Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Reportage -
La poitrine transpercée par une balle en 1914, il court le 800m aux JO d'Anvers en 1920
Dans la série des Bretons extraordinaires, Kléber Argouac'h vaut bien un détour. Né le 14 janvier 1896 à Plouzané d'une famille de marins pêcheurs du Relecq-Kerhuon, il s'adonne à la
Philippe Argouarch pour ABP le 8/01/16 19:07

Dans la série des Bretons extraordinaires, mon grand-père Kléber Argouarc'h (aussi écrit Argouac'h) vaut bien un détour. Né le 14 janvier 1896 à Plouzané d'une famille de marins pêcheurs du Relecq-Kerhuon, il s'adonne à la course à pied dès son plus jeune âge pour devenir champion de Bretagne du 1500 m et 5000 m au début de 1914.

Engagé volontaire, il débute la guerre en août 1914 comme caporal au 19e R.I de Brest, un régiment territorial composé de Bretons du nord Finistère. Il est blessé à la bataille de Maissin le 22 août 1914. La guerre dure depuis 25 jours seulement. Maissin est au nord de Sedan mais en Belgique. Maissin est une des batailles de ce 22 août, dite "bataille des frontières", la journée la plus terrible de toute l'histoire de France puisque 27 000 soldats sont tués en une seule journée. Le nom même de cette hécatombe, une cuisante défaite de l'armée française est rarement cité dans les livres d'histoire. (voir le site)

Il est tout à fait possible que le 22 août 1914 soit la journée la plus terrible de toute l'histoire de Bretagne, depuis Saint-Aubain-du-Cormier, puisque le 11e corps d'armée qui est envoyé pour rencontrer frontalement les Allemands, des Hessois, à Messain est un corps d'armée composé principalement de Bretons (environ 22 000 sur les 28 000 soldats. ( voir l'article ) de l'historien Frédéric Morvan pour savoir où se trouvaient les Bretons au début de la guerre.

Kléber a la poitrine traversée par une balle. De part en part. On l'emmène à l'Hôpital de Sedan mais les Allemands arrivent, prennent la ville, le capturent, mais le soigne correctement. Il passera toute la guerre dans un oflag alors que la plupart de ses camarades seront tués ou grièvement blessés à Maissin, ou plus tard à Verdun ou sur la Somme. Être blessé ou capturé au début de cette boucherie était encore ce qui pouvait arriver de mieux. Si j'existe aujourd'hui c'est seulement à cause de ce miracle. Autour de moi il y a les ombres de milliers de familles bretonnes fantômes qui n'ont jamais existé, seulement parce que le gars a été tué à Maissin ou à Verdun. Nous sommes tous des descendants de veinards, soyons-en conscients !

On penserait que ce Léonard en resterait là, bénéficiant d'une Croix de guerre et d'une pension de blessé de guerre et d'ancien combattant, mais pas du tout. Dès son retour de captivité en décembre 1918, il reprend l'entraînement et malgré des poumons qui ont été transpercés, se qualifie pour les Jeux olympiques de 1920 à Anvers. Il finira honorablement 5e en demi-finale du 800m. En 1921, il sera même champion de Bretagne du 400m, du 800m et 4x100m. Un vrai champion.

La guerre éclate de nouveau en 1939 et il se retrouve avec le 19e RI de nouveau près de Sedan et de nouveau il sera à nouveau blessé et sera capturé au cours de la bataille de Givet ! ( voir l'article )

Modifié le 31/10/2017

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 3154 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 3 commentaires
Tristan Le Lundi 11 janvier 2016 13:22
Philippe,
Même si l'orthographe change un peu. Est ce de votre famille ??
Bon lecture de nos vaillants aïeuls !! et combien d'exemple comme ceux-ci ou celles-ci.... La Bzh en foisonne
Mersi bras,
Tristan
(0) 

P. Argouarch Le Mardi 12 janvier 2016 15:17
Ben oui c'est mon grand-père paternel.
(0) 

Marzhin Cariou Le Mardi 12 janvier 2016 19:09
Très bon article merci.
Ceci dit, il me semble qu'il y a une toute petite erreur sur un mot, les Stalag (Stammlager) ne concernent stricto-sensu que les camps de prisonniers de la Seconde Guerre mondiale. Est ce que je me trompe ?
Merci pour le partage
Trugarez
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons