Un Breton de Saint-Malo gouverneur du Mato Grosso au XIXe siècle, article traduit du portugais

-- Histoire de Bretagne --

Article de patay
Porte-parole: marc Patay Lejean

Publié le 28/01/12 21:37 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Augusto João Manuel Leverger (Saint-Malo, 1802/Cuiabá, 1880), amiral, écrivain, historien, géographe et hydrographe, premier et seul baron de Melgaço, héros de la guerre du Paraguay, président de la province du Mato Grosso (Brésil) à plusieurs reprises. Il prit le surnom de « Breton de Cuiaba » selon son biographe Virgílio Correia Filho.

Marin très jeune, il arriva au Brésil en 1824. Un décret du 26 mai 1825 le nomma sous-lieutenant. Il est à Cuiabá en 1830. En 1843, il épouse Agnès de Almeida Leite. Il fut une figure importante de la littérature de son pays. Par décret de l'empereur le 18 juin 1841, il reçut l'Ordre de la Rose. En raison de sa connaissance de la province du Mato Grosso, il fut nommé Consul Général du Brésil en 1839, afin d’établir de bonnes relations avec le Paraguay, notamment en matière de navigation et pour l'établissement des frontières. Durant la guerre du Paraguay, il combat au fort de Coimbra et fait construire les fortifications de Melgaço pour protéger Cuiabá des troupes de Solano López. Pour avoir empêché les troupes d'invasion d’atteindre la capitale du Mato Grosso et en raison de son implication dans la guerre, il devint une sorte de héros. Le 9 juin 1857, l’empereur Pedro II, Grand maître de l'ordre de Saint Benoît de Aviz, le nomme Commandant puis chef de Division. Après sa mort il y eut plusieurs projets afin de publier ses travaux, mais ce n’eut pas lieu. Sous le gouvernement de José Manuel Murtinho, un monument a été érigé sur sa tombe dans le cimetière de la piété, à Cuiabá.


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.