Laurent Meijer, du CNRS à Roscoff, lauréat du Grand Prix Émile Jungfleish 2009 de l'Académie des Sciences

-- Cultures --

Communiqué de presse de Académie des Sciences
Porte-parole: Marie-Laure Moinet

Publié le 7/07/09 13:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Grand Prix Émile Jungfleisch de l'Académie de sciences est décerné à Laurent Meijer pour ses recherches sur les protéines kinases et leurs applications thérapeutiques

Laurent Meijer, 56 ans, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), dirige le groupe Phosphorylation de protéines et pathologies humaines à la station biologique de Roscoff (Finistère). Ses travaux sur les invertébrés marins (arénicole, oursin, étoile de mer) l'ont conduit à la découverte de molécules potentiellement de grand intérêt thérapeutique.

Le Prix lui sera remis mardi 13 octobre 2009 à 15 heures sous la Coupole de l'Institut de France, lors de la première séance solennelle de remise des Prix de l'Académie des sciences.

De l'université de Lille, où il a fait ses études, à la station biologique de Roscoff, en passant par les laboratoires les plus prestigieux des côtes Est et Ouest des États-Unis, Laurent Meijer a étudié le cycle cellulaire des invertébrés marins. En 1988, il a détecté et caractérisé une enzyme de la famille des kinases, CDK1, activée lorsque les cellules entrent en phase M de division. Il se consacre alors à l'étude de ces protéines kinases, régulateurs essentiels de la multiplication, mais aussi de la mort cellulaire.

Comprenant l'importance, en biologie et en pathologie, du complexe formé par CDK1 avec la cycline B (complexe MPF, pour M-phase Promoting Factor), il isole et caractérise de nombreux composés biologiques inhibiteurs des kinases. Avec son équipe et divers collaborateurs, il obtient la cristallisation de plusieurs couples inhibiteur/kinase. Certains inhibiteurs sont actuellement en phase d'essais préclinique ou clinique (roscovitine) pour leurs activités anticancéreuses. D'autres présentent un intérêt pour traiter la polykystose rénale, la maladie d'Alzheimer ou les accidents vasculaires cérébraux.

Avec le montant du Prix, Laurent Meijer espère développer un modèle cellulaire original de la maladie d'Alzheimer.

meijer [at] sb-roscoff.fr

Le Grand Prix Emile Jungfleisch, l'un des plus grands prix annuels de l'Académie des sciences

Créé en 1923, le Grand Prix Émile Jungfleisch (150 000 euros) est devenu en 2008 l'un des plus grands Prix de l'Académie des sciences grâce à un fort accroissement de la dotation permanente de cette Fondation. Il est destiné à récompenser un scientifique ayant effectué des travaux dans un laboratoire français, dans le domaine de la chimie organique et/ou de la biochimie. Un tiers du montant du prix est destiné au responsable scientifique de l'équipe et les deux tiers restants doivent servir à promouvoir le travail de l'équipe. Ce prix, annuel, pourra exceptionnellement être partagé.

En 2008, le Grand Prix Émile Jungfleisch avait été décerné à Jean-Pierre Majoral, CNRS, Toulouse.


(voir le site) de l'Académie des Sciences.

Communiqué de presse en PDF et accessible sur le site de l'Académie des sciences
(voir le site)

Marie-Laure Moinet

Document PDF 15599_2.pdf Grand Prix Émile Jungfleisch 2009. Communiqué de presse.. Source : Académie des Sciences
Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.