Marie-Thérèse d’Autriche, Marie de Bourgogne et la duchesse Annaïck Labornez

-- Culture --

Chronique de Philippe Argouarch

Publié le 24/12/21 17:05 -- mis à jour le 26/12/21 09:51

Les femmes de pouvoir sont à l’honneur ce Noël sur les chaînes de télévision nationales ou autres. Arte a diffusé un film sur Marie-Thérèse d’Autriche. Chérie 25 a diffusé Marie de Bourgogne. En ce qui concerne la Bretagne, bien sûr pas de film sur Anne de Bretagne, car un tel film n’existe pas. Faire un film sur la duchesse et reine risquerait trop de remettre en question l’histoire officielle. France 3 nous a par contre ressorti Bécassine, une chaîne qui avait d’ailleurs participé au financement du film. France Télévisions participe au financement de certains films en échange du droit de diffusion. En fait votre redevance a payé pour ce navet.

La culture dominante veut faire de Bécassine notre duchesse. On veut nous substituer une bonne à tout faire à la plus glorieuse des femmes que la Bretagne ait produite car à l’opposé de Bécassine, la duchesse fut la première des femmes modernes.

La créatrice du personnage Bécassine, Jeanne Spallarossa, fut une romancière et rédactrice en chef du magazine pour filles La semaine de Suzette des éditions Henri Gautier. Elle fut aidée par le dessinateur Joseph Pinchon. En 1913, Maurice Languereau, neveu de l’éditeur, reprend l’écriture des scenarii et en remet une couche. Il la fait naître en 1905 dans la famille Labornez à Clocher les Bécasses, un village imaginaire au nom évocateur qu’il situe près de Quimper. Il lui donne même le prénom d’Annaïck. Comme les paysannes de cette époque qui montaient à Paris ne parlaient que breton ou gallo, dès la création du personnage, le dessinateur avait omis de lui mettre une bouche. A noter que Mme Spallarossa comme Maurice Languereau, sans doute pas très fiers de leur création, écrivaient sous des pseudonymes.

Il n’est pas question ici de remettre en question la liberté de création et d’expression. Il est incontestable d’ailleurs que cette BD a eu un énorme succès dans la première partie du siècle dernier auprès des jeunes adolescentes des familles aisées de Paris ou d’ailleurs. Les ados pouvaient identifier leurs problèmes de défrichage du monde adultes à ceux de Bécassine. Il en va autrement des deux films qui ont été produits sur Bécassine, en 1938 et 2018. Ce que l’on peut remettre en cause, ce sont les choix éditoriaux de France Télévisions et les sélections du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) dans ses choix de financements.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Alain E. VALLÉE
2021-12-27 19:19:36
Un article du "Monde" (22 / XII : 2021) qui titre : "L'ombre de l'abstention plane sur 2022", présente (p.12) une carte de France selon le taux d'abstention lors du 1er tour de la présidentielle de 2017. On y observe qu'il fut particulièrement élevé en Corse (> 23 et < 75 %). Et le Dr de l'IFOP de déclarer : "Je ne vois pas comment le cycle abstentionniste peut être arrêté, c'est un mouvement de masse".
Avant, "OF" le lendemain des dernières régionales, sinon le surlendemain, présenta une carte de l'abstention en France au 1er tour. Elle fut très particulièrement élevée dans les régions artificielles, mal identifiées et ainsi peu légitimes. Ce fut particulièrement observable pour les Pays de la Loire.
On voit par là que les électeurs se désintéressent normalement des scrutins pour lesquels ils ne discernent pas ou plus du tout d'enjeu. Ne pas voter pour le scrutin régional en Pays de la Loire fut le moyen de démontrer que cette région est artificielle et nuisible tant à la Bretagne mais aussi à l'Anjou, ... Ne pas voter pour la présidentielle en Corse, il y a cinq ans, fut une manière d'expliquer que l'État ne jouait pas du tout le rôle attendu dans l'ile.
Alors, il faut sérieusement envisager que les gens ordinaires excédés un peu partout en province par le mépris qu'ils subissent et l'abandon qu'ils ressentent, ayant très bien compris que le jacobinisme et l'hyper-centralisation sont depuis tant de lustres nuisibles "surtout (à) la France", cessent de cautionner des apparences, de légitimer l'illusion permanente et s'abstiennent.
AV
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.