Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Agro-bio
Agro-bio
- Communiqué de presse -
Si la bio a besoin de soutien, les méga bassines ne sont clairement pas la solution !
L’article de Ouest-France, bien traité dans son ensemble, avance « qu’une irrigation assurée par les bassines permet d’encourager les conversions vers l’agriculture biologique ». Une affirmation sans fondement qui va à l’encontre de l’esprit même de l’agriculture biologique.
Elsa Chanel pour AGROBIO 35 le 17/04/23 17:59

Ouest-France s’est saisi du sujet des mega-bassines en posant dans son article du 12 avril les arguments des pros et opposants. L’article, bien traité dans son ensemble, avance « qu’une irrigation assurée par les bassines permet d’encourager les conversions vers l’agriculture biologique ». Une affirmation sans fondement qui va à l’encontre de l’esprit même de l’agriculture biologique.

Avec cet argument, l’agriculture intensive cherche ici, une fois de plus, à légitimer des pratiques pseudo-écologiques en arguant qu’elles répondent aux besoins de l’agriculture biologique. Une position qu’AGROBIO 35 (principal syndicat de producteurs bio d’Ille-et-Vilaine) et la filière bio dans son ensemble dénoncent sans équivoque : nous souscrivons à l’ensemble des arguments à l’encontre des bassines, développés dans l’article.

« Ces réserves d’eau, conçues pour une minorité d’agriculteurs et d’agricultrices, constituent une aberration économique et écologique, qu’il convient de combattre ! »

Sonia Frétay, éleveuse à Saint-Georges de Reintambault et présidente d’Agrobio35

Pour maintenir des niveaux d’irrigation suffisants aux cultures de tous et de toutes, l’économie de l’eau doit être la priorité. De par ses pratiques (maintien et préservation de la biodiversité, entretien à dessein de zones humides, moindre labour des sols, maintien de la matière organique des sols, ...), l’agriculture biologique répond à cet enjeu et doit à ce titre être réellement priorisée et soutenue.

C’est notamment ce que soulignait la Cour des Comptes dans son rapport de juin 2022, où l’instance soulignait l’insuffisance des politiques de soutien à l’agriculture biologique en France. Depuis, les pouvoirs publics sont aux abonnés absents vis-à-vis du bio. Loin de suivre les recommandations de la Cour des Comptes, ils incitent au contraire au développement de grands projets qui, telles les méga bassines nous enferment dans un modèle agricole à bout de souffle, totalement inadapté aux enjeux climatiques et environnementaux à venir.

Pourtant ce n’est pas comme si les solutions n’existaient pas... Virginie Roussel, maraîchère bio bretillienne, arrose par exemple ses cultures sans avoir à pomper une seule goutte dans les nappes phréatiques. Par un réseau de gouttières performant et par un système d’irrigation optimisé, elle alimente en eau de pluie un bassin de 500m² qui irrigue, à son tour, l’ensemble de sa production tout au long de l’année.

Elle ouvre les portes de sa ferme le 20 juin prochain, avis aux journalistes intéressés !

Voir aussi :
0  0  
Aujourd’hui en Bretagne, 15% des agricultrices et agriculteurs sont installés en bio et 40% des nouvelles installations se font en bio. Longtemps marginale dans la région, l’agriculture biologique a connu un remarquable changement d’échelle. En une décennie, au niveau national, la surface agricole bio est passée de 3 à 10 % et la consommation bio a été multipliée par 3,5. Pourtant, alors que cette agriculture est à l’avant-garde des enjeux de santé, de transition écologique et de souveraineté alimentaire, le soutien public apporté aux agriculteurs bio baisse plus fortement en Bretagne !
Voir tous les articles de AGROBIO 35
Vos 1 commentaires
Alain E. VALLÉE Le Lundi 17 avril 2023 18:41
Même "OF" devrait savoir qu'il n'ya a pas d'équivalence entre : "anti bassines" qui veulent n'être pas sous les tentatives de prédation de la ressource par des industriels de l'agro business soutenus par le pouvoir politique et les "pro bassines" qui sans vergogne accaparent l'eau de tous pour produire des céréales tropicales grosses consommatrices d'eau afin de nourrir du bétail pour sa viande déjà sur-consommée.
Il y a déjà longtemps, on m'a appris que pour produire une protéine animale, il fallait sept protéines végétales. On voit facilement que ce système constitue un vrai gâchis. Et de ceci qui ne changera pas, il est grand temps de tenir compte pour fonder une agriculture durable.
Donner la parole à tous consiste mine de rien à conforter le modèle agro-industriel dominant déjà problématique et, paraît-il, agressif.
L'affaire est si sérieuse que la sage Cour des Comptes s'émeut de "l’insuffisance des politiques de soutien à l’agriculture biologique en France."
Messsieurs MACRON et FESNEAU encore un gros effort pour apparaître même vaguement écologiste !
AV
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons