Sauver la langue bretonne ?

-- Langues de Bretagne --

Enquête de Philippe Argouarch

Publié le 28/11/21 13:23 -- mis à jour le 28/11/21 18:46

Nous avons analysé à nouveau le fichier des subventions provenant du Conseil régional de la région administrative Bretagne afin de voir ce qui est investi pour sauver la langue bretonne à la lumière d’une mise à jour de ce fichier et des oublis qu’on nous avait signalés lors de notre première analyse, en particulier dans l’audio-visuel. Par contre, le système de bourses aux étudiants et enseignants du breton n’a toujours pas pu être identifié. Diwan Breizh ne nous a pas répondu afin de confirmer les chiffres annoncés dans la master file du Conseil régional. La nouvelle fédération des parents d’élèves des écoles catholiques enseignant le breton Disvaskell Breizh nous a bien confirmé que rien n’avait été demandé pour 2021.

Les filières d’enseignement

Pour la langue bretonne, la plus grosse subvention est celle de Diwan. Diwan Breizh a touché en 2020 1 143 000 euros, y compris une aide exceptionnelle en raison de la pandémie de 200 000 euros en novembre 2020. Soit un total de 1 476 300 euros. Le lycée Diwan de Carhaix a touché un total de 279 000 € en 2020. Soit un total pour Diwan Breizh plus le lycée Diwan de Carhaix pour 1 755 300 € pour 2020. Tous les lycées sont à la charge de la Région. Cela paraît beaucoup ? Pas vraiment si on réalise que la Croix-Rouge de Brest a touché en 2021 2 109 151 euros pour l’aide alimentaire.

Div Yezh Breizh, l’enseignement du breton dans les écoles publiques a touché 110 800 € en 2020 et 100 000 euros en 2021. Donc une diminution ici.

Divaskell Breizh est la nouvelle association régionale fédérant les associations locales de parents d’élèves, militant pour l’enseignement de la langue bretonne et du gallo, dans les écoles catholiques de la Bretagne historique (anciennement Dihun). Pas avant 2022 pour les subventions.

Les formations pour adultes

Pour la formation pour adultes, STUMDI a touché 513 400 € en 2020 et 547 000 € en 2021. Skol an Emsav 403 300 € en 2020 et 450 300 € en 2021, Mervent 247 000 € en 2020 et aussi en 2021. Le total pour la formation pour adultes en 2020 est de 941 500 € et pour 2021 de 1 244 300 € en 2021. Il y a effectivement ici une amélioration mais les cours restent chers pour beaucoup de personnes avec des revenus limités. Des bourses existent mais ce mécanisme n’a pu être identifié dans le fichier. Selon une source au Conseil régional ce sont 145 000 € de "bourses" qui ont été votées pour le dispositif Desk destiné principalement à la formation des enseignants du breton.

Les associations qui font vivre le breton

D’autres associations qui donnent des cours de breton sont aussi aidées. Ces assos non seulement enseignent le breton mais souvent elles le font vivre dans des activités. 5 000 € pour Sten Kidna (Auray), 7 000 € pour KAB, Kultur ar brezhoneg, 16 000 € pour Telenn (St-Brieuc), trois subventions pour un total de 41 800 € pour Mignoned ar brezhoneg (Vannes). En Loire-Atlantique à Saint Herblain Yezhoù ha Sevenadur, qui promeut la culture bretonne y compris l’enseignement du breton a reçu une subvention de 25 000 euros en 2021. Même chose pour Kentelioù an Noz à Nantes qui offre aussi des cours et a touché 22 500 € en juillet 2021. Le financement de ces activités qui font vivre la langue sont très importants. Il est certain que des efforts peuvent être encore faits dans ce secteur.

Ofis publik ar brezhoneg

Ofis publik ar brezhoneg a touché 1 024 699 € en 2020 et 1 043 824 € en 2021. Ofis ar brezhoneg est-il assez financé ? On est en droit de se demander pourquoi le traducteur de breton ne marche que dans le sens breton-français ? Et aussi qu’en est-il de la numérisation du breton ? Il s’agit de développements informatiques comme la reconnaissance des mots tapés sur un clavier dès les premières lettres ou de la reconnaissance des phonèmes parlés pour les écrire. Le nouveau président de Ofis publik, Paul Molac, saura-t-il donner une nouvelle impulsion ?

L’audio-visuel

Pour la webTV en breton Brezhoweb, elle a été financée à hauteur de 229 254 € en 2020 via Lionel Buanic KROUI. Daoulagad Breizh qui diffuse des films en breton : 17 000 euros en 2021. Le breton sur France 3 Bretagne aurait reçu une aide de 183 500 € en 2021 selon un communiqué de la région. Selon le fichier de la Région l’entreprise de doublage en breton DIZALE aurait reçu un total de 414 560 euros pour 2021.

En 2020, la Région aurait consacré plus de 667 000 € à la production audiovisuelle et au doublage en langue bretonne par le biais du Fonds d’aide à l’expression audiovisuelle en langue bretonne (FALB). Des programmes bien connus des brittophones sont soutenus par le FALB, tels que le jeu d’aventure Foeterien ou le magazine de vulgarisation scientifique pour les 6-12 ans Na petra ‘ta. . La société de production de documentaires en breton Gwengolo filmoù a touché 123 500 euros en 2021. Chaque année, 15 à 20 productions audiovisuelles en langue bretonne bénéficient de ce fonds selon ce communiqué

Le bilan

Selon ce fichier des subventions (1) et d’autres sources, l’ investissement pour la langue bretonne en 2020 a été d'environ 6 millions € (2) soit en-dessous de 1% du budget total de la Région. Il est difficile d’imaginer qu’il ait augmenté sérieusement en 2021 mais une augmentation de 400 000 euros aurait été votée lors de la dernière session du Conseil régional.

Le budget sera-t-il triplé en 2022 comme le demande le plan Marshall pour les langues régionales ? Ce plan qui avait été mis au point par Yvon Ollivier et son équipe à l’occasion des élections régionales avait été approuvé par Daniel Cueff et ensuite approuvé par Loïg Chesnais-Girard selon les dires de Daniel Cueff

(1) Le fichier mis en ligne par la Région fait près de 140 Mo. Il a une trentaine de colonnes et 66 793 lignes à ce jour. Il comprend les subventions et les financements depuis 2014 - du moins presque tous puisque la subvention de 22 000 euros pour l’Institut culturel de Bretagne-Skol Uhel ar Vro, touchée au mois de mars 2021, n’y figure pas.

(2) Ce chiffre est une estimation. La Région prétend que c’est 8 millions.

Document PDF 53949-subbzh2021101121.xlsx Fichier excel simplifié trié par ordre alphabétique. Source : Conseil régional
Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Rafig
Vendredi 21 janvier 2022
Nous n'aurons pas d'argent pour sauver les 2 langues de Bretagne parce que nous n'avons plus de Bretagne pour gérer nos intérêts.
Les 2 langues de Bretagne : Brezhoneg et Gallo s'étendent sur les 5 départements bretons mais les subventions viennent de la Région bretagne (4 départements) ! donc un gros problème pour aligner les différents services administratifs "concourants".
De plus, la centralisation des impôts nous empêche de générer notre propre budget culturel tiré de nos revenus et notre commerce.
Il faut que les lois de la République française changent vers une autonomie politique et une réunification de la Bretagne pour avoir une chance de sauver ce qui nous reste de Bretagne en nous !
(0) 
Paul
Vendredi 21 janvier 2022
Au-delà des chiffres bruts, je me pose la question, pourquoi autant d'argent à France 3 Bretagne ? Pour quel résultat ?
Mark Kerrain posait cette question sur Kervarker il y a près de 20 ans :
"À la télévision (France 3) moins d'une heure hebdomadaire, régulièrement diminuée à l'occasion d'événements sportifs, à noter que F3 touche en plus de la redevance des subventions du conseil général du Finistère ainsi que du conseil régional pour le développement de ces émissions. Résultats : aucun. Où va l'argent ?"
D'après votre article et le communiqué de la région, Fr3 reçoit tous les ans pour la seule langue bretonne 2,5 millions de redevance audiovisuelle et 183 500 euros de la région. On découvre en plus dans cet article que ce FALB finance donc les émissions en breton de Fr 3 comme "Na Petra 'ta" qui touche 100 000 euros pour la saison 3 en 2021. Le communiqué de la région nous parle d'un autre soutien de la région appelé le FACCA qui subventionne les fictions en breton diffusées sur Fr 3.
De telles sommes sont elles justifiées ?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.