Plan Marshall des langues : tout ça pour ça !
Chronique de Yvon Ollivier

Publié le 27/02/22 15:13 -- mis à jour le 27/02/22 20:29

Nous commençons à mieux saisir le sort donné à notre « plan Marshall pour les langues de Bretagne », ce programme politique et culturel ambitieux porté par la liste « Bretagne ma vie » et figurant au cœur des politiques linguistiques selon l’accord électoral Chesnais-Girard/Cueff.

Il n’y avait pas grand espoir de le voir mis en œuvre tant il opère une rupture totale avec les politiques actuellement menées.

Côté positif, une augmentation du budget consacré aux langues, mais avec 16% seulement en plus, contre le triplement de ce budget que nous proposions. Avec ce plan, au moins aurons-nous réussi à mettre la question des langues de Bretagne au cœur des dernières élections régionales.

Mais pouvons-nous être fiers que tout le travail accompli se résume à une augmentation aussi faible de l’ordre de 1 million d’euro lorsque l’on sait que l’on part de tellement bas (7 millions d’euros), et que les Gallois y consacrent 160 millions de livres ?

C’est déjà ça, nous dira-t-on. Mais l’essence même du plan Marshall était d’opérer une véritable rupture avec les politiques actuelles, concernant nos langues et l’autonomie de la Bretagne.

Je trouve donc choquant d’entendre les élus de la liste « Bretagne ma vie » évoquer leur plan Marshall comme s’il était mis en œuvre sans sourciller par Loig Chesnais-Girard, alors que la politique que poursuit ce dernier en constitue la négation même. Que ceux qui en douteraient consultent seulement le plan Marshall ! Je ne regrette pas d’avoir quitté le navire dans l’entre deux tours comme une grande partie des co-listiers mis devant le fait accompli.

Il s’agit là d’une forme de duplicité permanente, de malhonnêteté intellectuelle et même politique , car je persiste à croire en l’honnêteté en politique. Cette duplicité éloigne chaque jour davantage nos concitoyens de la politique et de la démocratie.

Au moins, Loig Chesnais-Girard, dans son discours d’ouverture de la présente session budgétaire a eu la décence de ne pas en parler, du plan Marshall

Nous avons déjà dit ce que nous pensions de la Convention spécifique sur les langues dans une tribune récente du Télégramme, co-signée avec Yannig Baron.

La région Bretagne va poursuivre une politique linguistique en échec depuis plusieurs années. Dans six ans, et malgré l’affichage d’un objectif de 30 000 élèves, nous n’aurons pas vraiment progressé puisque l’Etat n’a pris aucun engagement précis et chiffré quant à la formation des enseignants qui sont déjà en poste, à l’image de ce qui se fait en Corse. La situation pourrait même empirer. Prenons rendez-vous dans cinq ans !

Lorsqu’une politique publique est en échec, il faut trouver le courage de l’affronter, de l’évaluer par un tiers extérieur et d’expérimenter autre chose, comme ici le plurilinguisme. Loig Chesnais-Girard n’a pas ce courage-là.

Le plus important sans doute : la volonté d’émancipation bretonne. Loig Chesnais-Girard évoque à demi-mot dans son discours d’ouverture la nécessité d’une réforme constitutionnelle.

Mais que fait-il pour que les choses changent ? Rien ! il ne s’agit pas d’attendre que l’Etat accepte de partager sa souveraineté, c’est à la Bretagne de tracer son chemin vers l’autonomisation progressive.

Dans le plan Marshall des langues figurait la méthode pour y parvenir : dessiner le statut particulier pour la Bretagne, le faire voter solennellement par la collectivité territoriale, le promouvoir auprès du peuple bien sûr dans le cadre d’un débat démocratique et ensuite le proposer à l’Etat dans un rapport de pression politique passant éventuellement par une consultation populaire.

Chesnais-Girard s’est réservé la compétence en matière institutionnelle, c’est à lui qu’il revient d’agir en remettant sur pied un groupe de travail capable de concevoir ce nouveau statut ;

Mais je doute fort qu’il le fasse, puisqu’avec lui, nous sommes sur le versant d’un « régionalisme » de pacotille, sans réelle volonté d’émancipation.

Le contexte politique le renforce, hélas. Les « régionalistes » qui ont rejoint sa majorité, Christian Troadec et Paul Molac, loin de pousser à l’émancipation sont devenus des forces légitimantes de l’inaction et de ce « régionalisme » de pacotille qui nous donne l’illusion d’exister mais qui assure notre disparition progressive en tant que peuple.

Pour ma part, je me refuse à me contenter des « nous n’avons pas assez d’argent, nous savez, les départements font peu, le rectorat ne veut pas… » auxquels même une grande partie du mouvement culturel semble se résigner désormais. Il existe toujours une place pour la volonté politique, lorsque l’on veut encore exister.

Yvon Ollivier

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Auteur

Voir aussi :

1  0  
mailbox
imprimer
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Vos 6 commentaires
  jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
  le Dimanche 27 février 2022 18:12
Allez aux élections communales ,départementales sans alliances avec les organisations françaises ou complices;
Ne plus négocier avec eux...
S'investir dans des scop,des créations d'entreprises,avec des militants bretons , avec des objectifs sérieux.
Des coups ,des actions de terrains.les bla bla bla on connait cela depuis 40 ans
Ca suffit.
Faire et ne plus quémander.,ni pétitionner, AGIR avec des gens courageux qui ne tournent pas leur veste une fois élus..
Etre soit même.
(0) 
  Christine Viard
  le Dimanche 27 février 2022 18:32
Pour que le Conseil régional bouge, encore faudrait-il que le Conseil culturel de Bretagne qui représente les acteurs de la langue bretonne soit plus exigeants. A part des "ce n'est pas assez et nous serons vigilants, rien". Il fallait demander au CR de Bretagne de ne pas voter cette convention en l'état et de renégocier. J'espère qu'on ne va perdre 6 ans. 30000 en bilingue en 2026 ? J'en doute.
(0) 
  Émile Moisan
  le Dimanche 27 février 2022 23:35
Bravo.
(0) 
  Krys 44
  le Lundi 28 février 2022 13:09
Ce sont des apparatchiks ! Leur premier souci est de se faire réélire ...!
Un livre très intéressant sur la manière dont les Gallois s'y sont pris pour obtenir ce qu'ils ont , par Gwynfor Evans , avocat et politicien gallois . Il a surtout obtenue une chaîne TV EN langue galloise ...
"Fighting for Wales",je ne sais si on peut encore le trouver ou le commander .
(1) 
  Jiler
  le Mardi 1 mars 2022 09:30
Nous avons tous la responsabilité de maintenir la pression, de faire comprendre que nous surveillons l'évolution de l'effort pour les langues. Faisons comprendre aux responsables que ça ne suffit pas !
Le combat pour la langue dure depuis 150 ans; il ne s'arrêtera pas demain !
Dans cet effort de surveillance, monsieur Olivier, vous et Yannig Baron avez une place essentielle. Mais il faut que les acteurs de terrain , nombreux, jouent leur rôle.
(0) 
  Yann Menez Are
  le Mardi 1 mars 2022 22:00
Yvon,
Tu arrives au constat que j’avançais dès le début, Cueff est un politicien qui vous a roulé dans la farine pour une vice presidence.
C’est décevant mais c’est la triste réalité.
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.