Pétition des 100.000 : 3 ans après, quelles perspectives ?

-- --

Communiqué de presse de A la Bretonne
Porte-parole:

Publié le 20/11/21 21:12 -- mis à jour le 20/11/21 21:12

L’Union des fédéralistes européens – UEF-France et À la bretonne ! ont le plaisir de vous convier à une journée consacrée à la démocratie locale et l’implication citoyenne en Europe, avec un focus particulier sur la question de la réunification de la Bretagne.

Le samedi 11 décembre, 100 cadres associatifs, citoyens, élus, débattront à la Maison de l’Europe de Nantes 90-92 boulevard de la prairie au Duc, le samedi 11 décembre (9h30-17h).

En décembre 2018, une pétition d’une ampleur considérable (105 000 électeurs de Loire-Atlantique) demandant une consultation populaire sur la réunification de la Bretagne a été déposée au Conseil départemental de Loire-Atlantique, conduisant ce dernier à demander à l’État l’organisation d’un référendum. Trois ans après, nous invitons la Ville de Nantes, le Conseil départemental de Loire-Atlantique ainsi que la Région Bretagne à exposer leurs méthodes pour aboutir au vote des électeurs du département.

Comment s’exerce la démocratie locale ailleurs en Europe ? La France est entourée d’Etats fédéraux (Allemagne, Suisse, Belgique) ou régionalisés (Italie, Espagne) où la question de la détermination territoriale existe également. De ces expériences, la France peut s’inspirer pour construire une nouvelle relation entre les citoyens et leurs territoires. Ce sera aussi l’objet de nos réflexions.

Des interventions d’experts ponctueront cette journée dans un esprit bienveillant et constructif. La journée sera suivie d’un temps de convivialité.

La journée sera rythmée par quatre temps de débat :

– L’interpellation citoyenne, du niveau local à l’échelle mondiale. Les citoyens ont-ils suffisamment de pouvoirs pour agir, de façon directe et participative, sur leur destin politique ?

– 3 ans après la pétition pour un référendum relatif à la réunification de la Bretagne, où en sommes-nous ?

– Les fédéralismes en Europe (Allemagne, Suisse, Belgique …). Quels sont les modèles de démocratie locale ? Quelles sont les différentes solutions apportées par les Etats ?

– Dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’UE et de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, et à l’approche des élections présidentielles et législatives en France, quelles sont les perspectives envisageables et envisagées pour renforcer la démocratie locale ?

Pour s’inscrire

Voir aussi :
mailbox imprimer
Vos 16 commentaires
Fano
Dimanche 21 novembre 2021

Qu'attendre ? Il semble que le Conseil Départemental de Loire-Atlantique et la mairie de Nantes soutiennent l'Etat dans son projet déjà bien avancé du Grand Ouest.
Une remarque : "3 ans après la pétition pour un référendum "- En fait La pétition demandait une consultation non référendaire.

Muichka
Dimanche 21 novembre 2021

MENSONGE !
Tout à fait, Fano, quel mensonge. Les auteurs peuvent-ils corriger ? et remplacer par "– 3 ans après la pétition pour une consultation relative à la réunification de la Bretagne dans le cadre de la loi Notre,, où en sommes-nous ? "

Alain E. VALLÉE
Dimanche 21 novembre 2021

Le minimum de l'honnêteté intellectuelle, morale et politique serait que les auteurs du texte supra consacré à l'annonce d'une conférence sur les suites à donner à la pétition des 105.000 signataires, nomment les auteurs de l'initiative. En effet, cette pétition qui n'a pas être récupérée ou dénaturée, n'est pas pas tombée du ciel mais de l'action militante de BRETAGNE RÉUNIE et de personne d'autre !
Cette réunion ne propose rien d'autre que tenter une stupide captation d'héritage contre BRETAGNE RÉUNIE.
Tout referendum sur le Réunification de la Bretagne étant juridiquement impossible, Répétons :
( 1 ) - : Le rêve sacré des jacobins et centralisateurs qui vont souvent masqués, est que les Bretons eux-mêmes car manipulés ("Voulez-vous l'indépendance de l'Algérie et une augmentation de salaire ?"), refusent la Réunification de la Bretagne. Ceci selon le modèle des consultations en Ecosse, au Québec, ...
( 2 ) - : Il est amplement démontré que lors d'une consultation sur un sujet précis (referendum, votation, ...) les gens ne répondent pas à la question posée mais à celui qui la pose dans le contexte politicien créé par lui pour la fin parfois oblique sinon perpenduculaire qu'il poursuit.
( 3 ) - : Le "Grand Ouest" dont on ne parle qu'à Nantes et à son seul bénéfice, serait certainement la dilution de la Bretagne dans un autre "machin" On sait de plus que la dette par habitant dans les Pays de la Loire est bien supérieure à celle des Bretons de la Bretagne administrée. Toute tentative de faire payer une quelconque dette "ligérienne" par des Bretons administrés serait une nouvelle ignominie contre la Bretagne.
AV

penn kaled
Dimanche 21 novembre 2021

Au vu du contexte post brexit des négociations directes du conseil régional b4 et des acteurs économiques avec le gouvernement anglais ,en incluant la Loire atlantique ,contribuerait à la réunification , éliminerait le spectre du grand ouest ,et officialiserait de fait une entité politique bretonne .Je propose dans ce sens l'établissement d'un groupe de pression sur le conseil régional b4 ,le problème actuel de la pêche se doit d'être le déclic .

Anne Merrien
Dimanche 21 novembre 2021

La réforme territoriale de 2014 ne prévoyait pas de consultation départementale ou régionale des électeurs. La loi Notre avait même soigneusement enlevé cette possibilité de la procédure du droit d'option, votée en 2010. Bretagne Réunie s'appuie uniquement sur le droit de pétition. Cette pétition est toujours en vigueur puisque le CD44 ne s'est pas prononcé sur son intitulé exact (une honte !).
Si une consultation (consultative), organisée par le CD44 ou le Gouvernement, suppléant alors à la mauvaise volonté du CD44, avait lieu, elle aurait l'effet d'un "référendum" si la participation était importante et l'écart des voix important aussi. Ce ne fut pas le cas de la consultation sur NDDL, d'autant que le périmètre de la consultation n'allait pas de soi.

Damien Darras
Lundi 22 novembre 2021

"De ces expériences, la France peut s’inspirer pour construire une nouvelle relation entre les citoyens et leurs territoires."
Peu de temps avant sa disparition Robert Lafont écrivait qu'il avait consacré 30 ans de sa vie à la refondation de la France, mais qu'il avait compris que cette refondation n'était plus possible. Pour lui "plus personne ne croit en la France", celle ci allant vers son effondrement inéluctable ...Il plaçait son espoir dans l'émergence " d'euro-régions" tel l'espace Occitanie Catalogne. C'est peut être vers cette perspective que nous devrions nous tourner pour préparer l'après France.En 2018 la région bretagne avait lancé l'idée d'une euro-région céltique Bretagne-Irlande-Pays de Galles. Quelqu'un sait-il ce qu'est devenu ce projet?

pcosquer
Lundi 22 novembre 2021

@Damien Darras... Vous avez tout à fait raison. Il y a deux raisons majeures à aller dans ce sens.
D'une part l'histoire vient de confirmer, si l'on peut dire ( puisque J Cornette qui est reconnu en la matière vient lui aussi de se réapproprier cette vérité historique après bien d'autres historiens ) que la Bretagne ne s'est pas unie au royaume de France mais qu'il s'agit bien d'une annexion...Nous voilà définitivement libre de tout complexe; Fou! D'autre part et historiquement aussi on peut lire que le rapport qui existait entre l'Irlande, Le Pays de Galles et la Bretagne était basé sur une gouvernance maritime qui rapprochait justement ces Pays d'un bout à l'autre de "Mor Breizh"... Considérer cette "très ancienne Euro région" semble absolument naturelle et probablement économiquement très solide vu l'emplacement géographique autour de cette mer justement. Sans compter une dynamique probablement unique en Europe qui pourrait se développer du fait du rapprochement de peuples qui se côtoyaient naturellement dans le passé...; une redécouverte sur des bases déjà éprouvées. je préfère de loin un tel projet empli d'aventure potentielle que de voir la Bretagne collée a d'autres régions qui ne nous apporteraient rien de neuf.
D'autre part, il faut créer un projet d'avenir en Bretagne, quelque chose de vrai: La mer ne met pas de chaînes, elle libère non?

penn kaled
Mardi 23 novembre 2021

P cosquer et quel pays était garant de l'indépendance bretonne ???? L'Irlande ???

PCosquer
Mardi 23 novembre 2021

On appelle cela une thalassocratie, il me semble. Cette "gouvernance maritime" comme les moines Irlandais qui étaient accueillis en Bretagne font partis comme d'autres faits d'une réalité historique, celtique. Aujourd'hui, e problème Irlandais est d'une certaine façon proche du nôtre: conserver une identité dans l'avenir. Bien sûr, les Irlandais sont déjà indépendants mais justement ils supportent avec peine du "bout de la langue" leur langue traditionnelle... Nous, c'est l'inverse, on essaie de conserver notre identité culturellement, parce que nous n'avons pas d'identité vraiment politique; l'image de la langue bretonne , comme du gallo ont donc changées pour ne pas probablement inconsciemment perdre cette identité. Cette différence de comportement entre l'Irlande et la Bretagne n'est pas étranger à l'acharnement de destruction culturel vécu par les deux Pays...,comme par le Pays de Galles , la Cornouaille Anglaise... Je pense que les identités culturelles seront la structure de base des "régions" bien plus que les rapprochements économiques. La technologie n'offre pas grand chose sauf une perte d'humanité qui conduit tout le monde dans un no man's land psychologique car nous nous éloignons de plus en plus du monde nature... Les cultures peuvent au contraire nous en rapprocher et dynamiser positivement les populations. Nous sommes aussi des mammifères et avons besoin de nature... bien plus que de technologies.
Votre démarche est de rapprocher l'Angleterre de la Bretagne... et si on mettait les choses dans l'ordre? Repartir de ce qui a été détruit par les états-nations successeurs des Rois Nations puis, envisager des rapprochement économiques... La Bretagne à besoin d'un VRAI PROJET un projet qui ne soit plus dicté par le" Latin" mais plutôt qui se baserait sur notre culture proche de celle des autres Pays Celtiques.

penn kaled
Mardi 23 novembre 2021

Pour ce qui de l'aspect culturel et linguistique , je suis de votre avis , mais je considère que l'on fait fausse route en ayant vision idyllique de ce monde ,les nations ,les entités politiques ont des amis comme cela peut le cas dans le cadre de l'interceltisme ,mais ce sont leurs intérêts qui priment .Le nouveau contexte géo politique post brexit peut devenir une opportunité pour la Bretagne ,à condition de s'organiser pour lancer relations anglo bretonnes ,au vu de la complémentarité économique et la proximité géographique ,d'autant qu'il y a assez d' antécédents historiques concrets entre nos deux pays avec de hauts et des bas il est vrai .Bien entendu si ces relations aboutissent cela permettrait de mettre en avant la culture et la langue bretonne outre Manche .J'ai pu constater que les anglais même s'ils sont moins sympa , nous considèrent davantage comme bretons que les irlandais .Jusqu'au brexit , le royaume uni était le premier partenaire commercial de l'Irlande .Les courants économiques de la Bretagne continuent de s'orienter vers le continent ,c'est justement une des causes de la perte de notre singularité ,et le risque de la disparition de la Bretagne en temps qu'entité politique ,au profit du grand ouest ,à un mot focalisé sur la défense de la langue .(je n'en nie pas l'importance loin s'en faut ) et vivant de plus en plus en marge des réalités des problèmes de la société .Justement l'aboutissement de contacts anglo bretonnes aurait pour conséquence , un redéploiement conséquent des courants économiques vers l''espace maritime ,provoquant un basculement de l'opinion bretonne qui tournerait à nouveau son regard vers l'océan et un peu moins vers le continent .Ces fondamentaux constitueraient un terrain favorable à un renouveau de notre identité ,car si l'histoire ne se répète pas de la même manière ,les mêmes causes produisent les mêmes effets D'autre part l'établissement de ces relations faciliteraient justement la continuité des échanges avec les pays celtiques intégrant le royaume uni .

Killian Le Tréguer
Mercredi 24 novembre 2021

"En 2018 la région bretagne avait lancé l'idée d'une euro-région céltique Bretagne-Irlande-Pays de Galles. Quelqu'un sait-il ce qu'est devenu ce projet? "
Comme tous les bobards lancés par la gauche française locale pour vous endormir : RIEN
La LGV vers Paris, la prédation immobilière littorale, la centralisation des moyens et infrastructures sur l'Ille-et-Vilaine et autres joyeusetés, elles, ont énormément progressé, fulgurant même.

penn kaled
Jeudi 25 novembre 2021

Je corrige mon erreur
,à un mot focalisé sur la défense de la langue .(je n'en nie pas l'importance loin s'en faut ) et vivant de plus en plus en marge des réalités des problèmes de la société
Il faut lire à un mouvement breton focalisé sur la défense de la langue .(je n'en nie pas l'importance loin s'en faut ) et vivant de plus en plus en marge des réalités des problèmes de la société

François
Jeudi 25 novembre 2021

Voir la carte (voir le site)
"l’auteur insiste sur la navigabilité des fleuves gaulois et notamment de la Loire. C’est par ce même fleuve reliant l’Atlantique à la Méditerranée qu’étaient acheminés l’étain et le sel d’Armorique"
En relation avec l'Angleterre mais sans doute avec le reste de la Grande Bretagne.
Le commerce était maritime et fluvial. Là où il y a des peuples, les marchands arrivent.
Pour notre région le commerce maritime est une évidence. Cependant il y aura toujours comme dit ' des amis' à l'intérieur des terres.

Pcosquer
Vendredi 26 novembre 2021

Penn kaled J'oublie une chose importante; je m'interroge comment vous pouvez parler d'intégration au Royaume Uni alors que les différentes composantes Celtiques veulent en sortir... Il y a le problème de la réunification de l'Irlande qui se fera avant la notre si les choses en Bretagne continuent à ce "train de sénateur" ; me' zo ur sapre teod fall... Mais aussi l'Ecosse qui ne demande qu'a voler seule. Et pour celui qui sait écouter, on comprend que l'un des anciens représentants du gouvernement du Pays de Galle venu à Quimper nous expliquer l'histoire de son gouvernement et qui assurait à ce moment là ( il y a peut-être 6 ans de cela) que les gallois ne souhaitaient pas l'indépendance , s'est trompé car c'est en passe de changer...Qui l'aurait cru? Alors l'Angleterre, Un partenaire économique sans doute mais le projet Breton n'est pas dans son intégration au Royaume Uni, nos ancêtres s'en sont toujours bien gardé... Plutôt avec les Bretons de la grande Île et avec les Irlandais et qui sait avec les Ecossais, après tout on a maintenant du bon whisky on doit pouvoir s'entendre et avec le bagad Kap kaval en plus, on est bien parti pour se rencontrer... Ce sont de choses simples dont les gens ont besoins, pas de puces électronique sous la peau.

penn kaled
Samedi 27 novembre 2021

Pcosquer ,ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ,il est hors de question pour moi qu'une entité bretonne soit intégrée à l'Angleterre .Vu les circonstances que j'ai expliqué ,j''insiste sur l'urgence de relations diplomatiques du conseil régional B4 avec le gouvernement anglais , en concertation avec les organisations luttant pour la réunification .Souvenez vous comment ont fonctionné les souverains bretons pour maintenir l'indépendance de la Bretagne .....Ce serait aussi l'occasion d'inciter l'Angleterre à retrouver ses racines celtiques qui en fait concerne une partie de sa population surtout l'ouest et le nord qui ont été seulement culturellement anglicisés ,pour info Churchill a été druide .C'était aussi dans l'esprit , l'objectif des Tudors ,pour le coup Landais avait joué la mauvaise carte en choisissant la maison de York ,ce qui avait contraint Henri Tudor a fuir la Bretagne pour se réfugier auprès du roi de France ,cet épisode est une des causes de la perte de l'indépendance bretonne .
(voir le site)

penn kaled
Samedi 27 novembre 2021

Pcosquer ,ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ,il est hors de question pour moi qu'une entité bretonne soit intégrée à l'Angleterre .Vu les circonstances que j'ai expliqué ,j''insiste sur l'urgence de relations diplomatiques du conseil régional B4 avec le gouvernement anglais , en concertation avec les organisations luttant pour la réunification .Souvenez vous comment ont fonctionné les souverains bretons pour maintenir l'indépendance de la Bretagne .....Ce serait aussi l'occasion d'inciter l'Angleterre à retrouver ses racines celtiques qui en fait concerne une partie de sa population surtout l'ouest et le nord qui ont été seulement culturellement anglicisés ,pour info Churchill a été druide .C'était aussi dans l'esprit , l'objectif des Tudors ,pour le coup Landais avait joué la mauvaise carte en choisissant la maison de York ,ce qui avait contraint Henri Tudor a fuir la Bretagne pour se réfugier auprès du roi de France ,cet épisode est une des causes de la perte de l'indépendance bretonne .
(voir le site)

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.