Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Claude Champaud, professeur d'université
Claude Champaud, professeur d'université
- Lettre ouverte -
Trois mille ans d'histoire armoricaine par Claude Champaud
Avant la Bretagne était l'Armorique. Les auteurs grecs et romains attestent de l'existence d'une entité politique confédérale celte dont les peuples occupaient ce promontoire terrestre que le massif hercynien occidental a planté dans la mer aux confins du monde connu des anciens
frédéric Morvan pour Centre d'Histoire de Bretagne/ Kreizenn Istor Breizh le 2/02/16 23:47

ANTIQUE ET PERENNE ARMOR

Avant, la Bretagne était l'Armorique. Les auteurs grecs et romains attestent de l'existence d'une entité politique confédérale celte dont les peuples occupaient ce promontoire terrestre que le massif hercynien occidental a planté dans la mer aux confins du monde connu des anciens. Nous verrons qu'avant même que la civilisation celtique ait conquis l'Armorique, une brillante civilisation néolithique (pierre polie) puis archéo-métallique (âge du bronze) avait occupé l'ensemble de ces terres armoricaines. Du moins, y a-t-elle laissé les traces monumentales, abondantes et troublantes de son génie propre et de son organisation collective. Ce sont les célèbres mégalithes auxquelles on identifie souvent la Bretagne sans doute parce que ces énigmatiques monuments portent, pour la plupart, des noms celtes dont certains sont incontestablement bretons.

Toutefois, la Bretagne n'a pas le monopole des menhirs chers à Obélix. Pas plus qu’elle n’a l’exclusivité des autres constructions mégalithiques. Bien d'autres contrées rivalisent avec elle sur ce point, il faut en convenir. En outre, même en lui restituant son cinquième département, la Loire-Atlantique, la Bretagne historique, celle des Ducs de Bretagne, ne se superpose pas exactement à l'antique Armorique. Celle-ci débordait légèrement au Sud sur la Vendée actuelle mais, surtout, elle qui incluait l'actuelle Mayenne du Nord et l'Avranchin du Sud de la Manche, ces limites avaient la vertu de lui rendre le Mont St-Michel que "Couesnon en folie mit un jour en Normandie", en changeant de lit.

Formée de quatre départements, le Finistère, le Morbihan, les Côtes d'Armor et l'Ille-et-Vilaine, la Bretagne administrative et politique contemporaine recouvre une superficie de 27 208 km² et compte environ 3 198 000 habitants. Restituée dans les frontières des anciens peuples armoricains, elle atteindrait près de 35 000 Km² et elle compterait plus de 4 500 000 âmes. Cela signifie que de nos jours, l’entité armoricaine couvre plus d’un vingtième du territoire national et que sa population représente près de 7 % de celle de la France. Cela n’est pas rien. Mais surtout, l’Armoricaine britonne est dotée d'une unité ethnique et culturelle et d'une cohérence économique et sociologique constituerait une région d'Europe modèle : ni trop grande ni trop petite, sociétalement homogène et géopolitiquement équilibrée.

Cette entité régionale fut celle des primo-armoricains du millénaire qui précéda l'ère chrétienne. Ce fut celle des celto-romains des premiers siècles de notre ère. Les Bretons n'ont jamais réussi à se réinstaller dans les frontières de cette Armorique naturelle, même si certains de leurs rois les ont parfois fugitivement outrepassées. Beaucoup en cultivent la nostalgie. Réalisme politique ou vision utopique, n'est-il pas frappant que l'image de cette Armorique antique resurgisse dans ce bain révélateur qu'est la construction européenne. Image pertinente d'une Armorique armoricaine et pas seulement bretonne. La Bretagne politico-administrative actuelle assume seule expressément l'héritage armoricain. Ce n'est pas toujours facile pour notre Région, mais elle le conserve et le fait prospérer avec piété, conviction et talent au point qu'Armorique et Bretagne confondent leurs images dans l'esprit des non-Bretons et qu’elle se fond dans les cœurs de ses enfants tant dans ceux des natifs que dans ceux qu’elle a accueillis et qui parfois, lui sont plus passionnément attachés que bien d’autres.

UN DEVOIR DE MEMOIRE

L'Histoire de la Bretagne, son histoire vraie, veux-je dire, est largement ignorée des Français. Pire même, elle n'est pas bien connue des Bretons. Même les historiens bretons l'ont occultée jusqu'à un passé récent. C'est pire qu'ignorance. Ce fut une prétention délibérée, rationnelle, persistante. Seule une volonté idéologique délibérée, collective, et coercitive peut expliquer cette occultation qui tendait à faire tomber l'histoire souvent glorieuse d'un peuple toujours attachant et parfois incroyablement brillant dans les oubliettes des passés disparus.

Fils d'un hussard noir de la République, cultivé, libre d'esprit et curieux, l'auteur de ces lignes a lui-même été victime de cette perte de mémoire collective et délibérée. Malgré une excellente formation supérieure et un goût fort prononcé pour l'Histoire, pas plus que les autres jeunes Bretons de ma génération instruits et cultivés, pendant trente ans, je n'ai soupçonné cette histoire-là. C'est dire si la clef du rayon interdit avait été soigneusement cachée. Sans doute en avais-je eu le pressentiment en touchant à l'archéologie métallurgique armoricaine vers 25 ans mais on ne fait pas un tableau avec un seul morceau de puzzle découvert dans un grenier. C'est au travers de ma participation à l'élan du CELIB et du fait de l'exercice des fonctions de Président de l'Université de Rennes, puis de Président du Comité Economique et Social de Bretagne que je rassemblais personnellement les morceaux d'un puzzle dont je me promis de faire un livre. Il m'a fallu 20 ans pour remplir ce devoir de mémoire.

L’ouvrage par lequel j’ai tenté de remplir ce devoir armoricain [A jamais la Bretagne, PRO Mayenne, 1998 (se procurer chez l’auteur)] fut au premier chef un message d'espoir et un appel au courage de la jeunesse bretonne d'aujourd'hui. Puisse l'émerveillement, qui a parfois illuminé ma découverte personnelle, être partagé par quelques-uns de ceux qui se laisseront emporter par l'esprit avant d'être pris par le cœur, par l'intemporelle mais véridique Bretagne. Cette Histoire pourra surprendre un certain nombre de ceux qui la liront, voire indigner quelques-uns. Elle ne saurait laisser personne indifférent.

Pour nombre de lecteurs d’A jamais la Bretagne, cette histoire des peuples armoricains a pu être une découverte. Pour certains, une révélation. Il n'y a guère, les Bretons souffraient d'un complexe d'infériorité dit "complexe de Bécassine". Ils se croyaient voués collectivement et de tout temps à la misère des baragouins méprisés et moqués. Leur chant national était une berceuse aux accents tristes, de Théodore Botrel, dont les paroles bretonnes disaient en français : "dors ma Bretagne, dors".

N'était-elle pas, il est vrai, tombée en léthargie économique depuis deux siècles lorsqu'une poignée de Bretons la réveilla ? Une aussi longue absence économique la rendit amnésique jusqu'au point d'oublier qu'à trois reprises, au moins, en trois millénaires, l'Armorique avait été l'une des régions les plus riches du monde d'alors, que du temps de Louis XV encore, autant dire avant-hier, les Bretons détenaient 40 % des réserves monétaires de la France et qu'ils furent, peu avant, les principaux banquiers de l'Espagne.

HISTOIRE GEOPOLITIQUE DE BRETAGNE

L'étude d'un pays ou d'un peuple, d'une nation ou d'une région doit toujours être faite en trois dimensions. Ce n'est qu'à cette condition que la perception des destins collectifs prend du relief. Unidimensionnelle, l'Histoire demeure plate. La démarche historique et culturelle inscrit l'aventure humaine dans la dimension du temps. L'approche géographique lui confère celle de l'espace. L'analyse sociétale (économique, politique et culturelle) achève de donner son volume à l'image tridimensionnelle en lui restituant sa profondeur sociétale. Cette approche pourra paraître un peu savante, par trop pédagogique donc un tantinet pédante, sans doute, Mais la Bretagne mérite d'être vue en relief.

La Bretagne occupe en France et dans l'Europe une place particulière. Celle-ci est due à la singularité de sa géographie, à l'originalité de son histoire et au particularisme d'une population qui s'est fondue dans des ensembles géopolitiques plus vastes que son territoire armoricain sans jamais se confondre avec les entités qu'elle rejoignait ; sans jamais renoncer à ses valeurs propres et fortes et à la mystérieuse alchimie d'un être collectif façonné par son terroir et une histoire trimillénaire.

Mieux on connaît le passé de la Bretagne et le présent des Bretons, plus on est tenté de faire crédit à TAINE qui pensait qu'il existe un lien univoque entre le particularisme des traits collectifs d'un peuple et l'histoire d'une nation, d'une part, et la géographie de sa terre d'élection, d'autre part.

Comme toutes les îles et les presqu'îles du Globe, la Bretagne a sa photo d'identité inscrite sur la mappemonde. Frangée de rochers bruns et de sables dorés, c'est un coin enfoncé entre une mer, la Manche, et l'Océan Atlantique. Leurs eaux d'opale et d'émeraude, selon les lieux et le temps, tissent autour de la péninsule armoricaine une couronne crénelée par ses rivages tourmentés et taillée dans l'écume argentée des vagues.

Pour ceux qui viennent du continent, c'est le Finistère : là où la terre finit. Pour les Bretons, c'est le Penn Ar Bed, la "tête du monde", là où commence l'Europe continentale. Sans doute, tous les seuils de toutes les portes sont-ils faits pour entrer et pour sortir. C'est pour cela que les Romains vouaient leurs linteaux au Janus Bifrons. Mais cette ambivalence armoricaine recouvre un dédoublement de personnalité qui est une composante de l'identité de notre région, la source de ses richesses spirituelles et la cause essentielle d'un mystère qui lui est propre que ne dissipe aucune étude. A cet égard, la Bretagne est femme. Ce n'est pas le moindre de ses attraits.

Comme l'humeur de cet adorable moitié de l'Humanité, son climat est d'une grande douceur traversée de courtes mais violentes tempêtes. Réputé humide, il est moins pluvieux que changeant mais la Bretagne lui doit des ciels d'une remarquable pureté. Les rayons du soleil tamisés par de floconneux cumulus, blancs comme neige, n'y brûlent pas les couleurs. Ils les nimbent de teintes pastel. Tout autant qu'à la beauté de ses paysages, c'est à ses ciels exceptionnels que notre région doit d'avoir accueilli tant de peintres et de demeurer immortalisée par de nombreuses écoles dont celle de Pont-Aven s'inscrit au hit-parade des cotes du marché de l'art.

Diverse, la Bretagne l'est d'abord en elle-même. Elle a plus de "pays" que la France ne compte de régions. Il n'y a guère, c'était la province aux cent coiffes. C'est qu'il y a au moins quatre Bretagnes. Traditionnellement, on distingue l’armor et l'argoat, le pays de la mer et de pays des bois. Il est vrai que ces deux Bretagnes là existent et qu’elles s’opposent à beaucoup d'égards, mais chacune de ces parties est elle-même duale. La grandeur et la sévère beauté des côtes de la Manche s’opposent à la voluptueuse et riante joliesse des rives du sud océanique. Quant à l'argoat, elle se divise en une Bretagne centrale et une Haute-Bretagne qui, à l'est de la région, s'agglutine autour d'une capitale opulente, Rennes, riche de ses centres de recherche, de ses activités administratives et tertiaires privées et forte d'un ensemble universitaire à l'échelle européenne. Les autres Bretons lui font parfois reproche. Ecartelée, la Bretagne sait être solidaire quand il le faut, exemplairement souvent. Peut-être même souffre-t-elle moins de cet écartèlement que de la partition qui lui a ravi la Loire-Atlantique au profit d'une région composite née des jeux de la politique et des divisions administratives et non d'une histoire où, durant des millénaires, Nantes et la Basse-Loire firent partie intégrante de l'Armorique celto-romaine puis du duché souverain de Bretagne dont Nantes fut le dernier siège.

PERENNITE DE L'ENTITE GEOPOLITIQUE ARMORICAINE

Plus qu'une région géographiquement et économiquement homogène, la Bretagne, qui n'a jamais été une unité ethnique, a constitué une entité politique à part entière jusqu’au Traité d’Union de 1532 [Certes la nature juridique de droit public des trois édits que recouvre ici le terme de « traité » est l’objet d’une querelle jadis éteinte. Toutefois nul ne saurait nier que depuis les débuts de l’histoire, vers le 3e siècle avant JC, jusqu’à la mort d’Anne de Bretagne en 1514, l’Armorique a bien constitué une entité politique diverse dans ses composantes mais solidaire dans les aspirations de ses peuples].

On risque de ne pas bien comprendre cette réalité armoricaine et les Bretons si on ne prend pas en compte cette caractéristique de leur Histoire. Elle leur a donné une faculté peu répandue dans les régions françaises : celle de savoir unir des volontés individuelles fortes et de se rassembler sur l'essentiel malgré des divergences réelles et parfois apparemment exacerbées qui traduisent une mosaïque géographique et culturelle.

Déjà, aux dires de Jules CESAR, les cinq peuples gaulois qui occupaient le territoire de l'Armorique formaient une puissante confédération autour de l'un d'entre eux, les Vénètes, dont la défaite navale demeure aussi illustre qu'elle semble injuste, puisqu'elle fut due à un calme plat insolite sur ces côtes battues en permanence par le vent. Rarement un peuple dut ainsi sa célébrité et sa réputation de puissance à une aussi sévère défaite.

Vaincue par Rome, l'Armorique devint pleinement gallo-romaine. Exploitées intensivement et rationnellement, ses richesses minières et les savoir-faire technologiques de ses habitants y assurèrent une densité d'habitat et une prospérité dont attestent, chaque année un peu plus, les fouilles archéologiques. Hélas ! Quitte à décevoir les générations qui ont appris l'histoire de la Gaule dans les B.D., aucune d'elles n'a, pour le moment, amené à jour les restes du village d'Astérix et du camp de petit bonum, alors que la fameuse carte d'UDERZO et GOSCINNY a rendu la péninsule armoricaine célèbre dans le monde entier.

L’entreprise de sédation profonde que nos républiques ont opérée sur les esprits armoricains fut un indéniable succès. Pour beaucoup d'entre vous, cette histoire sera une découverte ; pour certains une révélation. Il n'y a guère, les Bretons souffraient d'un complexe d'infériorité dit "complexe de Bécassine". Ils se croyaient voués collectivement et de tout temps à la misère des baragouins méprisés et moqués. Leur chant national était une berceuse aux accents tristes, de Théodore Botrel, dont les paroles bretonnes disaient en français : "dors ma Bretagne, dors".

C’est cette belle endormie depuis trois siècles qu’un prince charmant, le CELIB, éveilla au monde moderne des « Trente glorieuses ». Les Armoricains se laisseront-ils à nouveau glisser dans la torpeur du sommeil et des rêves ou sont-ils prêts à relever le nouveau défi armoricain [Statbreiz, Le nouveau défi armoricain, Ed Institut de Locarn, 2015], telle est la question !

Claude Champaud, Rennes, 29.01.2016

Vos 13 commentaires
spered dieub Le Jeudi 4 février 2016 08:20
La notion d'Armorique est très floue .Entre les historiens qui la localise entre la baie de Seine et la Garonne et d'autres comme Jean Claude Even qui certifie que la pays vénète et bien entendu nantais n'en faisait pas partie ,elle s'étendait par contre jusqu'à la Seine .Il serait nécessaire d'ouvrir un débat vraiment objectif à ce sujet
(0) 

Jean-Claude EVEN Le Vendredi 5 février 2016 13:13
Une fois de plus, il faut donc répéter ce qui a déjà été dit et répété depuis 1 siècle et demi : la confusion Armorique = Bretagne (à 5 départements) est la racine maîtresse de toutes et les incompréhensions et erreurs de l'histoire de la (P)Bretagne, de l'Antiquité à nos jours.
Et tant que cette question ne sera pas réglée, on trouvera encore pour longtemps ce type d'"histoire" erronée de la Bretagne, non pas sur des "détails" intrinsèques, mais sur l'appréhension globale.
Cordialement
JC Even
(0) 

Damien Kern Le Vendredi 5 février 2016 17:27
J'ai lu le livre "Le nouveau défi armoricain". Cet article vient en complément. Un livre dont les compétences sont clairement économique et pas historique.
Dans la 1ère partie, j'ai eu l'impression que l'on alterne à pile ou face Armorique et Bretagne, aucune mention de ce qui va vers la Manche, le Cotentin. P67 - on distingue Armoricains, Normands, Vendéens comme étant respectivement "contents".
Moi aussi collégien, j'ai souvenir de l'injuste défaite des Vénêtes, la faute à pas de vent, larmoyant. Je crois que c'est surtout célèbre parce que en face c'était un étranger : Julius Caesar, exit les alliés "gaulois" Pictons. Il y a eu des Morinii de Flandre dans le camps des Venètes. Les faits valent plus les écrits glorieux, Armorica jusqu'en Flandre ?
Politiquement, l'Armorique fut enterrée une fois de plus par la création de la Normandie. Une région que le livre, cite comme une des rares entités française avec la Bretagne ayant une visibilité mondiale. C'est aussi la région à l'origine de l'Angleterre et du Commonwealth, difficile à gommer.
Partie financière et économique :
Le grand projet fédéral EU est largement inspiré du modèle fédéral USA, un modèle qui marche. Si la population moyenne d'un état aux USA est de 6 millions d'habitants, ils vont de 600 000 hab à 37 millions. En Californie : Silicon Valley, Delaware : banking, Alaska : mining, Nevraska : farming ... Une moyenne n'a rien d'optimum.
Bien sûr l'industrie agro alimentaire s'adapte à un zone économique plus grande que cette moyenne.
Toutefois le livre consacre un chapitre au modèle et succès du Pays Basque : 2.2 millions habitants (8% de redevance à actualiser à la baisse selon mes sources).
(0) 

Luigi Barsagli Le Vendredi 5 février 2016 20:01
Les limites qui sont données à l'"Armorique" me paraissent étranges...n'y a t-il pas confusion avec le Massif armoricain ??
(0) 

Jean-Claude EVEN Le Vendredi 5 février 2016 21:00
Citation :
"Nantes et la Basse-Loire firent partie intégrante de l'Armorique celto-romaine puis du duché souverain de Bretagne dont Nantes fut le dernier siège."
Oui, mais il s'agit de l'Armorique, province romaine de Gaules inclue dans La Lyonnaise, puis la Lyonnaise IIè ! Pas de l'Armorique celtique primitive préexistante !
Cordialement,
JC Even
(0) 

spered dieub Le Vendredi 5 février 2016 23:19
C'est malgré tout un sujet à débat ,ci-dessous différentes cartes ,à vous de juger
(0) 

