Bretagne étaient et sont encore plutôt du coté de l'Angleterre et aussi du pays de Galles , Cornouaille.

> Malgré ce que les bretons insulaires ont subit de la part des saxons ,(en fait peut être moins que de la part des pirates irlandais ???) cette histoire n'est pas toute négative ,c'est subtil mais il y a eu du moins jusqu'à 1532 un e continuité politique entre le duché de Bretagne et le royaume d'Angleterre

> A savoir ou l'armée bretonne a pu se réorganiser lors des invasions normandes ??? Lors de la guerre de succession de Bretagne ou s'est réfugié Montfort ,à Dublin ,ou Glasgow sans doute !!! bien que j'estime que c'est discutable de dire que le clan Penthièvre était anti Breton ,d'autant plus que cette guerre n'avait pas un caractère national français ou anglais à ses débuts ,Il l'est devenu simplement à la fin .Je pourrais continuer de donner des exemples même après la fin de l'indépendance bretonne ,jusqu'aux Bretons qui ont rejoints l'Angleterre en juin 40 ,créant le mouvement ar sao ,ils étaient encore dans cette logique qui nous vient du fond d'une histoire remontant à l'antiquité .

>

Luigi Barsagli
Mardi 5 juillet 2016

Je pense que beaucoup de précautions sont prises sur l'usage du terme celtique en raison des dérives occasionnées par le festival de Lorient...les pays celtiques sont ceux où la langue spécifique locale est celtique. Donc sans la Galice, l'Acadie and co

Luigi Barsagli
Mardi 5 juillet 2016

Je pense que beaucoup de précautions sont prises sur l'usage du terme celtique en raison des dérives occasionnées par le festival de Lorient...les pays celtiques sont ceux où la langue spécifique locale est celtique. Donc sans la Galice, l'Acadie and co

P. Argouarch
Mardi 5 juillet 2016

@spered dieub : C'est tout à fait exacte . L'Angleterre a été le garant de l'indépendance du duché comme le royaume de France etait le garant de l'indépendance de l'Ecosse. Pour la Bretagne ca a duré jusqu'au traité d'Etables en 1492 par lequel l'Angleterre accepte l'incorporation du duché au royaume de France contre 745 000 couronnes d'or équivalent de la dette du duché envers l'Angleterre plus des compensations.

Yves Lainé
Samedi 9 juillet 2016

Its just about time

Bro nevez of Lois Luter is a gallant effort that is to be praised but what else

...

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner