-- Politique --

Un humoriste américain ridiculise le monoculturalisme français : la vidéo vue par 39 millions de personnes

Dans son émission de télévision satirique très regardée aux États-Unis The Daily show, l'humoriste Trevor Noah (Trevor un prénom d'origine bretonne venant de Tremeur), avait répété en blaguant dans son émission du 17 juillet «L'Afrique a gagné la Coupe du monde !».

45435_1.pngphoto youtube

Ses propos n'ont pas plu à Gérard Araud, l'ambassadeur de France à Washington. Sur Twitter, il a donc publié une lettre à l'intention de Trevor Noah. Pour lui, «une grande majorité des Bleus sont nés en France, ont été éduqués en France. Ils ont appris à jouer au football en France. Ils sont donc citoyens français.» Point barre.

Mais Noah a brillamment répondu dans son show passé sur youtube et visionné par plus de 39 millions de personnes sur les réseaux sociaux et un million de plus par jour en ce moment ! Sur Facebook c'est toute l'Afrique connectée qui visionne avec 215 000 partages. Du jamais vu. Une audience transcontinentale pour Noah Trevor. (voir le site)

Le monoculturalisme français y est ridiculisé. Noah réaffirme ce que les Américains ont toujours reconnu : le dualisme ou pluralisme des identités.

Pour Noah comme pour tous les Américains, sauf pour les cinglés descendants du Ku Klux Klan, on peut être à la fois de citoyenneté américaine et assumer une origine, une ascendance et une identité africaine ou chinoise ou autre. Mais pas en France. Noah montre à travers les mots de l'ambassadeur toute l'arrogance culturelle suprémaciste de la république dissimulée sous le paravent de valeurs républicaines qui demandent le sacrifice de son identité pour une citoyenneté aseptisée, standardisée mais en fait copiée sur l'identité francilienne. Citoyenneté que l'État a le culot d'appeler «nationalité» via une escroquerie sémantique.

Noah dénonce la débilité politique d'une conception de la citoyenneté qui atrophie les identités. Il va même plus loin faisant remarquer que ce que l'ambassadeur appelle la «diversité» n'est que l'héritage du colonialisme : Noah rappelle :«This diversity is more a reflexion of colonialism...they (the blacks in the French team) have all something in common...how do you guys became French? what lineage ? how do you started speaking French ? oh I see...!».

I don't take their frenchness away but I don't want to take their africanness away either...If for the French people they cannot be both, I believe the French have a problem, but not me ! __Trevor Noah

Mona Ozouf l'a bien expliqué dans son essai «Composition française»: on a tous des identités multiples (elle compare l'humain à un oignon avec plusieurs couches d'identités). Yvon Ollivier l' a aussi proposé dans «La désunion française» avec son concept d'altérité. Les blacks de l'équipe de foot française ont aussi une identité africaine et Trevor Noah, lui-même né en Afrique du Sud, l' apprécie. Comme d'ailleurs des millions d'Africains qui se sont reconnus dans l'africanité d'un Paul Pogba ou d'un Kylian Mbappé, bien que tous les deux soient nés en région parisienne. Mais pour le gouvernement français et pour les médias français en général, motus et bouche cousue, on n'a eu droit qu'à des «Vive la France», «Vive la république» même, et des marseillaises à tout bout de champ. Motus et bouche cousue sur la double identité de ces champions au nom des valeurs de la République, la dernière réincarnation du coq gaulois. Merci Trevor !

Le transcript de l'émission traduit en français

J’aimerais partager cette petite histoire avec vous… Je me suis attiré des ennuis avec le gouvernement français. (rires) Je sais LE gouvernement français. Donc ce qui s’est passé… mais commençons par le début : La France a gagné la coupe du monde (applaudissements). Donc au cours de mon show, on a célébré et j’ai fait cette blague « L’Afrique a gagné la coupe du monde » (applaudissements).

Je suis choqué de voir la colère de beaucoup de Français. Beaucoup de Français étaient sincèrement mécontents disant « Trevor, comment pouvez-vous dire des choses pareilles ? C’est horrible !» Ok je l’accepte : tout le monde ne peut pas aimer toutes les blagues que vous faites, mais c’est intéressant, je viens de recevoir cette lettre de l’ambassadeur, l’ambassadeur de France, c’est au sujet de cette blague, et je vais vous la lire, du moins j’espère, de la façon dont il l’a écrite :

«Monsieur, j’ai regardé avec toute mon attention votre émission du 17 juillet quand vous avez parlé de la victoire de l’équipe de France lors de la finale de la coupe du monde 2018 en Russie qui a eu lieu dimanche dernier. J’ai entendu que vous parliez d’une victoire africaine. Rien ne pourrait être plus faux.»

Tout d’abord, ça aurait pu être plus faux si j’avais dit que les Scandinaves avaient gagné la coupe ! (rires)

«Comme de nombreux joueurs l’ont déjà déclaré, leurs parents sont peut-être venus d’un autre pays mais la majorité d’entre eux, sauf deux parmi les 23, sont nés en France, ont été éduqués en France et ont appris à jouer au foot en France. Ce sont des citoyens français. Ils sont fiers de leur pays : la France. Le riche et divers passé de ces joueurs n’est que la réflexion de la diversité française. »

Bon, je ne veux pas jouer au con, mais c’est plutôt la réflexion du colonialisme français ! euh... ce n'est pas le fruit du hasard, ils ont tous quelque chose en commun… Tous ces joueurs si vous tracez leur ascendance : pourquoi parlez-vous français ? Pourquoi votre famille s’est-elle mise à parler français ? Ah Oh ! Ok....

«La France est en fait un pays cosmopolite mais tous les citoyens font partie de l’identité française et ensemble ils font partie de la nation française. A la différence des États-Unis, la France ne se réfère pas à ses citoyens sur la base de leur race, leur religion, ou leur origine. Pour nous il n’y a pas d’identité définie. Les racines sont des identités individuelles. En les appelant une équipe africaine, vous leur niez leur 'francité'. Ceci légitimise l’idéologie qui prétend que la couleur de peau blanche est la seule définition de l’identité française.»

Bon maintenant voyons un peu. Tout d’abord je comprends ce qu’il dit, j’ai tout lu et je peux accepter les critiques et d’ailleurs j’écoute ce que les gens me disent et je crois que vous devez écouter les gens.

Je crois qu'en France, des extrémistes que vous pouvez appeler nazis utilisent le fait que beaucoup de ces joueurs ont une ascendance africaine pour chier sur leur francité. Donc ils disent : « Vous n'êtes pas Français, retournez en Afrique d’où vous venez., vous n’êtes pas Français. Ils utilisent cet argument comme ligne d'attaque.

Mon opinion, en tant que personne venant d’Afrique du sud, venant de l’Afrique et même regardant la coupe du monde aux États-Unis, est que tous les noirs du monde entier ont célébré l’africanité des footballeurs français, non pas d’une façon négative mais positivement disant « regardez ces Africains, ils ont réussi à devenir Français.» C’est une célébration de cette réussite.Vous voyez ce que je veux dire ?

Voilà ce que je trouve bizarre dans cette argumentation : « Ils ne sont pas Africains, ils sont Français » mais pourquoi ne peuvent-ils pas être les deux ? (applaudissements). Pourquoi cette dualité est-elle réservée à un groupe restreint de personnes ? Pourquoi ne peuvent-ils pas aussi être Africains ? ainsi ce qu’ils disent ici est « Afin de devenir Français, vous devez effacer tout ce qui est africain ». Mais que veulent-ils dire quand il disent « notre culture...notre cela...vous ne pouvez pas être Français et Africain en même temps ». Quelque chose avec laquelle je suis évidemment en désaccord. Vous avez vu ces joueurs ? Paul Pogba, N’Golo Kanté, j’ai adoré tous ces joueurs. J’aime comment ils sont africains tout en étant français. On n'a pas besoin de leur retirer leur 'francité' comme je pense qu'on n'a pas besoin de leur retirer leur africanité.

Et c’est ce que j’aime de l’Amérique. L’Amérique n’est pas parfaite mais ce que j’aime c’est que les gens peuvent célébrer leur identité au sein de leur américanité. Vous pouvez aller à un défilé de la Saint-Patrick célébrer le fait que vous êtes Irlandais, ou au défilé de la journée portoricaine pour célébrer le fait que vous êtes Portoricain ET Américain en même temps. Vous pouvez célébrer le 19 juin (*) en tant que noir et dire « je suis un noir américain » ce qui est la dualité de ces deux mondes, mais non, eux ils disent « Vous êtes seulement Français ! »

Et voilà ce qui me vexe, et ce que je trouve intéressant. Quand je lis ce qui se passe à propos des Africains et quand je regarde ce que les politiques disent, tout spécialement en France, à propos des immigrants africains : quand ils sont sans emploi, quand ils ont peut-être commis un crime, ou quand ils se trouvent dans une situation considérée peu recommandable, ce sont des immigrants africains, quand leurs enfants vont gagner une coupe du Monde pour la France, on doit seulement en référer à LA France.

On doit aussi penser à cet Africain qui a escaladé ce building pour sauver ce bébé… vous vous souvenez de ça ? On l’a regardé escalader ce bâtiment afin de sauver cet enfant. Et on lui a donné alors la nationalité française. Ils lui ont dit « vous êtes maintenant Français ». Donc je pose la question « Il n’est plus Africain ? » C’est ce que vous dites. Quand il était au sol, c’était un Africain et après avoir escaladé le building et sauver le bébé, il est devenu Français…Mais s'il laisse tomber le bébé « L’Africain a laissé tomber le bébé !» (rires).

C’est comme… Je ne crois pas que vous ayez besoin… Voici ce que je dis mais encore une fois voilà ce que l’ambassadeur dit et je ne rejoins pas les attaques. Ne me comprenez pas de travers. Nous vivons dans un monde où les nuances sont limitées. Donc vous trouverez par exemple l’ultra droite américaine disant « C’est ce que nous disons depuis longtemps : ils ne sont pas Français mais si c’est Trevor qui le dit ce n'est pas raciste, mais si on le dit c’est raciste". Oui ça l’est. Vous savez pourquoi ? Je crois que le contexte est tout. Il y a certaines choses que vous pouvez dire comme si je dis à un de mes amis « Comment ça va mon négro ? », c’est OK mais si un blanc vient me dire la même chose, il y a une grande différence. (rire) Quand je dis ils sont Africains, je ne le dis pas pour les exclure de leur 'francité' mais plutôt pour les inclure dans mon africanité. Je vous vois mes Français comme des personnes de descendance africaine. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce que j’essaye de dire... vous pouvez le prendre dans l’autre sens quand quelqu’un d’autre utilise la même phrase. C’est différent ? Oui c’est différent. Quand quelqu’un vous dit « si vous jouez avec votre enfant tout nu, c’est pas un problème, mais si c’est moi je suis un pédophile ? » Oui, oui ! car il y a une grande différence, il y’a une énorme différence.

Donc je vais continuer de les encenser pour être Africains parce que je crois qu’ils sortent de l’Afrique, leurs parents viennent d’Afrique ET ils peuvent être Français en même temps. Si les Français pensent qu’ils ne peuvent pas être les deux, je pense qu’ils ont un problème, pas moi.

(*) Le 19 juin 1865, date de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis.

22/07/18 mis à jour des vues Facebook: 33 millions (un million de vues par jour en ce moment). Ajout du transcript.

24/07/18 mise à jour des vues Facebook : 36 millions

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 2626 lectures.
mailbox imprimer
logo

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. Voir le site et Voir le site

Vos commentaires :

pierre daniel
Samedi 21 juillet 2018

merçi Mr noah enfin le monde se réveille et voit la France comme elle est ,le dernier état totalitaire d'occident .

Et ce pays bouffi d'arrogance et d'orgueil donne encore des leçons au Monde .

La France comme toutes choses sur terre et dans l'univers est régie par la loi universelle : s'adapter ou disparaitre , il n'y a pas de nations éternelles .

C'est sur les ruines fumantes de l'état jacobin que renaitront les vieilles nations comme la Bretagne .

Courage encore un peu de patience et nous revivrons libres et respectueux de nos voisins fussent-ils ceu qui essayeraient et essaient encore de nous détuire

bevet Breizh

Jacques
Samedi 21 juillet 2018

Qui ne dirait pas en public ''Vive la France'' et ''Je suis Français'' quand vous avez des millions d'Euro à vous mettre dans la poche....

C'est un fait, l'équipe de France est principalement africaine... et il ne fait aucun doute qu'on entendra ces joueurs évoquer leur identité africaine dans quelques temps (si les médias ne censurent pas l'info...)

Bien évidement, cette vision de faire devenir tout le monde ''français'', c'est à dire de culture européenne même quand on est asiatique ou africain est une pure vision colonialiste... Ne faut-il pas civiliser les peuples inférieurs???

D'ailleurs, ce colonialisme est ancré dans la culture française (et malheureusement dans la culture bretonne moderne du fait de l'assimilation forcée à cette identité française). Hier elle s'exerçait en allant apporter la ''civilisation'' chez les ''inférieurs''... aujourd'hui c'est en ''important'' les ''inférieurs'' qui ont la mal chance d'être né ailleurs qu'en Europe....

C'est connu en Afrique il n'y a aucun espoir.... pour s'en convaincre, il suffit de comptabiliser le nombre de reportage positif sur la tendance actuelle en Afrique à rejeter le post-colonisalisme pour se réapproprier leur identité, leur histoire, leur dignité d'africain (en clair pour ramener l'Européen en Europe) dans le but de prendre en main leur avenir... (pratiquement aucun reportage...il faut maintenir ici en Europe le mythe que l'Africain n'est capable de rien.... et pourtant là-bas, ça bouge...)

Et les Bretons sont sur ce dernier point, très moteur...

Colonialisme et accueil des migrants ne sont les 2 faces d'un même suprémacisme...

Maintenant faut faire attention sur l'idée des ''identités multiples''... bien savoir de quoi on parle :

Qu'un noir naturalisé français conserve sa part d'africanité est une évidence...

Qu'un blanc sud-africain conserve une part de son européeannité est là aussi une évidence...

Qu'un blanc américain lui aussi conserve une part de son européannité où qu'un noir américain conserve sa part d'africanité est là aussi une évidence...

Mais aller dire qu'un Indien américain se doit d'avoir une part d'européanité/d'africanité...

Ou qu'un Africain se doit d'avoir une part d'européanité (langue française et héritage coloniale) tout comme un Européen se devrait d'avoir une part d'Africanité (au titre qu'homo-sapiens est sorti d'Afrique il y a 50 à 100 000 an)...

Il ne faudrait pas tout mélanger....

Personnellement, je suis Breton, je ne me sens nullement Français mais j'ai en commun avec les Français le fait d'être Européen, je n'ai aucune identité Africaine, ni Asiatique... ce qui est d'autant intéressant pour découvrir ceux qui sont culturellement différent...

La richesse humaine c'est la différence...

Le multiculturalisme c'est l’appauvrissement de la richesse humaine en rêvant de créer une identité commune artificielle qui ne convient à personne...

Et actuellement, peu de gens sur cette planète sont favorable au multiculturalisme... à part les Européens et les Américains... mais on le sait, ailleurs que chez nous c'est l'horreur, donc l'avis de 6 autres milliards d'être humains sur cette planète ne nous intéresse pas... nous qui avons la vérité universelle...

Allez : demain, tous français...!

Une seule équipe universelle pour jouer la coupe du monde... ainsi, elle est sûre de gagné, et si elle gagne (vu qu'elle est seule) c'est la preuve qu'elle détient la vérité...!

Mais moi, j'aimerai voir une équipe de Bretagne à cette coupe du monde comme peut le faire la Croatie (qui est plus petite que nous et un pays bien plus jeune que nous)

C'est un scandale humaniste que la Bretagne (l'une des plus anciennes nation d'Europe) ne puisse pas présenter sa propre équipe...!

Paol
Samedi 21 juillet 2018

La situation des noirs américains et celle des black de l'EdF n'est pas la même à mon sens et n'est pas comparable.

D'une part les Etats-Unis sont une colonie et hormis 1 % de la population d'origine amérindienne (sans tenir compte de l'importante diversité de ses 1%), tous les habitants sont des descendants de colons. Leur langue est celle des premiers colons. La France existe depuis 15 siècles maintenant, et la langue française n'est pas celle des colons francs (très minoritaires sur la globalité de la population de leur royaume).

Les noirs américains sont là depuis que les USA existent, soit 2 siècles et demi maintenant. Ils sont de nationalité américaine et rien d'autre. Alors que la plupart des joueurs de l'équipe de France par exemple auraient pu évoluer sous d'autres couleurs de part la nationalité transmise par leurs parents. La couleur de peau masque à mon sens ce type d'analyse. La situation française et américaine n'a juste aucun rapport historiquement parlant.

Le paradoxe dans tout cela c'est que les noirs américains semblent plus revendiquer leurs origines africaines (lointaines aujourd'hui) que ceux de l'équipe de France, surement car le sujet finalement est moins compliqué aux Etats-Unis, ces derniers n'ayant pas colonisés l'Afrique et ont même au contraire poussé à la décolonisation dans les années 50-60. Si l'on se projette dans l'avenir, il est même probable qu'un déclin américain pourrait favoriser un retour des puissances européennes en Afrique à l'avenir car l'on voit bien que les prétentions sont toujours là.

Fañch Ar Vilin
Samedi 21 juillet 2018

Dispar ha fentus !

Diaes da gompren, avat, evit ur Gall. Kement abalamour d’ar yezh ha d’ar meizad.

Loïc.L
Dimanche 22 juillet 2018

À monsieur l'ambassadeur de France aux États-Unis:

Vous n'avez pas accepté que l'on puisse dénaturer l'identité française, en ne souhaitant pas faire un amalgame de l'identité française avec d'autres identités.

C'est un avis, et il y aurait beaucoup de chose à dire à ce sujet.

Force est de constater que l'identité est un sujet d'actualité, et le sera toujours tant que l'être humain sera présent sur terre.

Pourriez-vous, de part votre réponse à Trevor Noah, rappeler à votre bien-aimé responsable, le président de la république française, ainsi qu'à tous vos collègues politiques, que contrairement à ce qu'à pu dire Emanuel Macron lors d'un discours récent en Bretagne, que l'identité n'est pas un sujet dépassé, et ainsi lui faire entendre raison. Sinon il ne manquerait pas de vous souffler dans les bronches pour vous être fait ridiculisé.

Léon-Paul Creton
Dimanche 22 juillet 2018

Comment peut-on dire, ou laisser dire que la France existe depuis quinze siècles ??? Ça suffit à la fin ces siècles...à la louche idéologique et ultra nationaliste!

Ce qui serait soit , si consciemment affirmé,une aberration mentale et ultra nationaliste de vouloir créer une nation, ou de continuer de la faire vivre en édifiant un mythe obsessionnel comme une vérité, comme une réalité sur des mensonges proférés en permanence et inculqués de force et à dessein.

C’est comme si je disais que les États Unis d’Amérique (du nord) existent depuis 1492, et pourquoi pas alors dire aussi que c'est un authentique « produit des vikings »? Donc cette colonie européenne qui a bien réussi pourquoi ainsi ne pas la nommer La Norvège ou la Suède tant qu’on y est...ou la Chine ? Au fonds les seuls noms qui ont une valeur humaine se sont ceux des états qui font les USA. Oublions les Mohicans, n'est-ce-pas?... Et autres Apaches! Drôle de Nouveau Monde! Mensonge aussi, car tout venait d'Europe....

Une telle affirmation au fil les siècles passant et par la grâce des manipulateurs et les idiots s' établirait aussi vraie que la Vérité, une ancienneté historique (hystérique?)pour une nation qui n’a jamais été bien conçue, sinon sur les modes archaïques et non, comme toujours, pour et par des Peuples, mais à leur détriment.

Que dire du chemin qui nous a mené aux frontières de "l'hexagone", à peu près définitives au 19vième siècle?

La Bretagne et les Bretons peuvent se targuer d'avoir vécu, et de vivre (mal !) dans une vieille nation qui elle a effectivement au moins 1500 ans de frontières fixées et inchangées? Et ses combats n'ont été que de les préserver durant tout ce "temps"...contre le pire des prédateurs! Et tout cela devrait être son droit à l'indépendance,

dans l'inter-dépendance des Peuples!

Au feu les fausses internationales!

Mille cinq cents ans, cela nous ramène à l’An 518 , qui peut dire qu'existait seulement l'idée même de "France"?

Mais à l’Ouest il y avait une terre là ou elle finit, appelée Armorique par les Romains...et que déjà des Celtes autochtones depuis des siècles ou circulant et commerçant de l'Île de Bretagne en Armorique, appelaient Bretagne. Que même Charlemagne n'avait pu amalgamer à son empire!

Taper donc sur Wikipédia : Traité de Verdun 843, Vous verrez ce que représente la Francie occidentalis,sur une carte où le nom France n'aurait pas dû apparaître!

Yannig Coraud
Dimanche 22 juillet 2018

La bêtise de cet ambassadeur partagée par les communautaristes nationalistes français a reçu une belle leçon de démocratie ce qui ne peut que nous réjouir bretons basques catalans alsaciens et autres “minoritaires”

Ils nous reste à convaincre nos élus toujours enclins à suivre les politiciens français pour quelques prébendes

“Such a parcel of rogues in a nation” comme le disait Robert Burns à propos des responsables “politiques “ de son époque en Ecosse

Réjouissons nous de cette prise de position qui clarifie la politique française de rejet des différences

Bevet Breizh

Alan-Erwan Coraud
Dimanche 22 juillet 2018

C’est Ainsi que de l’extreme Droite à extreme Gauche de Melenchon ild soutiennent les harkis car pour être un bon Français il faut être un renegat

Renier ses origines, son pays d’origine,sa culture, sa langue. La France n’accepte pas les doubles ou multiples identités . C’est pourquoi il n’est pas excessif de parler de purification ethnique à la française . Ce fanatisme cocardier empêche tout dialogue avec l’Etat français. Notre chance c’est la Bretagne, je suis heureux de constater un renouveau du sentiment national en Bretagne, sentiment qui se nourrit d’echanges avec les peuples du monde, par delà la prison France.

P. Argouarch
Dimanche 22 juillet 2018

Oui Trevor, on peut être plusieurs choses à la fois, les être humains sont bien plus complexes que le moule républicain français que l'on veut nous forcer dans la gorge. J'ai visionné votre vidéo au moins 10 fois. A chaque fois je rigole autant..J'adore votre humour, si percutant, si incisif, si corrosif.. Votre vidéo vaut cent chroniques d'ABP sur le même sujet, d'autant plus que votre anglais si bien articulé est compréhensible par presque tous les froggies. Sans doute aussi parce que j'ai hérité d'un humour anglo-saxon après 20 ans passés aux Etats-unis. Ben oui, j'ai au moins trois identités, je suis à la fois Breton, Français et Américain. La couche française de l'oignon de Mona Osouf, est la couche superficielle (dans les deux sens du mot, au figuré et au propre). J'ai d'ailleurs deux passeports et trois citoyennetés (française, européenne et suis aussi US citizen). Au coeur de l'oignon il y a quoi ? l' allégeance principale à mon avis, l' héritage ancestral le plus profond, pour moi c'est Breizh. J'ai un coeur de Breizh.

Lucien Le Mahre
Dimanche 22 juillet 2018

Quand on est Américain, même récent, il vaut mieux prendre conscience qu'on est bien mal placé pour ironiser trop bruyamment sur la colonisation des autres.

Ceci dit, il tombe pile, notre Trevor : juste au moment où on parle d’éliminer le mot « race » de la Constitution française, alors que toute sa démonstration est fondée sur la distinction entre "race et citoyenneté". Mais puisque chez nous on pense pouvoir éliminer la chose en éliminant le mot : disons pudiquement : entre "origine et citoyenneté".

Pour lui donc - comme pour Obama - les joueurs de l’équipe de France ne présentent pas un look uniformément gaulois et porter des braies à carreaux après avoir laissé pousser une épaisse moustache tombante, ne suffirait pas complètement à les assimiler tous à des descendants d’Astérix.

Sur le modèle « African American » il voit, lui, dans une partie de nos footeux Français, des gens également d’origine africaine : des Africains Français. Origine : Africain. Citoyenneté : française. Ce que la vision française tend à occulter, sa doctrine évacuant différentes composantes identitaires au profit de la seule appartenance politique.

En France révolutionnaire, avec l’abolition des privilèges seigneuriaux et dans un élan qui ne fut pas à l'époque sans grandeur ni générosité, reconnaissons-le, on voulut dans l’euphorie en rajouter dans l’abolition des différences. Ce fut en même temps l'occasion de belles utopies, qui, une fois l’effervescence passée, montra les limites auxquelles la nature humaine peut difficilement échapper.

Mais en attendant : tous Français !

Plus de Bretons, de Picards ou d’Alsaciens ! Plus de suprématie catholique sur juifs ou protestants ! Plus de locuteurs de dialectes incompréhensibles, de patois subversifs et de jargons barbares ! Des Français unifiés s’exprimant dans le lumineux langage des Lumières, parlé dans les cours de Prusse ou de Russie, quoique pourtant assez peu dans les profondeurs de l’hexagone.

Désormais, dès 1789, la Bretagne n’existe plus pour la France et la République ne la reconnaîtra pas plus des origines jusqu’à nos jours, non plus que les 13 autres provinces à Parlement de l’Ancien Régime et autres territoires historiques. Sans état d'âme, sous le message universaliste rassembleur, le nationalisme français se renforçait dans les faits.

"Tous Français" donc et finissons-en avec les identités précédentes, fussent-elles millénaires. L’offre de citoyenneté (et finalement de "nouvelle nationalité" puisque du passé on a fait table rase) étant un cadeau "royal", magnanime et à vrai dire inespéré pour toutes ces nationalités obscures et subalternes et elle valait bien quelques concessions comme la fin programmée de leur existence politique et culturelle antérieure.

Enfin : "tous Franciens" serait plus exact ! Rappelons-nous la phrase de Mirabeau : « Etes-vous Bretons ? Les Français commandent !". Les nouveaux Français de 89 sentirent bien alors que la généreuse appellation qui leur était attribuée, au détriment de la leur propre, comportait quelques distinguos, sinon quelques hiérarchisations somme toute assez éloignées des idéaux proclamés.

Et ceux qui n’étaient pas des Français comme il faut, il fallut qu’ils se plient à la règle puisque privés de tout moyen de défendre leur identité particulière - qui n’existait plus juridiquement - à l’inverse de ce qui est d'usage dans tous les états de type fédéral. Les Parlements régionaux supprimés d’autorité, dont celui de Rennes, il n’y eut plus que les nouvelles divisions administratives départementales entre le citoyen et le pouvoir de Paris succédant à celui de Versailles.

Egalité territoriale, c'est à voir. Mais aussi : "diviser pour régner".

Tous les néo-Français devaient devenir peu à peu d’heureux clones des Franciens, voire des Franciliens. Sous couvert de promotion identitaire, en fait "on annexait les territoires et on assimilait les populations". Bretons et consorts devaient se transmuer en Français à part entière - ou presque - en reniant leurs origines et en substituant bientôt (et non en ajoutant) par l'effet du bannissement scolaire, le français à leur langue vernaculaire.

La France, elle, s'agrandissait et affirmait sa suprématie sur des zones jusque là autonomes et mal contrôlées.

Celles-ci, d'autonomes devenues minoritaires dans le nouvel ensemble, auront désormais du mal à faire entendre leur voix.

Dès lors et très logiquement, leur nationalité originelle niée, leur identité profonde fut décotée, méprisée, occultée, pour faire place nette à la française, réputée supérieure, alors même qu’ajouter la citoyenneté française à leur nationalité bretonne millénaire eut été plus respectueux de tous, que la fiction identitaire qu’ils eurent à subir, avec la confusion qui les perturbe encore.

Cette confusion : nationalité/citoyenneté, très française, ayant pour principale utilité de brouiller les pistes en faveur de la seule identité légale, modèle désormais impératif avant de devenir impérial, et ce, non pas en complément du modèle ancestral, mais par phagocytage, à caractère hégémonique, d'une identité par une autre.

Hégémonique ? Nous parlions à ce propos d’identité culturelle et historique bafouée, au bénéfice de la française. N’est-ce pas justement le qualificatif choisi par notre humoriste américain concernant la vision étatique française en matière d'identité qui, dit-il, occulte la provenance africaine pourtant flagrante de certains champions français?

Le problème, c’est que plus de deux siècles après leur disparition juridique dans la Constitution française, il existe encore une Bretagne réelle et de Bretons conscients de leur nationalité première, comme le prouve la création, depuis l'après-guerre, d'une musique identifiable dans le monde entier ou en ce moment même, la profusion exceptionnelle des drapeaux identitaires lors du passage du Tour de France en Bretagne.

Et puis il existe des Droits Européens et Universels avec lesquels la République française devra se mettre en règle concernant ses nations historiques. D'ailleurs, si pour se maintenir dans l'Union Européenne, on demandait à la France de s'annihiler ainsi qu'il fut demandé aux Bretons et consorts pour entrer dans la France, on entend déjà la véhémence des protestations indignées !

Le modérateur
Dimanche 22 juillet 2018

Tous les commentaires HS sur Clovis et l'histoire de France seront refusés. Merci de rester sur le sujet de l'article qui est l'identité, la double identité, la citoyenneté, la nationalité et la vidéo de Trevor Noah.

Brizit
Dimanche 22 juillet 2018

Ceci étant, que dirait Trevor Noah si les médias français qualifiaient la sélection américaine de Basket médaillée d'or des JO de victoire africaine ?

Un gros doute m'envahit là.

René L.
Dimanche 22 juillet 2018

@ M. Argouarch : personne ne vous empêche de vous sentir Européen, Français, Breton et Américain ?

Votre identité bretonne et française était-elle mieux prise en compte aux Etats-Unis ?

P. Argouarch
Dimanche 22 juillet 2018

@Brizit, Trevor Noah n'est pas "les médias américains" mais un humoriste. Il y a des tas d'humoristes français qui ont du faire ou qui peuvent faire cette blague sur le basket sans recevoir une lettre, de l'ambassadeur des États-Unis à Paris

Jacques
Dimanche 22 juillet 2018

@ P Argouarch

"...j'ai au moins trois identités, je suis à la fois Breton, Français et Américain..."

Sujet intéressant et qui mérite le débat.

Déjà, c'est votre avis sur votre identité et elle est personnelle, rien à redire...

Le problème pourrait venir s'il s'agissait d'évoquer une vérité qui doit s'imposer aux autres...

Comme je l'ai dis, je ne suis PAS français... je n'estime n'avoir rien de cette identité sauf la convergence européenne que je partage avec les autres identités d'Europe au sein d'une identité européenne qui existe depuis déjà la nuit des temps (et cette identité européenne, j'y tiens énormément)... et je pense qu'on serait surpris de voir combien nos anciens ne s'opposaient pas à ce bassin identitaire commun qui a largement été nié par le 19ème siècle et la création des état-nations et des Empires où, l'on en est venu à prétendre que des 2 rives du Rhin ou de la Manche (mer de Bretagne de son ancien nom) nous n'avions plus rien en commun alors que nous partagions tant avec un Africain du Sénégal ou un Indien pour nos cousins d'outre Manche...

Personnellement, me dire Français?! Parce qu'on a imposé une langue à mes grands-parents et qu'on m'appris l'histoire de France et non celle de mon pays... Je ne connais pas beaucoup de peuples/de nations dans le monde qui feraient ce raccourcie pour si peu... nous même hors de notre cas particulier, nous trouverions cela douteux...

Mais comme vous, j'ai également une attache dans un autre pays dont je connais bien la société, la vie, les traditions, l'histoire et souvent bien mieux que l'immense majorité de ses habitants historiques... et dans lequel j'ai pratiquement autant d'amis que dans mon pays d'origine.

Par contre, autant j'aime cet autre pays, autant je ne dirai jamais que je partage ''l'identité'' de ce pays (sauf au-travers de notre culture européenne commune)...

Tout simplement, parce que je fais la différence entre une affection réelle et l'identité...

Dans la même logique, je connais des personnes (européennes) qui vivent en France puis en Bretagne qui aiment ces 2 pays, mais qui pareillement ne diront JAMAIS qu'ils partagent une ''identité'' bretonne ou française... et qui du fait, malgré leur affection réelle pour cet autre pays se refusent à prendre la citoyenneté (c'est à dire un passeport français). Et face à ce refus d'intégrer l'identité française (notamment la naturalisation), ces personnes (j'ai plusieurs exemple en tête) se font "emmerdées" (le mot est faible) au quotidien car les Français considèrent ce refus comme une forme d'agression... voulant même que ces personnes se considèrent ''plus français'' que leur identité réelle en occultant ce qui devrait être le plus important c'est à dire l'intérêt/amour de ces personnes pour la France... (Je n'ai pas d'exemple par contre de cette réaction une fois arrivée en Bretagne... les Bretons semblant avoir à ce niveau une autre forme de réaction et c'est heureux). Donc pour un français, prétendre avoir l'identité française (un vulgaire bout de papier) est plus important qu'aimer la France et sa culture...

=> Vouloir être quelqu'un d'autre est justement un principe de l'état-nation jacobin...

=> On prétend qu'on doit changer, être autre chose, ne plus vraiment être soit même pour prouver qu'on aime...

De mon point de vue, si l'on reporte cette logique dans un couple, cela reviendrait pour un homme de se prendre en partie pour sa femme (peut-être lui piquer ses fringues et son maquillage) pour prouver son amour... ou pour la femme de ''pisser'' (désolé pour le terme) de temps en temps debout pour se rapprocher de son mari...

Vous avez le droit d'introduire l'identité française dans votre identité, comme l'identité américaine...

Mais comme déjà dit, il ne faudrait pas que cela devienne un critère de ''bienpensance''... on a déjà tellement de Bretons qui n'osent pas se dire Breton car la ''bienpensance'' leur impose de se dire Français...

En tout cas, dans l'exemple breton/français... je ne connais pas beaucoup d'exemple dans le monde où sur des cas similaires les gens se sentent le besoin de cette double identité, voir de rajouter d'autres identités à la leur... sauf quand cela se justifie (personne issu d'un couple mixte).

Trevor lui est Américain... mais c'est un fait... il a également une identité africaine (au sens général) qu'il ne partage pas avec son ami américain qui lui à une identité européenne... car des 2, aucun n'est réellement issu de l'Amérique au regard des Amérindiens (les seuls ''vrais'' américains)...

Et pour conclure sur la spécificité américaine... l'exemple d' Obama, l'enfant chérie de l'Europe... qui lui est un Américain très récent mais bénéficient d'une identité Européenne et Africaine... Africaine qu'il assume et Européenne qu'il occulte.... Donc d'accord avec Trevor, beaucoup moins avec un autre américain qui pourtant lui ressemble énormément au niveau visuel...

PS : Sachant que dans le cas Français, ce mot ne signifie en rien une identité culturelle humaine mais une identité relative à une organisation administrative... (Officiellement en République, le "français'' culturel n'existe plus et pas plus que le Breton depuis 1789). Ce qui est un exemple de définition de l' "identité" relativement unique pour l'ensemble de cette planète... (un point que peut-être Trevor ne connait pas mais qu'il semble néanmoins avoir bien perçu notamment au-travers de la réaction de l'Ambassadeur et de l'affirmation sans retenue de la ''totale/intégrale'' identité française des joueurs de cette équipe de France le point qui l'avait fait réagir initialement)

PS 2 : sur l'exemple cité de mes amis européens qui se font ''emmerdé'' car ils refusent de se considérer français... je tiens à préciser que c'est pour beaucoup le fait d'être clair dans mon identité qui leur à permis de s'exprimer sur cette difficulté qu'ils vivent au quotidien... (et je sais qu'il y a très peu de personnes, à l'intérieur des frontières hexagonales, avec lesquelles ils évoquent cette problématique... malgré la très large proportion d'''ouvert d'esprit'' qui sont l'une des caractéristique première des habitants de cette République...)

Brian
Dimanche 22 juillet 2018

Il faut juste remarquer une imprécision: Trevor vient du gallois Trefor, du *tref mawr*, même s'il vient de la même origine que Tremeur. Autre que ceci, Aoutrou Argouarc'h (avec un c'h bien sûr!), merci pour avoir partagé cette vidéo avec nous!

P. Argouarch
Dimanche 22 juillet 2018

@Jacques qui écrit "Déjà, c'est votre avis sur votre identité et elle est personnelle, rien à redire..." je pense que c'est plus compliqué... Ce n'est pas si personnel que cela, cela le devient effectivement. Je ne sais plus quel sociologue l'a expliqué mais l'identité est définie par les autres. Un humain qui vivrait seul sur une île n'aurait pas d'identité disent les sociologues. Mon identité française s'est définie lors de mon séjour en Amérique. Même si j'ai expliqué à certains que j'étais Breton, pour la grande majorité des Américains j'étais un Français, ce qui n'est pas le cas pour un Écossais en France, aucun Français aujourd'hui ou aucun Américain le définira comme Anglais et ca n'a rien à voir avec la langue que les Écossais partagent d'ailleurs avec les Anglais et les Américains. De même la langue française n'est pas spécifique de l'identité française, elle est parlée par les Québecois, les Bretons bien sûr, beaucoup d'Africains etc. Elle est langue officielle dans certains états africains et elle a été langue officielle du duché de Bretagne avant qu'elle devienne langue officielle au royaume de France en 1534.

Pourquoi est-ce le cas ? parce que le Royaume-uni a toujours reconnu l'Ecosse comme une nation, une identité,une partie de l'union. Cela a des conséquences internationales. De même le négationisme de la république en ce qui concerne les nations historiques qui la préexistât a aussi des conséquences internationales. Sauf pour les autres minorités nationales en Europe, et je l'ai constaté au congrés de la FUEN, les autres États-nations d'Europe et les États-Unis, voient une France monolithique. De ce côté là, la république a gagné. Donc les Bretons immigrants en Amerique sont considérés par les Américains comme des Français dès qu'ils apprennent qu'ils viennent de la France. Pour les Américains je suis un Français. Point barre. Quant à mon identité bretonne que j'ai expliqué être au coeur de mon oignon identitaire elle a aussi été définie par "les autres" en particulier par mes parents, puis ensuite dans les écoles françaises où je suis passé et où mon patronyme était comme un drapeau.

Je parle de mon expérience seulement pour essayer d'apporter une perspective au débat. Le sujet est les footballeurs de l'équipe de France et l'idéal serait une interview de Pogba ou un autre avec des questions sur son ressenti de son africanité. Quel média le fera ? et comme quelqu'un l'a écrit sur les réseaux sociaux, ces champions gagnent trop de pognon pour revendiquer quoique ce soit. Ils sont payés pour bien jouer au foot mais aussi pour chanter la marseillaise et crier vive la république pas pour revendiquer une double identité !

Manoel
Lundi 23 juillet 2018

Combien de bretons disent à l'étranger qu'ils sont bretons ? Très peu, j'en suis sûr. Ou alors noyé avec autre chose.
A mon avis sur ce genre de questions, plus on dit les choses simplement, mieux c'est, surtout hors de l'Hexagone. Le fait de se dire breton, entrainera pour l'interlocuteur un lien avec l'Etat France, l'Europe, mais il comprendra bien que c'est un coin particulier.

Lucien Le Mahre
Lundi 23 juillet 2018

@Philippe Argouarch

Récapitulons à partir de votre exemple personnel.

Vous avez - comme nous tous ici - une nationalité réelle, de fait et de coeur : la bretonne. Mais elle est illégale puisque la Bretagne et les Bretons n'ont plus d'existence juridique et politique, l'Etat français l'ayant officiellement gommée dès le début de la Révolution pour y substituer la sienne : la nationalité française.

Substitution qui trouble encore les Bretons et c'est vraisemblablement un des facteurs de notre comportement politique disons "étonnant" pour rester poli. (Encore qu'on progresse à vive allure, n'en doutons pas : en 2014/15, 3 députés bretons sur 38 votaient pour une possibilité de réunification. Il y a quelques semaines, en 2018 donc, 5 députés bretons se prononçaient en faveur de nos intérêts linguistiques. Faites le calcul : à ce rythme - 2 de plus tous les 3 ans - on risque de s'installer durablement dans ce que nous espérions être provisoire ! ).

Une hypothétique Dévolution de pouvoir à la Bretagne de type Euskadi, ou le miracle d'une République fédérale française s'inspirant de la Suisse, suffiraient à reconsidérer les choses, même si certains ne font finalement confiance qu'à un éventuel concept d'indépendance, souvent d'ailleurs encore un peu flou lui aussi.

(Tout en mesurant les différences, je pense bénéficier du léger recul de qui a passé 5 ans dans un pays d'Afrique aux prises avec son indépendance et c'est aussi valable pour les autres degrés de dévolution).

Mais ce n'est pas le sujet pour l'instant.

La Bretagne, restaurée donc dans ses droits essentiels, vous reconnait alors votre (notre) véritable nationalité, tout en vous attribuant une citoyenneté française et dans la foulée, une citoyenneté européenne. C'est un peu la situation galloise ou écossaise avant Brexit, me semble-t'il. Dans la version indépendantiste, on va - à l'irlandaise, directement vers la citoyenneté européenne.

Quant à votre passeport américain,, il ne peut vous attribuer qu'une citoyenneté supplémentaire, malgré vos 20 ans passés outre Atlantique, et même si vous avez des sentiments pour ce pays qui a contribué à votre formation personnelle - mais pas à la nôtre - alors que la citoyenneté française a imprégné tous les Bretons et continue à le faire.

Voilà en bref comment je verrais les choses, tout en admettant bien sûr qu'on puisse les voir autrement.

Didier Lebars
Mardi 24 juillet 2018

La politique française s'enferme dans une posture intellectuelle rigide et intenable.

Tout en haut, la déclaration universelle des droits de l'homme pour un pays qui représente 1% des habitants sur la planète. Toujours ce concept de l'homme nouveau qui a un historique bien funeste.

Maintenant est-ce que l'ambassadeur, de fait homme politique très intelligent, croit vraiment en ce qu'il dit ou fait-il le zèle convenu par sa fontion ?

Les sponsors, le marketing sont partout pour les contrats, les joueurs de l'équipe de France de football ont une parole controlée.

Il n'y pas qu'en France où l'on peut faire du cinéma dans les medias. Ainsi l'écossais Andy Murray, jeune, déclarait qu'au football ils soutenait l'équipe qui jouait contre l'Angleterre. Quand la notoriété est arrivé, les sponsors ont rectifié cette communication. Le marché du Commonwealth est plus important que le marché Ecossais.

Parfois ça va mal et la facade craque. Le joueur allemand Ozil claque la porte de la sélection allemande,

raison invoquée : racisme. On peut le voir en photo avec Erdogan et un maillot rouge.

Le jeune cycliste Warren Barguil déclare être d'abord breton. Va t-il pouvoir tenir cette communication en cas de succès ?

Jo Kergaden
Mercredi 1 août 2018

à Manoel:

Et bien, je crois qu'il y a pas mal de Bretons à se définir Bretons lorsqu'ils voyagent. Notamment à l'étranger.

Il suffit de voir notre "Gwenn ha Du" flotter un peu partout. Surtout lors d’événements festifs mais aussi même dans les coins les plus improbables.

Je le fais systématiquement.

Le plus souvent lorsque je voyage, j'agrafe sur la pochette extérieure de mon sac à dos de ville, un petit drapeau breton blanc et noir.

Pourquoi, me demanderez vous?

Parce que ça permet aux gens qui me croisent de savoir d'où je viens et éventuellement, d'entrer en communication avec moi.

Car j'ai constaté depuis longtemps lors de mes différents périples, un réel capital de sympathie à l'égard des Bretons. Dans toute l'Europe occidentale, déjà. Mais aussi dans de nombreux autres points du globe où nous sommes connus.

Combien de fois m'a -t-on interpellé par un «  You are from Brittany... nice ! cool ! » ou un « So, Sie kommen aus der Bretagne !  Schön !, Wunderbar!» ou encore un «  Estas de la Bretana ? » Ceci permettant alors de lier conversation et de faire connaissance. Et de faire de belles rencontres parfois émouvantes comme quelques unes que j'ai faites en Allemagne en mai dernier.

Car nous sommes très généralement aimés, nous les Bretons. Reconnus et appréciés.

Ce n'est pas forcément le cas des Français qui, eux, passent presque partout pour des arrogants monoglottes désagréables et irrespectueux.

Je profite donc régulièrement de ce capital de sympathie avéré en notre faveur grâce à ce petit bout de toile blanche et noire à hermines et rayures horizontales que je laisse voir.

Et je le rencontre souvent, ce beau drapeau blanc et noir, aux quatre coins du monde !

Il nous permet de nous retrouver en tant que Bretons exilés ou en déplacement. De boire un pot ensemble et de s'échanger des « tuyaux » pour mieux appréhender le pays lointain où nous nous retrouvons.

Il peut donc rendre service aussi, grâce à la solidarité que nous montrons entre nous. Par exemple, il y a deux ans quand, en Hongrie, nous nous sommes retrouvés, un pote et moi, sans possibilité de retour suite à des soucis et contre-temps vécus par notre co-voitureur. C'est en allant vers des "Gwenn ha Du" portés par des compatriotes ( donc qui s'affichent bien Bretons) que nous avons trouvé un super plan retour.

En m'affichant Breton je constate que nous sommes bien identifiés un peu partout et ainsi, j'offre souvent le plaisir d'une conversation et d'un échange agréable à ceux qui nous aiment. Et ils sont nombreux. :-)

Fabien Renaud
Dimanche 26 août 2018

Mais oui, du caviar de lire ça, bravo Trevor c'est EXACTEMENT ça ! On le vit tellement nous-mêmes en Bretagne !!!... On passe notre temps à devoir se justifier sur nos racines bretonnes... On n'a eu de cesse de devoir courber l'échine mais on se tient toujours encore trop droit pour un jacobin ! Ahhh, qu'ils doivent regretter la guillotine au fond d'eux, ces jacobins...

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 4 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Pour Noël, offrez le best-off de Gwennyn !
pub
Ul Liam etrezomp ! Un Lien entre nous !
pub