Le breton, langue s½ur du gaulois : la preuve par les noms des animaux

-- Langues de Bretagne --

Chronique
Par Christian Rogel

Publié le 23/10/14 16:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Peu de gens savent que le breton, langue celtique, est une langue proche parente du gaulois et, que, comme on ne cesse que trouver des inscriptions gauloises, souvent écrites avec des lettres grecques, on commence à entrevoir une langue qui reste mal connue. Il a même été soutenu par le chanoine Falc'hun que le breton, loin d'être une langue importée par des Bretons de Grande-Bretagne, serait le seul témoin du gaulois. La vérité peut se trouver entre les deux, car nous savons très peu de choses sur les siècles obscurs (5ème-8è).

Les autres langues proches du breton sont le gallois et le cornique et on peut trouver des parentés avec certaines langues anciennes de l’Italie, comme l’osque qui était parlé dans la région de Naples.  Dans le nom de Pompei, il est facile de reconnaître uneversion italo-celtique du nombre 5 (breton : pemp) qui est expliqué par le fait qu'elle aurait été fondée par cinq tribus. A comparer avec le latin quinque et l’irlandais cúig qui ont une consonne k (ou c ou qu) à la place du p.

Dans le dernier numéro du très intéressant magazine Keltia (n°  32, octobre-décembre 14), François Pinsard signe un article présentant le bestiaire celte, à partir de recherches dans les derniers outils parus, dont trois dictionnaires de la langue gauloise, donnant des détails sur leur importance symbolique, ainsi le corbeau, le cerf, le cheval et le sanglier (qu’on ne mangeait pas) sont parmi les plus importants.

Il est remarquable que sur 23 noms d'espèce d'animaux cités, on en trouve 21 qui soient reliables à des équivalents bretons utilisés quotidiennement et la parenté entre les deux langues devient alors évidente. Cependant, le chat européen (br. kazh, du latin cattus), l’âne (azen, du latin asinus), le rat (br. razh, du latin rattus, le daim (br. demm, du latin damus) et le faisan (fazan, du latin phasianus) sont introuvables en gaulois, car, venus après la conquête de la Gaule par les Romains.

Les correspondances entre les deux langues sont loin d'être limitées aux noms d'animaux et le nom du dieu gaulois Taranis a pu être compris sans difficulté grâce au breton  taran qui, autant que kurun, désigne le tonnerre. Le  déchiffrement du gaulois ne serait pas possible sans la comparaison avec le breton et le gallois.

Cependant, si beaucoup de mots gaulois se perpétuent dans le breton, le latin et le français ont aussi apporté beaucoup à son vocabulaire, si bien que la langue est aussi un petit conservatoire d'expressions anciennes du français.

Le breton aurait pu profiter de l'accès de celtomanie du Second Empire qui voulait faire des Gaulois  et de Vercingétorix un symbole national particulier à la France, face aux prétentions des empires anglais et germaniques. On sait que les Romains et les Grecs ont gardé leur empire intellectuel sur la France que l'on continue de qualifier de pays latin, car les Gaulois comme les Bretons, avaient l'inconvénient d'être des « races vaincues » et sans littérature connue, ce qui n'était pas très bon pour l'amour-propre.

Gaulois                     Breton                       Français

marco                      marc'h                        cheval

epo                          ebeul (poulain)           cheval

mucco                     moc'h                          porc

cunno                      ki/kon (plur.)               chien

iaro                          yar                              poule

calioca                     kilhog                          coq

taruo                        tarv ou taro                 taureau

multo                       maout                         mouton

gabra                       gavr                             chèvre

arto                          arz                               ours

luerno                      louarn                          renard

bledino                    (kroc'hen) bleiz             peau de loup

iorco                        youc'h                          chevreuil

caruo                       karv ou karo                 cerf

turco                        tourc'h (verrat)             sanglier

brocco                      broc'h                          blaireau

alauda                      alc'houeder                  alouette

cauan                       kavan/kaouenn            chouette

branno                      bran                             corbeau

garanu                      garan                           grue (oiseau)

esox                          eog                              saumon

Keltia, Editions du Nemeton,, 112 avenue de Paris - CS 60002 - 94306 Vincennes CEDEX - N° ISSN 1779-2126

Site du magazine Keltia  www.keltia-magazine.com

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 8004 lectures.
mailbox imprimer