La région veut-elle ou peut-elle sauver la langue bretonne ?

-- Langues de Bretagne --

Investigation de Philippe Argouarch

Publié le 10/11/21 8:05 -- mis à jour le 22/11/21 11:57
Yvon Ollivier rappelle au Conseil régional ses engagements sur le breton
L’écrivain Yvon Ollivier était au festival du livre en Bretagne de Carhaix. Il rappelle qu’on a besoin d’un plan Marshall pour sauver le breton.
Réalisation : ABP
(256 vues)

Alors que France 3 annonce que les langues régionales seront à l’honneur sur ses antennes régionales du 22 au 28 novembre, ABP s’est penché sur les subventions de la région administrative Bretagne pour la langue bretonne pour les années 2020 et 2021. Les sources de ces données proviennent du site de la Région : data.bretagne . Vous trouverez ici les 4181 subventions, de 10 000 euros ou plus, allouées par la région administrative Bretagne aux entreprises, associations et communautés territoriales en 2021.

Nantes Métropole a un budget presque supérieur à celui de la région Bretagne

Le budget 2020 de la Région s’élevait à 1,6 milliard d'€ dont 655 M€ en investissements et subventions diverses. Celui de 2021 s’élève à 1,66 milliard. Ces budgets sont bien sûr insuffisants, juste un peu plus que le budget de Nantes métropole. Le budget 2021 de Nantes métropole s’élève à 1,3 milliard d’euros. Selon nos calculs, à ce jour, la région Bretagne a distribué 754 millions d’euros, soit un peu plus de la moitié de son budget.

Le Conseil régional est-il une SRCF ?

La plus grosse dépense du Conseil régional concerne les TERs (train express régional) dont les régions sont responsables. Mais comment ont-elles pu accepter une telle charge ? Il s’agit de 65 millions d’euros pour l’exploitation du TER en 2020 et de 170,9 millions pour 2021. Oui, un peu plus de 10% du budget de la Région est allé aux trains en 2021 ce qui fait de la Région une sorte de « Société Régionale des Chemins de fers Français » ou SRCF. La région aide aussi le développement du LGV et des gares. Que le train pompe autant de nos impôts est choquant. Certes ces TER sont nécessaires pour diminuer l’empreinte carbone des voitures, mais une société privée, même aidée pour le prix des billets, serait à envisager non ?

Puis vient la RN164 avec deux financements pour un total de 21 millions en 2021. La construction de cette route à 4 voies qui va de Rennes à Châteaulin dure depuis 50 ans. Elle va finalement s’achever.

Les fonds d’investissements : la région est aussi une banque

Pour la « reprise » en région Bretagne, suite à la pandémie, le fonds COVID RESISTANCE BRETAGNE a reçu 27 millions en mai 2020, le fonds BREIZH REBOND a reçu 20 millions en 2021 afin de pouvoir distribuer des crédits aux PME, le fonds EPOPEE transition (épopée gestion) a reçu un fonds de 10 millions en 2021 pour aussi prêter aux PME et TPE.

Éducation et culture

Puis viennent tous les lycées, dont la Région a la charge.C e sont des investissements énormes : le lycée J.M. Le Bris de Douarnenez a reçu pour son fonctionnement 24,8 millions en 2021 à lui tout seul. Les centres hospitaliers et les universités sont aussi aidés.

Ensuite, viennent les associations culturelles, les festivals comme le festival interceltique, et pour finir les clubs sportifs. De nombreuses communes sont aussi aidées financièrement mais est-ce le rôle de la Région de financer des communes ? Et pourquoi celles-ci plutôt que celles-là ?

Cet article n’a pas pour but d’analyser le pour ou le contre de milliers de subventions mais on s’étonnera tout de même qu’alors que le Conseil régional vient de voter un voeu en faveur de la réunification administrative de la Bretagne, l’association Bretagne Réunie, qui milite depuis plus de 50 ans dans cette direction, ne touche que 5000 euros. C’est autant que le club nautique de Lorient, deux fois moins que le conservatoire botanique de Brest et deux fois moins qu’une subvention pour filmer un documentaire sur les volcans. En anglais on dit : if you do not put your money where your mouth is, you have already lost.

Sauver la langue bretonne ? Est-on sérieux ?

Les filières d’enseignement

Pour la langue bretonne, la plus grosse subvention est celle de Diwan. Diwan Breizh a touché en 2020 : 1 143 000 euros, y compris une aide exceptionnelle en raison de la pandémie de 200 000 euros en novembre 2020. Soit un total de 1 476 300 euros. Le lycée Diwan de Carhaix a touché un total de 279 000 € en 2020. Soit un total pour Diwan Breizh plus le lycée Diwan de Carhaix pour 1 755 300 € pour 2020 . Cela paraît beaucoup ? Pas vraiment si on réalise que la Croix-Rouge de Brest a touché en 2021 : 2 109 151 euros pour l’aide alimentaire.

Div Yezh Breizh, l’enseignement du breton dans les écoles publiques a touché 110 800 € en 2020 et 100 000 euros en 2021. Donc une diminution ici.

Les formations pour adultes

Pour la formation pour adultes, STUMDI a touché 513 400 € en 2020 et 547 000 € en 2021. Skol an Emsav : 403 300 € en 2020 et 450 300 € en 2021, Mervent : 247 000 € en 2020 et aussi en 2021. Le total pour la formation pour adultes en 2020 est de : 941 500 € et pour 2021 de 1 244 300 € en 2021. Il y a effectivement ici une amélioration mais les cours restent chers pour beaucoup de personnes avec des revenus limités. Des bourses existent mais ce mécanisme n’a pu être identifié dans le fichier. Selon une source au conseil régional ce sont 145 000 € de "bourses" qui ont été votées pour le dispositif Desk destiné principalement à la formation des enseignants du breton.

Les associations qui font vivre le breton

D’autres associations qui donnent des cours de breton sont aussi aidées. Ces assos non seulement enseignent le breton mais souvent elles le font vivre dans des activités. 5 000 € pour Sten Kidna (Auray), 7 000 € pour KAB, Kultur ar brezhoneg, 16 000 € pour Telenn (St-Brieuc), trois subventions pour un total de 41 800 € pour Mignoned ar brezhoneg (Vannes). En Loire-Atlantique à Saint Herblain Yezhoù ha Sevenadur, qui promeut la culture bretonne y compris l’enseignement du breton a reçu une subvention de 25 000 euros en 2021. Même chose pour Kentelioù an Noz à Nantes qui offre aussi des cours et a touché 22 500 € en juillet 2021. Le financement de ces activités qui font vivre la langue sont très importants. Il est certain que des efforts peuvent être encore faits dans ce secteur.

Ofis publik ar brezhoneg

Ofis publik ar brezhoneg a touché 1 024 699 € en 2020 et 1 043 824 € en 2021. Ofis ar brezhoneg est-il assez financé ? On est en droit de se demander pourquoi le traducteur de breton ne marche que dans le sens breton-français ? Et aussi qu’en est-il de la numérisation du breton ? Il s’agit de développements informatiques comme la reconnaissance des mots tapés sur un clavier dès les premières lettres ou de la reconnaissance des phonèmes parlés pour les écrire. Le nouveau président de Ofis publik, Paul Molac, saura-t-il donner une nouvelle impulsion ?

L’audio-visuel

Pour la webTV en breton Brezhoweb, elle a été financée à hauteur de 229 254 € en 2020 via Lionel Buanic KROUI. Daoulagad Breizh qui diffuse des films en breton : 17 000 euros en 2021. Le breton sur France 3 Bretagne aurait reçu une aide de 183 500 € en 2021 selon un communiqué de la région. Selon le fichier de la région l’entreprise de doublage en breton DIZALE aurait reçu un total de 414 560 euros pour 2021.

En 2020, la région aurait consacré plus de 667 000 € à la production audiovisuelle et au doublage en langue bretonne par le biais du Fonds d’aide à l’expression audiovisuelle en langue bretonne (FALB). Des programmes bien connus des brittophones sont soutenus par le FALB, tels que le jeu d’aventure Foeterien ou le magazine de vulgarisation scientifique pour les 6-12 ans Na petra ‘ta. . La société de production de documentaires en breton Gwengolo filmoù a touché 123 500 euros en 2021. Chaque année, 15 à 20 productions audiovisuelles en langue bretonne bénéficient de ce fonds selon ce communiqué

Le bilan

Selon ce fichier des subventions (1) et d’autres sources, l’ investissement pour la langue bretonne en 2020 a été au environs de 6 millions € (2) soit en dessous de 1% du budget total de la Région. Il est difficile d’imaginer qu’il ait augmenté sérieusement en 2021 mais une augmentation de 400 000 euros aurait été voté lors de la dernière session du Conseil régional.

Le budget sera-t-il triplé en 2022 comme le demande le plan Marshall pour les langues régionales ? Ce plan qui avait été mis au point par Yvon Ollivier et son équipe à l’occasion des élections régionales avait été approuvé par Daniel Cueff et ensuite approuvé par Loïg Chesnais-Girard selon les dires de Daniel Cueff

(1) Le fichier mis en ligne par la Région fait près de 500Mo. Il a une trentaine de colonnes et 65 793 lignes à ce jour. Il comprend les subventions et les financements depuis 2014 - du moins presque toutes puisque la subvention de 22 000 euros pour l’institut culturel de Bretagne Skol Uhel ar Vro, touchée au mois de mars 2021, n’y figure pas.

(2) Ce chiffre est une estimation. La région prétend que c’est 8 millions.

Document PDF 53761-subbzh2021.xlsx Ce fichier est un extrait du fichier général des subventions de 2014 à 2021. Source : Conseil régional de Bretagne
Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 14 commentaires
Lewon Joc
Mercredi 10 novembre 2021

Ok pour les subventions à la langue bretonne mais pas ok pour privatiser le train qui roule bien rempli et est un service public !! Le service public c'est la richesse de ceux qui n'ont rien: les sans dents de Hollande.

Killian Le Tréguer
Mercredi 10 novembre 2021

Le problème du chemin de fer régional, c'est que je ne vois pas bien le côté régional justement...les lignes suivent celles du TGV...

Kerbarh
Mercredi 10 novembre 2021

Il faut exiger la publication intégrale de toutes les subventions et aides réalisées par le CR de Bretagne. La transparence est un minimum pour relancer la confiance envers les politiques. Que faites-vous de nos impôts et des transferts d’argent provenants de l’état et de l’Europe ?

P. Argouarch
Mercredi 10 novembre 2021

@Yann Syz : Si vous êtes au courant d’autres subventions pour la langue bretonne, y compris celles dans le 44, ou si vous connaissez l’attribut de celle pour les bourses, merci de nous les indiquer. A moins que vous pensiez qu’un citoyen lamda puisse analyser un fichier comportant 65 793 subventions (de 2014 à 2021) dont certaines ont la date manquante ou une description cryptique. Certaines subventions sont tout simplement manquantes comme celle de 2021 pour Skol uhel ar vro. Je n’ai pas passé votre commentaire car il comporte des erreurs. Il y a deux entrées pour l’audio-visuelles. Cet article n’a rien à voir avec le programme 318 qui est lié au budget de 2018. Il analyse seulement les entrées du fichier de la région pour 2020 ET 2021.

Alan-Erwan Coraud
Jeudi 11 novembre 2021

Bretagne Réunie avait demandé une subvention pour permettre l'implantation de mâts et de Gwenn Ha Du en Loire-Atlantique, auprès des entreprises, vignerons, paludiers, agri, associations et particuliers.
Bretagne Réunie a été écoutée et sa demande de 5000€ a été actée. De plus le Conseil régional souhaite que les implantations aient un panneau et/ou un adhésif stipulant le soutien financier de la région. Tout cela est très positif et Bretagne Réunie aimerait avoir la même qualité d'écoute auprès du département de Loire-Atlantique. L'association continue d'étudier d'autres pistes avec le CR Bretagne administrative.

Yvon ollivier
Jeudi 11 novembre 2021

Dans la vidéo ma langue a fouché. Pour ce qui est des pays comme la Catalogne l unité de mesure est la centaine de millions d euros bien sûr

Kerbarh
Jeudi 11 novembre 2021

Quand je demande la publication de toutes les subventions délivrées par le CR Bretagne, je ne vise aucunement la la langue bretonne , au contraire. Elle reçoit des miettes !
Il serait logique que les aides et subventions , disons de plus de 50000€ ,allouées à tout type d’organisations privées ou publiques, soient publiées.

Killian Le Tréguer
Jeudi 11 novembre 2021

Il est urgent d'augmenter la part pour la langue bretonne mais aussi (surtout ?) d'augmenter le budget de la Région et pas juste pour des dépenses de fonctionnement ou pour reprendre les postes défaillants de l'Etat parisien.

P. Argouarch
Jeudi 11 novembre 2021
P. Argouarch
Jeudi 11 novembre 2021

@Marcel : J’ai modifié mon article suite à votre remarque

Kerbarh
Jeudi 11 novembre 2021

Très bien et Merci Mr Argouarch. Par contre je ne suis pas certain que les subventions et les prêts remboursables par les entreprises soient différenciés .Ce n’est pas du tout la même chose .

Alter Écho & Ego machin
Samedi 13 novembre 2021

Veut-elle ? Ou ne peut-elle pas ?
De qui sommes-nous à nous demander, les sourcils froncés, en se caressant les cheveux, barbes et mentons, ce que veut ou ne peut ? Eh bien c’est « elle » ! C’est de la « région », cette petite chose inanimée, à laquelle, des Bretons délèguent, ont laissé les droits, pouvoirs et vouloirs de décider de qui doit vivre ou mourir ! Enfin à cette chose qu’ils abandonnent, le vivant…
Ave Caesar morituri te salutant !
Toutes ces vicieuses choses qui font muter le Citoyen qu’il aurait dû « être », et rester un peu plus longtemps qu’il lui a été permis et qu’il laisse se faire, un citoyen invisible, inopérant sinon par défaut souvent pour le pire ! Choses dont les noms sont d’un commun, et qui sont devenus les tombereaux, des tombeaux, pire encore des fosses communes, où se déchargent et périssent, pourrissent les vertus et responsabilités de l’Homme Citoyen !
La société, l’entreprise, l’état, le gouvernement, une assemblée, un sénat, le syndicat, la commune, un conseil régional, un conseil départemental, un conseil communal, un conseil d’état et plus encore, autant de choses communes qu’aucune majuscule surajoutée, aucun « nom récuré, propre » ne peut plus anoblir, ne sont plus que des dépôts, des reposoirs !
"Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir !" Baudelaire
Mais pour la BRETAGNE, qu’est-ce qui peut bien justifier que son nom soit encore pour longtemps, un « nom propre » ?! Avec un Peuple qui veuille, encore??

Jack Leguen
Samedi 13 novembre 2021

Alan-Erwan Coraud : Bretagne Réunie doit demander au moins 100 000 euros. Il s’agit de pouvoir financer des posters géants le long des routes, un lobby au CG du 44, un journal papier mensuel, une dynamisation quotidienne du site web avec de l'actu sur la réunification comme sur les réseaux sociaux, l'envoie de courriers aux mairies et aux entreprises accompagnés de gwennhadu à hisser, etc.

Thomas
Lundi 15 novembre 2021

Mais est-ce que la région peut tout?
Si une famille souhaite que son enfant apprenne le breton tôt (petite enfance) avec comptines et des histoires simples, comment peut elle? Puisque la majorité des crèches dépendent des communes et non de la région, et l'on sait déjà la difficulté pour diwan de récupérer son dû.
Bien sur, une aide ponctuelle, comme dans le finistère sur le modèle de divskouarn, est possible mais cela a le défaut de précariser l’internant et surtout de ne pas pérenniser son action.
Pour continuer sur l'exemple de diwan, la région s'occupant des lycées, il n'y en a que deux(ou trois?) dans toute la bretagne. Ainsi malgré son vouloir, les moyens sont limitées pour la région de pouvoir influencer sérieusement la politique linguistique bretonne.
Mutualiser les moyens avec les autres collectivités locales est nécessaire pour renforcer un parcours linguistique complet.
Car il s'agit d'un tout à créer. Lorsque l'on lit 150k pour former des enseignants par le dispositif Desk mais qu'il existe aussi pleins de formations éparpillées entre les strates territoriales, le manque de moyens accordées et le manque d'homogénéité sont criants.
C'est peut être ainsi cela qui manque à la région, une véritable volonté au risque de s'imposer car même si elle subventionne, elle ne semble pas vouloir administrer la problématique alors qu'il s'agit d'un véritable projet à mener par le vice président des langues de bretagne.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.