Réforme des retraites : le Parti Breton pose le principe d’une retraite réaliste, juste et équilibrée

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 10/12/19 21:23 -- mis à jour le 14/12/19 07:51

En 1983, il y avait 4 cotisants pour 1 retraité et l’espérance de vie était de 72 ans, soit 12 ans de retraite en moyenne. Aujourd’hui l’espérance de vie est de 84 ans, ce qui fait 22 ans de retraite. Et il n’y a plus que 1,7 cotisant par retraité. En 36 ans, la durée de retraite a été augmentée de 83 % et le pourcentage de ceux qui cotisent réduit de 57 %.

49465_1.jpglogo Parti Breton

La part du PIB consacrée aux retraites est de 13,8 % (sous Mitterrand le ratio était d’environ 7 %), mais au prix d’une surcharge accrue pour nos entreprises. Malgré les gains de productivité, la situation n’est pas tenable.

Partant de ce constat, le Parti Breton pense que le système des retraites doit être refondu sur des bases égalitaires, mais en respectant la responsabilité de chacun dans ses choix de carrière. Il pose donc les principes suivants :

­ Le système de retraite ne doit pas être uniforme, donc sans liberté et sans choix,

­ Ce système ne sera pas géré par l’Etat sensé être le seul garant de l’égalité et de la solidarité (avec l’efficacité qu’on lui connait),

Ce système de retraite reposera sur trois piliers :

1. L’assurance-vieillesse et survivants (AVS) et l’assurance-invalidité (AI) constituent le premier pilier permettant de garantir à tous un minimum vital de retraite comme d’invalidité.

2. Le deuxième pilier est la prévoyance professionnelle, financée de manière paritaire par les salariés et les employeurs,

3. Les salariés les plus aisés pourront souscrire à un troisième pilier, facultatif et comblant les lacunes du deuxième pilier par un capital supplémentaire.

Le Parti Breton fait les propositions suivantes :

­ Une harmonisation des systèmes de retraite pour aller progressivement, et dans la concertation, vers un système unique avec une seule Caisse générale de retraite, gérée de manière réellement indépendante.

­ Avec l’augmentation de la durée des études, il est nécessaire de mettre en place pour les jeunes un rachat de trimestres abordables au moment de la retraite

- La pénibilité sera décorrélée d’accord d’entreprise ou de branche qui traite le comptable comme l’agent qui travaille dehors en hiver ou de nuit. Sur ce sujet, nous ne voulons pas tomber dans la démagogie du système français qui avance un principe sans le définir, qui accorde au cas par cas en fonction des pressions, et qui ne le fait pas évoluer en fonction des évolutions technologiques.

- Pour les plus fragiles ou de santé précaire, le bénéfice d'une complète solidarité

­ La possibilité de travailler plus longtemps pour les personnes qui le souhaitent, sans limite d’âge,

­ Une refonte des systèmes de retraite complémentaires afin d’en assurer la pérennité, avec notamment la généralisation d’une part de capitalisation permettant de responsabiliser chaque génération sur sa propre retraite.

Sébastien Girard

Porte-Parole du Parti Breton

mailbox imprimer
logo
Le Parti Breton est un parti politique républicain, réformateur, qui a vocation à regrouper les hommes et les femmes s'engageant dans le combat pour la reconnaissance pleine et entière de l'identité nationale du peuple breton. Il propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu. Il se définit dans les valeurs de l'humanisme, de la solidarité, de la démocratie et de la liberté. C'est un parti de réforme, s'adressant à tous ceux qui œuvrent pour le progrès selon les principes des philosophies politiques allant de la Social-Démocratie à la Démocratie Sociale Libérale tels que ces concepts sont largement reconnus et répandus dans l'actuelle Union Européenne.

Vos commentaires :

Lucien Le Mahre
Mercredi 11 décembre 2019

Il est bon en effet que les partis bretonnistes sortent de leur pré-carré pour réfléchir aux questions de base qui tracassent principalement les gens : ici les retraites.

A ce sujet, deux questions rapides sur le système proposé à la réflexion :

1- il serait géré par quel type "d'organisme indépendant" exactement ?

2- le paramètre "régional" n'apparait pas : est-ce un oubli ou faut-il considérer qu'il n'est pas envisageable pour vous actuellement ou même à terme, ce qui exclurait le système de retraites des compétences régionales.

Cela surtout signerait une vision de type fédéral à l'échelle de la France qui n'apparait pas nettement dans la présentation de votre mouvement et nous conduirait d'emblée à une réflexion sur le modèle allemand tel que défini ci-dessous par exemple. Modèle déconcentré sans nul doute de nature à transformer le "national-jacobinisme français" auquel, sans surprise, s'accrochent encore tant ceux qui en profitent le plus ou tous ceux pour qui ce système parait définitivement indissociable de la RF.

( Extrait de la Une du "Monde Economie" daté du mardi 21 décembre 2010) :

... / La solidarité financière entre Etats régionaux (Länder) est un principe de base de la République fédérale allemande (RFA). La Constitution intègre, par deux fois (art 72 § 2-3 et 106 § 3-2), un impératif d'"homogénéité des conditions de vie sur le territoire fédéral".

Le mécanisme complexe dit de péréquation financière (Finanzausgleich) fait ainsi en sorte que chaque Etat fédéré (Land) dispose d'une capacité financière équivalant actuellement à 97 % du montant correspondant aux conditions de vie moyennes sur l'ensemble du territoire.

Trois niveaux de redistribution fiscale concourent à ce mécanisme :

- une redistribution intervenant lors du partage des impôts perçus collectivement, en particulier les recettes de la TVA ;

- une péréquation financière verticale entre l'Etat fédéral et les Länder ;

- et surtout une péréquation financière horizontale entre Länder. En clair, les Etats les plus riches transfèrent aux Etats les plus pauvres une partie de leurs recettes fiscales. Sur les 16 Länder de la fédération, cinq sont contributeurs nets (Bade-Wurtemberg, Bavière, Hambourg, Rhénanie-du-Nord-Westphalie et Hesse), onze sont bénéficiaires nets./...

jakez Lheritier
Mercredi 11 décembre 2019

C'est bien de s'exprimer et d'avancer des propositions,mais il faut vraiment présenter des exemples précis par tableau,par profession ..pour bien évaluer et discuter.

S'il faut effectivement penser à avoir des retraites convenables ,à 60ans,à 65 ans..pourquoi pas, d'après vous à 80 ans bientôt ?

Il faut égaliser les méthodes de calculs et supprimer certains régimes spéciaux (cumuls retraités militaires et emploi dans le civil...par exemple) améliorer le système des retraites des pompiers..

Définir par tranche d'activité dans les métiers pénibles un gain en année de retraite tous les 5 ans en activité pénibilité.

En priorité faire glisser des parts des budgets ministériels vers :

l'amélioration des salaires des personnels des services médicaux,l'égalisation du salaire des femmes sur celui des hommes,

Budget de l'état à diminuer pour en imputer des milliards aux améliorations sociales:

-Une vraie réforme territoriale promise de 10 milliards par Mr Hollande et pas réalisée par Mr Macron.

Diminution de 50 % du mille feuilles territorial et du train de vie des élus en surnombre.Vente des palais régionaux,de l'état etc...

-Alléger les représentations diplomatiques dans le monde.Vrais planques pour fonctionnaires recasés et militaires en retraite.Train de vie à diminuer.

-Diminution du budget de construction des sous marins nucléaires (6 en prévision) inutiles.5 à6 Milliards d'économie.

-Cesser les cadeaux de 40 milliards aux grandes entreprises.

-Accentuer la chasse aux fraudeurs fiscaux.

etc,etc...

krys44
Mercredi 11 décembre 2019

Peu clair !

Faut-il rappeler que ce sont les professions libérales et les artisans qui ont refusé le régime général parce qu'au moment de sa mise en place , après la dernière guerre , ils gagnaient assez d'argent et ne voulaient pas cotiser autant que les travailleurs des "régimes spéciaux"? À cette époque , en Bretagne comme dans les autres régions non francophones , les paysans en particulier n'y comprenaient rien , ne parlant pas du tout français ou si peu !

Que tout le monde puisse bénéficier du régime général , par répartition ne nuirait à personne . Les petites entreprises le souhaiteraient . Le scandale de l'argent qui part vers des paradis fiscaux , des grosses fortunes qui n'ont jamais été en aussi bonne santé , suffirait si l'on s'y attaquait un peu à "concrétiser" la viabilité de notre régime actuel qui d'ailleurs ne se porte pas mal du tout . Seul le MEDEF , les actionnaires , les assurances et banque-assurances , fonds de pension se réjouissent de cette future ex- réforme ! Le capitalisme a fait son temps , la sempiternelle croissance également . Le système des US qu'ils veulent nous imposer est minable : (voir le site) .

Tout est à nous , rien n'est à eux

Tout ce qu'ils ont , ils l'ont volé !

Faisons-les battre en retraite !

Jean Louis Le Corre
Mercredi 11 décembre 2019

Infos et propositions interressantes ,j'ajouterais qu'avec un PIB Français d'environ 2600 milliards d'E,près de 14% de PIB pour le total des retraites c'est environ 360 Milliards ,donc les fameux "regimes speciaux "évalués a 8 milliards d'E ,ne representeraient QUE 0,25% de ces 360 milliards (une paille !...meme s'il y a un peu de ménage a faire) En fait c'est un peu plus (pour le cas d'EDF,puisque le cout est en partie prelevé sur nos factures via "taxes d'équipement ...")

Autre idée a defendre comptabiliser aussi les penibilités pour valider des Trimestres (ou futures points ?)car certains metiers sont réelement pénibles et usants de nos jours! Et enfin plafonner certaines pensions et revenus de hauts fonctionnaires qui emargent a des sommes abusivement vertigineuses (de 20 a 50000E/ mois ! Voir rapports cour des comptes) avec de l'argent public ! Mais ça c'est un autre debat !...La gabegie d'Etat ...

Sebgi35
Jeudi 12 décembre 2019

Nous avons voulu ici établir des bases sur un sujet qui préoccupent les bretonnes et les bretons. Il n'est pas bien sur complet et n'aborde pas tous les problèmes car ce n'est pas la compétence que nous voulons en premier pour la Bretagne. Nous voulons bien sûr mettre en place en Bretagne une caisse autonome de retraite et plus largement une sécurité sociale comme en Alsace. Sur le principe de la capitalisation elle serait réservé aux revenus élevé ce qui permettrait de moins ponctionner notre production de richesse. Le Parti Breton est l'autonomiste comme au Pays Basque et veut dans un premier temps prélevé l'impôt sur le revenu et la TVA en Bretagne ce qui représenterait un budget de 20 milliards d'euros mobilisable pour nos projets. Si on va au delà et que l'on perçoit l'ensemble de notre production de richesse de l'ordre de 120 milliards sur les 5 départements alors un mécanisme de péréquation sera mis en place.vers les régions les moins favorisées et les fonctions régaliennes de l'Etat.

sebgi35
Vendredi 13 décembre 2019

Lors de la création de la sécurité sociale au sortir de la seconde guerre mondiale, la sécurité sociale en France reposait sur quelques principes : un régime unique pour l'ensemble des citoyens. Un système général quels que soient les ayants droits et une autonomie de gestion. L'objectif initial d'une démocratie sociale ne s'est pas réalisé. Aujourd'hui le système de retraite est profondément inégalitaire. De plus, l'évolution de la démographique, la dilapidation de notre création de richesse et le laisser faire a pour conséquence un déficit catastrophique pour les régimes de retraites. Pour certaines caisses de retraites le ratio est alarmant : il y a pratiquement extinction des cotisants. Le Parti Breton veut redonner à la Bretagne son régime unique et de l'autonomie au système de retraite avec un système mixte répartition et capitalisation dont les capitaux seront injectés dans l'économie bretonne et pas dans des paradis fiscaux. Il y aura une caisse unique, sans régimes spéciaux, sous réserve de pénibilité qui versera une pension plafonnée avec un seuil minimal. Le régime général doit être la règle commune, par fusion des régimes spéciaux. Les caisses de retraite doivent être détachées du budget de l'Etat. Le Parti Breton préconise une démarche égalitaire pour résorber les problèmes des retraites

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.