Manuel Valls bouscule la question nationale

-- Politique --

Point de vue de Christian Rogel

Publié le 10/10/13 16:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 8 octobre 2013, à Forbach, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a dit : «Historiquement, c'est la gauche qui a inventé la Nation en 1789». Cette appréciation ne peut que surprendre l'immense majorité des historiens, puisque, parmi de nombreux précurseurs, on va, parfois, chercher aussi loin que dans Jean Bodin (La République, 1624) la notion de territoire qui délimite géographiquement les sujets du Roi qui seront, au XVIIIème siècle, englobés dans la nation française par les premiers critiques de la monarchie absolue. Pourtant, les sujets des princes allemands qui habitaient l'Alsace ont été, par la force, incorporé à l'Etat français, ce qui a été le début de guerres qui ont duré un quart de siècle.

Autant dire que l'idée d'une nation qui surgit en un seul événement et la volonté d'un «peuple de gauche», qui ne serait qu'une moitié du pays, est une idée très originale. Dans un article sur Victor Moreau, l'ABP a montré qu'on peut créditer les révolutionnaires de 1789 d'avoir donné au peuple la mission de contrôler l'exécutif, ce qui est différent de la question de la nation ( ( voir l'article )). Dire que les bourgeois possédants, aidés par de très nombreux nobles et ecclésiastiques, étaient la gauche semble aller vite en besogne.

Ira-t-il jusqu'à appliquer sa théorie événementielle à un pays qu'il connaît bien, la Catalogne? La Catalogue est-elle né le 11 septembre 1714, le jour de la prise de Barcelone par les troupes franco-espagnoles? Ce jour est celui de la fête nationale de la Catalogne ( ( voir l'article )). Avant, la Catalogne faisait partie de l'Aragon.

Prise de la Bastille et prise de Barcelone, voilà un parallèle intéressant. Mais, totalement vide, comme est l'idée de réduire à des dates l'histoire des gens et des idées. Heureusement que Manuel Valls n'est pas devenu professeur d'histoire !

Note : Manuel Valls est titulaire d'une licence d'Histoire

Christian Rogel


0  0  
mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 19 commentaires
Daniel Maheut
Mardi 25 janvier 2022
Evidemment que la nation a été créé par la modernité politique ! Que l'on trouve, ici ou là le terme "nation" dans des écrits antérieurs à la révolution n'efface pas le fait que la théorie nationale a été créée par la révolution française. Valls a parfaitement raison. Mais ce nationalisme géographique, propre à la France, a été dépassée par un autre, le nationalisme ethnique, porté par l'Allemagne.
(0) 
Emiilie le Berre
Mardi 25 janvier 2022
Quand même !
(0) 
Yann vil vicher
Mardi 25 janvier 2022
Ce n'est pas la première fois qu'un politique fait des raccourcis abusifs. Le terme de nation n'englobe pas le même sens pour un allemand ou un français. La notion de gauche prend un sens sous la III ème république avec les avancées (laicité) et les dérives que l'on connait.
En 1789, la bourgeoisie coalisée à une partie moderniste ou contestataire de la noblesse prend le pouvoir, Il semble peu crédible de revendiquer que la gauche soit à l'origine de la nation si l'on prend cette date comme référence.
(0) 
Jack Leguen
Mardi 25 janvier 2022
Ce qu'a inventé la révolution c'est la nation projet politique qui n'est en fait qu'une variante de la nation-empire de l'antiquité. Pour les jacobins la nation n'était que l'étendue géographique de la révolution. Le nord de l'Itatie, la rive gauche du Rhin et la Hollande en ont fait partie.
(0) 
Michel Prigent
Mardi 25 janvier 2022
Sacrée invention que la Nation, ce terme sacralisé par la Révolution française qui se substituait au mot peuple à connotation trop ethnique, arrangeait bien les révolutionnaires qui entendaient créer "l'homme nouveau "standardisé et privé de ses racines historiques.
D'ailleurs le terme d'Etat-Nation traduit bien le fait que c'est l'Etat qui a créé la Nation appelée abusivement "Peuple de France".
Et pour la renforcer, cette "unité nationale", la France va se livrer à une série de guerres ininterrompues (européennes, coloniales voire même civiles-guerres de Vendée-) pendant 2 siècles, afin que tous nous devenions français "par le sang versé" ...Quelle charmante attention !
S'en suivra, après la Révolution de 1789, pour faire pendant au nationalisme agressif de la France un chapitre sanglant de l'histoire européenne résumé sous le titre "L'Europe des Nations" (Unité italienne, allemande...) dans mes cours d'histoire de France au lycée Kérichen à Brest dans les années 60.
Ah ! Il n'y a pas de quoi être fier, contrairement à Vals, de glorifier la Nation.
Et Noëlle Lenoir, ancienne ministre, conseil d'état... en était bien consciente lorsqu’en janvier 2009 sur l'antenne de BFM-radio, elle affirma que "Les Nations ont tué l'Europe" une Europe que par ses fonctions elle connaissait trop bien.
Ce concept de Nation destiné à créer artificiellement des "peuples déracinés" fût et reste un des plus grands fléaux de l'Histoire et il se trouve encore des sinistres individus tels Chevènement, Mélanchon, Le Pen, Vals...pour le glorifier à l'heure où seule une Europe Fédérale paraît être la solution à la crise européenne.
PS: Aujourd'hui à C dans l'air sur la 5 des jeunes intervenants "bien pensants" vantaient les "énormes atouts de la France" (grande productivité, démographie en hausse..." soulevant l'enthousiasme d'une jeune intervenante qui se félicitait de voir bientôt la France rattraper la population allemande.
Un membre du débat, un ancien, ironiquement ne pu s'empêcher d'ajouter: "
C'est bien, comme çà, on gagnera la prochaine guerre".
Pas fou, l'ancien.
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
Là nation deviendrait-elle synonyme "d'espace vital",,qui fut cher à certains!
(0) 
Pétillon Pierre-Yves
Mardi 25 janvier 2022
De mémoire (le cathé est loin...), il me semble que l'on parlait déja de nations dans la bible... Le bon ministre de l'intérieur, licencié d'histoire, est dans la doite ligne de l'idéologie nationaliste française, reliée en cela par l'éducation "nationale". Le mélange des différents concepts de : peuple, nation, état, république, citoyen, etc... fait un joli blouguiboulga dans la majorité des esprits hexagonaux. Le dit ministre a donc parfaitement réussi son intégration à la "nation française", pas sur que les catalans veuillent le voir revenir de si tôt...
(0) 
Christian Rogel
Mardi 25 janvier 2022
@Daniel Maheut
On ne peut pas tirer grand-chose d'une définition franco-française de la Nation : c'est une atteinte au principe de l'universalité des concepts politiques.
Cela revient à jeter le discrédit sur les autres pays, à les mépriser et à passer pour arrogant. Les Etats-Unis se définissent comme une Nation politique et l'ont fait avant 1789.
Pascal Paoli et JJ Rousseau ont écrit une constitution moderne pour la Corse avant 1789. Rousseau ne parle que du peuple dans le Contrat social.
Peuple est une notion aussi embrouillée, mais, dès lors qu'on se contente, comme Moreau, de plaider pour une transparence des consultations, on peut parler d'une érection du peuple (pas de la Nation) comme objet politique. Mais, ce n'est pas une invention française.
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
Les nations ont peut-être tué l'Europe mais n'oublions pas que certaines idées révolutionnaires ont tué l'âme des peuples (cette âme formatée siècle après siècle dans notre phyllum d'humanité occidentale).
Les pas de progrès étaient dans l'évolution!
(0) 
Lousi Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
Le terme Nation existe depuis fort longtemps (Antiquité), et il a tout le temps signifiait la même chose : une identité abstraite et supérieure qui lierait les individus (peuple) d'un même Etat (Royaume, Principauté, République, etc).
Au XIX ème siècle, avec le bouillonnement de la démocratisation en Europe, il y a eu cependant une notable évolution. Sous l'impulsion d'intellectuels et de démocrates, la notion de Nation n'est plus devenue la conséquence de l'Etat mais son origine... la Démocratie a engendré le développement des nationalismes émancipateurs : le nationalisme irlandais au Royaume-uni, le tchèque en Autriche, l'italien dans des principautés latines, le basque etc etc
La Nation française est en réalité restée dans une conception ancienne, c'est à dire non-démocratique, une conséquence de l'Etat et non son origine. La France, c'est la conséquence directe du Royaume de France, pas un peuple relié par une vision commune.
Les divers Partis républicains qui se partagent le pouvoir cherchent donc à justifier à posteriori la Nation France et ont donc tout intérêt à inventer une mythologie républicaine. L'obsession de l'assimilation et du gommage des identités endogènes relèvent également de cette justification à posteriori...au lieu de remettre en cause les frontières nées des épées impériales ou royales, on les justifoe à posteriori en transformant les individus : par la langue, la neutralisation religieuse, les mouvements démographiques.
(0) 
Hervé
Mardi 25 janvier 2022
C'est Ernest Renan qui a défini le terme nation à la sauce républicaine en réduisant le concept nation au ''vouloir vivre ensemble'' d'une communauté... pour les autres peuples européens, la nation représente une entité territoriale et historique où la population partage la même culture, une langue commune, voir une religion commune...force est de constater que ces 2 définitions correspondent à la Bretagne ! une nation ne se définit donc pas par rapport à un état...le concept Etat-Nation est donc falacieux et surtout dangereux car il a justifié l'impérialisme et le massacre des populations...ce concept Etat-Nation est dangereux pour l'Europe par contre une europe des nations ne pose pas de problème et se trouve à la base même du fédéralisme !
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
La Bretagne était déjà multi culturelle à l'époque de l'indépendance ,de part sa structure péninsulaire elle est bien distinct sur le plan géographique bien que n'ayant pas de frontières naturelles avec la France il y a différentes formes d'identités bretonnes qui ont eu et ont pour vocation d'être une communauté de destin .
Sans critiquer la religion catholique force est de constater qu'elle n'a jamais fait l'unanimité partout en Bretagne dans cette zones du centre Bretagne et du Trégor il y a une longue tradition anti cléricale
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
erreur je voulais dire certaines zone du centre Bretagne
On dit que l'enfer est pavé de bonnes intentions en effet des crimes contre l'humanité ont été perpétrés au nom d'idéaux qui pourtant étaient initialement humanistes c'est le cas des dérives suite à la révolution de 1789 qui a mis en avant un concept de la nation artificiel un autre exemple c'est le communisme .
Cependant le nationalisme ethnique est tout aussi dangereux il est souvent aussi artificiel car la plupart des peuples sont issus eux de métissages
Le nazisme s'est inspiré de ces deux nationalismes
Le terme de nation tel qu'il était cité avant 1789 n'avait pas de connotations idéologiques
Je prends pour exemple ce que dit l'évangile
allez enseignez toutes les nations je pense que actuellement elle aurait dit allez enseigner tous les pays
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 25 janvier 2022
diverses citations sur le nationalisme
(voir le site)
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
C'est vrai les allemands et les francais ont une definition differente du terme "NATION ".
Ne pas oublier que le Nationalisme Allemand a ete cree par la France :
Proclamation de l'Empire Allemad a Versailles Palais des Glaces , suite a la defaite Francaise 1870-71.Revanche sur le morcellement de l'Allemagne voulu par la FRance depuis Louis XIV au moins .
... et ensuite Traite de Versailles 1920 qui a ete en grande partie la cause de la Guerre 1939 - 45 .
Le terme et je suis d'accord, a change de sens.
Au Nationalisme , opposons et redonnons un sens au Regionalisme .
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
Là royauté avait réussi à réunir ensemble des nations séparées(c'est ce qu'appelait Louis XVI: mes peuples)
Là France était donc une somme de peuples premiers où un breton n'avait nul besoin d'être comparé à un provençal où un basque,etc.
Mais la révolution à fait par un de ses principes des êtres uniques (seulement devant une loi)
Soit mais cela n'aurait jamais du détruire l'identité première des peuples formant l'ossature de l'identité"chapeau",et nous aurions eu des français bretons-des français occitans,des normands....l'identité française aurait été la somme des identités premières.
Je suis donc français par obligation de l'histoire..mais breton par racines.
(0) 
eugène le tollec
Mardi 25 janvier 2022
Je pense qu'actuellement,notre fumeuse République française pourrait effectivement revoir ses définitions et conjuguer Régionalisme - Fédéralisme et surtout revoir certains de ses concepts
(0) 
Louis Le Bars
Mardi 25 janvier 2022
@spered dieub, la Nation historiquement (de l'antiquité à aujourd'hui) désigne le pays dans sa globalité, avec une certaine idée d'intemporalité, au-delà de la gouvernance et du régime politique à un Moment M.
La Nation, cela va au-dela du souverain, ou du gouvernement en place.
Au XIXème siècle, il y avait clairement l'idée d'une Nation qui avait vocation à fonder l'Etat (et non l'inverse), à partir d'une volonté populaire (émergence des Démocraties), ce qui n'était pas évident par le passé.
Comme tout concept, il y a des récupérations, des travestissements, des excès à d'autres fins.
Finalement le nationalisme allemand du XX ème siècle a tenté de relier la tradition impériale et la Nation au sens moderne du XIXème siècle...en gros le beurre et l'argent du beurre. Mais on retrouve exactement cela dans le Nationalisme français, qui se base sur un trerritoire royal issu de guerres, tout en voulant lui adjoindre une logique ethnique par l'imposition et l'assimilation à la langue française.
Hitler, autrichien de la frontière bavaroise (ayant un grand-père juif) avait la nostalgie impériale, celle du Saint-Empire et de l'Autriche, tout en voulant lui joindre une logique ethnique de son époque (= linguistique en fait) un peu sur le modèle français jacobin.
Pour la dimension raciale, il faut quand même préciser que les allemands n'ont pas hésité à envoyer des bébés tchèques ou slaves (des être inférieurs à priori pour Hitler)dans des milliers de familles allemandes, comme quoi la logique racialiste n'était pas si évidente. Il y avait également une logique assimilationniste. Inversement la logique assimilationniste de la France jacobine de la même époque n'était pas franchement évidente...les populations noires ou musulmanes de l'Empire n'avaient absolument pas les droits des blancs français.
Les dérives finalement du Nationalisme, c'est quand il tourne à l'impérialisme et à la nostalgie de frontières royales ou impériales passées, ou à des considérations économiques (l'espace vital), alors que ce cadre territorial désiré ne repose pas sur une logique nationale au sens du XIXème siècle. Il est bon de s'en rappeler, y compris pour la Bretgne (la Bretagne de Nominoé et compagnie).
Vous remarquerez d'ailleurs que dans les années 30, tous les rattachements de territoires germanophones à l'Allemagne sont passés comme des lettres à la poste, sans guerres (Sudètes, Autriche...), c'est l'invasion de la Pologne (de langue polonaise) qui a entrainée le début du conflit.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 25 janvier 2022
Au CANADA , on emploie le terme : Les Premieres Nations " pour ce qui concerne , les tribus indiennes .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.