Réception des prétendantes au titre de Reine de Cornouaille à la Mairie de Quimper
Communiqué de presse

Publié le -- mis à jour le 00/00/00 00:00
30986_1.jpg
Cérémonie à la mairie de Quimper pour les prétendantes au titre de Reine de Cornouaille 2013.

Samedi matin 27 juillet (1) avait lieu, en présence de Jean-Luc Videlaine, préfet du Finistère et anciennement de Haute-Savoie, la cérémonie accueillant les 19 prétendantes au titre de Reine de Cornouaille, ( voir l'article ) avec aubade du bagad An Erge-Vraz.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Bernard Poignant arborait un gilet glazig, offert par la conseillère municipale Nadine Urvoas, taillé par Raymond Le Lann. Le maire de Quimper a félicité la Reine de Cornouaille 2012, Diane Soubigou, ainsi que ses deux demoiselles d'honneur d'avoir représenté la Cornouaille, puis la Région Bretagne et enfin, comme il l'a souligné, la République française. M. Poignant a rappelé l'ouverture du Cornouaille mardi dernier en présence de Carlos Núñez, président d'honneur du jumelage Quimper-Ourense ( voir l'article ) Carlos aurait été dans le train qui a déraillé en Galice, précise-t-il, il est indemne, mais quelle peur pour Jean-René Dagouat, président du comité de jumelage.

Le Cornouaille se distingue par la musique, la danse, l'artisanat et aussi la gastronomie, avec le Cornouaille gourmand dans la cour de la Maison diocésaine.

Jean-Michel Le Viol, président du festival de Cornouaille, a rappelé ensuite que cette année est celle des 90 ans du Cornouaille. D'abord appelé Fête des Reines en 1923 avec le président Louis Le Bourhis, puis Fêtes de Cornouaille, ensuite Festival de Cornouaille et, depuis l'an dernier, le Cornouaille.

" Pour cette année, le bilan provisoire est satisfaisant, les spectacles font le plein, la place Saint-Corentin est noire de monde, il y a des danseurs aux festoù-noz, qui est reconnu au patrimoine de l'Unesco, il fait bon flâner dans les rues de Quimper ; le Cornouaille est symbole de partage et convivialité. La Bretagne puise sa force dans sa diversité culturelle ", ajoute-t-il.

Le Cornouaille a distribué des billets au CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) ainsi qu'aux maisons de quartier afin de faire bénéficier gratuitement les personnes à revenus modestes de la journée du dimanche, Kemper en fête, clou du festival.

Il remercie Gwenola Le Corre, directrice par intérim, d'avoir assuré la fin de la programmation. Il remercie également les membres du comité du festival, les bénévoles, leurs conjoints ainsi que les médias qu'il trouve actifs et réactifs.

Il termine en espérant que Quimper soit la capitale de la culture bretonne. Les participants à cette cérémonie ont terminé avec un verre offert à cette occasion.

(1) La date erronée du 31 décembre au lieu du 27 juillet provient d'un bug chez l'hébergeur d'ABP.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1377 lectures.
Gwenaelle Pelliet, Quimpéroise, ancienne fonctionnaire, bénévole multi-média pour le site www.agencebretagnepresse.com, Actualité culturelle du Finistère (agenda et comptes-rendus)
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.