Jean-Claude EVEN Le Samedi 6 février 2016 09:58
Jules César n'a pas cité les Vénètes ni les Namnètes comme peuples armoricains, mais il a cité les Calètes !
Pour Lemovices > Lexovii, la question semble réglée, bien qu'elle aussi fut longue et controversée.
Pour une vision globale de la question, il faut se reporter à la situation antérieure à Jules César, et antérieure au Concile des Gaules, sous Auguste, qui a réorganisé les Gaules en provinces romaines. La Gallia Comata est devenue la Lyonnaise, métropole Lyon, après que ses peuples du sud de la Loire aient été rattachés à l'Aquitaine, et après avoir été intégré les Calètes jusqu'à la Bresle (Phroudis).
Or, ces Calètes étaient déjà qualifiés Armoricains chez César. Ceci démontre une la notion d'Armorique est un concept géographique avant d'être un concept administratif, puisque les deux ne se superposent pas exactement. Ajoutons à cela les Morini Aremorici (Pas de Calais), et l'on voit une autre réponse que celle donnée par la carte. Ajoutons ce que nous avons déjà vu à propos de Conan Mériadec, en plus de la localisation de Cantia Vicus = Quentovic (Montreuil / Etaples) comme point limite du territoire "armoricain" cité par Nennius, et nous nous écartons encore plus d'une Armorique s'arrêtant à l'embouchure de la Seine.
Le point d'accord avec la carte, c'est que même l'Armorique romaine ne s'étend pas au sud Loire, et donc que l'argument de la Vendée est douteux.
Cordialement
JC Even
(0) 

JP Touzalin Le Samedi 6 février 2016 18:37
Cette étude magistrale ne prend pas en compte le pays nantais et sa vocation industrielle.
La mise en valeur nostalgique de l'Armorique est-elle la présentation habile d'une éventuelle nécessité économique du "grand ouest" ?
(0) 

Pôtr ar skluj Le Mercredi 10 février 2016 20:18
Le néo-breton créé par Roparz Hémon et qui reflète tous les aspect de l'idéologie totalitaire de son inventeur. Ce texte de Mordrel dans Stur est à cet égard éclairant :
Le dernier paragraphe intitulé : "RACISME & NATIONALISME" montre bien que l'épuration des mots bretons d'origine romane n'est que la traduction linguistique d'un mépris racial à envers les Latins.
Le néo-breton est à l'Emzao ce que la novlangue est à l'Angsoc : un langue de synthèse appauvrie à dessin, pour empêcher de rien dire qui soit contraire à l'idéologie du parti.
(0) 

Jacques Le Samedi 13 février 2016 16:08
D'accord avec JC Even,
Cette présentation est louable, mais n'est-elle pas révélatrice d'une vision archaïque de la Bretagne qui n'a plus sa place dans l'avenir pour ne pas être le miroir du passé?
Parler de l'histoire de la Bretagne et des Bretons en évoquant la seule Armorique (dont il convient de revoir la définition) est le résultat d'une brito-franchouillardise, pour peu qu'on veuille se souvenir que l'essentiel du peuple breton provient de Bretagne (de l'île de Bretagne, aujourd'hui appelé "Grande-Bretagne" par opposition à une "Petite-Bretagne" qui s'est constituée sur le continent au sortir de l'Empire Romain).
Evoquer l'histoire de la Bretagne, sans aucune référence à l'histoire de l'île de Bretagne est : aberrant!
Et cela d'autant que la force des liens n'a jamais cessés, sauf pour quelques périodes bien identifiées : la fin du 10ème siècle avec les Vikings, la période de Louix XIV et la période post-révolutionnaire à nos jours..!
C'est aussi aberrant que de décrire une pièce de monnaie en ne regardant que l'un de ses 2 cotés!
Mais c'est cet exploit improbable que semble vouloir réaliser nos historiens continentaux...!
Une telle présentation "Armoricaine et continentale" de l'histoire de Bretagne ne devrait plus avoir court de nos jours.
Doit-on se poser la question, si l'histoire doit se plier à un "politiquement correct" du 20 et 21ème siècle?
Si l'on tient absolument à évoquer les "Armoricains"... (terme purement géographique et Jules Césarien pour délimiter le territoire faisant face à l'île de Bretagne), il conviendrait de qualifier ces fameux armoricains!
Justement, il est largement connu que les liens entre les Bretons et les Armoricains étaient étroits!
Et a ce titre, il semble que nos amis britanniques (du mot Briton/Breton) semblent de plus en plus considérer les Armoricains comme des Bretons et non comme des Gaulois...!
La différence entre ces 2 peuples semblables Gaulois et Bretons serait les relations économiques: les Bretons sur une économie maritime, les Gaulois sur une économie continentale...
Si ce fait se confirme dans l'avenir, cela démontre bien que ce territoire, sans le nommer (de la Loire à la Somme) était parti intégrante du bassin économique britannique, dont il était l'une des portes d'entrée pour les continentaux...!
Et même si le vieux Jules César ne mettait pas les Vénétes et les Namnètes comme Armoricains (normal, ils sont situés sur la façade Atlantique), les liens étroits entre ces 2 peuples et les Bretons sont largement connus...!
Alors Bretons ou pas les Armoricains, Bretons ou pas les Vénétes et Namnètes..?
La réponse ne viendra probablement pas des Bretons continentaux, peut-être plus des Bretons insulaires moins stressés par la vision Républicaine de "nos ancêtres les Gaulois"...!
(0) 

frederic Morvan Le Samedi 13 février 2016 16:46
Jacques, pour répondre à votre article, lire mes articles publiés dans l'ABP et sur le site du CHB-KIB
(0) 

spered dieub Le Samedi 13 février 2016 17:08
Yann Le Bleiz
Le sujet est complexe Jean Claude Even a raison sur le plan ethnique ,les vénètes et les namnètes qui leurs étaient assimilés, étaient des peuples différents de ceux de l'Armorique jusqu'à la Somme .Problème avant la conquête romaine ,qu'était exactement l'Armorique politique ,y avait t-il un genre de gouvernement ? une fédération genre conseil régional grand ouest !!! des différentes cités qui la composaient ??
Par contre il est établi que les vénètes avaient bien la maitrise du commerce de l'espace maritime de la péninsule ,sans doute étaient t-ils aussi établis dans l'ile de Bretagne ,dans ce sens ce sont aussi les précurseurs de la future Bretagne continentale . Dans la configuration de l'établissement géographique des peuples de l'antiquité de mêmes peuples étaient établis à des distances parfois éloignées ,donc certains étaient à la fois sur le continent et l'ile de Bretagne ,voir les cartes que j'ai posté dans mon commentaire précédent Des peuples différents par contre pouvaient se côtoyer et souvent les relations n'étaient pas pacifiques
Donc au sens ethnique le sud de l'actuelle Bretagne n'était pas armoricaine, par contre sur le plan politique et administratif il en va différemment
Quand on parle des Bretons de l'ile de Bretagne est ce un peuple spécifique comme les vénètes, ou une désignation d'un ensemble des peuplades du sud de la Grande Bretagne ????
(0) 

Jean-Claude EVEN Le Samedi 13 février 2016 18:50
Bonsoir à tous, et merci à ceux qui ont pris le temps de lire mes études sur le sujet, car mon souhait réside seulement en la recherche historique, sans parti pris ni a priori.
Citation :
"Si ce fait se confirme dans l'avenir, cela démontre bien que ce territoire, sans le nommer (de la Loire à la Somme) était parti intégrante du bassin économique britannique, dont il était l'une des portes d'entrée pour les continentaux...!"
Pour cela, on n'a peut-être pas encore fait suffisamment attention à l'épisode de Carausius, qui tenait pendant un temps les deux rives de la Manche, et faisait frapper monnaie à Rouen.
Cordialement,
JC Even
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons