Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
NOUS SOMMES UNE FRACTION DETACHEE DES PAYS-BAS
Le 7 novembre 1659, les royaumes de France et d'Espagne signaient le traité des Pyrénées, prétendant ainsi mettre fin à l'un des nombreux conflits qui, pendant près de 80 ans (1635-1713), ont ravagé nos provinces septentrionales, et en particulier nos Pays-Bas du sud, Flandre, Artois, Hainaut.
- - pour Alliance Régionale Flandre-Artois-Hainaut le 7/11/05 16:37

Le 7 novembre 1659, les royaumes de France et d'Espagne signaient le traité des Pyrénées, prétendant ainsi mettre fin à l'un des nombreux conflits qui, pendant près de 80 ans (1635-1713), ont ravagé nos provinces septentrionales, et en particulier nos Pays-Bas du sud, Flandre, Artois, Hainaut.

Aujourd'hui, souvenons-nous que « nous sommes une fraction détachée des Pays-Bas » (Jules Cambon, préfet du « Nord », s'adressant à son ministre en 1885), séparation commencée par ce traité signé entre une monarchie absolutiste et une monarchie inquisitoriale, s'affrontant pour asseoir leur domination sur une Europe dont nos Pays-Bas étaient l'un des fleurons. Séparation achevée en 1713 par le traité d'Utrecht (Pays-Bas du Nord).

L'un des premiers pas vers une réconciliation avec l'histoire serait que nos provinces de Flandre et Hainaut du sud (formant, avec le Cambrésis, l'actuel département du « Nord ») et d'Artois (formant avec le Boulonnais, l'actuel département du « Pas-de-Calais ») retrouvent leur nom historique : Pays-Bas, Pays-Bas français.

Ainsi, contrairement à ce que l'on peut lire dans certains manuels d'histoire ou dans les commentaires « historiques » sur telle de nos villes, il ne s'agissait alors pas de rattachement à la France, mais bien d'arrachement aux Pays-Bas !

Les traités de dépeçage des Pays-Bas du Sud

Traité des Pyrénées en 1659, qui fait suite à la guerre franco-anglo-espagnole (1655-1659) : La France s'approprie l'Artois (sauf Aire/Arien et Saint-Omer/Sint-Omaars), ainsi que Gravelines/Gravelingen, Bourbourg/Broekburg, Bergues/Sint-Winockbergen et Saint-Venant/Papighem pour la Flandre, et Le-Quesnoy/Kiezenet, Landrecies/Landeschie, Avesnes/Avenne, Philippeville et Mariembourg/Mariemburg pour le Hainaut...

Traité d'Aix-la-Chapelle en 1668, qui fait suite à la guerre de dévolution (1667-1668, Louis XIV réclamant à l'Espagne la dévolution des Pays-Bas, faux prétexte pour justifier la conquête) : la France s'approprie plusieurs villes des Pays-Bas, dont la plupart en Flandre : Armentières/Armentiers, Bergues/Sint-Winockbergen, Furnes/Veurne, Courtrai/Kortrijk, Audenarde/Oudenaarde, Lille/Rijsel, Ath/Aat, Douai/Dowaai, Tournai/Doornik (date à laquelle y est créé le Conseil Souverain), Binche, Charleroi. La plupart en Flandre, où la dévolution est inconnue...

Traité de Nimègue en 1678, qui fait suite à la guerre de conquête de la France vers les Provinces Unies (1672-1678) : avec l'aide de la Grande Alliance de La-Haye/Den-Haag (Provinces-Unies, Danemark, Espagne, Autriche et Empire), l'Espagne « récupère » Gand/Gent, Audenarde/Oudenaarde et Charleroi, mais la France s'approprie Cambrai/Kamerijk, Valenciennes/Valensijn, Maubeuge/Malbode-Mabuse, Saint-Omer/Sint-Omaars et Aire/Ariën (la France s'approprie ainsi l'ensemble de l'Artois), Cassel/Kassel, Armentières/Armentiers et Bailleul/Belle...

Traité d'Utrecht, enfin, en 1713, conclut la guerre de succession d'Espagne (1701-1713) : la France, affaiblie, cède les villes les plus au Nord mais conquiert l'ensemble des villes du sud. Elle doit ainsi restituer Furnes/Veurne, Ypres/Ieper, Comines-Nord/Nord-Komen, Warneton/Waasten, Menin/Menen, Tournai/Doornik, Namur/Namen, Wervicq-Nord/Nord-Wervick, Poperinge, mais annexe « définitivement » Lille/Rijsel (après l'avoir de nouveau rendue en 1708, comme Douai/Dowaai, Béthune/Betun et Aire/Ariën en 1710 et Bouchain/Boesem en 1711), Lille/Rijsel dont Louis XIV voulait faire le Paris des Pays-Bas...

Les batailles de Malplaquet, à proximité de Bavay, en septembre 1709, et surtout celle de Denain, en juillet 1712, marquent l'arrêt de la progression de l'Alliance de La Haye vers le sud et la fin des espoirs des Provinces Unies (les Pays-Bas du Nord) de voir la France rendre les villes des Pays-Bas du sud : Louis XIV s'est approprié l'Artois, le Cambrésis, ainsi que le sud de la Flandre et du Hainaut...

De ces 80 années de guerre et de ces traités est née la frontière actuelle, la schreve, trait artificiel dénué de sens sauf pour Louis XIV et Vauban qui réalisent leur souhait d'une frontière quasiment rectiligne : le pré carré, qu'aucun gouvernement français ne démentira jamais plus.

Souvenons-nous, ce 7 novembre : Artois, Flandre et Hainaut du sud, nous sommes un fraction détachée des Pays-Bas !

Communiqué - Persbericht : (voir le site)

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons